#111 – La chance

Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet, coach de vie certifiée et dans ce 111ème épisode nous allons parler de chance.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’adore écouter des interviews de personnes qui sont connues et qui ont eu énormément de succès dans leur domaine, il va s’agir d’interviews de personnes qui sont connues dans le monde du cinéma ou de la musique, ou de celui de l’entreprendrait, parce que c’est celui que ce sont les domaines qui m’intéressent, j’ai tendance à regarder des personnes que j’apprécie, et j’adore regarder ces interviews pour comprendre l’état d’esprit qu’ont les personnes, ce qu’il se passe dans leur tête à un instant donné, comment elles pensent, comment elles voient le monde, ça m’intéresse parce qu’en plus de cela ce sont des personnes qui ont eu du succès dans leur domaine, je trouve cela intéressant de comprendre ce qui est à l’origine de cela, et la façon dont elles pensent. Une fois qu’on a compris tout ce que l’on raconte ici, que l’on a compris le fonctionnement de la cognition humaine, on comprend aussi que tous les résultats obtenus par un être humain qui sont liés à ces actions, elles proviennent de son système de pensées. C’est parce que je pense telle ou telle chose, c’est parce que j’ai telle croyance ou telle vision du monde que je vais me sentir de telle ou telle manière et que sous le biais de ces émotions je vais mener telle ou telle action, et ce sont ces actions qui vont créer mes résultats. C’est très intéressant de regarder ce type d’interviews et en particulier de regarder les interviews de ces personnes qui ont eu du succès, il y a 10, 20 ou 30 ans pour certaines personnes, je trouve cela encore plus parlant. Comme on sait que c’est l’état d’esprit qui crée les résultats, aujourd’hui on connait leurs résultats, et c’est hyper intéressant d’aller regarder quel était d’esprit avait cette personne il y à 30 ans et qui l’a emmené aux résultats qu’on lui connait aujourd’hui.

Je me suis fait la réflexion en écoutant pas mal d’interviews de différentes personnes, dans l’histoire qui est racontée à travers ces interviews, on leur demande souvent comment tout cela a commencé (à faire du cinéma, à chanter, à devenir entrepreneur etc…), les personnes lorsqu’elles vont raconter leur histoire elles vont faire ce que l’on appelle du storytelling, elles vont un peu romancer l’histoire, la rendre un peu plus sexy, un peu plus attrayante et finalement, volontairement ou non, modifier cette histoire pour qu’elle soit agréable à écouter, et il y a une part de biais cognitifs là dedans, une part de notre cerveau qui occulte une partie de la réalité pour pouvoir faire du sens dans l’histoire, pour faire coller entre eux tous les moments du passé et recréer une histoire qui se tient. Et il y a une part marketing qui n’est pas forcément volontaire, ce qui crée en fin de compte une histoire qui fait un peu rêver et qui permet d’expliquer pourquoi telle personne à eu du succès dans tel domaine. Quand on écoute ce type d’interview, dans l’histoire qui y est racontée, la personne qui va la raconter va vous dire et vous raconter qu’à un moment donné elles ont eu de la chance. Très souvent elles vont raconter le moment où elles ont rencontré la bonne personne, le moment où elles étaient au bon endroit au bon moment, le moment où il s’est produit tel évènement dans leur vie qui était exactement ce dont elles avaient besoin à ce moment là, qui leur a permis de comprendre des choses et qui leur a permis d’être là où elles sont aujourd’hui.

Les termes qui sont employés sont révélateurs, les personnes disent qu’elles ont eu de la chance, et je ne sais pas pour vous mais en tout cas pour moi, j’ai l’impression, dans l’inconscient collectif, qu’il s’agissent juste des interviews ou de toute la culture qu’il y a autour de ça, cela donne l’impression que les personnes qui réussissent dans un domaine, quel que soit ce que l’on mette derrière la réussite, ici je vous ai parler de musique, de cinéma ou de business mais cela pourrait être n’importe quoi d’autre. Cela donne la sensation que ce qu’il y a derrière la réussite c’est une suite d’opportunités, une suite de moments de chance dans sa vie.

Je trouve que c’est quelque chose qui n’est pas très juste, pas très vrai, si on regarde la chance avec autant de rationalité que possible. Vous connaissez mon avis sur le fait de vouloir rationaliser la réalité, ce n’est malheureusement pas possible en tant qu’être humain parce que de part notre nature nous avons par définition des biais cognitifs, nous avons des filtres, nous voyons la réalité à travers le prisme de notre cerveau, nous en avions parlé dans l’épisode 96 sur la lucidité, par principe, nous ne percevons pas l’entièreté de la réalité, nous sommes obligés de nous ramener à notre humilité et notre humanité. Si on essaye de comprendre ensemble le concept de chance, et de le rationaliser au maximum.

Qu’est-ce que la chance ?

La chance ce sont des améliorations dans la vie de quelqu’un et qui n’a aucune liée aux actions de la personne en en question. C’est quelque chose qui est complètement aléatoire, qui lui donne par extension un résultat positive dans sa vie. On pourrait se dire : la chance c’est un ensemble d’opportunités qui sont complètement aléatoires. Si l’on part du principe que c’est aléatoire, ce qui semble être le cas, si l’on en croit la définition, il y aurait des personnes qui auraient plus de chance que d’autres, c’est un peu “la loterie”, certains ont beaucoup de chance et d’autres en ont peu. Si c’est réellement de ça qu’il s’agit, comme n’importe quelle variable aléatoire dans ce monde on peut le représenter mathématiquement par une distribution gaussienne exactement, je ne sais pas si je vais perdre des auditeurs au moment où je dis ça, s’il vous plait restez je vais vous expliquer tout de suite, si vous n’êtes pas “matheux” et que vous n’avez pas envie de comprendre les maths je ne vais pas vous y forcer, je vais juste vous aider à comprendre ce que j’essaie de vous transmettre ici dans ce podcast, une distribution gaussienne, c’est une courbe que vous avez forcément déjà vu qui est une courbe qui peu en forme de cloche, cela ressemble à une cloche d’église, cela veut dire qu’il va y avoir ce que l’on appelle une queue de la distribution de chaque côté, l’endroit de la cloche qui est vers le zéro de la courbe, et il y a l’endroit du milieu de la cloche que l’on appelle le “pic de la gaussienne”, il y a un pic proche de 100%, en général on représente une distribution gaussienne entre zéro et un, ou entre 0% et 100%, au milieu il y a le pic de la gaussienne qui est à 100%, et sur les côtés il y a les queues de distribution qui sont proches de zéro. Ça c’est une façon de représenter une variable aléatoire. Ce que cela signifie si l’on s’exprime avec des termes qui ne sont pas empruntés aux mathématiques, en principe, la majorité des gens, si l’on regarde le pic de la gaussienne, c’est là où vont se trouver la majorité des gens, les queues de la gaussienne c’est là où il y aura le moins de gens, parce que nous sommes proches de zéro et c’est donc là où il y a le moins de personnes. La majorité des gens auront le même nombre d’opportunités dans leur vie, et il y auront des personnes qui seront peu nombreuses qui aurait beaucoup d’opportunités dans leur vie, la partie droite de la gaussienne, c’est à dire que plus on descend selon la cloche, moins on a de personnes et plus on a de chance, plus on a d’opportunités, on part du milieu de la cloche où tout le monde ont le même nombre d’opportunités et plus on descend selon la courbe de la cloche, moins on aura de personnes, mais plus on aura d’opportunités. Et de l’autre côté, c’est la même chose, moins on aura de personnes et moins on aura d’opportunités. Il y aura un certain nombre de personne qui auront beaucoup d’opportunités ou au contraire pas beaucoup d’opportunités mais ces personnes sont très rares. On peut se dire, Jim Carey, Lady Gaga, Steve Jobs, c’était des personnes qui faisaient partie de ces gens là, ils étaient dans la queue de la gaussienne, c’était des personnes qui ont eu énormément de chance dans leur vie. Peut être. Ce qui est important de voir c’est que même si c’est effectivement le cas, qu’il y a peut être des personnes qui sont connues et qui sont représentées dans les médias qui nous disent qu’elles ont eu beaucoup de chance, ce n’est pas du tout représentatif de la réalité, ces personnes là ne sont pas représentatives ce qu’est avoir beaucoup d’opportunités dans sa vie, c’est juste que ce sont des personnes qui sont très peu nombreuses. La plupart d’entre nous, nous avons le même nombre d’opportunités dans notre vie et nous avons tous plus ou moins la même chance. Cela peut varier d’une personne à l’autre mais si l’on regarde juste les choses d’un point de vue mathématique et d’un point de vue théorique ce qu’est la chance, on s’attend à ce que nous ayons accès aux même nombre d’opportunités. Qu’est-ce qui fait la différence entre quelqu’un qui a beaucoup de succès dans sa vie et quelqu’un qui n’a pas beaucoup de succès dans sa vie, quel que soit le domaine de vie dont on parle et du succès dont on parle. On pourrait se dire que c’est un “Jim Carrey” qui a eu beaucoup d’opportunité dans sa vie, je donne son exemple alors que je ne sais pas vraiment si c’est le cas, comme il était dans une sorte d’anomalie statistique, il était dans la queue de la gaussienne et même si il était très nul, il en a forcément saisi plus que la moyenne parce qu’il en a eu plusieurs dans sa vie ce qui fait qu’il en a saisi plusieurs au vol. C’est pour cette raison qu’il a eu autant de succès, soit on se dit : “la grosse différence entre quelqu’un qui a de la chance et quelqu’un qui ‘n’en a pas, c’est le nombre d’opportunités qui ont été saisies. On peut s’attendre à ce qu’en tant qu’être humain, nous avons le même nombre d’opportunité si il se trouve que la chance se représente par le nombre d’opportunité et que la chance est une variable totalement aléatoire.

Si c’est le cas, on peut s’attendre à ce que Jim Carrey n’ait pas eu plus d’opportunités que nous, ou à peine plus, et la différence entre lui et nous c’est qu’il les a attraper au vol, qu’il les a saisi.

Je ne sais pas si cette perspective là vous parle, et si c’est intéressant pour vous mais moi ça me fait penser à une phrase connue d’Oprah Winfrey, je ne sais pas si vous le savez mais j’ai une admiration sans fin pour cette femme qui est l’une des personnes qui a fait le plus de bien et qui est encore vivante aujourd’hui dans ce monde, c’est quelqu’un que j’admire beaucoup de part son philanthropisme. Elle a prononcé une phrase qu’elle a prononcé dans une interview, je vais commencer par vous la dire en anglais et ensuite vous la traduire en français :

“Luck is preparation meeting the moment of opportunity” /”La chance c’est la préparation avant l’opportunité”.

Je trouve cette phrase extrêmement puissante parce que cela retransmet cette vision des choses que je viens de vous proposer, qui est lié à quelque chose de très factuel et rationnel, si on définit mathématique ce qu’est la chance, c’est un ensemble d’opportunités donc c’est une variable aléatoire, donc c’est une distribution gaussienne ce qui fait que nous avons tous la même chance, c’est ce que définit Oprah avec ses mots. Dans le storytelling qu’elle raconte, elle aime bien raconter que sa vie n’avait rien de quelque chose de chanceux, elle est née dans un quartier qui n’était pas particulièrement favorisé, elle n’est pas née dans le bon genre entre guillemets, dans le sens où c’est une femme donc ce n’est pas le genre qui a le plus de chance dans ce monde pour avoir une grande carrière, c’est une femme noire, elle a aussi eu une enfance qui est compliquée… Elle a cumulé de nombreuses choses qui disent qu’on ne peut pas dire que ce soit un enfant qui ait eu de la chance. On ne peut pas dire que sur cette distribution gaussienne, elle soit née dans la queue de la gaussienne. On en peut pas dire qu’elle soit née à un endroit où elle a eu potentiellement plus d’opportunités que les autres, elle n’est pas née dans une conjoncture où l’on pouvait supposer qu’elle allait pouvoir aller avoir l’opportunité d’être connue, de faire de la télé etc… Parce qu’elle serait née de parents connus par exemple.

Ce qu’elle raconte comme histoire c’est qu’elle n’a pas eu plus d’opportunités que les autres, la différence c’est qu’elle a su les saisir, pourquoi a t-elle pu les saisir ? Parce qu’elle s’est préparée à les voir. Sa vision des choses que je partage en grande partie c’est justement ça, la chance c’est jamais que notre capacité à saisir les opportunités et si on décide de regarder le monde de la façon suivante qui est que quoi qu’il arrive, nous avons tous statistiquement les mêmes opportunités, en grande partie, en tout cas si nous sommes nés à la même époque dans le même pays, c’est très vrai, eh bien cela change les perspectives. Si on ne se raconte pas l’histoire qui est que l’on a pas de chance, si on se raconte au contraire l’histoire qu’au contraire nous avons tous les même opportunités et que nous n’avons qu’à les saisir, on va pouvoir juste se concentrer sur les choses que l’on a vraiment envie de faire et faire confiance dans le fait que ses opportunités viendront dans notre vie. Je ne sais pas si cela vous ait déjà arrivé, cette sensation de vous dire : “tiens c’est fou parce que j’ai vraiment eu de la chance parce que je suis tombée sur cette personne au moment où j’en avais terriblement besoin, c’était exactement ce que je recherchais”, par exemple je pense à quelque chose de tout bête et pour nous ramener à quelque chose de concret mais, c’est quelque chose que j’entends très souvent dans la recherche d’appartement à Paris, quand je demande : “comment tu as trouvé ton appartement ?”, parce que ce n’est pas forcément facile de trouver un appartement sur Paris, et comme vous le savez je suis en train de chercher un appartement en location à Paris, il y a beaucoup de demandes pour un nombre d’offres qui a parfois du mal à suivre et les personnes vont souvent vous dire : “j’ai eu de la chance parce qu’il s’est trouvé que l’un de mes collègues quittait son appartement et pile au moment où moi j’en cherchais un, il a donné mon dossier et j’ai pu avoir l’appartement etc…”.

On a l’habitude de dire que c’était de la chance alors qu’en réalité, on pourrait le voir par le prisme dont je vous parlais à l’instant, à savoir se dire que ce n’était pas de la chance, c’était juste nous qui nous préparions à rencontrer ce moment d’opportunité c’est à dire : en préparant son dossier de location, en commençant à chercher des appartements et en parlant autour de nous. On s’est juste préparé à recevoir cette opportunité, ou d’autres personnes le formuleraient autrement, elles diraient : “on a créer sa chance”, après c’est une question de vision, de comment on choisit de voir la situation en question. Il y a vraiment cette notion de “est-ce que ce n’est pas finalement une question de saisir une opportunité”, parce que si c’est le cas, ça change grandement la donne. Moi je pense que c’est le cas, parce que juste d’un point de vue juste rationnel, je pense que la chance est juste une gaussienne. Je pense que c’est juste une variable aléatoire, et si c’est le cas, c’est juste une histoire de saisir les opportunités, je sais que dans ma vie j’en aurais pleins, la question c’est : “est-ce que j’aurais envie de les saisir, est-ce que je serais prête à les voir, est-ce que je serais en mesure de les voir ?”, et j’ai vu pleins de fois dans mon milieu professionnelle, des personnes qui avaient de superbes opportunités et qui les refusaient, elles ne les prenaient pas ou qui ne les voyaient même pas, ou qui ne les voyaient pas comme telles, parce qu’elles n’étaient pas prêtes à ce moment là, elles n’avaient pas fait la préparation nécessaire.

La façon dont je vois les choses, la chance c’est quelque chose que l’on peut provoquer par le biais de la préparation. Autrement dit, cela va être intéressant de me demander : qu’est-ce que je veux dans ma vie, qu’est-ce qui est important pour moi, qu’est-ce qui m’intéresse ? Et capitaliser là dessus et faire confiance en la vie pour me montrer des opportunités et qu’au moment où je les verrais, ce sera des opportunités super à saisir pour moi, pour aller dans la direction où je veux aller, et de juste ne pas attendre que la chance me tombe dessus, ou ne pas me mettre dans un état d’esprit où je me dis : “Les autres ont plus de chances”, mais plutôt de me dire : j’ai juste à faire les choses qui m’intéressent, à moi me nourrir des choses qui me parlent et avoir confiance dans le fait que statistiquement, des opportunités, j’en aurais comme tout le monde, à moins que je sois vraiment dans la queue de la gaussienne et quand bien même j’y sois, cette queue de gaussienne vous le savez, elle n’est jamais à zéro, j’aurais toujours des opportunités et dans la mesure où si j’en crois les histoire des interviews des personnes que je suis, il suffit d’une opportunité pour changer toute votre vie, on devrait tous en avoir au moins une dans notre vie et si nous sommes prêts à la saisir au moment où elle se présente, on sort gagnant de cette expérience et pour cela il suffit d’avoir l’état d’esprit qui est ouvert à ça et de juste être dans l’action. Qu’est-ce qui fait qu’une personne a une opportunité qui se présente et est en mesure de la saisir c’est juste qu’elle a fait des actions. Je veux dire que pour rencontrer la bonne personne au bon moment au bon endroit, il faut être allé parler avec les gens, il faut sortir pour être au bon endroit, il faut être dans l’action. Moi ce que j’ai envie de vous encourager à faire dans ce podcast, de penser à cette préparation là et de vous dire : dans quelle direction j’ai envie d’aller, et de faire confiance en la vie pour me présenter des opportunités et en attendant d’être dans l’action et dans l’authenticité de qui vous êtes et d’agir en fonction de qui vous êtes et en vous disant que si vous êtes aligné avec qui vous êtes, les opportunités vous allez pouvoir les voir, pouvoir les saisir et il n’y a pas de raisons d’un point de vue juste factuel que vous ayez moins de chance que quelqu’un d’autre, et surtout faites attention à vos biais cognitifs parce que si vous vous dites que vous n’avez pas de chance, vous allez confirmer cette pensée là au quotidien, le modèle de Brooke Castillo et votre cognition sont toujours à l’oeuvre, si vous vous dites : “je n’ai pas de chance”, vous allez avoir toute votre journée qui va être une preuve de ça, si dès le matin vous vous levez du mauvais pied en vous disant que vous n’avez pas de chance, ça peut être se lever et marcher dans le pipi de votre chien par exemple et là vous vous dites : “non mais c’est pas vrai, j’ai pas de chance ce matin”, vous partez du mauvais pied et que vous continuez toute votre journée en remarquant l’horodateur qui ne marche plus, là où vous vous garez, en remarquant l’ascenseur qui ne marche plus là où vous êtes, en remarquant qu’il n’y a plus de sucrettes dans la machine à café… Vous êtes en train de nourrir une croyance, qui finalement est tout aussi illusoire que la croyance qui serait opposée, c’est à vous de décider avec quoi vous voulez nourrir votre esprit et qu’est-ce qui vous préparera au mieux à saisir les opportunités quand elles se présenteront à vous ?

Pour moi, dans la mesure où l’on se ramène à notre humilité d’être humain à réaliser que nous n’avons pas une vision réelle des choses parce que notre vision sera toujours biaisé par notre esprit comme je le disais dans l’épisode sur la lucidité mais qui sera toujours biaisé par notre propre cognition et par ce que notre cerveau est capable de voir dans le monde, à partir du moment où l’on a compris ça et qu’on a cette humilité là on peut juste se dire : “finalement, je n’ai pas accès à l’entièreté de ce qu’est la réalité parce que je suis limité par mon cerveau, autant choisir de penser des choses qui vont me servir et qui vont m’emmener dans la direction dans laquelle je veux aller parce que c’est tout le pouvoir que j’ai avec ce cerveau qui est quand même un outil extrêmement puissant”. Je vous encouragerais à décider intentionnellement d’avoir un esprit positif et un esprit qui va vous permettre de créer votre chance et d’aller saisir les opportunités qui sont les vôtres, et pour cela ça demande d’être dès maintenant  le plus authentique possible et d’être dans l’action pour pouvoir provoquer cette chance.

Je m’arrête là pour aujourd’hui je vous embrasse, je vous souhaite une très belle journée, un très bon week-end, et je vous dis à vendredi prochain !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *