#159 – Plaire à tous le monde



Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet, coach certifiée, et dans ce 159ème épisode nous allons parler du fait de plaire à tout le monde.

Il faut que je vous le dise mais : je viens tout juste d’enregistrer cet épisode mais je n’ai pas appuyé sur le bouton “record”, c’est clairement ce que l’on peut appeler, une erreur de débutant, il fallait que ça m’arrive. Cela ne m’est encore jamais arrivé il me semble car si c’est le cas je vous l’aurais surement déjà raconté, ça me fait rire. Je me dis que ce deuxième enregistrement sera bien mieux.

Il se passe quelque chose de génial en octobre sur ma chaine YouTube : on se retrouve tous les jours pour des vlogs quotidiens, je ne sais pas si paris les personnes qui écoutent ce podcast, il y a des personnes qui sont intéressés par la culture YouTube, et si vous savez ce qu’est un vlog ? Les podcasts et YouTube sont deux univers différents et ce sont deux univers que j’adore. Un blog est une vidéo quotidienne, le mot vient de la contraction des mots “video” et “blog”. A l’époque, les blogs consistait à des espaces libres sur internet sur lesquels on pouvait raconter sa vie à la manière d’un journal intime en ligne. On pouvait raconter ses journées, le but est de raconter ses journées, ce qui peut être très ennuyant, ou très intéressant en fonction de l’intention du créateur de contenus, je vais bien entendu essayer de vous proposer quelque chose d’intéressant, mon but est de filmer au quotidien tous le mois d’octobre, pour vous partager les dessous de Se Sentir Bien, je suis dans cette intention là. Je vous parlerais de mon intention de début d’année qui est celle de la vulnérabilité. J’ai eu du mal à suivre ce défi tout au long de l’année, cela va être l’occasion pour moi de vous emmener dans mon quotidien, de vous parler des dessous du podcast, de comment cela se passe la chaine YouTube, comment se déroulent les coaching, comment se passe ma vie professionnelle, comment se passe ma vie personnelle. Vous allez surement apprendre de nombreuses choses au sujet de ma vie personnelle au cours de ces vlogs d’octobre, ça va être un super moment de connexion entre vous (ma communauté) et moi-même. Mon autre intention est aussi celle de créer, j’ai une envie de créer et c’est un sujet que je n’ai pas encore trop aborder sur le podcast, ça pourrait faire l’objet d’un épisode dans le futur, j’aimerais vous parler de la créativité, et à mon sens, mon être créatif, le mieux c’est de faire et plus tu as des idées, c’est une sorte de cercle vertueux. J’étais dans une période avec un passage à vide au niveau de la créativité, et je me lance ce défi dans le but de me remettre “le pied à l’étrier”, ça va être chouette. Les vidéos vont sortir tous les jours à midi, sur la chaine YouTune principale. Vous le savez peut-être mais je possède deux chaines YouTube distinctes, dont une axée uniquement sur la relation à la nourriture. Les vlogs seront sur ma chaine principale, YouTube reste ma plateforme de prédilection, c’est l’endroit où je me sens bien. Le podcast représente l’endroit où je vous parle en tant que coach, j’essaie de vous apporter un maximum de valeur, sur la chaine YouTube principale je suis davantage dans une démarche d’expression de moi, ce qui me plait et ce qui me fait envie, plus que dans une démarche de vous aider personnellement dans vos vies, sur le podcast ma démarche est davantage tournée vers la contribution.

Je vous mettrais le lien de la chaine YouTube pour vous puissiez vous abonner si cela vous intéresse, on se retrouveras tous les jours en vidéos.

Au mois d’octobre je commence également un programme en ligne qui s’adresse principalement aux entrepreneurs où je vais partager avec vous, si vous êtes entrepreneurs ou entrepreneuses et quel que soit le domaine dans lequel vous travaillez, mais que vous souhaitez savoir comment mon business fonctionne, ce sera l’occasion pour vous de savoir tout ce qu’il y a à savoir lorsque l’on lance une entreprise, toutes les étapes de la création d’un produit, le marketing, la vente, comment faire de la vente éthique, comment rester aligné avec ses valeurs, toute la gestion d’une équipe… Cela va durer 6 semaines avec 6 thématiques, sous la forme de 6 fois 1h30 où on va aller en profondeur sur chacune des thématiques, je vais vous partager mon écran et vous montrer comment nous faisons les choses chez Se Sentir Bien, à quoi cela ressemble dans notre Drive, à quoi ressemble notre Slack et comment on gère les choses au sein de SSB. pour vous donner un maximum de valeur durant cette formation. Evidemment cela apporte encore plus de valeur si vous possédez un business de services en ligne, que vous tenez un podcast, que vous êtes coach par exemple, il est certain que cela sera très précieux pour vous, je connais personne qui fait ce genre de partage là et j’aurais adoré qu’on le fasse et qu’on me dise concrètement comment on fait et à quoi ça ressemble, si vous n’avez pas de business de service cela vous apportera malgré tout de la valeur et je pense qu’il m’est arrivé d’aller chercher des consultants qui ne gravitent pas du tout dans mon domaine parce que cela me permet de voir et de m’inspirer de la manière dont eux font les choses, et comment ils s’organisent, quelles sont les bonnes idées qu’ils ont que moi je peux associer à mon domaine. Il arrive que très souvent, on reste cantonné à son propre domaine d’expertise et on ne côtoie que des personnes qui font notre métier et qui voient les choses de la même manière, on oublie se s’ouvrir à d’autres possibilités et à d’autres façons de voir les choses, c’est quelque chose que j’ai appris au cours de ma vie, avec mes études notamment, c’est quelque chose que j’aime beaucoup faire : aller chercher dans d’autres domaines, des informations que je vais pouvoir me réappropriai et appliquer à mon propre domaine d’activité. C’est quelque chose que je fais notamment dans le podcast : vous proposer des outils que je me suis réapproppriée, que j’ai emprunté à l’économie, au marketing… et que je vous invite à appliquer dans votre propre développement personnel. J’adore faire ça et si vous avez vous aussi envie d’avoir cette vue d’ensemble, ce sera un “one shot”, ce sera tous les jeudis à partir du 1er octobre 2020 entre midi et 14h. Vous aurez le lien pour vous inscrire dans les notes du podcast.

Nous allons parler aujourd’hui de la problématique autour du regard de l’autre, autour du fait de vouloir plaire à tout le monde. Ce n’est pas autant déconnecté par rapport à mon introduction dans la mesure où j’ai abordé le sujet de la vulnérabilité, d’oser être soi, de se présenter tel que l’on est, vous montrer les dessous de mon business dans mes vlogs, avec tout ses défauts, avec toutes ces choses que j’ai essayé et qui n’ont pas fonctionnées… C’est ma façon d’être vulnérable et de m’autoriser à être pleinement moi-même devant vous, le plus important pour moi ce n’est pas forcément d’avoir l’air de quelqu’un de sympathique mais c’est de connecter avec les gens, c’est ça qui est important pour moi. C’est pour cette raison que je fais ce métier, c’est pour cette raison que je fais ce podcast, c’est parce que ce sont les choses que je valorise dans ma vie, le fait de se connecter, de se mettre à la hauteur de l’autre et de le comprendre. Quand on cherche à plaire à tout le monde, on ne s’autorise pas à faire ça. Croyez-moi ou non mais j’ai été cette personne là, pendant des années, j’ai été quelqu’un qui avait besoin de l’appréciation de l’autre pour prendre une décision, même sur des choses qui ne concernent que moi comme par exemple mes études, j’avais besoin de demander l’avis de toutes les personnes de mon entourage : à ma mère, mes cousins, ma grand-mère quand elle est encore de ce monde, mes amis de la façon, mes amis de longue date… Je prenais en compte tous les avis, même les avis de personnes que je ne connaissais que très peu en fin de compte, et qui ne me connaissaient pas non plus (ou très peu), et j’essayais de trouver une solution qui représente une sorte de consensus, je me disais que la bonne solution sera celle qui va plaire à un maximum de monde. Ce qui avec le recul et l’expérience, je considère comme faux, en réalité il n’y a pas de bonne décision à proprement parlé, vous avez le droit de vous sentir heureux dans de nombreux cas de figures différents, il y a de nombreux choix de vie qui auraient pu vous rendre heureux, et c’est ok, une bonne décision ne veut rien dire si ce n’est pas mis en perspective d’un système de valeurs. Les personnes autour de vous vont vous donner un avis qui est complètement imprégné de leur système de valeurs, qui lui même est imprégné de leur propre expérience, le monde dans lequel ils ont grandis, ce que croient les personnes autour d’elles, ce qu’elles connaissent…

Aller se plier à ce que dit une personne, ce serait l’équivalent d’effacer qui l’on est pour devenir la personne qui est en face de nous.

Le problème c’est que c’est ce que l’on essaie de faire lorsque l’on essaie de plaire à tout le monde, on essaie de s’effacer (sans le vouloir), pour pouvoir se conformer à une sorte de moyenne générale de ce que pensent les gens autour de nous, on en vient à lisser qui l’on est vraiment, on se retrouve à être quelqu’un de lisse, sans que cela péjoratif pour autant, le problème à ce moment là c’est que l’on est pas qui l’on est vraiment. Si vous êtes actuellement dans cette situation vous vous rendez compte qu’on ne se sent pas bien, on a l’impression que les gens qui sont autour de nous ne nous connaissent pas, qu’ils ne nous aiment pas vraiment pour qui l’on est, que si on montre qui l’on est ils vont nous rejeter, depuis le début on était la personne sympa qui fait tout comme il faut, et on a souvent cette impression là avec nos parents notamment. C’est hyper important de plaire à nos parents, car depuis que l’on est petits on dépendait de leur regard pour notre propre survie, c’est quelque chose d’important à comprendre car si vous faites ça, si vous êtes dans une démarche de “il faut que je plaise à tout le monde”, sachez que vous n’avez pas de problème, c’est de cette manière que vous avez grandis, c’est explicable du point de vue de votre essence d’être humain, nous sommes des êtres sociaux qui avons besoin d’être acceptés par le groupe, nous avons besoin d’être aimé et de ressentir ce besoin d’appartenance, lorsque nous étions enfant notre survie dépendant de tout cela. Aujourd’hui, si vous avez le sentiment que les gens autour de vous ne vous connaissent pas, en particulier vos parents, il y a de bonnes chances pour que se cache derrière cela cette notion de “j’ai essayé de plaire à tout le monde”, d’être ce que l’on appelle un “people pleaser”, ces personnes qui essaient de faire en sorte que tout le monde soit content. J’ai été cette personne, et les parents sont les personnes avec qui il peut être le plus compliqué d’être soi, ils peuvent tellement avoir une attente de qui ils voudraient que l’on soit, il y a tellement ce besoin d’être apprécié par ses parents en tant qu’enfant car notre propre survie en dépend, nous avons cet ancrage là depuis petit, c’est beaucoup plus difficile d’avoir cette démarche là de se moquer du regard des autres lorsqu’il s’agit de celui de nos parents. C’est un domaine d’exploration hyper intéressant, on va pouvoir mettre en lumière toutes nos insécurités, tout nos bloquages, toutes les choses qui nous gênent dans notre personnalité en se confrontant à nos parents.

Si vous avez l’impression d’être enfermés socialement parlant, d’être dans une sorte de prison où vous n’avez pas le droit de faire une erreur, qu’on a tellement eu l’habitude que vous soyez d’une telle ou telle manière qu’on vous attend au tournant et que si vous sortez des rangs, ça va être grave et que vous allez être rejetés, que vous avez l’impression d’être incapables de savoir ce que vous vous pensez, ce que vous vous voulez sans aller demander aux autres ce qu’ils en pensent, il y a de bonnes chances pour que vous soyez dans cette démarche de “people pleasing”, dans cette démarche de vouloir plaire à tout le monde, et c’est extrêmement épuisant, c’est surtout vain et ça rend malheureux. Vous allez constamment être en train d’effacer qui vous êtes vraiment, pour être une personne de façade, sans pour autant vouloir le faire volontairement, on en a déjà parlé sur le podcast sur le regard des autres (l’épisode 67), mais aussi dans l’épisode sur la “fausse générosité” (l’épisode 6), je vous recommande d’aller les écouter si vous êtes concernés par cette thématique, ça va être très complémentaire par rapport à ce que je vais vous dire aujourd’hui. Je vous racontais l’importance de suivre qui l’on est vraiment, et de savoir qui l’on est vraiment parce que si vous savez ce que vous aimez vraiment, ce qui est juste pour vous, vos valeurs, quand quelqu’un va vous dire : “moi je ne suis pas d’accord, je pense que c’est une bêtise et qu’il ne faudrait pas faire ça, ce n’est pas bien de faire ça”, cela ne va pas vous atteindre ou vous toucher si vous savez pourquoi vous faites les choses. Si quelqu’un vous dit : “je pense que c’est une très mauvaise décision que d’habiter dans une banlieue, dans une maison parce que tu crois que tu vas pouvoir aller à Paris, alors que tu ne vas pas pouvoir profiter des musées, et en plus tu vas payer très cher, et en plus entretenir un grand jardin c’est très pénible…” mais que vous vous savez au fond de vous que vous ne voulez pas aller à Paris toutes les semaines, mais c’est d’être proche de votre famille qui se trouve à Paris, que vous allez kiffer prendre soin de votre jardin et que vous avez envie d’habiter dans une maison en banlieue et que ce choix vous ressemble. Lorsque vous allez avoir cette critique là, cela ne va pas remettre en question votre choix, cela va peut-être le mettre en perspective. Cela ne va ni vous vexer, ni vous toucher, cela ne va pas vous dire que vous êtes en train de faire une énorme erreur, vous n’allez pas vous dire que vous êtes une mauvaise personne qui est en train de faire de mauvais choix… Cela ne va plus être en problème dans la mesure où vous êtes aligné avec vous-même.

Si demain vous n’allez pas aider quelqu’un à faire de la peinture chez elle parce que vous n’en avez pas envie, parce que vous trouvez que c’est injuste et que cela ne va que dans un sens, vous n’allez pas être vexé-e si cette personne vous dit que vous êtes une mauvaise personne, vous savez que ce n’est pas le cas, vous savez que ce n’est pas de cette manière que vous envisagez l’amitié, que vous n’avez pas envie d’être dans la “fausse générosité”, vous avez envie de faire les choses parce que cela vous fait plaisir, et parce que cela vous touche et parce que cela vous parle et que vous ne le faites pas pour vous forcer à être sympa.

Il y a un intérêt à se défaire du regard des autres, c’est ce que je vous racontais dans ces deux épisodes de podcast, et aujourd’hui on va aller plus loin aujourd’hui et nous allons nous demander pourquoi nous avons besoin de plaire à tout le monde ?

Se dire que d’une part ce n’est pas possible, se demander pourquoi on a ce besoin là à la base ?

Ce qui se cache derrière c’est que n’avons pas nous-même les réponses à ce que l’on souhaite vraiment.

Que faire lorsque l’on ne parvient pas à prendre une décision sans avoir consulté l’ensemble de notre entourage ?

Comment faire lorsque l’on ne sait sincèrement pas ce qui est bon pour nous ?

Premièrement, lorsque l’on écoute l’ensemble des épisodes de ce podcast, en travaillant avec les outils gratuits que l’on a pu vous transmettre, on travaillant au sein de LA Communauté” par exemple, vous allez débroussailler le terrain, vous allez apprendre des choses sur vous, vous allez commencer à savoir ce qui est juste pour vous, quelles sont vos valeurs, même si vous n’avez pas encore les réponses définitives, même si tout cela est encore en construction…

Faire une démarche active de développement personnel va vraiment vous aider à vous connaitre, si je dois vraiment vous donner des pistes pour vous qui êtes concernés par cette notion de “people pleasing”, le point de départ serait de commencer dans les choses les plus petites et les plus simples de votre quotidien, de commencer à dire lorsque ce n’est pas juste pour vous, faire des choses qui vous font peur, si vous êtes dans une démarche où vous êtes tout le temps en train d’essayer de satisfaire tout le monde, il y a de bonnes chances pour que vous ayez très peu de signaux sur ce que vous voulez vraiment : “qu’est-ce que les autres voudraient que je fasse ? Comment je fais pour qu’il n’y ait surtout pas de vagues”.

Je vais vous donner un exemple très simple de situation dans lesquelles vous pouvez sortir de votre zone de confort, et je vais dédier cet exemple à Claudia qui se reconnaitra. Admettons que vous avez prévu d’aller au restaurant avec des amis (pas au delà de 22h pour respecter les règles sanitaire sen vigueur au moment où j’enregistre ce podcast), il y a un débat sur là où on veut aller : pizzéria, japonais, mexicain, restaurant français… D’habitude vous vous en fichez et vous voulez juste que les gens autour de vous soient contents, ce qui est important pour vous c’est d’être avec les autres, et vous n’avez pas d’avis, comme toujours car pour vous ce qui compte c’est que tout le monde soit contents. En réalité si vous vous posez deux minutes, vous vous dites que vous n’avez pas envie de manger une pizza, je préfère quelque chose de plus léger, ça aurait ma préférence et je n’aurais pas envie d’une pizza. Votre défi peut être tout simplement de le dire, pas d’en faire une histoire, mais de le dire et d une pas avoir peur que les autres vous rejettent, de vous lancer ce défi, de vraiment dire ce que vous voulez. Pour vous, si cela est très facile de donner votre opinion, ce que je viens de vous dire va vous sembler évident, je vous assure qu’il y a des moments où cela peut être très difficile pour certaines personnes. Ey si vous ne savez pas ce que vous préférez, n’hésitez pas à juste tester, et à faire des essais/erreurs car il y a pleins de domaines de vie dans lesquels on ne sait pas, et la seule façon de savoir c’est de tester.

Très souvent, on reste dans l’expérience de pensées, on en oublie que le plus important est de faire, et c’est en étant dans la situation qu’il va y avoir des choses qui vont venir à notre perception auxquelles nous n’aurions pas pu avoir accès avant de le faire et qui clarifie si oui ou non cela nous convient. Dans cette situation cela peut être le fait d’émettre une avis. Emettre une vis est un bel exercice.

Cela va vous permettre de jauger, et de voir ce que vous en pensez et de vous auto-consulter. Votre cerveau n’a plus l’habitude de faire cela car si vous êtes constamment dans le “people pleasing”, votre cerveau n’a pas le temps de se consulter lui-même, il consulte l’avis des autres, cela va être intéressant de ramener le questionnement vers vous. Ensuite, lorsque vous allez commencer à le faire vous aller voir que vous aller ouvrir une sorte de boite de Pandore, vous allez commencer à voir votre cerveau vous proposer des avis sur d’autres sujets. Cela va être un point d’entrée que de faire ça. Quand vous n’allez plus être dans la tentative de plaire à tout le monde (je ne dis pas de donner votre avis sur des choses sur lesquelles on ne vous a pas demander votre avis et de “rentrer dans le tas”), de ne plus avoir peur de donner des opinions que ne font pas consensus, cela va vous permettre de repousser certaines personnes à vous et d’en attirer d’autres. Si vous êtes enfermés dans un quotidien qui ne vous ressemble pas, avec cette sensation de ne pas avoir le droit à l’erreur, de ne pas pouvoir vous exprimer tel que vous êtes vraiment car ce ne serait pas socialement accepté, parce que cela ne serait pas correct et que vous risqueriez de vous faire rejeter, c’est une forme de prison. Et si vous commencer à exprimer qui vous êtes vraiment, cela va naturellement repousser certaines personnes, il y a des gens qui vont détester ça et d’autres qui vont adorer. Vous allez vous libérer et avoir des personnes qui vous ressemblent davantage. Le but du jeu est de ne plus avoir à faire à des personnes qui ne nous ressemblent pas, de rester qu’entre soi et d’être cernés de personnes qui ont le même avis, non ce n’est pas ça le but. Vous continuerez d’avoir envie d’être au contact d’opinions d’autres personnes, ne serait-ce que pour vous ouvrir à autrui, pour savoir comment quelqu’un qui pense différemment de vous voit les choses, comment cela vous remets en question et quelle perspective vous avez envie d’avoir, ce que vous avez envie d’en garder et ce que vous avez envie d’en laisser. Dans un premier temps, si vous êtes de nature “people pleaser”, c’est très important d’avoir cet espace d’expression, de voir ce que votre cerveau en pense. Si vous êtes indécis dans votre vie, si vous ne savez pas ce qui est juste pour vous, et que vous avez constamment besoin de l’avis des autres, cela va être libérateur pour vous de commencer à exprimer des opinions, de commencer à faire des choix au hasard et voir si cela va vous convenir, accepter par avance de faire des erreurs, accepter qu’il y ait des gens qui ne seront pas d’accord avec vous, peut-être certains d’entre eux qui vont vous rejeter, et que c’est le jeu et que cela fait parti du jeu du développement personnel.

La promesse derrière ce type de comportement c’est d’une part de vous libérer, d’être aimé par les personnes qui vous suivent dans votre quotidien, les personnes qui vont être amis avec vous dans votre vulnérabilité, ce sont des personnes qui vous aimes pour qui vous êtes, est-ce que vous préférez avoir pleins d’amis qui ne vous connaissent pas, cela crée un sentiment de décalage. Imaginez qu’est-ce que cela sera de ne plus faire ça et d’avoir autour de vous des personnes qui vous ressemblent. Il y a certes des personnes à qui vous n’allez pas plaire, mais c’est normal, c’est inévitable, et si vous plaisez à tout le monde c’est qu’il y a vraiment un problème. C’est que vous êtes lisse et que vous êtes en train de faire une moyenne de toutes les opinions possibles et que vous soyez ça.

Le but n’est pas d’essayer de plaire à tout le monde mais d’essayer d’être qui vous êtes et vous aussi il y a des personnes qui ne vous plaisent pas, il y a des personnes que vous aimez moins et ce n’est pas grave, c’est juste que ce ne sont pas des personnes qui vous ressemblent, vous ne perdez rien à moins aimer ces personnes là, ce sont juste des personnes avec qui vous n’avez pads envie d’échanger, laissez la chance aux autres de savoir que vous n’avez pas envie d’échanger avec eux, que vous ne vous ressemblez pas et que c’est ok. C’est ok de ne pas plaire à tout le monde et faite cette expérience, même comme pour l’exemple du restaurant pour vous rendre compte que le monde ne va pas s’écrouler parce que vous n’êtes pas d’accord, vous allez voir que certains de vos amis vont être ravis que vous ne soyez pas d’accord, et qui vont se dire qu’ils sont heureux d’en apprendre sur vous, des gens qui ont envie de vous voir vous énerver, d’être vous-même dans toutes les situations possibles. C’est ça qui fait votre singularité, c’est ce qui fait que la personne vous aime, et remarquez à quel point vous pouvez aimer les défauts des personnes qui vous entourent, même si ce n’est pas ce que vous préférez chez eux, c’est une des raisons qui font que vous les aimez. Cela va être la même chose dans votre cas.

Le message fort que j’avais envie de vous transmettre aujourd’hui, c’est de vous donner l’autorisation de vous laisser ne pas être aimé par tout le monde, c’est un cran au dessus que de s’en foutre du regard des autres, c’est autoriser les autres à ne pas vous aimer, et les autres ont le droit de se tromper sur vous, ils ont le droit d’avoir une opinion que st complètement erronée à votre sujet, parce que dans leur système de valeur ils interprètent les choses de cette manière, c’est leu choix, c’est leur droit le plus strict et ça ne dit rien sur qui vous êtes, il n’y a que vous qui savez qui vous êtes et uniquement vous qui avez le pouvoir là dessus.

Je m’arrête là pour ce podcast, j’espère qu’il vous aura plue t qu’il vous aura été utile si vous êtes dans cette situation en particulier, c’est vraiment un sujet qui m’anime comme vous avez pu le voir, c’est l’une de mes missions de vie qui est d’aider les personnes à oser être qui elles sont, oser aller dans leur vulnérabilité, la meilleure façon que je peux faire c’est de donner l’exemple, c’est pour cela qu’on se retrouve en octobre à la fois sur la chaine YouTube tous les jours et à la fois dans le produit exclusif dédié aux entrepreneurs et entrepreneuses.

Je vous embrasse je vous souhaite un excellent vendredi, un excellent week-end et je vous dis à la semaine prochaine !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *