#107 – La jalousie et ce qu’elle a à nous apprendre

Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet et dans ce 107ème épisode nous allons parler de jalousie.

J’ai choisi de parler de ce sujet et d’en faire un podcast dédié parce que je trouve que c’est une émotion extrêmement utile, on pourrait se dire que ce n’est pas le cas dans la mesure où ce n’est pas du tout une émotion agréable et qu’on se demande bien ce que l’on va pouvoir en faire. Effectivement, ce n’est pas forcément une émotion qui est particulièrement constructive sur le moment, mais elle a le mérite de nous apporter beaucoup de choses et de nous permettre de comprendre beaucoup de choses sur nous-même, c’est ce dont je vais vous parler aujourd’hui.

Au même titre que l’amour dont je vous avais déjà parlé dans un épisode qui était le #66, que vous pouvez retrouvez sur le site sesentirbien.coach/podcast/66, c’est un sentiment qui est complexe, qui est en réalité un mélange d’émotions. La jalousie, c’est à la fois de l’anxiété, mêlée à de la peur, de l’insécurité émotionnelle… C’est un mélange de plusieurs émotions qui me crée ce sentiment de jalousie. Vous l’avez remarqué dans ce podcast mais je ne fais pas la nuance entre émotion et sentiment, parce que cela n’est pas nécessaire dans le travail que l’on est en train de faire, il n’y a pas besoin de faire cette distinction sémantique entre les deux. Pour le travail que l’on fait ensemble. Mais de façon imagée, simple et rapide, un sentiment c’est généralement un ensemble d’émotion, c’est quelque chose de plus complexe qu’une simple émotion, l’être humain a des émotions qui sont dites “primaires”, qui sont des émotions très animales, basiques. Je vous en parlais justement dans l’épisode où je vous décrivais ce qu’était les émotions et d’où elles venaient, c’était l’épisode n°7, et il y a les émotions plus complexes qui elles sont un mélange de ces émotions primaires. La jalousie fait partie de ces émotions là, c’est une émotion qui est un mélange de plusieurs choses : d’envie, d’anxiété, de peur, d’insécurité… Lorsque l’on commence à ressentir de la jalousie, on a tendance à traduire cela comme de l’envie, alors qu’il existe une nuance entre l’envie et la jalousie parce que dans la jalousie, il y a quelque chose en plus, une sorte de sensation de manque, de perte, comme si nous allions perdre quelque chose, ce n’est pas juste de l’envie. Si c’était juste de l’envie, cela pourrait se traduire comme étant une émotion créatrice, cela nous permettrait d’avoir des actions qui nous seraient utiles dans notre vie, alors que la jalousie nous mène plus à de l’inaction ou à des actions qui ne nous donnent pas le résultat que l’on veut dans notre vie. Ce n’est pas une émotion qui est motrice, une émotion qui est à “énergie basse”, s’il on devait parler en terme d’énergie si c’est quelque chose qui vous parle. La façon dont j’ai envie d’imager cela, la jalousie c’est pour moi : une envie + une sensation de perte

L’exemple de la jalousie dans le couple

Par exemple, je sais que vous savez très bien ce qu’est la jalousie mais par exemple vous êtes en couple avec quelqu’un et cette personne n’est pas à la maison, il a décidé de voir des amis, de passer du temps avec d’autres personnes et potentiellement avec une femme, si vous êtes hétérosexuel et que vous êtes une femme, et à ce moment vous ressentez de la jalousie. Vous vous dites qu’il parle avec une autre femme, qu’il préfère passer du temps avec elle, vous vous demandez pourquoi il a choisi de passer son après-midi avec elle plutôt qu’avec vous, vous vous demandez si il l’a trouve plus jolie/ drôle/ intelligente que vous… Toutes ces pensées là qui forment un brouhaha mental, c’est ça qui va créer cette émotion complexe, ou ce sentiment complexe qu’est la jalousie, alors que actuellement, la seule chose qui vient de se passer ici c’est que votre compagnon passe du temps avec telle personne. C’est dénué de toutes émotions, les faits en eux-mêmes ne sont pas ce qui provoquent la jalousie, ce qui est intéressant à remarquer aussi, c’est que ce n’est pas du tout ce que l’on nous a appris socialement, on nous a appris que c’est à notre compagnon de ne pas se comporter de cette manière, ce n’est pas normal qu’il passe du temps avec d’autres femmes, cela crée de la jalousie, tu as le droit d’être jalouse dans ce cas de figure, comme si c’était le comportement de la personne qui crée le sentiment chez vous.

Alors que vous l’avez compris à travers ce podcast, ce ne sont pas les circonstances extérieures, ce ne sont pas les comportements des autres, ce n’est pas le passé, ce n’est pas toutes les choses qui sont extérieures à nous qui ont la capacité de nous créer des émotions, c’est nous-même avec nos pensées.

C’est juste socialement, on nous a appris quoi penser dans cette situation là, on nous a appris que quelqu’un qui passe du temps avec quelqu’un d’autre, cela signifie qu’il ne veut pas passer du temps avec vous (ce qui est potentiellement faux, mais il faudrait demander à la personne en question). 

La jalousie au sein de la famille

Par exemple, votre soeur a signé un contrat pour travailler à l’étranger l’année prochaine, tout le monde est très heureux pour elle, et vous en tant que petite soeur/ grande soeur ou petit frère/ grand frère, je sais qu’il y a des hommes qui écoutent ce podcast bien que je l’oublie assez souvent, je sais que vous êtes là. Vous vous dites : “De toute façon c’est toujours elle qui a les opportunités, elle réussit tout, je suis nulle par rapport à elle, c’est injuste, ça aurait du être moi qui aurait du partir plutôt qu’elle, c’est injuste, c’est moi qui aurait du partir, encore mademoiselle “parfaite””, et c’est tout ce brouhaha dans votre tête qui créé cette émotion de jalousie, qui vous le voyait, c’est un mélange de pleins de choses dans toutes les phrases que je viens de citer précédemment en guise d’exemple, c’est cet ensemble qui va créer cette jalousie parce que si on allait décortiquer chacune des phrases, vous auriez très probablement des insécurités, un sentiment d’infériorité, peut être de la peur… Pleins de choses qui vont se dégager des différentes pensées qui vont vous amener la jalousie. Le sentiment global que vous ressentez à la vue de ces pensées là, c’est de la jalousie.

A travers ces deux exemples, ce que je veux vous montrer, dans les deux cas, on a une sensation de perte, si l’autre fait quelque chose, cela nous enlève quelque chose à nous. C’est un sentiment qui est un biais cognitif qui est tout à fait humain et normal, lorsque l’on voit quelqu’un d’autre qui a quelque chose que nous nous n’avons pas, l’une des réactions qu’il est possible d’avoir c’est d’avoir la sensation que nous nous avons perdu quelque chose, comme si quelque chose nous avait été enlevé. Alors qu’en réalité, il n’y a rien qui nous a été enlevé, nous avons toujours la même chose, il y a juste quelqu’un à côté de nous qui a quelque chose en plus. C’est un défaut de raisonnement, c’est quelque chose qui est complètement illogique et irrationnel et c’est d’ailleurs le but des biais cognitifs, ce sont des raccourcis de raisonnement afin de prendre des décisions que notre cerveau à développer au final des années, au fil de son évolution pour être efficace. Il y a un raccourci qui est fait qui est : “lui et moi n’avons pas la même chose, donc moi j’ai perdu un truc”. En faite ce n’est pas du tout le cas, c’est un raisonnement complètement erroné, mais sur le moment c’est vraiment la sensation que l’on a, sur le moment on a vraiment cette sensation de perte. Si lui passe du temps avec elle, c’est moi du temps que je ne partage pas avec lui, c’est quelque chose qui m’est enlevé, on pense presque que cela nous ait dû, j’aurais dû passer du temps avec lui, c’est mon temps à moi qui en est impacté.

Pour l’exemple de la soeur, cela va être la même chose, on va dire qu’on nous a enlevé quelque chose, c’est moi qui aurait du partir, comme si moi il me manquait quelque chose, ou moi je suis “moins”. C’est un sentiment qui est beaucoup utilisé en marketing pour vendre parce que très souvent, si l’on propose quelque chose de payant, une “upsell”, si vous avez une application sur votre téléphone. Cela vous ai déjà peut être arrivé de nombreuses fois, vous téléchargez une application gratuite, si cette application n’existe qu’en version gratuite, vous avez une expérience de l’application qui est plutôt agréable mais si cette application existe en version payante, vous aurez la sensation de perdre quelque chose si vous utilisez uniquement l’application gratuite, lié à ce fonctionnement de notre cognition et à ce raccourci de raisonnement qui est un peu erroné, mais qui n’en demeure pas moins bien présent et naturel. Cela provoque chez vous cette sensation de perte, vous avez l’impression qu’il vous manque quelque chose et que vous passez à côté de quelque chose et qu’on vous enlève quelque chose face à l’expérience utilisateur de cette application, la version payante est juste quelque chose en plus qui ne vous enlève rien, au contraire cela ne peut que vous apporter quelque chose. L’existence de la version payante de l’application n’est que quelque chose qui peut apporter à votre expérience mais en aucun cas qui peut retirer quelque chose de votre expérience. Pourtant ce n’est pas le sentiment que l’on a. Dès que l’on s’aperçoit que l’application existe en version payante, nous sommes déçus et on se dit spontanément qu’il nous manque quelque chose alors que ce n’est pas le cas.

C’est vraiment intéressant de se rendre compte de ce biais cognitif et de comprendre son rôle dans la jalousie, pour moi la jalousie c’est juste de l’envie couplée à ce biais cognitif, plus cette sensation de perte lié au fonctionnement de notre cerveau et qui nous fait croire dans les deux exemples que je vous ai donné, nous sommes en train de perdre quelque chose si notre copain passe du temps avec quelqu’un d’autre et que nous perdons quelque chose si notre soeur part à l’étranger et pas nous, alors que nous ne sommes pas en train de perdre quelque chose, notre vie va rester la même. Ce que j’ai envie de vous proposer ici c’est d’aller explorer ça, de se dire tiens c’est intéressant, si je décortique ça de cette manière, si je me dis que la jalousie ce n’est ni plus ni moins que de l’envie couplé à une sensation de perte, la sensation de perte je peux la rationaliser en analysant ce qu’il l’a provoqué, juste en faisait l’exercice que je viens de faire avec vous ici qui consiste, si je regarde réellement ce qu’il vient de se passer, en réalité je n’ai rien perdu, c’est juste quelqu’un à côté de moi qui a gagné quelque chose, le fait que ma soeur parte, cela ne m’enlève rien, au contraire cela va lui rajouter des choses à elle dans le sens où elle aura sûrement des anecdotes à me raconter, cela ne peut qu’apporter à notre relation qu’elle parte, cela ne dit rien à propos de moi, on peut se proposer ce type de pensées là. 

En ce qui concerne la relation de couple, c’est à vous de voir si vous êtes aligné avec ça dans votre couple, et de revenir au factuel. Que se passe t-il au niveau factuel ? Il passe du temps avec une autre personne, moi cela ne m’enlève rien, je continue ma vie de mon côté, cette après-midi je vais continuer de faire ce que j’avais prévu de faire, qu’il le voit ou non cette personne, cela ne m’impacte pas, c’est lui que ça regarde. Cela peut être une façon de se rationaliser qui va pouvoir nous permettre de lever la sensation désagréable qui est liée à la jalousie, l’autre chose qu’il va être importante à faire dans cette étape là, d’accepter la présence de cette jalousie, de reconnaître les pensées qui sont à l’origine de cette jalousie : “il préfère avec elle / elle réussit tout “madame parfaite””, et de vivre les émotions qu’amènent ces pensées là, jusqu’au bout.

Comment vivre une émotion ?

Nous en avons parlé dans de précédents épisodes, vivre une émotion jusqu’au bout, il y a tout un épisode qui est consacré à l’accueil des émotions, je vous laisserais aller y jeter un coup d’oeil sur le site. L’idée va être d’accepter la présence de cette émotion de jalousie, de ne pas essayer d’y résister, de ne pas tenter de la repousser, de ne pas essayer de la jeter contre les murs, et d’accepter la présence de cette émotion et de se dire : “ah oui en effet, je me sens jalouse parce que je pense ça”. Cela va être important de vivre cette émotion jusqu’au bout et de l’accepter parce que si vous ne le faites pas, c’est comme si vous tentiez de fuir l’émotion et elle reviendra juste un peu plus tard d’une autre manière, un peu plus tard dans votre vie.

L’objectif est de vivre cette émotion jusqu’au bout, d’écouter le signal qu’elle est là pour vous apporter, les émotions servent à vous délivrer un message, à retenir votre attention, à vous montrer qu’il se passe quelque chose, et de savoir que vous êtes jaloux et qu’il y a une raison à ça, et cette raison ce sont toutes les pensées que vous avez à ce propos.

Une fois qu’on a fait ce travail, qu’on a vécu l’émotion jusqu’au bout, qu’on a rationalisé, il nous reste les choses que la jalousie a à nous apporter. Si on prend le temps de vivre l’émotion jusqu’au bout, ce qui veut dire que l’on s’est posé un petit moment et qu’on a regardé les pensées, on a exploré les pensées qui créait cette jalousie. Quand on a exploré les pensées que l’on pouvait avoir, ce que l’on a une information très importante qui est l’autre partie qui crée notre jalousie, la jalousie qui est je vous le rappelle : l’envie + la sensation de perte. C’est à dire des informations sur l’envie. De quoi avons-nous envie ? Quel est notre désir, derrière ces pensées de jalousie, nous allons avoir cette information, peut être que mon désir sous-jacent est de passer davantage de temps avec mon copain, peut être que je ne passe pas  suffisamment de temps avec lui et que si je suis jalouse dans ce cas de figure où il passe du temps avec une autre personne, c’est tout simplement parce que moi j’aimerais passer davantage de temps avec lui parce qu’il me manque, si je ne m’étais pas penchée sur la question, si j’avais repoussée cette jalousie, si je ne l’avais pas écoutée, je n’aurais pas eu accès à cette précieuse information. Ensuite, pour l’exemple de la grande soeur qui part à l’étranger c’est que tout simplement que moi aussi j’ai envie de partir à l’étranger, et peut être que je n’en aurais pas eu conscience si je n’avais pas eu cette pointe de jalousie à ce moment là, je ne me serais peut être pas rendue compte que moi aussi j’ai envie de partir et c’est une expérience que j’ai vraiment envie d’avoir dans ma vie. C’est quelque chose de très utile, j’adore quand je m’aperçois que je suis jalouse ou qu’il y a ce petit quelque chose qui me pique un peu, je me dis : “tiens moi aussi j’aurais voulu avoir ça”, c’est toujours derrière une information sur mes réels désirs, et ce n’est pas toujours évident de savoir ce que l’on veut vraiment dans la vie, je ne sais pas si vous vous posez cette question, j’imagine que oui si vous écoutez ce podcast parce que je pense que nous sommes une majorité à ce poser pas mal de questions sur la vie et sur le sens de l’existence et toutes ces choses là, sinon vous ne seriez pas encore là et vous n’auriez pas tenu les 20 minutes pendant lesquelles je viens de vous parler, c’est justement l’occasion d’avoir la réponse à cette question, cette jalousie est là pour nous donner un signal que quelque chose cloche, qu’un désir n’est pas rempli. C’est une super opportunité d’avoir cette information.

La deuxième chose que nous apporte cette envie, la présence de l’envie dans cette jalousie, mise à part une clarification de nos désirs, et donc la possibilité de les pointer du doigts, c’est aussi une meilleure vision de l’image que j’ai de moi-même. La jalousie est en faite un miroir, toutes les pensées que je vais avoir ce sont des pensées à propos de la personne en face : “il la préfère à moi, il la trouve plus jolie, elle réussit tout, elle est “madame parfaite””, ce sont des pensées à propos des autres, à l’extérieur de nous et c’est toujours le miroir de nous-même, les jugements que l’on porte envers les autres, ce sont des choses qui relèvent davantage des insécurités que nous avons vis-à-vis de nous-même. C’est pour cela que je vous disais en début d’épisode, cela va dépendre si vos pensées sont : “elle est plus jolie que moi/ elle est plus intelligente que moi”, cela va être le miroir de vos insécurités, si vous votre problématique c’est que vous ne vous trouvez pas jolie, et que vous pensez que c’est un problème (parce que l’on a tout à fait le droit de ne pas se trouver jolie et que cela ne soit pas un problème pour autant), mais si vous ne vous trouvez pas jolie et que c’est un problème, c’est certainement quelque chose que vous allez voir partout, qui va vous être confirmé partout où vous posez le regard, là vous vous dites : “ah mais c’est parce qu’elle est plus jolie”, alors qu’en faite c’est probablement quelque chose qui n’a rien à voir, et que les personnes ne passent pas du temps volontairement ensemble, juste parce qu’ils se trouvent beaux mutuellement, j’espère qu’il y a plus que cela dans les relations humaines, j’ai foi en cela. On a tout à fait le droit d’aimer les gens parce qu’ils sont beaux, aimez-vous parce que vous êtes beaux et vous êtes tous très beaux de toute façon.

Cela va être intéressant de voir ce que cela renvoie à propos de vous-même. Sur l’exemple de la soeur, j’avais mis en exemple : “moi je suis nulle, je ne serais pas capable de… et elle me le renvoie à la figure”, là il y a une insécurité, une peur de soi-même ne pas être capable de partir à l’étranger, de ne pas s’être assez bougé, d’être plus nul-le par rapport à quelqu’un en comparaison. Là ça nous en dit plus sur nous, et sur ce que l’on pense de nous, et c’est là que cette émotion est très intéressante à explorer, elle va vraiment être le miroir de tous nos désirs et que l’on veut et que l’on a pas assez dans notre vie et que l’on voudrait plus et qu’il serait cool d’aller chercher et aussi de tout ce que l’on pense à propos de nous. Quels sont les jugements que l’on a à propos de nous, qu’est-ce qui mériterait d’être exploré, où est-ce que l’on manque d’estime, peut être sur notre physique, peut être sur notre intelligence, peut être sur notre capacité à faire les choses, cela va être une belle émotion à explorer, et une belle occasion d’avoir une idée de ce que l’on veut vraiment, et de ce que l’on projette sur les autres et de ce que l’on pense de nous.

Je vous encourageais à aller explorer la jalousie, ça peut être un exercice que je peux vous donner là maintenant à faire à la suite de ce podcast, de prendre le temps de faire un flot de pensées là dessus, et de vous poser la question : “de quoi ou qui je suis jaloux/jalouse ?”, qu’est-ce qui me rend jaloux dans la vie ? Posez vous cette question là et si c’est trop vague pour vous, posez-vous la question quelle est la dernière que vous avez ressenti la jalousie ? Il s’agit juste de faire un flot de pensées, sans y réfléchir particulièrement et revenir sur chacune des pensées qui ressortent dans cet exercice et de réfléchir aux pensées et aux émotions que cela crée chez moi ce sentiment de jalousie et d’aller chercher quels sont les désirs non-remplis qui s’y cachent, et sur lesquels ils faudrait que je porte plus d’attention et quels sont les lacunes liées à la relation que j’entretiens avec moi-même, quels sont les choses que je pense à propos de moi, quels sont les domaines sur lesquels je manque d’estime de moi et qui ressortent de cet exercice. Je vous encourage à le faire et si vous le faites n’hésitez pas à venir le dire en commentaire sur le blog pour nous dire ce qu’il en est ressorti, qu’est-ce que cet exercice vous a permis d’apprendre sur vous, qu’est-ce que cela vous a appris. 

J’attends vos commentaires avec impatience parce que j’ai vraiment hâte de savoir ce qu’il en est ressorti pour vous, parce que je trouve que c’est un exercice très puissant, si vous voulez davantage d’exercice comme ceux-ci, pensez à rejoindre La Communauté, je ne pense pas à vous le dire suffisamment mais nous faisons un travail de dingue au sein de La Communauté et si c’est quelque chose qui vous attire et que vous avez envie de faire, apprendre à vous auto-coacher, c’est un peu le thème de ce podcast donc j’imagine que ça vous intéresse forcément dans une certaine mesure, on le fait ensemble, on apprend à utiliser tous les outils, et vous êtes guidés au cours du mois avec des exercices que j’appelle les feuilles de route, qui vous permettent de mettre en application les outils que j’évoque dans le podcast et apprendre à utiliser les outils et en plus tous les jours vous avez ce que j’appelle les “mots du jour”, où vous avez un vocal de ma part qui fait moins de 10 minutes où je vous explique les notions de la semaine et du mois, je vous aide en temps réel à appliquer tout ce que l’on apprend ensemble et ces mots du jour sont des contenus inédits que vous n’aurez nul part ailleurs sont des contenus qui vont rester pour l’année prochaine, si vous voulez les entendre au fur et à mesure que je les créé et que vous soyez acteurs de La Communauté, je vous encourage vraiment à vous inscrire le plus tôt possible, c’est à dire dès à présent, l’année prochaine ces mots du jours ce seront ceux de l’année précédente, sauf les bilan de semaine. Ce sont des bilans personnels de là où j’en suis dans mon développement personnel, qu’est-ce que j’ai appris cette semaine en particulier, cela vous permet de comprendre ce qu’il se passe au sein de Se Sentir Bien, je trouve ça intéressant pour vous, dans l’entreprise qu’il y a derrière ce podcast, et ce qu’il se passe dans mes émotions et dans ma tête, je vous décortique un peu les pensées que j’ai identifié, le travail que je suis en train de faire sur moi et je trouve ça super intéressant de vous le faire partager, que vous puissiez voir que l’on est tous pareils, on passe tous par les mêmes phases, j’adore ces mots du jour. C’est l’occasion pour toute La Communauté de partager son avancée et c’est vraiment une ambiance de travail et d’exploration de l’esprit qui est vraiment très chouette à faire ensemble, j’aurais envie que vous y soyez tous parce qu’on fait un boulot de dingue, donc le message à retenir ici c’est : si vous n’êtes pas inscrits, faite-le ! Je vous encourage à vous inscrire pour plusieurs mois voire pour l’année entière parce que cela vous permettrait d’avoir accès à tous les outils et d’explorer tous les sujets, après cela dépend de la valeur que vous allez en tirer à titre personnel, je n’ai pas vraiment de doute sur le fait que vous allez en tirer énormément de valeur.

Je m’arrête là, je vous embrasse, je vous souhaite un très bon vendredi, une très belle semaine, un très bon week-end et je vous dis à vendredi prochain !


4 commentaires

  1. jane

    Wow… Cet épisode fait écho à une situation qui me fait souffrir depuis hier. Du coup j’ai fait une entorse au fait d’écouter tes épisodes dans l’ordre pour m’attarder sur celui-ci.

    Mon cas, qui est dans la veine de “ma soeur part à l’étranger”, est aussi saupoudré de “sans moi”… J’ai à gérer ce sentiment de jalousie couplé à celui de trahison. Au boulot!

    Merci pour tout ce contenu qui reste toujours aussi pertinent.

  2. Adeline

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec toi quand tu dis que ça n’enlève rien.
    Si on reprend l’exemple de la femme dont l’homme passe l’après-midi avec une autre femme, tu pars du principe qu’elle avait d’autres choses à faire. Mais si elle s’attendait effectivement à passer l’après-midi avec lui et qu’au dernier moment il lui dit qu’il va passer l’après-midi avec Janine, ça lui enlève cet après-midi-là.
    Autre exemple dans le même thème, si deux personnes ont une relation “sex friends (++)” et qu’une des deux tombe amoureuse d’une autre personne et décide de stopper la relation, ça enlève cette relation-là à l’autre.

  3. Charlotte

    Merci pour ce podcast qui fait vraiment écho à plusieurs situations pour moi. Pourrais-tu me conseiller un autre de tes podcasts pour la “suite logique”, c’est à dire l’acceptation / prise en main de ses envies ? Merci beaucoup pour ton travail 🙂

Leave a Reply to jane Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *