#28 – La procrastination


Episodes reférencés / Ressources


Le programme “Connaissance de soi”: ici.

Télécharger gratuitement “La boîte à outils”: ici.


Photographie: B.Rep photography (Barbara Repnine)

6 commentaires

  1. Bonjour Esther 😆
    Je tiens à te remercier pour tout ce que tu partage sur ce podcast et sur ta chaîne Youtube. Tu es vraiment une personne géniale, d’une sincérité et d’une honnêteté remarquable. Tu es vraiment une personne que j’admire, un vrai modèle dans ma vie. Tu apporte tellement de valeur au gens que ce petit message est bien peu de chose mais il est ce qu’il est. Tu abordes les problèmes qui ont été abordé par des centaines voir milliers de personnes avant toi, (la procrastination par exemple ^^) mais tu y apporte tes réflexions ta sincérité que ça dépasse le simple conseil, ça en devient une leçon de vie. En tout cas MERCI pour tout!

  2. Pingback: Développement et pod casts d’Esther Tallifet | L'attache d'encre

  3. Iza

    Merci esther pour toutes ces leçons de vie qui me permettent de m améliorer et de refaire surface après plusieurs semaines de remise en question.
    Étant musulmane toutes ces informations m étaient inculqué mais il me manquais la notice (lol) en tous les cas tu fait parti des personnes qui ont changer ma façon de voir les autres et tu m a permis de mieux accepter et ou me changer intérieurement, choisir ce que je veux dans ma vie, je me sens plus apte à affronter la vie maintenant et regrette d avoir attendu aussi longtemps pour mieux connaitre certaines choses. Je te kifff grave

  4. Julie

    Coucou Esther 🙂

    Je poursuis mon travail en écoutant tes podcasts et en utilisant pas mal d’outils que tu mets à disposition. Je suis passionnée par toutes les réflexions que ces écoutes déclenchent chez moi ; en plus il est sans cesse possible de faire des liens entre toutes les thématiques que tu abordes et tous les outils que tu proposes, de sorte que j’ai l’impression de prendre de plus en plus de recul, d’approfondir sans cesse ma réflexion et de grandir de tout cela.

    En l’occurrence, après avoir fait un “flot de pensées” aujourd’hui parce que je me sentais assez mal, je me suis rendue compte que certaines toutes petites contrariétés de ma journées me pesaient et étaient liées au fait que j’avais remis certaines tâches à plus tard – sauf qu’elles m’étaient (entre autres choses) restées dans un coin de la tête, même s’il s’agissait de choses assez insignifiantes.

    Et là, je me suis ressouvenue de quelque chose que tu as dit dans cet épisode sur la procrastination, par rapport à l’exemple de quelqu’un qui repousserait la décision d’acheter une maison au bord de la mer. Plutôt que de remettre toujours à plus tard, de garder ça en suspens, irrésolu, dans un coin de la tête et de laisser cette perspective peser sur nous, autant, dans ce cas, prendre la décision de ne pas faire ça pour le moment, tout en sachant pour quelles raisons on n’y est pas prêt.

    Je crois que c’est un petit quelque chose qui va m’aider et me libérer l’esprit – et j’ai donc remarqué que ça pouvait aussi bien s’appliquer à des tâches quotidiennes (type : il faut que je fasse la vaisselle mais je n’ai pas envie, mais ça me reste quand même dans la tête et je ne suis pas tranquille ; pourquoi ne pas juste me dire : je ne la fais pas maintenant pour x raison, je la ferai plus tard, et ne simplement plus y penser plutôt que de culpabiliser de ne pas la faire ?) La procrastination ne me paraît plus dramatique dans le sens où ce serait terrible de ne pas faire les choses qu’on doit/veut faire. Elle est surtout problématique quand elle ne permet pas de trancher et de se libérer l’esprit, quelle que soit l’issue : faire la chose OU, tout aussi bien, ne pas la faire.

    Décider de ne pas faire la chose maintenant, voire même décider de ne pas décider maintenant et de se laisser consciemment une plage de temps pour réfléchir, vaut mille fois mieux que de ne pas décider du tout (sans même s’en rendre compte) et de garder l’objet de notre indécision dans la tête tout le temps, en se mettant la pression pour décider/faire la chose… Je ne sais pas si je m’exprime aussi bien que toi mais en tout cas j’y vois une grande différence et un très bon conseil pour cesser d’être inconsciemment l’esclave de ses propres pensées.

    Je (re-)partage juste ça ici parce que c’est quelque chose que j’ai retenu en particulier et qui m’aide déjà 🙂

    Une très belle semaine

    Julie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *