#160 – Illusion des séries [biais cognitifs ép.8]



Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet, coach certifiée et dans ce 160ème épisode nous allons parler de biais cognitifs et en particulier de l’illusion des séries.

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais tous les 5 épisodes, je fais un épisode sur les biais cognitifs, nous faisons ça sur le podcast depuis l’épisode #110, je vous encourage à aller l’écouter parce que je vous explique l’intention de cette série, pourquoi c’est intéressant d’aller creuser la question des biais cognitifs dans le cadre du travail que je propose ici dans ce podcast. Cela vous permettra de comprendre ce que je m’apprête à vous expliquer ici aujourd’hui qui est que le cerveau humain cherche à trouver du sens. L’une des raisons d’être des biais cognitifs et de simplifier l’information, la rendre plus digeste et compréhensible par notre cerveau. C’est le cas notamment dans le cas du biais cognitif sur l’illusion des séries.

Qu’est-ce que l’illusion des séries ?

C’est quand vous voyez des occurrences là où il n’y en as pas forcément, c’est lorsque vous croyez qu’il y a plus de coïncidences que ce qui est réellement le cas. C’est quelque chose de très ancré dans notre culture, nous avons de nombreux adages qui proviennent de ce biais cognitif, comme la fameuse phrase “les ennuis n’arrivent jamais seuls”, comme si lorsque je commençais à avoir un problème comme une fuite d’eau dans ma salle de bains par exemple et qu’il se trouve que j’ai aussi pas chaudière qui tombe en panne au même moment, je vais y voir une série, je n’arrive pas à imaginer que ces deux faits sont complètement indépendants et aléatoires les uns des autres, ils se trouvent qu’ils arrivent en même temps, mais qui n’ont pas de sens à proprement parlé.

Je vais avoir tendance à faire fonctionner mon cerveau avec mon biais de confirmation, dont nous avions déjà parlé dans l’épisode #115, c’est un biais cognitif qui est très souvent à l’oeuvre et qui est à la source de mauvaises croyances (par là j’entends des croyances qui mènent à des émotions désagréables), c’est intéressant de savoir qu’il existe. Dans ce biais de confirmation je vais avoir la croyance que les problèmes n’arrivent jamais seuls et donc je vais voir tous les problèmes qui pourraient m’arriver ou qui sont en train de m’arriver, que je n’aurais peut être pas détecté au premier abord comme étant des problèmes. Cette illusion des séries est une erreur que fait notre cerveau, c’est une erreur de raisonnement, ce n’est pas grave et le but n’est pas de s’en affranchir totalement et de tenter d’aller à l’encontre de notre cognition parce que ce ne sera pas une chose aisée. Mais le but est plutôt d’en avoir conscience et de se demander ce que je peux faire de ce biais cognitif ? Est-ce que vous avez remarqué que ce biais était à l’oeuvre chez vous aussi ? Il est forcément à l’oeuvre chez chacun d’entre nous, vous avez un cerveau et une  cognition donc ça ne fait pas exception, vous l’avez probablement remarqué à l’oeuvre chez vous, consciemment ou non. Est-ce qu’il y a des moments dans votre vie où vous vous êtes dit qu’il vous arrivez une série d’évènements, dans un élan positif ou négatif, dans une loi des séries. Si c’est le cas, il va être intéressant de se pencher sur la question et de vous demander pourquoi, pourquoi vous avez cette loi des série qui est en train de s’appliquer dans votre tête, pourquoi vous vous dites : “c’est bizarre, la chaudière est tombée en panne, on a eu un dégât des eaux, en plus il y a la crise du coronavirus, c’est vraiment une année de merde”, qu’est-ce qui fait que vous vous dites ça ?

Encore une fois, l’objectif n’est pas d’aller à l’encontre de ce biais mais de se dire qu’il ne dit absolument rien de nous ou de la situation, chacun des tracas qui vous arrivent sont aléatoires, notre cerveau aimerait penser que les occurrences qui nous arrivent sont plus espacées qu’elles ne le sont vraiment, d’ailleurs les personnes qui étudient ce biais cognitif donne souvent l’exemple du casino ou du loto, qui dit que les gens ne veulent pas rejouer les mêmes chiffres qui sont tombés la veille, en se disant qu’il y a peu de chances pour qu’ils retombent à nouveau alors qu’en réalité il y a autant de chances que cela se produise que la veille. Ce qui nous montre que notre cerveau que les occurrences soient espacées, notre cerveau a du mal avec l’aspect aléatoire des choses. Nous avons tendance à vouloir que les choses soient davantage maîtrisables et qu’il y ait plus de sens dans tout cela parce que c’est rassurant de penser de cette manière. Nous avons toujours cette même peur qui est celle de ne pas maîtriser sa vie, qui est de mourir en fin de compte et cela fait extrêmement peur, donc notre cerveau va avoir tendance à aller chercher toutes les raisons qui pourront donner du sens.

Ce qui est intéressant c’est que si l’on se penche un petit peu sur les situations dans lesquelles notre illusion des séries s’active, cela va nous donner de nombreuses informations. Si par exemple vous remarquez que vous vous dites que vous êtes en train de faire face à une loi des séries, que tout votre entourage rencontre des problèmes de santé, ma mère s’est fait hospitalisée, mon oncle vient d’avoir le coronavirus, moi j’ai un petit problème digestif, en ce moment c’est vraiment récurrent les problèmes de santé. Cela peut intéressant d’aller vous demander : “moi je vois cette série, qu’est-ce que j’en fais ? Pourquoi j’ai envie de la voir, quelle est l’interprétation que j’en fais ? Est-ce que je me dis que j’ai la poisse, que c’est grave et que je risque de perdre l’un de mes proche ?”. Je parle de cas où l’on voit des séries et que cela provoque des émotions désagréables, c’est là où nous aurons le plus de travail à faire, c’est là où nous pourrons espérer avoir un changement de paradigme qui sera utile à faire. Il peut être intéressant de se demander avec cette émotion désagréable qui surgit, quel est le besoin qui n’est pas rempli ?

Si je vois que j’ai peur de perdre quelqu’un dans mon entourage, c’est une information qui m’est utile. Le fait d’avoir que mon cerveau fasse en sorte que je vois cette série, cela me permet de voir qu’il y a une part de moi qui manque de sécurité émotionnelle, où je me dis “j’ai vraiment peur en ce moment qu’il arrive quelque chose à l’un des membres de mon entourage, pourquoi ? Qu’est-ce que cela dit de moi ? Qu’est-ce que cela m’apprend ?”, cela va être intéressant de faire cet exercice à chaque fois que vous remarquez que vous avez ce biais cognitif à l’oeuvre, de la même manière que vous pouvez le faire pour les autres biais cognitifs également. Je pense notamment au biais de confirmation. Quand vous pensez que ce n’est pas le bon moment pour vous de faire ça, pour telle ou telle raison, cela vous informe qu’il y a une part de vous qui n’a pas encore envie de le faire maintenant, qui n’a pas envie que ce soit le bon moment maintenant. C’est là que c’est intéressant, comme tous ces biais sont subjectifs, ils amènent toute la subjectivité de votre cerveau et ils amènent des pensées et des croyances auxquelles vous n’aurez pas accès autrement. Si je vous donnais un papier et un crayon et que je vous demandais de faire un flot de pensées là tout de suite, peut-être que l’information qui dit que vous avez peur de perdre un proche ne sortirait pas, peut être que vous ne remarquerez pas que vous n’êtes pas en sécurité émotionnelle, qu’en ce moment vous avez envie de connecter avec les gens que vous aimez, qu’en ce moment vous avez besoin de vous sentir rassuré au sujet de la santé de vos parents, vos grands-parents, vos amis… Ça c’est utile de se servir de ces biais là pour aller chercher ce que cela dit sur nous. De la même manière que si vous voulez voir que c’est un signe de l’univers, que c’est le bon moment pour vous lancer, que vous êtes dans une super année… Cela dit également quelque chose de vous, ça dit que vous avez envie de faire ces choses là en ce moment, cela signifie que vous avez envie de faire ce projet en particulier et d’aller dans cette direction. C’est une information qui est bonne à prendre. 

Ce que j’aime dans les biais cognitifs et dans le fait de les comprendre, c’est qu’ils nous apportent toute la subjectivité de notre cerveau, toutes nos peurs, nos besoins d’efficacité, de clarté, de sens… Ce sont des besoins qui méritent d’être honorés à mes yeux.

Bien sur, cette série ne vous apporte absolument rien, si l’on regarde d’un point de vue rationnel, cette série n’existe absolument pas, ce n’est que le fruit d’événements aléatoires, ce sont des biais cognitifs et si vous en faisiez des statistiques vous vous rendriez compte qu’il n’y a pas de série en réalité. Par contre, cela dit quelque chose sur vous et sur votre perception, et c’est ça qui est intéressant, c’est vraiment un travail que je vous encourage à faire, pourquoi pas à la suite de ce podcast, pourquoi ne pas vous poser la question, à quel moment ce biais s’opère chez moi ? Et à quel moment j’essaie de voir quelque chose de négatif alors qu’il n’y a rien et c’est juste aléatoire. C’est aussi une façon de relativiser. Lorsque vous avez une émotion désagréable au sujet de quelque chose, parce que vous avez des pensées qui génèrent cette émotion là, plutôt que d’aller chercher directement des pensées qui vont créer des pensées positives, et si vous ne les croyez pas ces pensées là, il peut être plus intéressant de passer par les faits, de penser activement les faits. Ici, cela peut être le cas, de juste regarder cette série d’évènements, d’aller regarder à quel point c’est aléatoire et de vous rappeler que ça suit une loi statistique quelconque et que c’est juste une variable aléatoire et ce n’est pas l’univers qui est en train de vous envoyer des signes. Cela peut vous rassurer si vous êtes dans une spirale négative en ce moment, vous avez peut-être des pensées pessimistes, je sais que c’est le cas de pas mal de personnes au début de l’hiver lorsqu’il y a pleins de choses qui s’opèrent sur notre corps, avec le manque de lumière par exemple. En plus cela reste une année particulière, on a été nourris à de l’information et à des évènements présentés de manière très désagréable et pessimiste, cela peut être un bon moment pour se ramener aux faits, que cela reste des variables aléatoires et que le monde n’est pas en train de s’effondrer sur nous et que tout va bien.

Cela peut-être utile pour se dire “j’ai envie de croire qu’il est en train de m’arriver une série de choses qui sont géniales et je vais utiliser ça, je sais que ma pensée est neutre et que je peux croire en tout ce que je veux, cela n’aura pas vraiment d’influence sur les choses, cela aura de l’influence sur comment moi je vais me comporter, si ça me sers de me dire que je suis dans une spirale positive et qu’il est en train de m’arriver pleins de choses trop bien, j’ai envie d’y voir là un signe de l’univers, c’est mon droit le plus strict et cela me permet de me présenter devant les actions d’une façon plus positive, notamment avec plus d’entrain”. C’est quelque chose que je vous encourage à faire, je trouve ça très drôle personnellement, parce que je suis passionnée du cerveau humain, ce n’est pas pour rien que je fais ce métier d’ailleurs, je trouve ça drôle de jouer avec mes propres biais cognitifs, et de me dire : “c’est quelque chose qui est là que je le veuille ou non, alors autant l’utiliser en ma faveur”, remarquons quand ils sont là et qu’ils sont en train de nous desservir pour juste prendre le message qu’il est venu nous apporter, en ce moment nous avons peut-être besoin de réconfort de manière collective, nous avons besoin qu’il se passe des choses positives dans le monde, pourquoi ne pas aller chercher ces informations là pour contrebalancer toute l’information désagréable auquel on peut faire face.

Voilà pour cette illusion des séries, c’était un podcast assez court et pourtant très important, cela fait plusieurs fois que je me dis que je dois le faire, je ne trouve pas des centaines d’exemples et je ne me dis pas que je ne peux pas développer pendant des heures sur ce biais et en même temps je n’ai pas envie de sauter cet épisode parce que c’est un sujet important qui pourrait faire des déclics chez beaucoup d’entre vous, si c’est le cas, n’hésitez pas à venir me le mentionner dans les commentaires du podcast.

Je m’arrête là pour aujourd’hui, je vous embrasse, je vous rappelle qu’en ce moment il y a des vlogs quotidiens sur la chaîne YouTube, si vous avez envie d’aller les voir et que vous écoutez ce podcast en octobre 2020, soyez les bienvenus sur la chaîne, je vous dis à vendredi prochain, passez un excellent week-end et une excellente semaine !

Un commentaire

  1. EMELINE

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour tes podcasts très intéressants. Celui ci sur L’illusion des séries me questionne sur ce que tu penses de l’intuition et de la loi d’attraction. En effet, dans tes propos, je comprends que le fait de s’attacher aux signes intuitifs est en réalité un biais cognitif, et que nos pensées n’influencent pas les événements contrairement à ce que dit la loi d’attraction. J’aimerais donc avoir ton avis sur ces deux sujets, intuition et loi d’attraction, et si tu y crois, mieux comprendre comment différencier les biais cognitifs des intuitions.

    J’espère avoir un retour, d’avance merci,

    Emeline – E. M. I.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *