#119 – Accepter là où j’en suis

Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet et dans ce 119ème épisode nous allons parler du fait d’acceptation de soi et de là où nous en sommes. 

Comment acceptez là où nous en sommes ?

Nous sommes un peu tous passés par là, nous sommes tous arrivés un jour sur YouTube sur une vidéo où l’on voit quelqu’un faire sa routine matinale et qui nous parle comment elle se lève le matin, qu’elle fait sa méditation, son yoga, qu’elle écrit des pensées de gratitude dans son carnet, qu’elle continue en lisant un livre très enrichissant et super instructif pendant une heure, et ensuite elle se met à son projet d’écriture de livre… Cette personne a une vie absolument parfaite et on se dit : “mince, moi je n’en suis pas à ce stade dans ma vie, j’essaie de faire toutes ces choses, j’aspire à ça mais je n’en suis pas encore là”. Je donne un cas extrême de la vidéo YouTube mais l’on peut ressentir ça aussi avec des personnes de notre entourage, ou en écoutant ce podcast. Vous êtes peut être en train d’écouter votre propre podcast, votre entreprise en ligne ou du contenu en ligne, et vous m’écoutez toutes les semaines faire des podcasts et vous vous dites : “je n’en suis pas là, je ne suis pas dans cette régularité, mon podcast n’est pas aussi bien imbriqué et fluide, je suis en train d’avoir des doutes sur moi qui m’empêchent d’avancer… Je m’auto-flagelle par rapport à cela parce que je ne suis pas encore là où j’aimerais être/ Bon sang, je vois toutes ces personnes qui font toutes ces choses dans leur vie”. Par exemple moi ce qui peut me faire réagir c’est de voir des entrepreneurs qui parviennent à déléguer certaines choses, qui arrivent à faire certaines actions qui me font encore peur, et je me dis que je n’en suis pas encore à ce stade. Ou je me rends compte également qu’il y a des choses que je pensais avoir acquises alors que visiblement cela nécessite encore un peu de travail de mon côté, juste parce que nous sommes des êtres humains, et c’est quelque chose sur lequel je mets un point d’honneur à vous partager dans LA Communauté, si vous ne faites pas encore partie de LA Communauté, qu’attendez-vous ? C’est 34 euros par mois (prix de l’abonnement au mois de mai 2020), c’est de l’auto-coaching, Claudia est la pour vous aider en commentaires, c’est vraiment une façon pour vous d’avoir accès à du coaching guidé pour vraiment pas cher, si vous n’avez pas hyper envie d’investir sur vous pour le moment, parce que vous n’avez pas de projet précis et que vous voulez juste apprendre à appliquer tous les outils que vous apprenez ici, venez nous rejoindre ! Les personnes qui sont dans LA Communauté font un travail incroyable. 

Tous les vendredis, je vous partage mon bilan de la semaine, il y a aussi les mots du jour tous les jours de la semaine du lundi au vendredi, c’est en mode vraiment chill, c’est avec mon téléphone, je vous partage des choses en rapport avec la thématique du mois, je vous partage dans le mot du jour du vendredi, mon bilan de la semaine et je mets un point d’honneur à vous montrer ça, à vous montrer que nous sommes tous dans le même bateau et qu’il y a des allers-retours dans nos vies, nous en sommes tous là où nous en sommes et même si nous avons tous les outils en main, il n’empêche que le cerveau est malléable, vous pouvez créer tout ce que vous voulez dans votre vie avec. Mais cela peut prendre du temps, il y a un temps entre la prise de conscience que je vous permets de faire dans ce podcast et la mise en pratique et l’assimilation des choses que vous apprenez ici, mais aussi la fluidité de la mise en pratique dans notre vie. C’est un grand écart que l’on vous permet de faire grâce à La Communauté, si vous souhaitez le faire avec nous, j’ai envie de dire que vous êtes vraiment les bienvenus et je pense que c’est un super programme (je ne suis absolument pas objective puisque que c’est mon programme, si je pensais qu’il ne l’étais pas, je le modifierais pour qu’il le soit). Dans La Communauté je vous partage toutes les semaines mes avancées en terme de développement personnel et c’est pour vous l’occasion de voir tout ces allers/retours là. Souvent on s’auto-flagelle très facilement, quand on se dit “J’en suis encore là, bon sang ! Je pensais avoir résolu mon problème de tampons émotionnels, je croyais que j’avais résolu cette problématique de ne pas oser dire “non”, je pensais que je l’avais mise en pratique…”, en réalité c’est normal. Cela demande du temps de mettre en application tous les outils, cela demande de laisser le temps à notre cognition de faire le travail. Cela ne veut pas pour autant dire d’être dans l’inaction, d’attendre sans rien faire mais de faire les actions concrètes, de mettre en application tous les outils, de créer de nouvelles pensées pour soi et de les pratiquer quotidiennement pour soi. Même en faisant cela, cela va demander un certain temps, de profiter de la plasticité du cerveau pour avancer vers cette nouvelle façon de penser, c’est pour cela qu’il est hyper important de s’entourer de pensées qui vont nous nourrir. C’est pour cette raison que j’ai créé LA Communauté avec ces mots du jour quotidien, c’est une façon pour moi de vous proposer quotidiennement 10 minutes de quelque chose qui va vous nourrir à mes yeux, et ce que je vous encourage à faire dans votre vie, que vous soyez ou non dans LA Communauté, c’est de vous nourrir d’idées qui vous assurent que vous allez aller dans la bonne direction, pour vous assurer que votre cerveau baigne là-dedans.

Vous pouvez le faire en écoutant des podcasts, en vous entourant de personnes qui sont positifs, en lisant des livres inspirants, et même visuellement, de baigner dans un environnement qui nous pousse à aller dans la direction de vos valeurs et de créer cet environnement là pour vous-même et LA Communauté est un moyen de vous proposer cet environnement, parce que je sais que nous ne sommes pas forcément enclin à vouloir choisir différemment pour nous relations amoureuses et nos relations au travail et nous sommes entourés de certaines personnes et ce programme vous permet cela. Ce que je vous encourage très souvent à faire et ce que je fais moi-même très souvent dans ces mots du jour du vendredi c’est d’accepter là où on en est parce que nous avons souvent cette frustration de se voir aller revenir en arrière, de voir tout ce qu’il nous reste à parcourir, de voir tout ce que les autres font qu’on l’on aspire à faire mais qui ne sont pas encore des choses que nous avons implémentés pour nous-mêmes, de se rendre compte qu’à chaque fois que l’on essaie on tient quelques jours mais on ne parvient pas à tenir sur le long terme parce que nous en demandons trop à notre cerveau, il nous faut aborder les choses petit à petit, mais souvent nous n’en avons pas l’envie, parce que nous voulons avoir les “gros” résultats sur le champ. Je vous encourage dans ce podcast à accepter où vous en êtes, d’accepter que le soi d’aujourd’hui il ne va pas tous les jours à la salle de sport, il ne médite pas tous les jours, il a recours parfois à des tampons émotionnels, il dit “oui” à des choses qui ne sont pas bonnes pour lui, parfois il dit “non” à des choses où il devrait dire “oui”, il n’a pas encore interagi avec les autres alors qu’il le souhaitait mais c’est là où il en est aujourd’hui. Je vous propose d’être dans la pleine acceptation de ça, cela fait partie du travail de développement personnel que d’accepter d’en être là où on en est, parce que si on ne l’accepte pas, cela va faire que nous allons être dans le rejet, nous n’allons pas être dans l’observation, si on ne décide pas consciemment de se dire que c’est “OK” que j’en sois là où j’en suis, on ne va pas l’observer, on va le fuir en permanence, nous allons être constamment dans le déni, nous allons constamment vivre dans une illusion de qui je suis, d’un moi rêvé qui n’est pas encore qui je suis actuellement, je ne vais pas pouvoir m’apporter de réelles solutions, et de vraies avancées dans ma vie si je ne suis pas en phase avec-moi même, si je ne suis pas vraiment alignée avec là où j’en suis actuellement. Passer par cette phase d’acceptation en se disant “c’est là où j’en suis maintenant”, et c’est tout à fait “OK” que j’en sois là actuellement est absolument nécessaire.

Cela va vouloir dire en pratique, me demander où j’en suis exactement dans mon développement personnel actuellement, quelles sont les choses qui sont acquises et les autres qui ne le sont pas encore, quelles sont les choses auxquelles j’aspire, quelles sont les choses qui sont vraiment importantes pour moi ? Je vous encourage vraiment à faire ce bilan, à vous poser et à vous demandez : “où en suis-je maintenant en toute objectivité ?”. Cela vous amènera à vous poser des questions pertinentes et à y apporter des solutions, quelles sont toutes les excuses que vous vous trouvez pour ne pas faire certaines choses qui sont pourtant importantes pour vous. Faire ce travail d’acceptation va vous permettre d’être dans une énergie vis-à-vis de vous-même qui est tout à fait différente. Si je ne suis pas dans l’acceptation de là où j’en suis actuellement, je vais constamment être dans la résistance, je vais constamment être dans la contradiction, je vais être dans une émotion qui n’est pas agréable en soi, parce que je vais moi-même “forcer la porte” en quelques sortes, ça va grincer.

C’est un peu comme si j’essayais d’enfoncer une porte plutôt que d’essayer de comprendre où est la poignée.

Imaginez que vous avez cette porte devant vous et que vous voulez en forcer l’entrée, ce n’est pas une approche efficace, alors que si vous preniez juste un peu de temps pour vous dire : “ok, la porte n’est pas ouverte et moi j’ai envie qu’elle le soit, il faut que je me demande quel est le mécanisme qui me permet d’ouvrir la porte ?”, ce geste de se poser et de se demander ce que je peux faire c’est vraiment ce moment d’acceptation de là où j’en suis, cela ne sert à rien de vouloir forcer cette porte à tout prix et de rentrer dedans comme si elle était ouverte alors qu’elle ne l’est pas. Qu’est-ce que je voudrais changer, qu’est-ce que je vais pouvoir mettre en place ? Vous allez voir que de plutôt être dans la résistance, et peut-être même dans l’auto-flagellation, la culpabilité et tout ce corpus d’émotions que vous pouvez générer pour vous-même en observant votre vous du passé qui n’a pas mener les actions qu’elle s’était promis de mettre en place, eh bien le fait d’être dans l’acceptation va générer pour vous-même une émotion globale de paix, de calme, l’amour de soi. C’est souvent quelque chose qui vous manque quand vous venez me voir en coaching, l’amour de vous, de vous aimez et de vous acceptez tel que vous êtes là maintenant. Vous allez voir que d’être dans cette émotion là plutôt que d’être dans la résistance et la culpabilité, les émotions d’acceptation et d’amour de soi vont être beaucoup plus créatrices. Imaginez-vous et projetez-vous, qu’est-ce que cela pourrait changer si dès aujourd’hui vous ne ressentez plus aucune culpabilité, qu’à la place vous aviez de l’amour, que vous étiez en train de vous dire “je suis exactement là où je devrais être dans ma vie, c’est OK d’en être là où j’en suis”, vous allez voir que cela va changer pas mal de choses dans la façon dont vous allez aborder la suite. Vous allez aborder la suite dans une énergie positive. Souvent, l’objection que vous me donnez et la suivante : “si j’accepte là où j’en suis, c’est comme si je l’excusais, si je me sens bien et que j’accepte là où j’en suis, si j’arrive à créer des émotions positives pour moi dans cette situation qui ne me convient pas, et donc à me sentir bien comme ça, cela fait que je n’ai plus aucune raison de changer et d’évoluer”. J’ai envie de vous dire : “quel est le problème avec ça ?”, si effectivement vous vous rendez compte que vous avez accepté la situation actuelle, vous n’avez plus de raison d’avancer, vous n’avez donc plus à changer des choses dans votre quotidien, j’ai envie de dire que c’est tant mieux ! Si vous êtes bien là où vous en êtes quel est le problème ? 

Je parie que la très bonne chance pour laquelle vous avez cette peur, c’est qu’il y a de vraies raisons qui font que vous avez envie d’avancer et qui vont surpasser ce bien-être immédiat, ce n’est pas parce que vous vous sentez bien maintenant et que vous arrêtez de vous auto-flageller parce que vous avez mangé des cookies hier et que vous êtes en surpoids, ce n’est pas parce que vous acceptez que c’est là où vous en êtes et qu’en ce moment vous mangez vos émotions en mangeant des cookies, ce n’est pas parce que vous acceptez là où vous en êtes que vous acceptez cette situation comme quelque chose qui est ok pour vous, peut-être que vous n’êtes pas ok avec cette situation mais là vous avez juste la capacité de créer de l’amour et de la bienveillance envers vous-même, cela ne veut pas dire que du point du vue valeurs globales, les actions globales que vous mettez en place sont en accord avec qui vous êtes, peut-être que vous avez envie de les changer mais vous n’êtes pas obligé de le faire en partant avec des émotions de haine et de culpabilité, je dirais même que lorsque vous partez de ces émotions cela ne marchera tout bonnement pas sur le long terme. Personne n’a atteint de grand objectif en se détestant sur le chemin, où alors il n’apprécie pas les objectifs qui sont les siens. Il y a très certainement des athlètes pour qui c’est le cas j’imagine mais est-ce qu’ils sont heureux au final ? Les personnes qui réussissent dans leur vie, pas au sens réussite sociale mais dans le sens : “je suis heureux, j’ai réussi à faire quelque chose qui a de la valeur pour moi”, ce ne sont pas des personnes qui se sont détestées durant tout le chemin. Le besoin est d’être dans l’amour de soi dès le départ, et la première étape est d’accepter là où j’en suis, et m’autoriser à m’aimer tel que je suis maintenant.

Je vous propose de vous demandez : quelles sont les choses sur lesquelles où là aujourd’hui que j’aimerais faire évoluer, donnez vous cette autorisation d’être ok avec le fait d’être là où vous en êtes, et de vous demandez quelles sont les actions que vous allez faire dans le futur pour que cela change et pour vous sentir davantage vous-même et de prendre la décision dès aujourd’hui de ne plus vous auto-flageller, de ne plus vous détester et de décider maintenant que c’est là où vous en êtes, je vous propose de vous autorisez d’accepter que vous en êtes là où vous en êtes, qu’il n’y a rien qui ne va pas ici, même si vous avez de nombreuses connaissances eh bien c’est ok que vous ne les avez pas encore toutes mises en application et que vous avez pris la décision de changer les choses, cela peut passer par le fait de passer par LA Communauté notamment, c’est quelque chose qui va vraiment dans cette direction à mon sens, de vous aider à faire ce chemin là, mais cela peut être par un autre biais mais je vous en prie prenez cette décision pour vous-même, cela me paraitrait être une très belle chose à faire à la suite de ce podcast là. 

Je m’arrête là pour aujourd’hui, je vous embrasse et je vous souhaite une très belle semaine et je vous dis à vendredi prochain !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *