#137 – Sortir de l’ennui

Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet, coach certifiée et dans ce 137ème épisode nous allons parler d’ennui.

C’est un sujet d’actualité pour beaucoup d’entre nous sommes actuellement en confinement depuis plusieurs semaines au moment où j’enregistre ce podcast et je sais que beaucoup souffrent d’ennui, nous en avons parler en coaching toute la semaine, avec beaucoup de personnes qui coach avec nous, nous en avons parlé dans les médias, on commence à se poser la question de la santé mentale des personnes en confinement, nous sommes tous plus ou moins en train de vivre cet ennui, que ce soit à petite et grande échelle, je me dis que c’est un bon moment pour vous parler de ça, et discuter de cette notion, de ce que l’on en fait, à quoi cela peut nous servir et comment on sort de cet ennui, c’est un sujet que je voulais aborder de toute façon, ça fait longtemps qu’il est dans ma liste de sujets à traiter sur le podcast, et je me suis dit que cette semaine, j’ai eu deux ou trois personnes qui ont abordés cette thématique en coaching, je me suis dit qu’il était temps d’en parler sur le podcast, j’espère que c’est un sujet qui raisonnera pour vous, qui va pouvoir vous aider. 

Qu’est-ce que l’ennui ?

C’est une émotion ou plus précisément un état émotionnel qui est souvent engendré par des circonstances qui sont monotones, par le fait de manquer d’intérêt dans ce que l’on fait et ça se traduit par le fait d’avoir envie de s’investir dans une tâche qui serait satisfaisante mais d’être dans l’incapacité de le faire, c’est à dire qu’on aimerait bien trouver quelque chose à faire qui nous stimule mais nous n’y arrivons pas, cela nous paraît impossible, on a l’impression de tourner en rond, on ne voit l’intérêt dans rien, il n’y a rien qui nous parle, il n’y a rien qui nous fait envie et ce constat va occuper toute notre attention et créer de la frustration et c’est ce que l’on appelle l’ennui.

C’est le fait d’avoir envie d’avoir quelque chose à faire mais que rien ne parvienne à nous stimuler. 

Ce sentiment, comme beaucoup d’émotions et en quelque sort, socialement interdit, c’est interdit de s’ennuyer, c’est quelque chose qui est très mal vu, je ne sais pas vous quand vous étiez enfants, mais moi je sais que lorsque j’étais petite et je me plaignais de m’ennuyer, on me disait “mais quand même, avec toutes les choses qu’il y a à faire dans cette maison, prend donc un livre”, on ne supportait pas l’idée que je puisse m’ennuyer, il y a vraiment un tabou autour de ce sujet. Alors que c’est vraiment un sentiment d’incapacité à s’intéresser, à avoir cet espèce de manque de concentration et de focus sur quoi que ce soit, c’est difficile de diriger notre intérêt sur quoi que ce soit. 

Quel est l’avantage à s’ennuyer ? 

Est-ce qu’il y en a pour commencer ? Vous allez voir qu’il y en a plusieurs, qu’est-ce que l’on fait de cette émotion qui n’est pas très agréable et qu’est-ce que l’on fait de cette émotion, comment pouvons-nous la changer en quelque chose de positif et qu’est-ce que l’on peut en faire, notamment en cette période de confinement et comment pouvons nous en sortir ?

Il y a déjà plusieurs avantages à cela, cela a un intérêt, qui est celui de ne pas toujours être dans une activité cognitive qui a un but précis, ce que l’on recherche en cassant cet ennui, on cherche une activité qui accaparer notre cognition et qui ne va pas la laisser à l’abandon. Notre cognition, je vous le rappelle, c’est l’ensemble de nos pensées, de nos émotions et de nos actions, et c’est ce que l’on essaie de faire lorsque l’on veut sortir de l’ennui, on essaie de trouver une activité qui va remplir et occuper cet espace mental, alors que ce vide a un intérêt, le fait de ne pas avoir notre cognition qui n’est pas pointé sur un but précis, cela va créer plusieurs choses. La première chose qui est connue et je suis certaine que vous l’avez déjà entendu dans votre vie, c’est que cela permet de stimuler la créativité. La créativité c’est le fait de trouver de nouvelles connexions dans le cerveau, de trouver de nouvelles idées, de voir de nouvelles perceptions que l’on avait pas eu avant, et pour que cela arrive, il faut de l’espace. Il faut que notre cerveau ne soit pas déjà branché sur quelque chose d’autre pour qu’il puisse se permettre d’aller quelque part où il n’est jamais allé et qu’il puisse vagabonder. Le fait d’être dans l’ennui, d’être dans une situation où l’on a rien à faire, ce n’est pas le fait de ne pas avoir d’activité parce que, comme le disait ma mère quand j’étais petite : “prends donc un livre”, et je pense même que c’était ma grand-mère qui me disait ça, ou “vas-donc faire de la peinture”, il y a des choses à faire, mais c’est juste de ne pas parvenir à faire l’effort.

Ne pas avoir la place de fait cet effort pour aller vers une activité et d’être désoeuvré, sans aucune activité, cela nous oblige à rester avec notre cerveau qui est désoeuvré, et il va vagabonder et il va pouvoir créer de nouvelles choses.

Vous vous en êtes surement déjà aperçus dans votre vie mais lorsque l’on est cloué au lit, malade et qu’on est dans l’incapacité d’aller travailler pendant toute une journée, soit parce qu’on est extrêmement malades et du coup on ne fait que dormir, ce qui ne stimule pas particulièrement la créativité, soit parce qu’on a quelque chose qui est davantage physique, qui fait qu’on est éveillé mais que l’on ne peut pas physiquement aller d’un point A à un point B ou aller sur notre lieu de travail ou nous sommes en convalescence parce que l’on a quelque chose de cassé etc… je suis certaine que cela a déjà pu vous arriver dans votre vie, d’être cloué dans votre lit, de chercher à tout prix des occupations, et en faite de vous rendre compte que lorsque vous allez revenir au travail, revenir dans votre activité quotidienne, vous allez avoir une clarté, et pleins de nouvelles idées que vous n’aviez pas avant, tout simplement parce que votre cerveau à ce moment là il a pu vagabonder, il a pu avoir de l’espace. 

L’ennui va permettre de créer de l’ennui dans votre esprit.

On va avoir de l’espace et on va pouvoir créer de nouvelles choses et c’est d’ailleurs une stratégie qui est utilisée par les artistes de créer de l’ennui volontairement pour pouvoir avoir accès à cette créativité, en choisissant d’aller dans un endroit isolé, sans télévision, sans téléphone portable, sans connexion social, pour être dans une forme de vide cognitif et d’être dans l’obligation de rester seul avec soi. L’un des intérêt de l’ennui c’est qu’on est plus dans le “faire”, que dans “l’être”, nous sommes constamment en train de chercher une activité à faire, et on oublie juste d’être, d’être présent, on peut juste exister et on a pas besoin de faire quelque chose, on a pas nécessairement envie de faire une activité de ses dix doigts, on peut juste exister. Le fait de s’ennuyer nous oblige à ça, cela nous amène à juste exister, à juste être, et ça c’est extrêmement bénéfique parce que cela nous permet d’être dans l’instant présent, et il y a beaucoup d’intérêt d’être dans l’instant présent. Cela nous permet de faire baisser notre niveau de stress, cela nous permet d’augmenter notre niveau de bonheur, parce qu’il y a beaucoup de choses qui se passent dans l’instant présent, le bonheur se passe dans l’instant présent. Le seul moment qui existe, c’est le moment présent, le futur n’existe pas encore et le passé n’existe plus et il n’y a que l’instant présent, nous avons souvent l’impression que le temps va se dilater, quand on s’ennuie on a l’impression que le temps est long, qu’une minute semble être une heure, ou que lorsque l’on s’ennuie au travail et qu’il nous reste une semaine à faire dans notre contrat, cette semaine paraît tellement longue, et c’est parce que nous sommes davantage dans l’instant présent, nous avons tendance à plus regarder notre montre, dans le fait de regarder ce qu’il se passe dans nos sensations, dans le fait de regarder ce qu’il se passe dans nos sensations à l’instant T, l’ennui nous amène à agir de cette manière, il nous crée un certain vide, notre cognition n’est pas constamment en branle, occupée par tout un tas d’activités, d’idées et d’actions. Le deuxième intérêt de l’ennui c’est de nous plonger pleinement dans l’instant présent et donc cela va nous aider à avoir plus de bonheur, c’est quelque chose qui a déjà été prouvé plusieurs fois, on sait que le fait de faire pause, le vide cognitif qui se ramène à l’ennui est bénéfique pour la santé et accroît notre niveau de bonheur, c’est vraiment quelque chose qui a un intérêt. 

L’intérêt de l’ennui est aussi de nous concentrer sur ce qui est important, quand votre cerveau vagabonde, il va poser son attention sur des choses qui sont importantes pour lui, cela va être l’occasion de se découvrir des passions, le fait de s’ennuyer va amener notre cerveau sur des choses importantes à nos yeux, on va pouvoir se découvrir des passions, se rendre compte qu’il y a des choses importantes pour nous mais qui étaient en tâche de fond et dont on ne se rendait pas compte, c’est quelque chose qui arrive notamment en période de confinement, notamment de se rendre compte par exemple, que je ne parlais pas beaucoup avec mon frère, c’est un exemple tout bête mais le fait d’avoir l’espace mental, m’a permis de me rendre compte que j’avais plus besoin de connecter avec lui, et d’habitude je n’ai pas le temps de penser à ça puisque je suis dans le “faire”, je suis dans l’action, et la vie passe vite. On le dit souvent, nous sommes tous emmenés dans notre quotidien et on oublie les choses importantes. Mon esprit m’a amené vers cette information, parce qu’elle est importante pour moi. On dit souvent que l’ennui nous permet d’aller vers nos passions, mais aussi d’aller vers les autres, c’est quelque chose qui rend un peu plus altruiste, souvent lorsque l’on s’ennuie, c’est à ce moment là que l’on va faire des actions qui vont être davantage tournées vers l’autre parce que l’on se rend compte que l’on est des êtres sociaux et que l’autre est important, en l’occurrence j’ai pensé à mon frère mais c’est aussi arrivé sur pleins d’autres choses. Je pense que vous aussi vous constatez que lorsque l’on s’ennuie que l’on va naturellement aller plus vers les autres, c’est un autre intérêt, c’est de nous permettre de remarquer les choses qui sont importantes pour nous et d’aller connecter avec ces choses là : les passions, les choses qui nous intéressent davantage et peut être aussi les connexions sociales par exemple…

Reconsidérer son rapport au temps qui passe

Un dernier intérêt que j’ai envie de souligner ici, même si il y a en d’autres, c’est que l’ennui nous permet de changer notre rapport au temps. Je trouve que c’est vraiment quelque chose d’important, et d’intéressant. Nous avons souvent l’impression que le temps passe vite, que les années filent et que la vie est frénétique, qu’il s’est passé 10 ans et qu’on a la sensation que le temps nous a échappé en quelque sorte, qu’il nous a filé entre les doigts. L’ennui nous permet de nous rendre compte des minutes qui passe, de se concentrer sur l’instant présent, de se rendre compte de combien ce temps de nous appartient et de tout ce que l’on pourrait faire avec, et de se l’approprier, de se dire : “j’ai réellement une minute qui passe”, c’est d’ailleurs un exercice que j’ai envie de vous proposer de faire, c’est de créer de l’ennui de manière intentionnelle, notamment avec un exercice qui est très rigolo, ça consiste à s’isoler seul avec une montre et de regarder les aiguilles de la montre tourner pendant 5 minutes, de vraiment se concentrer sur cette montre et de l’observer, d’être présent avec cette montre en main et de voir les 5 minutes passer, et de se rendre compte à quel point c’est long 5 minutes, d’observer cette dilatation du temps, se rendre compte à quel point le temps est relatif selon qu’on soit pris dans une activité ou que l’on soit là face à l’instant présent à observer le temps qui passe, je suis présent pendant ces 5 minutes. Cela me permet de me rendre compte que ce temps, je l’ai, je peux le saisir, je peux l’utiliser à ma guise, je peux me l’approprier. Je trouve que c’est un exercice extrêmement puissant et intéressant, cela permet de nous confronter à cet ennui. Je pense qu’il y a beaucoup de personnes qui verraient cet exercice comme une véritable plaie, mais c’est vraiment quelque chose que je trouve instructif à faire pour être présent avec le temps, de se rendre compte du temps.

Qu’est-ce que l’on peut faire maintenant que l’on voit tous les intérêts que l’on peut trouver à s’ennuyer ?

Vous allez peut-être me dire que l’ennui est juste une émotion qui n’est pas très agréable, ce qui fait que l’on se sent désoeuvré et qu’on a juste envie de la fuir.

C’est vrai que c’est notre réflexe à tous quand on est face à l’ennui, c’est de combler ce vide, cette sensation de vide cognitif, et la plupart d’entre nous, comme nous ne parvenons pas à trouver une activité qui soit satisfaisante intellectuellement et qui nous emporte, on va donc avoir le réflexe de se tourner vers des activités qui demandent moins d’efforts pour se mettre dedans, puisque c’est l’effort qui crée la difficulté à aller vers l’activité satisfaisante. On va avoir tendance à se tourner vers des tampons émotionnels : des cigarettes, de la pornographie, de l’alcool, de la nourriture, on va aller grignoter quelque chose, et vous êtes beaucoup à m’avoir rapporté le fait que pendant cette période de confinement, c’était difficile pour vous parce que vous passiez beaucoup de temps à regarder la télévision, à être sur Netflix, à manger et que vous constatez que vous prenez du poids et que ce n’est pas du tout agréable, vous avez de trouver une solution à cet ennui. Ce que j’ai envie de vous proposer, elle ne va pas forcément vous plaire mais à mon sens c’est la seule solution pour gérer n’importe quelle émotion désagréable et pour passer à la suite tout en en tirant le meilleur, il ne va pas s’agir de fuir cette émotion, de trouver une parade, et d’aller se dire que pour aller tuer l’ennui, il serait judicieux d’aller faire son ménage de printemps, pourquoi pas… Mais cela ne va vous combler qu’un jour d’ennui et c’est tout. Le but de ce que je vais vous proposer de faire, c’est de ne pas voir l’ennui comme un problème, j’ai essayé en introduction de ce podcast de voir toute la valeur qu’à l’ennui dans votre vie, et de vous approprier cet ennui et d’aller le recevoir de manière intentionnelle, de limite le créer dans votre journée. L’ennui c’est comme n’importe quelle émotion, si vous la fuyez, si vous essayez de la repousser, elle va pas s’en aller, elle va revenir, si vous essayez de la combler, de l’ignorer, elle va revenir. 

Vous vous rappelez de l’analogie auquel j’ai fait appel dans le podcast “Accueillir ses émotions”, celle de la balle de tennis. Si vous prenez votre émotion comme une balle de tennis, comme une patate chaude et que vous la lancez le plus fort possible loin devant vous, sans regarder ce qu’il se passe autour de vous et que vous n’êtes pas en mesure de voir que vous la lancer contre un mur et qu’elle vous revient en pleine tête, on ne va pas être plus avancé. Le but ce n’est pas de la fuir, le but est de la garder entre ses mains, de regarder autour de vous, de vous apercevoir qu’il y a un mur en face de vous et que si vous voulez vous défaire de cette balle de tennis il va falloir la faire rouler contre le sol plutôt que de la balancer avec toutes vos forces contre le mur. Cela va être la même chose avec l’ennui, on veut juste l’accueillir, l’ennui va nous apporter pleins de choses, il est là pour nous apporter une information, comme n’importe quelle émotion désagréable, elle est là pour nous signaler un besoin, plutôt que d’être dans cette volonté d’en sortir à tout prix et de trouver une activité et de se forcer et de se culpabiliser de ne pas réussir à aller vers une activité intéressante, de ne pas faire l’effort d’aller vers de la stimulation, à l’inverse d’accueillir voire de créer cet ennui de manière intentionnelle, de vous dire que vous allez pour un temps donné, ne vous mettre dans aucune action et trouver le temps long, regarder le temps qui passe sur une montre, et juste accueillir les pensées qui nous arrivent à l’esprit dans ce moment là. La première chose que j’ai envie de vous proposer c’est de regarder ce qui vient à vous dans un moment naturel d’ennui, qu’est-ce que vous avez dans votre esprit ? Peut-être que les pensées qui vont créer l’ennui chez vous ça va être des pensées du type : “je n’ai rien à faire j’ai déjà lu toute la matinée et je n’ai pas envie de continuer à lire maintenant, j’en ai marre de regarder des séries…”, et je vous invite à les distinguer de toutes les autres pensées, qui vont plutôt créer d’autres émotions, peut-être de la frustration, de la colère, de l’impuissance, du doute, de la honte… Avec des pensées du type : “rien ne m’intéressent, je n’ai jamais envie de rien, je ne trouverais jamais de passion”, ou “je n’arrive pas à me concentrer, je suis incapable de me focaliser sur quelque chose”… Toutes ces pensées qui accompagneront l’ennui, d’aller les accueillir et de les recevoir.

Une fois que vous les avez, de ne pas y résister, de ne pas envoyer la bal contre le mur, vous ne savez pas encore si il y a un mur, cela ne va pas vous être utile, mais plutôt de juste les accueillir de juste créer l’espace pour cet ennui intentionnel, de l’accueillir et de voir quel est le bénéfice de ça, de voir ce que cela crée chez vous. L’un des premiers bénéfices c’est juste de voir ce qu’il se joue pour vous, avec vos pensées d’ennui vous allez avoir accès à des informations sur ce qu’il vous manque, de quoi vous auriez besoin, qu’est-ce qui vous serviez et vous allez voir qu’avec ces pensées là, si vous créez vraiment l’espace, que vous vous laissez une demie heure pour vous ennuyer, vous allez être amusé de vos propres pensées, vous allez avoir de nouvelles idées, de nouvelles choses vont venir à votre esprit… D’avoir cet espace là, c’est la meilleure façon de commencer à appréhender cet ennui.

Pour résumer, ce que je vous propose pour gérer l’ennui en période de confinement ou hors période de confinement d’ailleurs, cela peut s’appliquer à n’importe quel moment de votre vie, ce n’est pas en essayant de fuir absolument en comblant avec des tampons émotionnels, soit avec des activités cet ennui, mais plutôt de le voir comme un cadeau, de le voir comme l’opportunité d’être présent avec soi, d’augmenter son niveau de bonheur, son niveau de créativité et de juste accueillir et recevoir voir ce qui se joue pour soi. 

J’ai surtout envie de vous transmettre l’information que si vous refusez de faire ça, et si vous êtes constamment dans la résistance, l’ennui ne va jamais partir et vous allez juste créer de la frustration, je pense que l’on n’a pas d’autre solution que de juste accueillir cette émotion, et je sais que c’est un exercice qui n’est pas forcément facile, parce que ce serait plus agréable de pouvoir de ne pas passer par cet accueil des émotions et d’aller directement vers une émotion plus agréable et plus facile à recevoir, cela fait partie de l’expérience humaine et moi je vois les émotions désagréables comme une opportunité d’apprendre à se connaître, une émotion désagréable c’est juste un besoin non-comblé. 

En conclusion : ennuyez-vous bien, profitez de cet ennui comme une opportunité d’apprendre à vous connaître, et moi je m’arrête là pour aujourd’hui, je vous embrasse, je vous souhaite un excellent vendredi, un excellent week-end et je vous dis à vendredi prochain !


Un commentaire

  1. Pingback: 7 podcasts à (absolument) écouter pendant le confinement ! – Les Déconfinés de l'IT

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *