#21 – Le mensonge


Retranscription écrite du podcast :

Bonjour et bienvenue sur Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet et dans ce 21ème épisode on va parler du mensonge.

Qu’est ce que le mensonge ?

Je pense que cette notion est claire pour tout le monde, mais je vais prendre un peu de temps pour le définir.

Le mensonge c’est le fait de dire délibérément quelque chose qui est contraire aux faits, quelque chose qui est contraire aux circonstances si l’on s’en réfère au modèle de Brooke Castillo, contraire à ce que l’on connait de la réalité, la réalité qui pourrait être prouvée dans une cour de justice.

On parle aussi de mensonge par omission lorsqu’il s’agit de dire quelque chose frontalement mais de cacher délibérément une partie ou la totalité de la réalité que l’on a en notre possession et que l’on connait cette vérité et cette réalité.

1er exemple

Pour vous donner quelques exemples : je vais au travail et j’arrive en retard à la réunion du matin parce quelle suis partie un peu plus tard que chez moi, parce que je me suis mal organisé-e, et je dis en arrivant qu’il y avait des bouchons sur la route. Ce qui en soit n’est pas totalement faux, mais c’est surtout parce que je suis partie 10 minutes plus tard que je me suis retrouvé-e dans les heures de pointe que j’évite habituellement en partant à l’heure prévue.

2ème exemple

Deuxième exemple, c’est celui où j’essaie de protéger quelqu’un, je vais avoir des examens de santé à faire et il était prévu que je vois ma mère cette après-midi là. Je trouve une excuse pour lui dire que je ne peux pas venir sans lui avoir à lui dire que je vais faire des examens à l’hôpital parce que je n’ai pas envie de l’inquiéter pour l’instant et aussi parce que je n’ai pas envie d’avoir une discussion avec elle sur le sujet alors que moi-même je ne sais pas comment je me sens vis à vis de cette situation là.

3ème exemple

Troisième exemple classique, j’esquive une soirée en disant à mes amis que je suis malade et que je ne peux pas venir, je fais ça parce que je n’ai pas envie qu’ils pensent que je ne les aiment pas ou que je m’ennuie avec eux, je me dis que je les protège en faisant cela alors qu’en réalité j’ai juste envie de rester chez moi.

4ème exemple

Dernier exemple : le cas où je ne dis pas à mon conjoint que je l’ai trompé, et je me dis qu’il n’a pas besoin de le savoir et en plus ne pas lui dire, ça m’évite d’avoir cette discussion et cela me permet d’oublier cette erreur que je regrette.

Voilà quatre exemples de mensonges, qu’ils soient par omission ou frontal ils existe sous plusieurs degrés, on peut parler des plus petits mensonges du quotidien et ceux qui sont un peu plus lourds de sens et qui impliquent nos valeurs personnelles profondes.

Pourquoi l’on se retrouve à mentir dans certaines situations ?

La première question que l’on pourrait se poser aussi serait : Pourquoi c’est quelque chose qu’on fait plus ou moins naturellement ?

Parce que l’objectif de notre cerveau c’est de nous maintenir en vie, de fuir les émotions désagréables et de poursuivre les émotions agréables.

Nous avons déjà expliqué précédemment dans le podcast, pourquoi les émotions agréables étaient associées à des choses qui nous maintiennent en vie et le but du cerveau c’est d’être efficace à faire ces choses là. C’est à dire que l’on va avoir naturellement tendance à poursuivre cela sans même s’en apercevoir. C’est d’ailleurs pour cela qu’il y a parfois des mensonges qui sont assez automatiques, les petits mensonges du quotidien du type : ” il y avait des bouchons sur la route “. Ce sont des choses auxquels on a pas vraiment eu le temps de réfléchir et qui sortent tut seul car notre cerveau et habitué à faire cela.

Dans ce cas là, les émotions que l’on va ressentir ça va être typiquement : de la peur, de la honte, du regret, de l’exclusion, de l’ennui, de la tristesse, de la vulnérabilité… Et les émotions positives que l’on va vouloir poursuivre ça va plutôt être : de la connexion avec les autres, de l’affection, de l’amour, du calme, de la reconnaissance sociale, de l’amusement…

Comme on l’a dit dans le podcast précédent (Devenir soi), la recherche d’une émotion positive et la fuite d’une émotion négative, cela nous signifie que l’on a un besoin. Dans les exemples que je vous ai donné précédemment il y a plusieurs besoins qui se manifestent.

Par exemple, le premier besoin que l’on peut avoir et qui eut nous conduire au mensonge, c’est le besoin de sécurité émotionnelle. Si vous vous rappelez de la pyramide des besoins de Maslow, le niveau numéro 2 c’est la sécurité, notamment émotionnelle. Lorsque je vais mentir à ma mère ou à mes amis. Je vais en particulier chercher la sécurité émotionnelle en évitant le conflit, je vais éviter le moment où je vais avoir une discussion que je n’ai pas envie d’avoir (comme avec mon conjoint que j’ai trompé). Je vais chercher le calme et je vais fuir la peur et la vulnérabilité.

L’autre besoin qui peut se manifester derrière le mensonge peut être le besoin d’appartenir à un groupe, le besoin d’être aimé-e, cela va plutôt correspondre au niveau 3 de la pyramide de Maslow. Le niveau numéro 3 de la pyramide de Maslow correspond notamment à des besoins d’ordre généraux d’acception des autres.

Dans les exemples que je vous ai donné avec le fait de ne pas vouloir aller à la soirée, on va se dire : ” je n’ai pas envie d’être rejeté-e, je n’ai pas envie que les autres me rejettent si je leur dit simplement que je n’ai pas envie de venir, j’ai envie qu’ils m’aiment, alors je vais leur dire que je suis juste malade “ tout cela dans le but de ne pas être rejeté-e. Je vais rechercher une émotion positive comme la connexion avec les autres.

Pour reprendre l’exemple des bouchons, très souvent les petits mensonges du quotidien répondent à un besoin de connexion, on va exagérer une situation du quotidien ou les autres vont se reconnaitre dans cette situation et vont s’identifier à elle. Cela correspond au besoin de connexion et de l’affection avec les autres.

Le troisième besoin qui pourrait se manifester derrière un mensonge c’est le besoin de reconnaissance sociale (niveau 4 de la pyramide de Maslow), faire en sorte que les autres aient une bonne estime de nous. Par exemple le fait de ne pas dire que l’on a trompé son conjoint c’est une forme de recherche de reconnaissance sociale, si on lui dit qu’on l’a trompé on va surement baisser dans son estime, ce sont des situations où l’on va chercher à fuir la honte et le regret et on va chercher la reconnaissance sociale à la place. Je donnais l’exemple du conjoint mais cela fonctionne aussi avec l’exemple du retard, parce que l’on a pas forcément envie de dire à nos collègues que l’on est en retard parce qu’on s’est mal organisé ce matin là parce que l’on aurait l’impression de baisser dans leur  estime s’il on avouait un manque d’organisation.

Le dernier besoin qui peut se manifester derrière le mensonge c’est le fait d’avoir besoin de s’épanouir et de chercher le bonheur et l’épanouissement de soi (niveau 5 de la pyramide de Maslow).

Dans l’exemple de la tromperie cela va être typiquement ce que je vais faire : fuir la honte et le regret et chercher le calme et la paix intérieure. En me disant que cet évènement n’a pas existé et en l’oubliant, je vais éviter de ressentir du regret et éviter de me confronter à la réalité de : ” j’ai fait quelque chose qui ne correspond pas à mon système de valeurs et qui ne va pas dans le sens de l’épanouissement de moi-même “.

Ce qui est intéressant de voir c’est que dans toutes ces situations où l’on ment, on cherche à fuir une émotions négatives et à poursuivre une émotion positive (il en va de même pour toutes les choses que l’on fait dans notre vie). Mais avec le mensonge ça ne marche pas. Disons que cela marche à court terme quand on s’est débarrassé de la soirée on se sent mieux, on se dit : ” j’ai pas besoin d’aller à cette soirée c’est cool “, ou : ” tiens je me suis débarrassée de cette conversation avec ma mère, c’est cool “… Mais à long terme ça ne marche pas.

Si l’on est dans une recherche de se sentir aimé-e par les autres ou d’appartenir à un groupe ou d’avoir la reconnaissance d’un groupe, en se mettant des situations où l’on se retrouve à mentir, les personnes vont effectivement nous apprécier mais par pour qui l’on est réellement, puisqu’elles vont apprécier la personne qu’on leur a proposé et le mensonge que l’on a formulé pour eux.

Cela ne marche pas, les personnes ne nous aiment pas vraiment nous, ce qui fait que la démarche du mensonge n’est pas très efficace.

L’autre problématique, dans le cas où ce que l’on recherche ce n’est pas un besoin social, le fait d’être aimé/apprécié/reconnu par les autres, mais c’est dans le cas où l’on cherche à grandir vis à vis du regard que l’on se porte et à gagner en épanouissement de nous-même et en bonheur, là non plus ça ne fonctionne pas car lorsque l’on fuit la réalité (par exemple avec l’exemple de la tromperie). On fuit ce mensonge pour un temps alors qu’au fond de nous que l’on sait très bien que l’on a manqué d’authenticité envers nous-même sur ce coup là, et cette chose là va rester dans notre esprit, et pour conclure on ne peut pas se mentir à nous-même.

Ce que l’on fait à travers le mensonge, c’est que l’on essaie de combler un besoin, on a la sensation d’y arriver alors que ce n’est pas le cas et ce n’est pas efficace.

Qu’est-ce que l’on peut faire pour combler ces besoins qui sont à l’origine de notre mensonge pour à terme ne plus avoir la nécessité de mentir ?

Pour moi ce qu’il est important de faire c’est de comprendre que derrière tout cela il y a le besoin d’être soi. Si vous avez une bonne relation avec vous-même, si vous êtes vous-même, vous n’allez pas avoir besoin de mentir, vous n’allez pas avoir besoin de faire semblant et d’aller à des soirées que vous n’aimez pas, parce que si vous êtes vous-même, vous allez rencontrez des personnes qui vous ressemblent, qui ont les mêmes centres d’intérêts que vous et à qui vous n’aurez pas besoin de dire non pour les soirées, à qui vous pourrez dire : ” ce n’est pas que je n’ai pas envie de venir mais ce soir je suis fatiguée et j’ai juste besoin d’être seul-e “.

Par exemple, vous pouvez lui expliquer que vous êtes introverti si c’est votre cas (je vous renvoie au podcast numéro 14 qui aborde ce sujet là). Vous vous retrouverez avec des personnes qui seront en mesure de comprendrons vos vraies raisons et vous n’aurez pas besoin de leur mentir.

Ou vous serez en mesure d’avoir des relations avec des personnes qui ont les mêmes centres d’intérêts et à qui vous n’aurez pas besoin de dire : ” non, je ne veux pas venir à ta soirée “ parce que vous serez très contents de les voir.

En poursuivant qui vous êtes réellement, vous allez être obligé d’établir une bonne relation avec vous-même, et en faisant ce travail là, en écoutant vos pensées et vos émotions, en étant attentif à vos besoins et à vos vraies valeurs personnelles, vous allez avoir une bonne relation avec vous-même et vous n’allez plus avoir peur d’être vulnérable, vous n’allez plus avoir peur du conflit avec d’autres personne parce que vous aurez déjà fait ce travail vis à vis de vous-même, et ce ne sera pas une nouveauté.

Le moment où vous déciderez de ne pas mentir à votre mère et de lui dire que vous avez des examens à se faire et qu’elle n’a pas à s’inquiéter pour le moment, et que vous serez en mesure de vous rassurez parce que vous-même vous connaitrez vos émotions vis à vis de cette situation, vous n’aurez pas peur du conflit ou de la discussion ou de vous senti vulnérable.

La clé c’est vraiment d’apprendre à se connaitre pour ne plus avoir besoin de mentir.

C’est une façon de combler ses besoins autrement. Ce qu’il peut être intéressant de noter dans les exemples que je vous ai donné dans beaucoup de cas, ce que l’on essaie de faire c’est de manipuler l’opinion des autres ou de se rendre responsable des émotions des autres.

Quand on essaie de manipuler l’opinion des autres, pour reprendre l’exemple de la soirée où l’on dit à nos amis que l’on ne vient pas à la soirée parce que l’on est malade, ce que l’on fait c’est qu’on essaie de les manipuler pour qu’ils ne pensent pas que nous n’avons pas envie de les voir. Effectivement, c’est peut-être ce qu’ils vont penser.

A terme ce qu’il faut comprendre, c’est que les personnes pensent ce qu’elles veulent. Vous n’avez pas le contrôle sur les pensées des autres, vous pouvez leur donner des circonstances avec lesquelles ils auront les pensées/les émotions/les actions qu’ils veulent. Si vous leur dites : ” je suis malade “ , leur circonstance sera : ” mon ami est malade “, cette pensée va créer des émotions plutôt agréable vis à vis de vous. Mais en soit, tout ça est complètement faux puisque ses pensées ne sont pas représentatives de la réalité et de qui vous êtes réellement, ce n’est pas envers vous qu’elle a des pensées/émotions agréables, mais c’est envers ce que vous li avez proposez qui est un mensonge. Mais surtout si elle a envie de penser quelque chose de négatif vis à vis de vous, puisqu’elle a tout à fait le droit.

Passer son temps à agir de telle sorte à manipuler ce que les autres pensent de nous, c’est très fatiguant et surtout ça ne marchera pas puisque l’on ne peut pas manipuler les pensées de toutes les personnes autour de nous, et quand bien même, il y aura toujours des personnes qui ne vont pas être d’accord avec votre façon de faire, avec la personne que vous êtes, avec vos aspirations et vos valeurs.

Il faut accepter que les autres aient des croyances fausses et des opinions négatives de vous.

Et les émotions des autres dans tout ça ?

L’autre point que je voulais aborder c’est la responsabilité des émotions des autres, je vous le rappelle, les émotions que peuvent avoir les autres sont générées par leurs propres pensées, et c’est indépendant de ce que vous leur dites, de ce que vous faites et ce que vous êtes. Bien sur cela ne change rien qu’ils sont responsables de leurs actions et que vous êtes responsables des vôtres.

Si vous faites quelque chose qui est contre vos valeurs ou contre les valeurs que vous avez en commun, typiquement si vous trompez votre conjoint, vous brisez une confiance que vous avez ensemble et lorsqu’elle saura que vous l’avez trompé, elle ressentira probablement des émotions désagréables parce qu’elle aura des pensées qui les généreront vis à vis de la situation. Vous ne serez pas responsable de l’émotion que cette personne va ressentir, vous serez responsable des actes et de la circonstance que vous avez crée pour elle. Vous serez responsable du fait que vous avez brisé la confiance que vous aviez l’un et l’autre.

C’est vrai dans ce cas là et dans toutes les autres situations, c’est à dire que vous serez toujours responsables de vos actes et les personnes en face de vous seront elles aussi responsables de leurs actes, mais elles ne sont pas responsables de vos émotions et vous n’êtes pas responsables des émotions des autres.

Essayer de vous rendre cette responsabilité c’est vous faire du mal sur le long terme parce que le problème c’est que si la personne en face de vous ressent des émotions désagréables vous pouvez culpabilisez et vous dire que c’est votre faute alors qu’en réalité vous n’avez pas le contrôle sur l’émotion de la personne en face de vous, tout ce que vous avez c’est le contrôle sur les circonstances que vous lui donnez et elle en pense ce qu’elle veut.

Je voulais juste faire cette remarque pour vous montrer que dans cette situation où on parle des mensonges, on retrouve cette tendance que l’on a tous qui est complètement sociale, que l’on peut manipuler l’opinion des autres et que l’on est responsables de leurs émotions.

Vivre une vie en accord avec ses valeurs pour ne plus avoir à mentir

La conclusion de tout ce que je viens d’énoncer précédemment c’est que la solution pour arrêter de se mettre dans des situations où on éprouve l’envie de mentir, il s’agit donc de vivre une vie en accord avec ses valeurs, en accord avec soi-même, connecter avec des personnes qui nous ressemblent et apprendre à se connaitre pour ne pas avoir à se retrouver dans une situation où l’on trompe son conjoint (dans cet exemple je pars du principe que tromper votre conjoint c’est contre vos valeurs). On ne se retrouve pas à faire quelque chose qui est contre nos valeurs, on ne se retrouve pas avec des gens qui n’ont pas les mêmes aspirations que nous, ce qui fait que l’on a plus besoin de mentir.

Maintenant il y a quelque chose que je n’ai pas abordé dans ce podcast à propos du mensonge. C’est le cas où ce n’est pas vous qui êtes en train de mentir, mais c’est la personne en face de vous, vous êtes de l’autre côté de la barrière si je puis dire, et vous vous apercevez que quelqu’un vous a menti par le passé ou vous ment.

Comment gérer une personne qui est en train de vous mentir ?

La suggestion que je peux vous faire c’est de gérer cela comme une circonstance, la personne en face de moi m’a menti, vous en avez la preuve qu’elle vous a dit quelque chose qui est faux, vous pouvez le prouver, tout le monde sera d’accord avec vous, il s’agit bien d’une circonstance.

Ce que vous pouvez faire un modèle de Brooke Castillo avec cette circonstance là, j’ai cette circonstance dans mon modèle, cette personne m’a menti, qu’est ce que j’en pense ? La pensée que vous allez avoir directement, celle que vous n’allez pas choisir mais qui vous vient automatiquement vis à vis de cette circonstance c’est une pensée qui va générer chez vous une émotion désagréable comme de la colère, de la honte parce que vous allez vous sentir bête d’avoir cru la personne en face de vous… La pensée que vous allez avoir ça peut être quelque chose comme : ” je n’arrive pas à croire qu’il/elle m’ait fait ça “. Ce qui va générer chez vous une émotion désagréable qui va faire que vous allez agir d’une manière qui ne correspond pas à vos valeurs, vous allez lui envoyer un message haineux, ou vous énervez et vous disputez avec elle et c’est peut être quelque chose que vous n’avez pas envie de faire dans votre vie. Vous avez peut-être envie d’être plus serein et calme, ce qui vous donne une résultat que vous ne voulez pas qui fait que vous allez passer une mauvaise journée.

Que peut-on faire dans ce cas de figure ?

On peut faire un modèle de Brooke Castillo et remarquer que c’est ce qu’il se passe et choisir de penser quelque chose d’autre à propos de cette situation là. Ce que je vous suggère de faire, dans le cas où vous vous retrouvez face à quelqu’un qui vous ment, ce qui pousse au mensonge, c’est l’expression d’une sorte de détresse dans le sens où lorsque l’on ment, cela pointe sur des besoins qui ne sont pas comblés et qu’on a une mauvaise relation avec nous-même. Ce qui veut dire que l’on se connait peu ou mal, on a peu d’empathie envers nous-même, on a peu de connaissances de nos valeurs et de nos besoins ce qui fait que l’on est portés par certaines émotions négatives que l’on essaie de fuir, et on essaie rapidement de combler nos besoins sociaux.

La première chose que je vous suggère de faire c’est de ressentir de l’empathie pour la personne qui vous ment ou qui vous a menti parce que cette personne là est probablement dans un espace qui n’est pas très sain dans son esprit et dans ses émotions. Elle ne doit pas se sentir très bien d’avoir menti, elle essayait surement de combler un besoin qui n’est pas comblé (bien que le mensonge ne comble rien au demeurant).

Réalisez que cette personne a agit selon son propre modèle de Brooke Castillo, elle a agit parce qu’elle avait une émotion qu’il l’a poussé à vous mentir, et cette émotion elle l’a eu vis à vis d’une pensée et d’une circonstance. C’est quelque chose qui la regarde elle et qui n’a pas avoir avec vous. Le fait de prendre cela en compte et de remarquer cela va vous aider à potentiellement changer la pensée que vous avez à propos de cette situation.

Si vous voulez changer la pensée que vous avez à propos de cette situation vous pouvez trouver une pensée alternative : ” cette personne était surement dans une certaine détresse et c’est pourquoi elle m’a menti “ cela va vous permettre de vous sentir mieux, après cela ne veut pas dire que vous excusez la situation, cela ne veut pas dire que vous êtes d’accord avec le fait que cette personne vous ait menti, cela ne veut pas dire que vous validez son comportement qui est peut être contre vos valeurs.

Cela veut juste dire que pour le moment vous faites le choix d’avoir une pensée qui fasse que vous ne vous sentez pas mal, et que vous pouvez agir de manière sereine donc plutôt que de lui envoyer un message désagréables, peut-être lui demander d’avoir une conversation avec elle et celui expliquer que cela est contre vos valeurs d’avoir quelqu’un qui vous ment et que vous avez besoin d’avoir confiance en vos amis, que vous aimeriez avoir cette discussion pour comprendre pourquoi elle a agit de la sorte, et que vous voudriez que cela ne se reproduise plus.

Voilà ce que je vous suggère de faire dans le cas où c’est plutôt quelqu’un d’autre qui vous ment.

Je vais m’arrêter là pour ce podcast, si vous avez envie de creuser ces questions là, je vous propose d’appliquer les outils que je vous propose au fil du podcast, et si vous avez besoin d’un coup de pouce dans l’application de ces outils, n’hésitez pas à me rejoindre sur La Communauté ou de cliquer sur ce lien pour découvrir l’ensemble des programmes payants que je propose.

Je vous souhaite une excellent week-end, n’hésitez pas à me laisser un commentaires sous l’article dédié au podcast et de laisser 5 étoiles sur les applications de podcast qui le permettent si cet épisode vous a plu (cela permet à d’autres internautes de découvrir le podcast), je vous embrasse et vous dis à vendredi prochain !

Allez plus loin

Le programme tel qu’il était proposé lors de la sortie de cet épisode, n’est plus disponible. Il a été remplacé par un programme de coaching en ligne en groupe: Cliquez ici pour plus de details.


Photographie: B.Rep photography (Barbara Repnine)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *