#122 – Avoir une vision


Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet, coach en émotions certifiée et dans ce 122ème épisode nous allons parler de vision

C’est le dernier épisode de l’année, je n’en reviens pas, je suis tellement heureuse de cette nouvelle année passée avec vous, je ne sais pas pour vous, mais cette année a été absolument incroyable pour moi, j’ai énormément de gratitude à dire que ça a été la plus belle année de ma vie, ça fait déjà quelques années que je dis ça, et je sais que ce sera encore le cas en 2020, j’espère que ce bonheur a été contagieux et que c’est la même chose dans vos vies et que si ça ne l’a pas été, eh bien vous allez pouvoir accepter la contagion que j’ai envie de vous donner maintenant, que vous preniez un peu tout cet amour et toute cette gratitude que j’ai envie de vous transmettre aujourd’hui. Nous allons parler vision, parce que c’est quelque chose qui est important à avoir si vous voulez avancer de manière consciente.

La plupart d’entre nous, lorsque nous abordons la vie en général et notre quotidien, c’est un peu par hasard, un peu porté par le flot, ce n’est pas une mauvaise chose. Nous avons tous été éduqués de la même manière, c’est à dire qu’on grandit dans une famille où l’on nous enseigne qui l’on est, par le biais des remarques, des surnoms et de ce qu’on nous fait remarquer dans notre personnalité, dans notre physique et c’est par le regard des autres que l’on construit l’image que l’on a de nous-même, et ce que l’on va faire de notre vie. On se laisse un peu porter, à l’école c’est la même chose, on nous dit : “bon toi tu es bon en maths, toi en physique, toi en français ou toi en anglais”, et on se laisse porter et arrivé à l’âge adulte c’est un peu la même chose, il y a des choses qui sont bien et d’autres non, il y a des valeurs qu’il faut avoir et d’autres non, il faut être dans le respect, dans le sacrifice, il ne faut pas être arrogant, pas vaniteux… Il faut à la fois bien gagner sa vie mais pas trop non plus parce que gagner beaucoup d’argent c’est mal. Il ne faut pas non plus être trop pauvre mais tout en étant en capacité de s’acheter une maison, partir en vacances… On se laisse porter.

Si l’on nous pose la question : “Dans quelle direction tu vas ? Ou est-ce que tu te vois dans 10 ans ? Qu’est ce que tu veux faire de ta vie ? Qu’est-ce qui est réellement important pour toi ?”, la plupart d’entre nous ne sommes pas en mesure de répondre à ces questions là. Je sais que c’est quelque chose que l’on me dit souvent, lorsque vous venez vers moi avec un certain inconfort dans votre vie, vous savez que ça ne va pas dans votre travail, ça ne va pas non plus dans votre couple, et que vous voulez changer certaines choses, la raison pour laquelle ce n’est pas déjà fait c’est parce que vous ne savez pas vers quoi aller. J’ai vraiment le souvenir dans ma vie d’avoir été dans cette situation, notamment vers la fin de mes études, à la période où j’étais en doctorat, je me voyais arriver au bout et je me disais que ce n’était pas ce que je voulais faire après. Ce que j’aimerais que l’on discute ensemble aujourd’hui c’est cet aspect là et son importance et bien souvent on le néglige. Quand on regarde l’un des regrets principaux qu’ont les personnes en fin de vie, quand elles en parlent. 

Il y a des livres qui ont été écrit sur le sujet notamment, lorsque l’on regarde le regret numéro 1 des personnes en fin de vie c’est de ne pas avoir eu une vie qui était la leur, mais d’avoir eu la vie qu’on leur suggérait d’avoir. La vie que les autres voulaient pour elles. 

Ce que je souhaite, et j’en ai fait pas mission de vie, nous ne sommes pas obligé d’avoir une mission de vie pour avoir une vision, c’est d’informer le plus grand nombre de personne de ça. D’avoir une volonté de créer une vie sur-mesure, une vie qui nous ressemble, de s’autoriser et d’oser. C’est quelque chose qui est extrêmement important à transmettre ici, et dans tous les contenus que je crée. J’ai l’impression que je me suis auto-confié cette mission là, oser. Il ne va rien se passer si vous y allez, au pire vous aurez une émotion désagréable, au pire vous avez honte, vous perdez tout votre argent, on vous renie de votre famille… Même dans ces cas là, le pire qui arrivera concrètement, c’est une émotion désagréable, c’est de la honte, de la peur, de l’angoisse, mais ça n’en demeure pas point qu’une émotion. Les émotions sont inoffensives à partir du moment où l’on a compris d’où elles venaient, à partir du moment où l’on a compris comment travailler avec elles, comment les utiliser dans notre vie et à quel point elles sont là pour nous, elles ne sont pas là contre nous. Moi ce que j’ai envie de vous transmettre ici, c’est cette information : si je ne vis pas ma vie intentionnellement, ce qu’il va se passer c’est que je vais finir par me laisser porter par le flot de la vie, parce que les décisions vont être prises malgré tout, il y aura quand même un endroit où je vais vivre, un emploi que je vais faire, des relations que je vais développer avec les gens qui m’entourent… Il va m’arriver toutes ces choses là, mais ça ne sera pas vraiment comme je le veux. Je n’ai pas envie que toutes les personnes qui écoutent ce podcast, se réveillent un jour sur notre lit de mort et qu’on se demande comment on en est arrivés là, le tout avec une pointe de regret, en se demandant où est passée notre vie, pourquoi j’ai fait ces choix, pourquoi j’ai priorisé le fait d’avoir une certaine sécurité financière, qu’est-ce que cela m’a vraiment apporté en fin de compte, cette sécurité qui est complètement illusoire au final. Je pense à la sécurité financière parce que c’est souvent quelque chose qui empêche beaucoup de personnes de faire des choix qui leur ressemblent. Pourquoi j’ai priorité le regard des autres, pourquoi en ai-je fait une priorité tout au long de ma vie et dans tous mes choix ? Ça aussi c’est illusoire là maintenant, quand il nous reste que quelques jours ou mois à vivre. Est-ce que c’est ça qui est réellement important ? 

Si on ne s’autorise pas à aller chercher ce que l’on a vraiment envie de faire, ce qui va nous arriver c’est qu’on va juste faire ce que font les autres personnes, le plus grand nombre, sans vraiment se remettre en question, on va se laisser porter et aller au plus simple parce que notre cerveau fonctionne de cette manière, il va fuir l’inconfort et rechercher le confort, il va fuir la difficulté et rechercher la facilité. La facilité ce n’est jamais sortir de sa zone de confort, ce n’est jamais grandir, ce n’est jamais aller vers la personne que l’on est réellement.

Moi j’ai envie de vous poser une question aujourd’hui et j’ai vraiment envie que vous vous la posiez. Où voulez vous être dans 10 ans ?

Se poser les bonnes questions

Ne me dites pas : “je sais pas“. Si vous ne savez pas, demandez-vous, si je devais deviner où je veux être dans 10 ans, à quoi ressemble une journée type, à quelle heure je me lève le matin, avec ou sans réveil, à côté de qui ? Est-ce qu’il y a quelqu’un dans mon lit, est-ce qu’il y a quelqu’un dans ma maison ? Est-ce que j’ai des enfants, est-ce que j’ai des colocataires, est-ce que j’ai de la famille autour de moi ? Qu’est-ce que je fais de mes journées ? Je me lève pour quoi ? Où est-ce que je vais ? Est-ce que je reste à la maison ? Est-ce que je vais dehors ? Est-ce que je suis avec d’autres personnes ? Est-ce que je suis derrière un bureau ? Est-ce que je voyage ? Est-ce que je crée des choses ? Est-ce que j’écoute ? Est-ce que je fais des choses de mes mains ? Qu’est-ce que je fais de mes journées et pourquoi je le fais ? Pourquoi cela est important pour moi ? Qu’est-ce que cela me fait sentir ? Comment je me sens dans mon corps, comment je me sens avec mon environnement ? A quoi je pense, et comment j’utilise ma pensée tout au long de ma journée ? Quelles sont les émotions principales que je ressens le matin quand je me lève, le midi quand je discute avec mes collègues si j’en ai, l’après-midi, le soir lorsque je suis avec ma famille et avec les gens avec qui je partage ma vie, qu’est-ce que je ressens ? Quelle est l’émotion que je vais ressentir, est-ce que je suis dans le stress ? Est-ce que je suis dans le bonheur ? Est-ce que je suis dans la gratitude ? Est-ce que je suis supris-e ? Qu’est-ce que je ressens et pourquoi je fais ces choix dans ma journée, et pourquoi ils sont importants pour moi ? Pourquoi je suis là ?

Et je sais que toutes ces questions peuvent sembler naïves au premier abord, mais se demander où je veux être dans 10 ans, qu’est-ce que je suis en train de faire, et pourquoi c’est important pour moi, ça va être extrêmement important pour gagner en clarté et savoir quoi faire aujourd’hui. Et c’est ça avoir une vision.

La mission de vie représente le fait de se donner à sens, et chercher à sens aux actions que l’on mène. Là ce n’est pas nécessairement se donner un sens, c’est à dire que peut-être que ce que vous faites nourrit une mission de vie, vous voyez dans 10 ans moi je me vois tout à fait vous parler derrière un micro, peut-être que ce ne sera plus un podcast, peut-être que ce sera à la radio, à la télé, sur YouTube ou une autre plateforme qui l’aura remplacé, je suis en train de vous transmettre des choses et c’est ça qui sert ma mission de vie. Je me suis donné une mission qui a du sens pour moi, qui est de transmettre tout ce qui a été facile et simple pour moi, de lever mes oeillères, d’écouter mes émotions, et d’aller chercher mes rêves, d’oser et de ne pas m’imposer de limites. Ce n’est pas que c’est facile mais ça m’est plus naturel que pour d’autres personnes, c’est ce que j’ai envie de vous transmettre, c’est ce que j’ai envie que vous vous autorisiez à faire, je sais que je serais encore en train de faire ça. C’est juste pour servir ma mission de vie mais ma vision c’est que je me vois derrière un micro, je me vois sur une scène, je me vois en train de faire des choses de ma journée qui sont de l’enseignement d’une certaine manière. Et vous, qu’est-ce que vous faites ?

Même si vous ne savez pas si il y une mission de vie derrière, à quoi ressemblent vos journées , et si vous vous autorisiez totalement et qu’il n’y avait pas de limites : ni d’argent, de temps, de capacités, de légitimité…. Si vous autorisez votre cerveau à se poser et arrêter de vous juger et vous demander où vous êtes dans 10 ans ? Que voyez-vous ? Autorisez-vous à avoir cette vision, et pourquoi je vous dis 10 ans ? Parce que 10 ans c’est suffisamment loin pour que vous puissiez poser sur le côté ce jugement de : “ça ne va pas être possible, je n’ai pas le temps, ce n’est pas réalisable, je ne vois pas comment”. Oublier le comment, demandez-vous ce que vous faites ? Qu’est-ce qui résonne en vous, autorisez-vous à y songer. Et si vous vous dites : j’ai envie de vivre dans les tropiques, et ensuite vous vous dites que c’est n’importe quoi, pourquoi je rêve de ça ? Peut-être que cela voudrait dire vivre dans une grande maison avec une piscine et là vous vous dites que ce n’est pas possible…. Demandez-vous ce que vous voulez vraiment. 

Ou avez-vous vraiment envie d’être et non pas ce qui est juste possible et réalisable.

Si je dois vous donner une seule chose qui pourrait résumer l’année, prenez-le temps de vous demander ce que vous ferez dans 10 ans ? 

Qu’est-ce que vous voulez vraiment et si vous ne savez pas, demandez-vous, si vous devez deviner, qu’est-ce que je voudrais vraiment, qu’est-ce qui est vraiment important pour moi ? Qu’est-ce qui a vraiment de la valeur ? 

Posez-vous des questions détaillées du genre : qu’est-ce que je mange ? Comment je me sens, comment je m’habille ? Qui je vois ? 

Il faut que vous ayez un maximum de détail pour que cela soit clair dans votre esprit et que vous ressentiez les émotions liées à cette visualisation. Comme d’habitude, ce  que l’on veut ce n’est pas qu’imaginer, ce que l’on veut c’est s’approprier cette pensée pour ressentir l’émotion parce que c’est elle qui va être à l’origine de vos actions. C’est parce que vous allez pouvoir le visualiser que vous allez pouvoir vous dire que cela vous fait sentir d’une certaine manière. Quand je pense à moi dans une piscine, avec mon enfant de 4 ans et bien ça me fait vibrer, cela me fait me sentir comblée et cette émotion que je vais vouloir aller chercher. Toutes les actions que l’on met en place dans notre vie, c’est parce que l’on cherche à se sentir d’une certaine manière. Ce que l’on veut avec cette vision, c’est avoir une idée de comment ou voudrait se sentir dans le futur et qu’est-qui nous génère ça ? La première chose à se demander c’est donc : qu’est-ce que je veux ? Ensuite vous pouvez le visualiser avec tout ce que je vous ai dit précédemment. Et c’est important de faire une visualisation parce que c’est lorsque vous aurez cette clarté là, quand vous saurez dans quelle direction vous allez, même si finalement vous refaites votre vision et vous n’avez absolument pas envie d’avoir la maison et la piscine que vous imaginiez des années auparavant, parce que vous avez changé entre temps, mais peu importe, cela vous donne de la clarté un certain temps. Cela vous donne une direction, si vous n’avez pas de vision, de clarté, de direction vous stagnez et vous vous laissez porter par le flot. Ce que je veux c’est avoir cette vision et cette clarté pour pouvoir me dire : “si je veux être là bas dans 10 ans, qu’est-ce que je veux faire aujourd’hui ? Est-ce que le fait d’aller demain à mon travail ou aller la semaine prochaine avec mon mari à tel endroit, est-ce que cela nourrit cette vision là, est-ce que cela m’amène dans la direction dans laquelle je veux aller ? Si ce n’est pas le cas, cela va être l’occasion de m’en rendre compte et de me dire : “ok il est peut-être temps d’aller dans la direction qui me ressemble, de m’autoriser à aller dans cette direction, j’ai besoin d’avoir cette vision pour savoir où je vais, pour pouvoir mettre en place des actions, pour pouvoir me fixer un objectif”. Si vous êtes dans l’optique de vous fixer un objectif en 2020, cela va être important de savoir où vous voulez être dans 10 ans. Parce que se fixer un objectif basé sur rien comme par exemple : perdre 10 kg, monter mon entreprise, je veux acheter une maison, je veux avoir mon premier enfant… Ce sont des objectifs géniaux mais si vous n’avez pas de vision qui sous-tend ces objectifs, ils risquent de tomber à l’eau parce qu’il n’y a pas de raison, il n’y a pas quelque chose qui vous motive pour l’atteindre.

Par exemple : perdre 10kg, si dans 10 ans vous ne vous voyez pas mince, ce n’est pas quelque chose qui est important pour vous, perdre 10 kg cette année ne va pas arriver pour vous parce que vous n’aurez pas une vision pour ce qu’il y a derrière, en soit ça n’a pas de sens. Ce que l’on veut c’est le voir dans notre tête et que cela ait un sens pour nous. Penser à toutes les choses que vous avez réalisé dans votre vie parce que vous aviez une vision, souvent je vous donne l’exemple des études. C’est souvent quelque chose pour lequel nous avions une vision, on se dit que dans les 3 ans je vais faire un DUT et à la fin, si tout va bien, j’aurais ce diplôme, et on l’a vu, on s’est projeté. Si je vous posez la question de là où vous serez à la fin du diplôme, c’était clair pour vous, vous aviez une certaine clarté sur les choses. Nous nous voulons garder cette clarté là. Souvent, la plupart d’entre nous perdons cette clarté là en entrant dans la vie active, sur le travail notamment, nous n’avons plus de vision claire de ce que l’on veut après. J’aimerais que vous preniez le temps de vous demander ce que vous voulez après. Et peut-être que pour l’instant vous n’avez pas de mission de vie, et moi la première, j’en ai parlé. Nous entendons parler beaucoup de personnes inspirantes, parler de quelques choses qui nous dépasse et qui va au-delà de qui l’on est, alors il est évident que c’est super de voir les choses ainsi. Je suis persuadée que nous avons tous une mission, nous avons un talent, quelque chose à apporter dans cette vie, après c’est un choix de vision. Pour beaucoup cela va être d’enseigner aux enfants des valeurs qu’ils vont pouvoir transmettre, pour d’autres cela va se faire à travers un métier… Nous n’avons pas besoin de connaître cette mission pour commencer à avoir une vision et une direction. Le risque c’est de procrastiner sur cette vision et de passer son temps à se chercher une mission de vie, j’ai beaucoup de personnes qui travaillent avec moi sur la création d’entreprises ou dans le fait de faire grandir une entreprise, je préfère travailler avec les personnes qui font grandir une entreprise parce que l’on peut travailler ensemble sur cette vision et je trouve ça particulièrement intéressant, il y a ce truc de “il faut absolument que j’ai ma mission de vie et si je ne l’ai pas, je procrastine sur toutes les visions que je peux mettre en place dès maintenant en place”, parce que l’on ne voit pas à quoi cela peut servir, vous n’avez pas forcément besoin de le savoir et il est tout à fait possible que même si vous le savez, votre mission va évoluer, je n’ai pas toujours vu les choses de la même manière qu’aujourd’hui. Je me vois vraiment transmettre de cette manière là, dans un but de permettre à chacun d’oser aller dans une certaine direction. Il y a quelques années en arrière, on m’aurait demandé, je parlais beaucoup de fait de se victimiser parce que je l’ai moi-même vécu étant enfant, j’ai connu l’inceste et les attouchements sexuels par mon beau-père, j’ai connu la violence conjugale par mon beau-père également, j’ai vécu chez les Témoins de Jéhovah, dans laquelle on m’a manipulée (pas avec une mauvaise intention) ma façon de penser, on m’a modelé dans un moule, j’en suis sortie à l’âge adulte. Dans mon expérience étant enfant, j’ai été suivie par des psychologues, j’ai beaucoup été dans la victimisation, je me disais que cela allait avoir un impact sur toute ma vie, je me disais que ça allait avoir un impact sur ma vie sexuelle, sur mes relations amoureuses, sur mon travail… J’étais dans l’impuissance et ce n’est plus du tout quelque chose que je crois à l’heure actuelle, le passé est le passé, le passé ne vous affecte plus aujourd’hui autrement qu’à travers les souvenirs que vous en avez et par ce que vous choisissez de penser à propos de ce passé. Pendant longtemps, je m’étais donné la mission de transmettre le fait que le fait de se poser en victime n’est pas une identité, c’est juste quelque chose qu’il s’est passé à un instant T, c’est ce que tu es à un instant T lorsque tu es en train d’être abusé, ce qui fait de toi une victime à ce moment là mais une fois que cela est terminé tu as le droit de passer à autre chose, tu as le droit d’adopter une autre identité. 

C’est un message hyper fort pour moi, aujourd’hui ce n’est plus qu’il n’est plus aussi fort pour moi mais je ne le vois plus comme une mission de vie, cela fait partie du message que je veux vous transmettre ici, s’autoriser et oser. Avoir l’audace de se dire : “et si j’arrêtais de me victimiser et si je m’autorisais à être qui je suis vraiment et que je laissais tomber ces histoires de regard des autres etc…”. Ma mission de vie a évolué et vous voyez à quel point ce n’est pas important ? Si vous me suivez depuis quelques années vous pouvez vous rendre compte qu’en réalité ce n’est pas ça qui est important. Si vous êtes en train de procrastiner sur les actions, sur le fait de vous lancer, sur le fait d’y aller, sur le fait d’avoir une vision, et de vous autoriser d’avoir cette vision de vous dans 10 ans, j’ai envie de vous encourager à écouter votre intuition, de vous demander ce qui fait sens pour vous, ce qui est juste pour vous, juste vous faire confiance et y aller. 

Si vous devez réajuster cette vision, ce qui sera très probablement le cas, ce n’est pas grave, ce qui est important c’est d’y aller et de voir que cette vision est utile pour vous donner de la clarté sur les actions et sur quelle direction aller.

C’est un travail que l’on va faire ensemble en janvier 2019 dans LA Communauté, nous allons définir cette vision, nous allons regarder votre vision à 10 ans, vos objectifs à venir, et nous allons faire un plan d’actions pour commencer à le mettre en place et voir comment vous allez pouvoir vous y prendre dans votre quotidien ? Dès maintenant vous sentir plus aligné, ce qui va vous permettre d’être plus serein, plus confiant, d’aller dans une direction qui vous ressemble davantage et tout simplement vous sentir bien. 

N’hésitez pas à vous inscrire à LA Communauté !

Je m’arrête là pour aujourd’hui, je vous souhaite une excellente semaine et je vous dis à vendredi prochain !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *