#121 – Ce que j’ai appris en montant mon équipe


Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet coach certifiée et dans ce 121ème épisode nous allons parler du fait de monter une équipe parce que j’ai envie de vous faire un bilan sur ce qu’il s’est passé cette année, sachant que j’enregistre cet épisode mi-décembre 2019 et j’ai beaucoup de choses à vous raconter, et j’ai envie de prendre un temps dans le podcast pour vous parler d’entrepreneuriat, de ce qu’il s’est passé cette année dans Se Sentir Bien, dans cette entreprise qui s’est développée depuis quelques années. Il faut savoir que le podcast a 2 ans et demi à l’heure où je vous parle et il s’est passé énormément de choses et avant cela je créais déjà du contenu depuis longtemps sur YouTube puisque ma chaine a passé le cap des 7 ans. J’ai seulement créer un business depuis 2017, c’est tout récent. J’aime vous faire un bilan au fur et à mesure, de vous montrer tout ce que j’apprends au fur et à mesure, de vous le partager pour que cela puisse également vous inspirer à titre personnel, que vous soyez vous-même entrepreneur ou non, et pour les personnes qui sont dans le même type de business que moi, eh bien que cela puisse aussi leur montrer un exemple de ce qui est possible, c’est vraiment quelque chose qui m’inspire que de vous proposer ce type de contenu. J’adore faire des bilans, rien que pour moi plus tard je trouve cela intéressant, je n’ai pas encore été curieuse au point d’aller réécouter mes bilans précédents, mais je pense que je le ferais par curiosité, juste pour voir quelles étaient mes victoires à la fin des années précédentes. 

Mon bilan business 2019

Cette année, il s’est passé quelque chose d’assez exceptionnel, c’est à dire que j’ai monté une équipe, l’année dernière à la même époque nous étions deux avec Claudia, qui était mon assistance à ce moment là, et maintenant nous sommes une quinzaine, vous voyez un peu la différence. Je n’en parle pas forcément beaucoup dans le podcast, mais si vous êtes abonné à LA Communauté, vous en entendez parler dans la mesure où je vous fait un bilan de ma semaine et je vous parle du développement personnel, je vous parle énormément de ce qu’il se passe en terme d’entrepreneuriat, de ce qu’il se passe dans ma vie d’entrepreneure parce que c’est une grande part de mon développement personnel, et je crois que c’est ce que j’aime le plus dans ce métier c’est que cela me pousse à faire mon propre développement personnel, que je sois entrepreneur en tant que coach en émotions et en développement personnel. L’entrepreneuriat est un domaine qui oblige à faire grandir en tant qu’individu, je vous en ai déjà parlé lors d’un précédent bilan. A chaque étape, à chaque nouveau challenge, à chaque fois que l’on veut avancer, il faut faire face à des croyances limitantes, nous avons de nombreuses croyances sur ce qui est possible et sur ce qui ne l’est pas, sur l’argent, sur ce que vont penser les autres… On est constamment face à nos peurs, constamment en train de sortir de notre zone de confort, nous sommes constamment en train d’essayer de nous prouver que nous sommes en train que nous sommes capables de faire des choses que l’on ne soupçonnait même pas, puisque ce sont des choses que nous n’avions jamais créés auparavant. Je crois que c’est ce que j’aime le plus dans l’entreprenariat, c’est le fait que cela m’oblige à grandir, cela m’oblige à croire, à me connaître davantage en tant que personne, à être de plus en plus proche de qui je suis vraiment, et c’est ça que j’ai envie de vous partager aujourd’hui. 

Je vais vous parler notamment du fait d’avoir monté une équipe parce que pour moi ça n’était pas du tout quelque chose d’inné, j’avais énormément de croyances au moment où j’ai commencé en tant qu’entrepreneure, je vous partage tout avec authenticité parce qu’il y a des choses que je crois à un moment donné et sur lesquels j’évolue et auquel je finis par ne plus croire au final. Je trouve cela hyper intéressant, c’est une démarche volontaire que de vous partager mon avancée, parmi mes croyances il y avait le fait que j’avais beaucoup de mal à travailler en entreprise, je ne supportais pas le travail d’équipe de manière générale, ce n’était pas quelque chose qui ne me parlait pas trop, je suis quelqu’un d’assez autonome et indépendante et j’aimais bien penser seule à l’organisation de mon travail toute seule comme une grande, faire mes tâches seule sans que l’on vienne me fliquer, ce n’est vraiment pas quelque chose qui me parlait, je ne retrouvais jamais cela dans le salariat, je sais que cela existe dans le salariat, en tout cas je ne l’avais jamais vu dans mon domaine d’expertise, pour ceux qui viennent de nous rejoindre, il faut savoir que j’ai un doctorat en astrophysique, je viens du milieu de la recherche, j’ai travaillé dans ce domaine, j’ai fait le métier de chercheur, j’ai enseigné la physique à l’université dans les premières années de fac de médecine, j’ai également enseigné les mathématiques au collège et lycée notamment, j’ai aussi travaillé en tant que développeuse dans le web, et un peu de “data science”, j’ai vraiment eu un parcours qui n’avait rien à voir avec l’entreprenariat à la base, ce qui m’y a amené c’est le fait d’avoir ce besoin de liberté, ce besoin de gérer mon temps, le besoin d’autonomie, le besoin de liberté financière également, et surtout la quête de sens et le fait de trouver que le système était absurde dans mon entreprise, notamment dans le dernier job que j’ai fait avant d’être à mon compte. Je trouvais souvent les process complètement absurdes, je trouvais que l’on m’imposait d’être là à un endroit par peur que je ne travaille pas si j’étais chez moi alors qu’en réalité on n’avait rien à me donner à faire, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de défaut par rapport à la façon dont on perçoit le salariat, qui est un problème systémique. J’avais vraiment cette envie de créer quelque chose qui m’appartienne, pour ma liberté, pour des raisons très personnelles et égoïste, mais aussi parce que j’avais ce besoin de sens, ce besoin de faire quelque chose d’utile, ce besoin de contribution. J’ai appris que la contribution était vraiment dans mes valeurs les plus hautes. Je n’ai pas besoin d’avoir un retour à ma contribution à proprement parlé même si c’est quelque chose que j’adore sur Internet, même dans la rue lorsque je vous croise, quand vous me reconnaissez et que l’on discute… 

J’adore lorsque vous me faites des retours, mais moi ce qui me plait le plus c’est d’apprendre des choses, je suis sur cette Terre pour apprendre des choses, je possède des talents qui sont inhérents à ma personne, je n’ai rien fait de spécial pour les avoir, il y a des choses qui sont faciles pour moi comme m’exprimer, parler en public ou devant une caméra… Ce sont des choses qui sont faciles pour moi et qui ne le sont pas forcément pour la plupart des gens. C’est presque un don, même si j’imagine qui’l y a des dons qui sont plus “sexy” que de parvenir à parler en public sans difficultés. J’ai la sensation que j’ai ce devoir d’utiliser ce don pour contribuer. J’ai l’impression que j’ai besoin de mettre cette pierre à l’édifice, c’est un peu la sensation que j’ai avec ce podcast, avec mes deux chaînes YouTube également, j’ai appris au cours du temps que de mener tout cela était vraiment important pour moi pour me sentir complètement moi-même, me sentir alignée, j’avais vraiment ce besoin de contribution, chose que je n’avais absolument pas dans les métiers que j’ai pu faire avant cela. 

Cette année, le fait d’avoir vraiment bien compris les valeurs qui me motivaient vraiment dans le travail que je faisais ici, notamment la contribution et la croissance. Il faut savoir que j’ai vraiment besoin de croître à titre personnel, le développement personnel prend énormément de place dans ma vie, c’est quelque chose que je valorise intensément, c’est quelque chose que je trouve extraordinaire, qui peut changer des vies, qui a changé ma vie, et qui change beaucoup de vies autour de moi. J’ai compris que c’était des choses qu’il était important de nourrir pour moi à travers mon travail, c’est quelque chose que je fais à travers ce podcast mais aussi à travers toute l’entreprise Se Sentir Bien, à travers le coaching que l’on propose, et tout le travail que l’on mène au sein de l’entreprise et dans cet objectif de contribution, je me suis rendue compte qu’en faite, finalement, si je voulais contribuer au mieux, il allait falloir que je change ma façon de faire, la façon dont j’ai pu faire grandir cette entreprise jusqu’à un certain stade, n’était pas la façon dont j’allais la faire grandir à l’étape suivante et ainsi de suite… C’est quelque chose que j’ai appris de mes mentors dans le business et l’entrepreneuriat, en écoutant des personnes qui avant moi on construit des entreprises, je ne comprenais pas vraiment ce que cela signifiait au début mais j’avais entendu dire que la façon dont tu parviens à ton premier million d’euros/de dollars de chiffre d’affaire, ce n’est pas la façon dont tu arriveras à ton premier 10 M de CA, parce qu’il va falloir changer des choses dans ta façon de faire.

L’une des choses importantes à faire ça a été de monter une équipe et à ce moment là, je pensais que j’avais besoin d’autonomie et je ne me voyais absolument pas monter une équipe. J’avais les croyances du type : “je suis juste une femme qui fait ses trucs dans son coin, et non une chef d’entreprise avec une équipe, avec plusieurs personnes qui travaillent avec moi en collaboration”. Ce n’était pas du tout quelque chose que je visualisais, et il a fallu que je devienne cette personne là pour pouvoir passer à l’étape suivante, la première année du podcast, j’ai commencé le coaching cette année là (en 2017). J’ai commencé à avoir des revenus cette année là grâce à mon entreprise, j’ai commencé à avoir davantage de revenus notamment grâce à mon activité en matière de coaching, je me suis lancée là-dedans, j’ai créé des produits dans ce domaine d’activité. J’ai fait 70 000 euros de CA ma première année d’activité, j’ai pu retirer des dividendes à la fin de l’année qui m’ont permis de vivre le début de l’année 2019 sans me verser de salaire, j’ai du créer un statut d’entreprise qui soit différent d’une micro-entreprise, j’ai donc créer une SASU, et selon mes projections SSB aura fait en 250 000 et 300 000 euros de CA, il faut que j’attends de voir mon bilan comptable pour avoir une idée plus précise du montant. Je sais qu’il y a 260 000 euros qui a déjà été encaissé, il y a encore des factures qui trainent de-ci de-là, et il y a des montants sur le Paypal, d’autres sur notre compte Stripe, d’autres par CB, d’autres par virements… Il y a de l’argent qui rentre de différentes manières, je n’ai pas le montant exact mais c’est quelque chose de cet ordre là. 

Vous voyez que l’entreprise a fait un bond assez important en terme de chiffre d’affaire et évidemment, on ne fait pas 250 000 euros de CA de la même manière que l’on fait 70 000 euros de CA. D’un point de vue structurel ce n’est pas la même chose, il a fallu que j’apprenne cela, il a fallu que je me dise que j’allais passer à l’étape suivante, et que je me dise que j’allais faire grandir l’entreprise. Vous n’avez pas idée à quel point j’ai eu peur de faire cela. J’ai dû travailler sur énormément de croyances, c’était très riche, j’ai passé une année très dense en terme d’apprentissage, j’ai dû travailler sur le fait de me préparer à recevoir cette somme, je me disais que cela représentait énormément d’argent, je me demandais si méritais cette somme, je me demandais ce que les gens aller penser autour de moi du fait de gagner autant d’argent, est-ce que je suis capable d’aider autant de personnes que je le souhaite, il a fallu créer des accompagnements à la hauteur de ce que j’imaginais. J’avais déjà fait des programmes de coaching l’année dernière mais cette année je l’ai vraiment pensé différemment. Le but pour moi était de pouvoir me verser un salaire, de faire grandir ce projet et d’y aller.

Il a donc fallu que je change d’identité, il a fallu que je passe de :

“je suis juste une petite meuf qui fait ses trucs dans son coin et qui ne demande rien à personne, qui n’a pas de prétentions” à “en faite j’ai envie d’y aller, j’ai envie de créer une société badass, qui aide des milliers de gens, qui fait quelque chose de génial, et qui change des vie”.

Pas que ce soit moi qui change les vies directement oui ma société mais qui donne les clés aux personnes qui le souhaitent pour qu’elles changent leurs vies. Et c’est vraiment de cette façon que j’envisage ma contribution maximale, et pour cela il a fallu que je change d’identité. Il a fallu que je passe sur une identité de cheffe d’entreprise qui veut le meilleur pour sa société, pour les personnes qui travaillent pour elles, pour les clients. Il a fallu créer un tout autre écosystème, créer des produits différents qui puissent être scaler, parce que l’on passe de “je fais moi-même des heures de coaching tous les jours” à “il faut que je passe du temps à réfléchir à la stratégie, à gérer une équipe, à penser d’une manière où l’on peut avoir les mêmes résultats, voir de meilleurs résultats sans tout à faire soi-même, et en déléguant, en faisant des groupes, des vidéos en amont pour ne pas avoir à répéter la même chose à tous les clients”. Il a fallu créer des process et réfléchir en terme de force de frappe lorsque quelqu’un vient vers moi pour résoudre une problématique grâce à du coaching, où est-ce que j’ai ma plus grande puissance ? Il se trouve que là où je suis la meilleure dans le coaching c’est sur le fait de lever les croyances limitantes, aller dans le “no-bullshit”, ce qui fait qu’il fallait que je focalise ma pratique du coaching à cet endroit et que tous les autres aspects du coaching soient pris en mains par des personnes autres que moi. Je crois que la chose que j’ai appris cette année dans le fait de déléguer c’est qu’il a fallu lâcher-prise par rapport au fait de me dire : “oui mais ce projet est mon bébé, c’est moi qui connait tout de A à Z dans l’entreprise”. Je suis passée de “je fais tout dans l’entreprise” à “maintenant je fais que ce pour quoi je suis la meilleure, là où j’ai le plus de puissance”, pour moi c’est clairement l’enseignement, que ce soit via ce podcast, via les conférences, sur les ateliers, les immersions que j’organise… Dans tous les contenus que je peux faire, mais aussi par l’intermédiaire de tous les groupes de coaching, et dans le coaching individuel, et aussi dans tout ce qui touche aux croyances limitantes, ce que j’aime appeler le “coup de pied aux fesses professionnel”, c’est toujours quelque chose que je fais avec bienveillance et ça le sera toujours si vous écoutez le podcast depuis le début, il y a toujours ce côté intransigeant, ce que j’aime c’est : écouter quelqu’un, entendre le bullshit qu’il se raconte et arriver à lui montrer et à être intransigeant, lui dire : “ça fait mal, ça te fait peur, je comprends, mais je ne vais pas te lâcher sur ce point loader et je vais le faire pour ton bien, tu te racontes une histoire et pour ton bien, je ne peux pas le tolérer, ma conscience professionnelle ne peut pas le tolérer, j’ai envie que tu le vois, je vais te faire utiliser des outils jusqu’à ce que tu puisses le voir par toi-même et te l’approprier, jusqu’à ce que tu puisses en faire quelque chose”. Evidemment, en coaching je ne m’y prends pas comme je viens de vous le dire, c’est le coaché qui sait quel est son problème, mais par contre il y a pleins de choses que l’on voit en tant que coach, on va poser des questions à la personne pour lui faire prendre conscience ou pour invalider ce que l’on pense avoir vu. Le but n’est bien évidemment pas de projeter ses croyances, sinon il ne s’agit pas là de coaching, cela s’appelle alors du conseil et ce n’est pas du tout ce que l’on fait. 

Ce que j’ai appris également en déléguant, c’est que si je voulais aller plus loin, si je voulais grandir en tant qu’entreprise, il allait falloir que je comprenne que je n’étais pas la meilleure partout dans ce que je faisais dans l’entreprise. Il y a de nombreuses tâches que je sais faire mais pour lesquelles je suis vraiment nulle, que je suis certes capable de faire, que j’ai appris à faire… Par exemple, le fait de gérer des mails n’était pas quelque chose d’inné pour pour, je suis nulle en orthographe, je crois que vous l’aurez remarqué. A chaque fois que j’envoie une newsletter de façon impromptue et que ça n’a pas été passé au crible, relue, reformulé par Marina (c’est son travail de relire les emails marketing au sein de l’entreprise), et lorsque c’est moi qui m’en occupe de façon un peu rapide sans trop de réflexion au préalable, il est toujours bourré de fautes et à chaque fois on se fait insulter par les gens qui le reçoivent qui nous disent que ce n’est pas sérieux d’envoyer un mail bourré de fautes d’orthographes. Et c’est tout à fait normal parce que ce n’est pas là où je suis là meilleure en réalité. Ce que j’ai appris en déléguant c’est que si je voulais aller plus loin, il allait falloir de l’excellence dans l’entreprise, je ne peux pas passer de 70 000 euros à 250 000 euros sans élever le niveau, sans devenir meilleur à ce que je fais, ce n’est pas juste faire la même chose 10 fois, c’est vraiment élever le niveau en terme d’excellence, et pour ce faire il allait falloir trouver des collaboratrices qui allaient être meilleurs que moi sur certains aspects, ce qui fait que j’ai embauché des personnes en Freelance, et ce pour des raisons de liberté, chacune d’entre elles possèdent sa propre entreprise, elles ont des valeurs entrepreneuriales, elles sont toutes très indépendantes, et possèdent leur propre autonomie. Je sais qu’il y a de nombreuses personnes qui ne seront pas en accord avec ces valeurs là mais en ce qui me concerne ce sont des valeurs qui me parlent. Chacune d’entre elle, individuellement, sont meilleures que moi sur le poste qu’elles occupent. Et c’est ça la toute puissance dans le fait de déléguer, et c’est ce que j’ai vraiment appris cette année, c’est que si je voulais grandir il allait falloir que j’apprenne à me dire où je ne suis effectivement pas la meilleure, et si je peux mettre quelqu’un à ce poste qui est bien meilleur que moi pour effectuer cette tâche. 

Nous avons bien entendu dû mettre en place des process, j’ai d’ailleurs appris que j’adorais gérer une équipe. J’avais cette croyance que je n’allais faire que du management, que je n’allais plus pouvoir enseigner ou coacher… Alors que ce n’est pas vrai du tout. J’ai appris que gérer une équipe ça allait aussi être le fait d’apprendre à chacune des membres de l’équipe à devenir une leadeuse. C’est pour cette raison que je me tourne vers des profils de femmes entrepreneurs parce que la façon dont je vois ça, ce n’est pas du micro-management dans le sens : je vous donne des tâches et vous les exécutez sans vous poser de questions, il s’agit plutôt de dire que je n’ai pas le temps de tout faire dans l’entreprise, c’est humainement impossible de tout mener de front, je ne suis pas la meilleure à cette tâche alors je te donne cette responsabilité. Par exemple : Claudia est responsable de LA Communauté, l’objectif est qu’il y ait tant d’inscrit et que ces personnes aient tels résultats. Après la membre de mon équipe se charge de gérer les détails : elle me fait des propositions, elle peut créer des choses, réfléchir à la meilleure stratégie pour cela. Si elle me dit qu’il lui faut davantage de budget ou une aide quelconque, je compte sur elle pour me le faire savoir. Mon rôle est vraiment d’empouvoirer toute l’équipe. Faire cet apprentissage a été quelque chose d’incroyable pour moi en terme de développement personnel. Il y a une phrase que m’a dit mon coach en business de nombreuses fois cette année : “Vos résultats dans votre entreprise ne seront jamais plus élevés que votre niveau de développement personnel”. Je l’ai toujours vérifié dans mon expérience personnelle, nous sommes obligés de grandir en tant que personne pour grandir en tant qu’entrepreneur-e, c’est ça que je trouve tellement passionnant. Cette année, j’ai appris de nombreuses choses, notamment que recruter sans avoir passé un processus de recrutement et recruter “à l’affect”, ce n’était pas une bonne idée, j’ai aussi bien intégré qu’il fallait des process pour que tout se déroule bien au sein de l’entreprise, j’ai appris à empouvoirer les membres de mon équipe, à faire en sorte que les membres de mon équipe soient au meilleur poste dans l’entreprise, là elles sont les meilleurs, là où elles gagnent le plus et où elles délivrent le mieux. J’ai appris que j’adorais ça, j’ai tellement de gratitude, vous n’avez pas idée de la gratitude que je ressens, j’ai l’impression d’attirer à moi que les bonnes personnes, je le fais vraiment avec tout mon coeur, toujours dans cette volonté de contribuer et c’est avec ces valeurs là que j’attire à moi les bonnes personnes au sein d’SSB. 

Là nous nous apprêtons à partir en voyage d’équipe au moi de janvier/février, nous allons au Canada parce que l’une de nos collaboratrice Leïla habite là bas et elle souffre d’une fibromyalgie et pour c’est compliqué pour elle de prendre l’avion, ce qui fait qu’il y a toute l’équipe qui se déplace là-bas pour la rejoindre. Nous allons travailler ensemble sur la stratégie 2020, nous allons parler des avancées de l’entreprise, nous avons de grandes ambitions pour 2020, même en terme de produits nous avons de grandes ambitions pour cela. Ne serait-ce que pour LA Communauté, nous sommes en train de faire évoluer le produit, à la base c’était un abonnement à 19 euros (prix 2019) par mois. Ce produit a vraiment été créé pour les auditeurs du podcast, ce produit est pour vous si vous êtes actuellement en train d’écouter le podcast mais que malgré tout vous ne parvenez pas à appliquer les outils dont je parle dans le podcast. Vous vous rendez compte que vous le faite peut-être très brièvement dans votre tête mais en réalité vous ne posez pas sur le papier les modèles de Brooke Castillo, en réalité vous ne travaillez pas sur vos valeurs, vous ne faites pas de flot de pensées, vous ne faites pas ce travail de vous fixer des objectifs et de les atteindre. Vous voulez le mettre en pratique et nous chez Se Sentir Bien nous nous sommes posés la question de comment nous pouvions vous aider à faire cela. Nous avons créé ce produit, et en janvier 2020 nous envisageons même de vous proposer des coaching de groupe, parce qu’à la base, ce produit ne comprenez que de l’auto-coaching pur et dur, nous allons inclure des coaching de groupe au sein de LA Communauté. Ce n’était pas orienté vers un résultat précis, ce n’est pas un coaching en business ou en perte de poids… Nous avons des programmes dédiés à ça et qui ont été pensés pour vous amener au meilleur résultat possible. Cela va vous permettre de vous donner accès à du coaching sur certains aspects de votre quotidien, même s’il est évident que cela ne va pas vous permettre d’atteindre vos grands objectifs de vie si vous avez un projet précis, mais pour beaucoup de personnes c’est suffisant, avoir un peu de coaching de temps en temps. Nous sommes tellement heureuses de pouvoir vous proposer ce produit.

D’ailleurs, cela me fait penser que pouvoir proposer cela, nous allons augmenter le prix de ce produit, pour pouvoir compenser les frais que cela génère d’avoir des coach supplémentaires qui se rendent disponibles pour vous dans LA Communauté, le fait que Claudia ne soit plus assistante mais coach désormais, elle s’occupe de ce produit de A à Z. Dès le 1er février 2020 ce produit passe à 34 euros par mois, ça reste un prix abordable et c’est l’idée que nous avions en le proposant ainsi. Nous voulons que ce soit accessible pour tous. Cela m’a permis aussi d’apprendre que je ne pouvais pas gérer une équipe d’une telle ampleur sans budgétiser les rémunérations des membres…

C’est vraiment tout un monde que je découvre, j’en suis ravie.

Les coaching que je propose en individuel et en groupe, nous avons un programme sur la perte de poids et la relation à la nourriture, c’est à dire concrètement : arrêter de tamponner ses émotions avec de la nourriture, et nous avons un programme business qui s’adresse aux entrepreneurs sous la forme de mentorat. Cela s’adresse aux personnes qui ont déjà une entreprise, et qui ont envie de développer leur entreprise sur internet, cela peut se faire pour des personnes qui font un travail d’accompagnement par exemple, et qui veulent faire un bond en terme de business, peut-être s’inspirer du travail que j’ai fait avec ma propre entreprise, peut-être même monter leur propre équipe, le but du jeu est de leur proposer du coaching émotionnel, travailler sur les peurs, les doutes, les croyances limitantes, lever les blocages sur l’argent car c’est très fréquent d’en avoir lorsque l’on créé sa propre entreprise, et également profiter de mon expertise dans le domaine. C’est pour cette raison que je vous disais que cela s’adresse plutôt à des personnes qui font un métier similaire au mien, c’est là que vous pourrez le mieux bénéficier de mon expertise, si vous avez envie de faire partie du mentorat, il y aura des immersions qui sont prévues, en petit groupe (6 à 8 personnes), c’est vraiment quelque chose de hautement privilégié où nous allons passer quelques jours dans une très belle villa dans un bel endroit dans le monde pour travailler sur votre projet et votre entreprise, pour aller chercher vos blocages en profondeur, faire du haut de gamme et vous emmener vers votre vie de rêve. Ce qui me motive le plus dans ce que j’appelle la contribution c’est vraiment de voir des personnes réaliser leur rêve, je vois tellement grand pour la suite, alors évidement je ne suis pas encore la personne qui est capable d’apporter autant de valeur au monde, mais j’ai tellement envie que dans le futur je puisse permettre à d’autres personnes d’y parvenir aussi, que ce soit pas l’intermédiaire de financements, de coaching… de réaliser leur rêve, c’est quelque chose qui me parle énormément, si vous avez envie d’en faire partie, nous sommes en train de compléter l’effectif pour l’année en cours. Si vous voulez aller y jeter un coup d’oeil vous pouvez vous rendre sur sesentirbien.coach/coaching, vous aurez la possibilité de prendre rendez-vous avec l’une de mes coach si vous voulez faire partie du programme perte de poids mais que vous n’êtes pas certaine que c’est vraiment ce qui vous convient, elle vous recevra gratuitement, ou alors vous pouvez également demander un appel pour le mentorat en business. 

Tout ça pour vous dire que je n’aurais jamais été en mesure de faire tout cela si j’avais été toute seule et j’ai une gratitude infinie envers mon équipe, elle m’a empouvoirée, les filles sont incroyables. Je ne manque pas de superlatifs à leur égard en réalité, et même s’il est évident qu’il y a des personnes avec lesquelles on s’entend plus ou moins bien puisque nous n’avons pas les mêmes objectifs sur le long terme, et même dans ce cas de figure, tout le monde est ressorti de cette expérience grandi, il y a quelques temps je me disais que j’avais une chose inouïe, mais en faite c’est juste que la vie est bien faite et que lorsque l’on est aligné avec soi, on attire les choses dont on a exactement besoin. Ce matin j’étais extrêmement émue parce que j’enregistre ce podcast le jour de sa sortie parce que je suis un peu en retard, j’étais malade aussi et je n’avais plus de voix, on part en vacances de Noël aujourd’hui et dans le Slack (messagerie professionnelle), il y avait des messages de la part de toute l’équipe et Marina nous a envoyé un petit message sur notre groupe Whatsapp, elle nous disait qu’elle avait les larmes aux yeux en écrivant son message de vacances tellement elle adorait travailler avec nous, sur le fait d’avoir de la gratitude pour le fait de nous avoir rencontrés et qu’elle ne s’était jamais sentie aussi bien dans un travail. Moi ça me fait tellement plaisir, vous le voyez mais la contribution à mes yeux, ce n’est pas juste au niveau des clients et du podcast mais aussi au niveau de mon équipe. C’est un tout, on m’aurait dit ça il y a quelques années mais je n’aurais même pas pu l’imaginer en réalité, je trouve ça incroyable, j’ai une gratitude infinie pour la vie, pour la moi du passé qui s’est dit : “ok, je vais faire face à mes peurs, je vais y aller malgré tout, je ne sais pas où cela va m’emmener, je suis mon intuition et je continue”, j’ai de la gratitude pour la moi d’aujourd’hui qui est en train de mener toutes ces actions pour la moi du futur, j’aime par anticipation la moi du futur et je me dis, ok fais ça pour elle, et fais ça pour ce qui va être fait grâce à cela en faite.

A ce stade, cela fait déjà longtemps que tout ça n’est plus à propos de moi en réalité. Nous sommes dans une dynamique où j’ai envie que toute mon équipe soit empouvoirée où j’ai envie que toutes les clientes soit empouvoirées également et je trouve ça juste incroyable. J’adore ce métier et j’ai appris tellement de choses en montant mon équipe. J’ai même peur de ce qu’il va se passer l’année prochaine, et de me dire comment cela est possible que cela soit encore mieux que ça ? 

Cette année, dans le groupe Facebook des anciennes clientes que l’on a aidé cette année, elles sont environ 150 il me semble, c’est énorme, je me dis qu’il s’ajoute à ça les 300 personnes qui sont actuellement membres de LA Communauté, je me dis que c’est incroyable le nombre de personnes que l’on peut impacter et j’ai tellement hâte de voir ce que l’avenir nous réserve, et tout ce que cela va nous permettre de faire, il y a de très nombreux projets au sein de l’entreprise, j’ai énormément de gratitude envers la vie et pour la moi du passé qui a eu peur et qui a agit malgré tout, pour cette audience qui écoute ce podcast. J’ai l’impression que la valeur de contribution est double ici, en effet le podcast vous apporte, le travail que je fais ici contribue et ce n’est pas pour que l’on me jette des fleurs que je le fais, en réalité c’est surtout pour nourrir ma propre valeur, mais j’ai l’impression que vous aussi vous contribuez à ma vie sans vous en apercevoir. En écoutant ce podcast, en travaillant sur vous même, en nous faisant des retours, en achetant nos programmes de coaching, et je pense surtout aux personnes qui ont acheté notre coaching haut de gamme cette année, notamment ceux que je vois demain lors du repas de Noël avec les anciennes clientes VIP, je pense à vous, car c’est grâce à elles, à toutes ces personnes qui ont investi sur elle, qui ont choisi d’investir plusieurs milliers d’euros, plusieurs dizaine de milliers d’euros pour les coaching en business notamment, que vous faisiez déjà un certain CA et que vous souhaitiez investir dans SSB via un coaching, c’est parce qu’il y a des personnes qui sont OK de miser sur elles, de se dire qu’elles vont générer la valeur nécessaire pour s’offrir cet accompagnement, qu’il y a aussi l’existence de ce podcast gratuit. Toutes les personnes qui ne sont pas forcément encore prêtes à investir sur elles parce qu’elles n’en ont pas encore les moyens pour l’instant, parce qu’elles n’ont pas encore les clés pour le créer pour elles-mêmes, je trouve ça tellement puissant car pour moi, la valeur de contribution est aussi de votre fait à tous. Je l’ai déjà dit sur le podcast mais je ne le répèterais jamais assez mais il est primordial pour moi que la connaissance soit gratuite et accessible à tous, la seule chose qui n’est pas gratuite chez SSB c’est l’accompagnement. Pour moi c’est une façon comme une autre de redistribuer l’argent, des plus riches vers les personnes qui n’ont pas les plus gros moyens parce que cette société est hautement déséquilibrée et c’est comme ça que fonctionne le système et ce n’est pas moi qui vais être en mesure de la changer à ma petite échelle, pas avec un podcast, peut-être avec de la politique (quoi que je n’en sois pas certaine). J’ai vraiment l’impression que nous sommes parvenus à un équilibre chez SSB qui nous permettent d’équilibrer les choses. Je trouve ça génial.

Je suis vraiment tellement contente de l’avancement qu’il y a eu au cours de l’année 2019, j’ai du grandir et m’élever mais c’est aussi le cas de tous les membres de l’équipe et c’est quelque chose qui me rend tellement fière, je me dis que l’année prochaine va surement être incroyable parce que nous sommes en train de restructurer l’entreprise pour que les process soient encore plus huilés. Et qu’il y ait moins de ratés si possible, parce qu’il est normal qu’il y en ait, nous avons fait de nombreuses erreurs et nous continuerons surement d’en faire malgré nous. A chaque fois nous rattrapons ces erreurs, il y a une communication très fluide au sein des membres de l’équipe, il y a aussi eu des moments très durs. Je vous dépeint les choses comme si tout était idéal mais ce n’est pas le cas comme vous pouvez l’imaginer, il y a eu des moments très difficiles où j’étais en burn out, des moments où j’ai eu peur et où je me disais que je n’y arriverais jamais, il y a des produits que j’ai lancé et qui n’ont pas du tout fonctionné, les premières années je me rappelle avoir eu pleins de bides et ça me rappelle qu’il faudrait que je vous en fasse une vidéo, souvent on voit que ce qui fonctionne et on ne se rend pas compte qu’un entrepreneur est quelqu’un qui a connu de nombreux revers mais qui finit toujours par se relever. 

Voilà pour le bilan de tout ce que j’ai appris cette année. 

Je vais m’arrêter là en espérant que cela vous booster si vous êtes également dans cette démarche là. J’ai connu le fait d’avoir des difficultés à finir les fins de mois, de ne pas pouvoir vivre de son business, de faire des petits boulots à côté de son activité, de ne pas savoir si cela va fonctionner, de se sentir illégitime… Je suis certaine que cela est possible pour vous d’aller dans la direction qui est la meilleure pour vous et j’ai oublié de vous dire également mais l’une des choses hyper importante que j’ai oublié de mentionner c’est que j’ai été certifiée de The Life Coach School, c’est un bel accomplissement également, mais c’est vrai que ce n’est pas que je ne valorise pas le diplôme où la certification mais pour moi cela représente en réalité une preuve sociale, tout ce que j’ai appris dans cette formation, ce sont des choses que j’avais déjà commencé à apprendre, alors certes la formation était géniale et cela m’a permis d’asseoir certaines connaissances, pour moi c’est un ensemble, c’est vraiment l’expérience entrepreneuriale qui m’a fait grandir.

Si vous voulez en savoir plus sur nos programmes, n’hésitez pas à aller sur notre site, vous y trouverez toutes les informations nécessaires. 

N’hésitez pas à mettre 5 étoiles sur le podcast sur votre application de podcast préférée.

Je vous encourage vivement à vous inscrire à LA Communauté, il y a des mots du jour quotidien, des webinaires… Les inscrits avancent énormément dans leurs vies, il y une super ambiance d’entraide en plus de cela. 

Si vous savez que vous voulez travailler sur votre rapport à l’alimentation, sur le rapport au corps, le rapport au tampon émotionnel, c’est à dire que vous mangez sans avoir faim et que cela impacté négativement votre vie, nous avons un programme pour cela dans lequel nous avons de super résultats, nous proposons du coaching haut de gamme, c’est à dire que l’on vous accompagne jusqu’à ce que vous atteignez votre résultat, il n’y a pas à tergiverser. 

Vous avez aussi le mentorat business de disponible : plus d’infos sur le site sesentirbien.coach/coaching.

Je m’arrête là pour aujourd’hui, je vous embrasse, je vous souhaite un excellent week-end !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *