#17 – Pardonner le passé





Photographie: B.Rep photography (Barbara Repnine)

5 commentaires

  1. sarah

    Bonsoir Esther, j’écoute ton podcast depuis le début et je regarde tes vidéos depuis plus d’un an il me semble. Même si j’ai déjà ressenti le besoin de commenter je ne l’ai jamais fais. Cependant ta façon de penser, de présenter les choses et de les exposer pour qu’on puisse découvrir et penser de nous même m’aide beaucoup. Merci donc pour ça.
    Seulement tu as plusieurs fois parlé du fait que ressentir des émotions, bonnes ou mauvaises, ne concerne que nous et ne touche pas les autres. Cependant j’ai encore du mal sur ce point là. Encore dernièrement au travail j’ai eu un différent avec une collègue qui n’était pas contente et qui me l’a fait sentir. Et même si je savais que j’étais en droit et légitime de lui dire tel chose sur son travail, car je suis sa superieure, je me suis senti très mal face à la réaction qu’elle à eu de me répondre car j’ai ressenti son mécontentement. Elle n’était pas la seule à se punir du coup mais moi avec. Et même si je sais que je suis sûrement trop sensible aux humeurs des gens je pense que les autres savent nous “punir” et nous faire ressentir leur émotions quand ils en ont envie, non ?

    1. Esther

      Bonsoir Sarah,

      Merci beaucoup pour ce gentil retour.

      Je comprends complètement ce que tu dis là. C’est difficile pour nous tous au debut d’intègrer ce concept car il est contre intuitif par rapport à tous ce qu’on nous apprend depuis petit à savoir que nous sommes responsable des emotions des autres et eux des notres. Même dans l’exemple que tu donnes ici, ce sont bien tes pensées qui génèrent tes émotions et non les pensée, émotions ou comportements de ta collègue. De ce que tu me dis, je vois une pensée au moins qui peut-être à l’origine d’émotions négatives pour toi dans cette situation. Je ne sais pas quelle émotion tu as ressentie exactement lorsque tu dis t’être sentie très mal mais supposons qu’il s’agissait par exemple de colère. Voici un exemple des 3 premieres lignes du modèle de Brooke Castillo sur cette situation (cf: episode 3 et 4 que tu connais du coup) :

      C: Ma collègue m’a dit qu’elle n’était pas contente de ma remarque à propos de son travail.
      P: En tant que sa supérieure, je suis légitime de lui dire quelque chose sur son travail et elle ne l’est pas à me le reprocher.
      E: Colère

      Le mécontentement de ta collègue est neutre et ne produit pas d’émotion. Ce qui en produit, c’est la pensée que tu as à propos de ce mécontentement. Si la circonstance était à l’origine de l’émotion alors le mécontentement de ma collègue que tu ne connais pas, devrait te faire te sentir mal aussi. Ce n’est pas le cas, car tu n’en penses rien qui puisse créer chez toi une émotion. Demande toi quelle est l’emotion tu ressens exactement lorsque tu repenses à ce different que tu as eu avec ta collègue. Est-ce de la colère, de la frustration, de l’injustice, de l’humiliation etc ? Ensuite demande toi quelle est la pensée exacte que tu penses lorsque tu ressens cette émotion. Il s’agit d’une phrase précise dans ta tête comme celle que je t’ai proposé dans l’exemple de modèle. Ensuite demande toi quelle est la circonstance neutre qui génère cette pensée. Est-ce une phrase qu’elle a dite, une action qu’elle a faite ? Formule cette circonstance de façon factuelle. Si tu fais cet exercice tranquillement, tu y verras plus clair sur cette situation. Alors bien-sur, cela ne veut pas dire que ta collegue n’a pas eu tord de se conduire de telle ou telle manière. Il y a surement des règles dans votre entreprise et elle en a peut-être enfreint une mais ce qui est important de voir c’est qu’elle n’est pas responsable de tes émotions. Elle est cependant responsable de ses émotions et de ses actions.

      N’hésites pas si tu as envie que je t’aide à comprendre cette situation ou d’autre situations ou tu as la sensation que les autres sont a l’origine de nos émotions. Je le ferai avec plaisir.

      Belle soirée à toi.

      Esther

      1. Sarah

        Merci pour ta réponse. C’est vrai que j’ai encore du mal avec le concept même si sur le papier je le comprend.
        Ça dépend des exemples en fait, je pense que quand ça nous touche personnellement ont a plus de mal à mettre en place le modèle car quand tu explique je comprend ce que tu veux dire mais je n’arrive pas à le mettre en place c’est frustrant ^^.
        Quand j’ai fais la remarque à ma collègue sur son travail car il y avait des erreurs je savais que j’étais dans mon droit et je ne l’ai pas fais méchamment selon mon ressenti. Le fait est que je lui ai fais une remarque et elle l’a mal pris en me répondant d’une façon froide (et encore ça, ça peut aussi être que mon ressenti même si la plupart des gens l’aurait pris comme moi). J’ai donc ressenti son mécontentement dans sa façon de répondre ce qui m’a procurer le sentiment d’injustice (en fait je n’arrive pas à mettre de mot sur ce sentiment c’est peut être ça qui me bloque, j’avais juste envie de pleurer car j’avais une boule dans la gorge comme si j’avais fais quelque chose de mal alors que non).
        Je comprend donc que le soucis c’est ce sentiment là mais ce que j’ai du mal c’est comment ne pas ressentir ça alors que c’est une émotion direct dès qu’elle m’a répondu. Même sur le moment j’ai essayé de me dire que j’étais dans mon droit, que ce n’était pas ma faute mais je n’arrivais pas à vraiment le croire, cela veut dire qu’au fond je pense que je ne m’y suis pas prise correctement, ou alors c’est vraiment elle qui a réagis avec un mécontentement qui n’étais pas approprié ?

        Je ne sais pas si c’est très clair, désolé. En tout cas merci de partager tout ça avec nous. Et bon réveillon 🙂

  2. Virginie

    Super podcast. Mais je m’interroge.
    Qui est on si on est pas définie par nos actions? Qui est on si ce n’est l’image qui restera de nous?

    De plus, pardonner je suis d’accord mais c’est indépendant de mettre un terme à la relation. On peut pardonner tout en cessant la relation car c’est justement la limite. Une protection, refuser de donner une Nième chance, pour ne pas subir encore des douleurs.
    Qu’en pense tu??

  3. Pingback: Développement et pod casts d’Esther Tallifet | L'attache d'encre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *