#33 – Le surpoids (Partie 2)


Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet et dans ce 33ème épisode je vais continuer de parler de surprends, l’épisode numéro 32 partie 1 a été publié la semaine dernière je vous suggère de l’écouter avant d’écouter la partie 2.

La semaine dernière nous avons vu ensemble quelles sont les raisons du surpoids et aujourd’hui nous allons voir comment résoudre la problématique du surpoids et le faire de manière définitive, je pense que vous avez compris que je n’allais pas vous donner la recette d’un hypothétique régime miracle.

Nous avons vu la semaine dernière que la raison pour laquelle nous sommes en surpoids, c’est parce que notre corps mange plus que ce que notre corps à besoin pour vivre et fonctionner normalement. La question à se poser c’est : pourquoi mange-t-on plus que ce dont notre corps a besoin pour vivre et fonctionner normalement ? C’est bien plus qu’une question de volonté, c’est un peu plus compliqué que cela. Il y a plusieurs choses qu’il se passe en terme de physiologie, d’émotions, d’habitudes et d’addictions à des comportements qui sont à prendre en compte.

La raison fondamentale à tout cela c’est que l’on a complètement détourné d’un point de vue culturel et social la nature et l’utilisation que l’on a de la nourriture.

C’est à dire que l’on se retrouve à consommer des aliments qui ne nous nourrissent plus et nous en mangeons à des moments où n’avons pas physiologiquement faim, on utilise la nourriture comme un divertissement, comme un moyen de survivre à des émotions désagréables et plus tellement comme un moyen de se nourrir et de faire en sorte que notre corps fonctionne correctement.

Notre objectif va être simple : redonner son rôle à la nourriture, c’est à dire de recommencer de manger une alimentation physiologique, de manger quand on a faim et d’arrêter de manger lorsque ce n’est plus le cas, il va falloir travailler à retrouver nos sensations de satiété si on la perdue. Nous allons aussi gérer l’aspect : manger lorsque l’on n’a pas faim. Il y a deux raisons en pratique qui vont nous pousser à manger lorsque l’on n’a pas faim : soit des situations sociales (invitations sociales, des restaurants des anniversaires, des occasions festives diverses…), soit les situations où l’on se sert de la nourriture en guise de tampon émotionnel. Cela va être deux situations différents et nous allons voir comment les gérer toutes les deux. Nous allons voir comment créer pour nous-mêmes un plan alimentaire qui soit physiologique, qui va nous permettre de nous nourrir parce que je vous le rappelle c’est l’objectif de la nourriture. Cela peut sembler idiot dit de cette manière mais beaucoup d’entre nous l’avons oublié.

Avant de commencer tout cela, la première étape de ce changement c’est se demander quelle est la raison pour laquelle nous voulons perdre du poids ?

C’est une question qui peut sembler totalement idiote, illogique mais c’est important de se la poser de façon honnête. Si on essaie de perdre du poids depuis des années, nous pouvons avoir perdu de vue la raison pour laquelle nous voulons le faire. Et que l’on ait une raison solide à nos yeux, et pas ne qui soit valide au niveau social, pas une raison légitime. C’est à dire qu’il n’est pas utile d’essayer de vous convaincre que vous voulez perdre du poids pour être en bonne santé si en réalité c’est juste pour vous sentir bien en bikini. Quelle que soit le changement que l’on veut voir dans notre vie, nous allons passer par des étapes où l’on va ressentir des émotions désagréables, cela va nous demander de mener des actions que l’on n’a jamais faites auparavant, et va nous demander de sortir de notre zone de confort ce qui va créer chez nous des émotions désagréables. A ce moment là, nous allons nous trouver de multiples raisons pour ne pas faire les choses, et si nous n’avons pas à la base une raison qui est suffisamment importante pour nous, nous n’allons pas le faire dans les temps.

La question à se poser c’est : comment me sentirais-je si dans 10 ans je n’avais pas perdu de poids ? Comment vous sentiriez-vous, essayez de vous projeter. Il s’agit de prendre un engagement envers soi, se dire que l’on veut perdre du poids pour telle ou telle raison, et que l’on s’engage à le faire pour soi, cet engagement qui consiste à perdre du poids quoi qu’il arrive.

Prendre cet engagement va consister également à abandonner toute l’histoire que l’on se raconte jusqu’alors qui nous permet de gérer le fait que pour l’instant nous aimerions être plus mince mais que ce n’est pas le cas, que nous avons toute une histoire que l’on se raconte pour pouvoir faire avec. Il va falloir abandonner l’idée de s’identifier à cette histoire, et de pouvoir en raconter une nouvelle, et d’admettre l’éventualité qu’il peut y avoir une autre histoire qui peut être racontée et que tout cela est une histoire bien huilée que l’on se raconte depuis longtemps et qui sonne vrai pour nous, mais qui n’est au final rien de plus qu’un choix de pensées que l’on a fait à un moment donné et que l’on continue d’avoir aujourd’hui mais que l’on va pouvoir laisser tout doucement de côté.

Cette histoire comprend peut-être une partie de votre passé, vous vous raccrochez peut-être à des évènements du passé qui vont sont arrivés comme le divorce de vos parents, ou le deuil d’un être cher, lors d’une rupture amoureuse, ou vous vous dites que vous ne pouvez pas perdre de poids à cause d’un diabète de type II qui rend les choses plus compliquées, ou encore qu’il est impossible pour vous de perdre du poids parce que la génétique dans votre famille fait que ce n’est pas possible, ou parce que vous vous dites que vous avez passé 40 ans et qu’avec la ménopause c’est plus difficile… Il va falloir être volontaire et laisser cette histoire de côté et d’admettre qu’elle ne représente pas la réalité mais la pensée et la croyance que l’on a à partir de cette réalité. 

Je vous renvoie aux tout premiers épisodes de ce podcast, de parvenir à faire la distinction entre une circonstance et ce qu’était nos pensées, ce que l’on croit possible de ce qu’il l’est vraiment. A partir du moment où vous pourrez trouver des personnes en qui vous allez pouvoir vous identifier : quelqu’un qui a pris du poids à cause du divorce de ses parents étant petit et qui aujourd’hui est mince, quelqu’un qui a un diabète de type II mais qui a réussi à perdre du poids, quelqu’un qui a perdu du poids alors qu’il avait pris du poids suite à une grosse période de stress… C’est à partir de ce moment là que vous allez pouvoir vous rendre compte que cette histoire est fausse et que vous avez choisi de la croire mais qui ne reflète pas la réalité, vous pouvez croire volontairement de ne plus la croire volontairement.

Parfois cela va être très difficile, vous allez avoir une résistance émotionnelle parce que malgré tout cette histoire fait parti de vous, elle fait partie de ce que vous construit comme étant votre personnalité, il va falloir accepter que vous n’êtes que cette histoire. Alors il est vrai que vous vécu tel événement que vous êtes dans l’obligation de vous identifier à cela aujourd’hui et de vivre votre futur en fonction de cela. Vous pouvez très bien vous dire qu’u un moment de votre vie vous avez pris du poids parce que vous avez vécu un évènement qui fait partie de votre histoire, je comprends que je pense de cette manière mais je peux passer à autre chose sereinement. Si vous avez besoin, cela peut être le moment de faire le point sur l’ensemble de votre histoire et des choses que vous pouvez vous raconter depuis toujours : ” ai-je encore besoin de travailler sur ce passé ? “. Si c’est le cas, c’est vraiment le moment où je vous recommande d’avoir un soutien psychologique et de vous faire accompagner par un thérapeute (psychologue ou psychiatre) pour pouvoir vous aider dans cette réflexion.

Une fois que cette réflexion est faite, que vous vous en rendez compte, que vous avez l’habitude de l’avoir et qu’elle vous permet juste de survivre à votre surpoids actuellement d’un point de vue émotionnel, et que vous continuez de vous raconter cette histoire auquel vous vous raccrochez, une histoire réconfortante… Si vous avez conscience de cela alors vous êtes au bon endroit et je vais pouvoir vous aider à la laisser partir et de passer à l’étape suivante qui est de laisser partir de poids qui ne vous sert plus à rien. Vous n’avez plus besoin de ce poids pour vous cacher, pour vous en servir comme d’un pansement émotionnel.

Prendre conscience de l’histoire que l’on se raconte

La première c’est celle-ci : prendre conscience de cette histoire et de prendre la décision de la laisser partir et de savoir pourquoi vous la laissez partir. Prendre cette décision pour vous, vous rappeler de la raison pour laquelle vous le faites, et être volontaire à le faire.

La deuxième étape va consister à trouver le plan alimentaire qui va servir à vous nourrir. Nous allons pour l’instant laisser de côté tout ce qui touche à l’alimentation et qui ne vous sert pas : c’est à dire tout ce qui touche à l’alimentation ” sociale “, ce que vous pouvez manger lorsque vous avez besoin d’avoir recours à un tampon émotionnel. Là nous allons parler de l’alimentation qui sert uniquement à se nourrir, pour vous même et qui va vous faire du bien. Vous êtes peut-être à un moment de votre vie où vous avez tester de nombreux régimes, vous avez peut-être tester de multiples alimentations différentes, vous avez certainement une bonne éducation alimentaire (si ce n’est pas le, éduquez-vous sur le sujet, renseignez-vous).

Trouver un plan alimentaire qui vous convienne

Faites le point par exemple sur les 3 macronutriments principaux qui sont : glucides, lipides, protides, demandez-vous si vous avez besoin de plus d’informations là dessus, si vous doutez de tout cela n’hésitez pas à aller voir un nutritionniste ou un diététicien pour qu’il vous aide dans cette tâche, je vous recommande également d’aller voir quelqu’un qui est au courant de tout ce que l’on a évoqué ici ensemble et qui a cette conscience et cette volonté de vous reconnecter à votre sensation de faim, à votre sensation physiologique et qui ne va pas vous déposséder de votre responsabilité face à l’alimentation.

Allez voir un nutritionniste qui va vous proposer un plan alimentaire qu’il a déjà proposer à tout ses autres patients, ou qui va juste partir d’une base et que vous allez l’adapter ensemble et vous allez vous retrouver à négocier avec lui pour intégrer des aliments qui ne sont pas ” santé “, parce que vous n’avez en aucun cas pris conscience de la partie émotionnelle, cela ne va pas vous servir.

Pour cela je vous recommande vivement de vous rendre sur le site de G.R.O.S (Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids) qui est une association française qui prend en compte tout cela et qui comprend une liste de praticiens qui tiennent compte de tout ce que j’ai pu évoquer et qui vont vous aider dans cette tâche. Si à un moment donné dans votre travail avec moi ici vous commencez à ressentir que vous allez avoir besoin de cela, n’hésitez pas à aller voir quelqu’un via cette association là parce qu’ils sont formés à cela.

L’objectif pour vous va être de trouver une alimentation qui va vous convenir d’un point de vue physiologique. Normalement, si vous avez testés de nombreuses alimentations et que vous êtes un minimum à l’écoute de votre corps vous savez déjà qu’il y a certaines choses qui vous conviennent et d’autres pas. Peut-être que vous savez que vous avez une sensibilité à certains ingrédients que vous digérez mal et à contrario qu’il y a certains aliments que vous consommez qui font que vous avez beaucoup d’énergie après les avoir consommés.

Par exemple, je sais qu’il y a certains légumes crus que je digère particulièrement mal, idem pour certaines légumineuses, à l’inverse je sais qu’il y a certains fruits et légumes qui me font me sentir beaucoup mieux après. A vous de prendre connaissance de cela et de ce qui vous convient en terme d’alimentation et de choisir ce que vous allez mettre dans votre plan alimentaire en fonction de cela.

Ensuite, vous allez décider à quels moments de la journée vous allez manger, vous allez prendre en compte le fait que vous ne désirez pas avoir constamment de l’insuline dans votre corps et que vous voulez laisser une chance à votre corps de lui laisser retrouver sa sensation de satiété, et laisser son corps se reposer. Il n’est pas question d’avoir recours à un plan alimentaire qui va vous faire manger 5 ou 10 fois par jour. Vous allez faire appel à un plan alimentaire qui va vous faire manger 1, 2 ou 3 fois par jour maximum. Choisissez un plan alimentaire qui vous convient a priori. Si vous n’avez jamais voulu manger de petits-déjeuners de votre vie parce que cela ne convient pas à votre corps, ne vous forcez pas, apprenez à écouter votre corps et à écouter ce qu’il vous dit.

Par rapport au choix des aliments j’aurais deux recommandations à vous faire. La première, cela va être d’éliminer tout ce qui est produits industriels et qui est sucre raffiné, parce que cela ne vous sert à rien et cela ne vous nourrit pas. Il s’agit d’arrêter de rajouter du sucre partout, de manger des produits hautement sucrés et hautement gras : biscuits, chips, yaourts de desserts… Tout ce qui est plats préparés, d’éliminer aussi le pain blanc. Essayer de les remplacer par des produits entiers et simple : fruits, légumes, céréales, viande si vous en mangez, produits laitiers si vous en consommez également… Toutes ces choses qui simples. Je ne vous recommanderais pas personnellement les produits laitiers pour des raisons qui me sont propres (renseignez-vous là dessus si cela vous intéresse). Il s’agit de prendre ses responsabilités par rapport à son alimentation et choisissez des aliments qui soient bons pour la santé.

La deuxième recommandation que je pourrais vous faire c’est de ne bannir aucun macro-nutriments ou de ne réduire aucun macro-nutriments, c’est à dire de ne pas avoir peur ni des glucides ni des lipides, parce que ce sont globalement les choses dont vous aurez le plus peur, et de ne pas avoir peur de manquer de protéines si vous êtes végétariens ou végétaliens, parce que des protéines il y en a partout (renseignez-vous sur l’alimentation végétalienne, j’avais fait un programme là dessus il y a un an de cela, qui vous permet de transitionnel vers le végétarisme et/ou le végétalisme). Il s’agit de ne pas avoir cette peur des protéines, et si vous êtes dans une démarche de perte de poids de ne pas avoir peur ni des glucides di des lipides, tout ce dont je vous parle en terme d’addiction au sucre et de réponse trop importante au niveau du cerveau et des aliments très sucrés, cela ne concerne pas tout ce qui est pomme de terre, riz, féculents de manière générale qui ne sont pas transformés. C’est important de ne pas les éliminer car ce sont eux qui seront responsables de votre satiété et ce sont eux qui vont vous permettre de remplir votre estomac et de bien faire fonctionner votre ghréline et qui va vous dire lorsque vous n’aurez plus faim, et qui vont vous assurer que vous ne serez pas fatigués au cours de votre journée.

Ne pas avoir des lipides, il suffit juste de choisir les bons lipides. Si par exemple vous digérer mal une huile en particulier, substituez là avec des noix, de l’avocat…

Le but de tout cela va être de trouver une alimentation qui vous convient et qui vous ai propre, si vous avez besoin d’aide : faites vous aider par un spécialiste. Il va s’agit de faire vous-même votre plan alimentaire.

Pourquoi est-ce important de faire soi-même son plan alimentaire ?

Le but est de ne pas vous déposséder de votre alimentation et on ne veut pas que vous puissiez vous dire que : ” c’est de la faute du plan alimentaire “. Le but c’est de vous laisser le pouvoir de trouver ce qui vous convient. Vous allez donc appliquer ce plan alimentaire et ce que je vous recommande dans un premier temps serait de noter ce que vous mangez en vous aidant d’un journal. L’objectif du journal va être de l’utiliser comme un outil, si vous avez l’habitude de faire des régimes, peut-être que vous avez déjà utilisé un journal alimentaire et que ce journal alimentaire servait à l’estime de vous, il servait à vous dire en fin de journée : ” tiens je n’ai pas trop mangé aujourd’hui, je n’ai mangé que 1500 calories “, les jours où vous craquiez et vous ressentiez le besoin de vous punir.

L’objectif n’est pas de vous auto-flageller, il est question de vous reconnecter à ce que vous mangez et à vos sensations physiques. Le but de votre journal va être de noter ce que vous mangez et de noter comment vous vous sentez en le mangeant. Est-ce que vous vous sentez bien ? Est-ce que vous avez mal à l’estomac ? Est-ce que vous avez des ballonnements ? Est-ce que vous étiez fatigués après avoir consommé cet aliment là ? Est-ce que vous aviez faim lorsque vous l’avez mangé et si oui depuis combien de temps aviez-vous faim ? Est-ce que vous aviez-des douleurs à l’estomac ?

Votre journal alimentaire va vous inviter à être curieux de ce qu’il se passe dans votre corps au moment en terme de réponse à l’alimentation et l’objectif n’est en aucun cas de vous surveiller. Ce n’est en aucun cas l’objectif. Et si vous pensez que vous êtes trop fragile d’un point de vue émotionnel actuellement pour tenir un journal alimentaire, parce que vous l’avez utilisé pendant longtemps, eh bien oubliez cette partie pour le moment, vous vous en occuperez bien après et cela ne vous empêchera pas pour autant de vous connecter à vos sensations.

Un autre outil que vous pouvez utiliser c’est le jeune ou le jeune intermittent, cela va vous être utile si vous êtes complètement déconnecté de votre sensation de faim et vous ne savez pas si vous avez faim. Vous n’avez plus idée de ce qu’est la faim physiologique, il y a une manière très simple de retrouver cette sensation : il suffit d’arrêter de manger jusqu’à ce que vous ayez faim. Cela vous prendre environ 24h, si au bout de 24h vous n’avez pas retrouvé votre sensation de faim eh bien faites un bilan sanguin et assurez vous que tout va bien au niveau hormonal.

Le jeune ou le jeune intermittent peut être un super moyen de se reconnecter à votre sensation de faim. Encore une fois, si vous êtes sujet à des troubles du comportement alimentaire ou que vous ne vous sentez pas assez solide pour vous lancer là dedans, alors ne le faites pas. C’est juste un outil qui est à votre disposition, je sais que le mot jeune peut faire très peur, le but n’est pas de se priver. Beaucoup de personnes pensent que si on prive son corps, le corps va se ” venger “. A aucun moment le corps se venge, il a juste un mode de fonctionnement qui est celui dont on a parlé la semaine dernière, et si vous n’avez aucune sensation de faim c’est qu’il y a peut-être un souci au niveau de l’insuline et laisser le temps aux autres hormones de prendre le contrôle.

Voilà pour ce qui est du plan alimentaire, il faut prendre le temps de le faire et choisissez ce que vous mangez et ce sera quelque chose qui sera capable d’évoluer, mais l’objectif est que vous fassiez un choix maintenant et que vous le mainteniez suffisamment dans le temps avant de décider de le changer, parce que vous n’allez pas pouvoir savoir si ce alimentaire vous convient si vous le changez d’un jour à l’autre, il faut un certain temps avant de le savoir et écouter vos sensations alimentaires et votre énergie.

Vous allez surement me dire que vous avez surement déjà essayé de passer par des rééquilibrages alimentaires mais que dans les faits, lorsque vous rentrez chez vous, que vous êtes stressés et que vous avez besoin de réconfort, vous vous retrouvez à manger le soir lorsque vous êtes seul chez vous, parce que vous avez eu une contrariété au bureau le matin même, ou pour une raison sociale qui ne vous permet pas de refuser les produits transformés que l’on me propose, et vous vous dites également qu’il va être difficile de refuser toute votre vie une part de gâteau d’anniversaire ou ne plus manger de crème brulée au restaurant. J’entends cela et nous allons voir ensemble comment gérer cela.

La troisième chose qu’il va falloir considérer : il s’agit de la gestion des exceptions. Il y a des moments où vous allez manger pour des raisons qui ne sont pas physiologiques (pour vous nourrir) et pour des raisons davantage sociales : lors d’invitations, d’anniversaires, de fêtes telles que Noël, lors de vacances… Peut-être que certains d’entres vous décideront, une fois par semaine de consommer un aliment qui vous fait plaisir juste pour le plaisir, et il n’y a aucun problème avec cela.

La seule chose qu’il faut se rappeler c’est que la nourriture à un rôle sur le corps et le choix que vous allez faire de manger un aliment de manière exceptionnelle va avoir des conséquences sur votre corps. Par exemple, si vous décidez de manger une barre chocolatée, et que vous avez décidé que ce sera l’exception de votre semaine rappelez vous que cela va provoquer un pic de dopamine dans votre cerveau et que cela sera peut-être plus difficile de ne plus en manger d’autre par la suite, soyez-en juste conscient. Et sachez que ce n’est pas vous qui êtes bizarre, c’est une réponse physiologique tout à fait normale et si vous ne vous sentez pas d’être en difficulté avec cela, vous pouvez faire le choix de ne plus consommer ce type d’aliments en particulier, vous n’êtes pas obligés. Bien que les conséquences de cet acte ne sont pas graves, à condition juste que ce ne soit pas votre routine habituelle et que ce soit quelque chose d’effectivement exceptionnel.

L’objectif du plan alimentaire est justement d’en faire une habitude et de ne plus avoir à réfléchir, l’objectif est de vous vider l’esprit de toutes ces questions que vous vous posez continuellement qui sont : qu’est-ce que je vais manger ? Est-ce que je peux manger ça ?…. L’objectif est de ne plus être dans ce débat constant intérieur, le but est de se dire que la décision est prise, je ne la remets pas en question et si je mange pour me nourrir je mange ça et c’est tout, et il n’y a plus de brouhaha mental à ce sujet.

Dans le cadre d’exception il faut bien évidemment que ce ne soit pas tous les jours (parce que sinon ce n’est plus une exception), l’objectif va être d’y réfléchir à l’avance et de ne pas se retrouver dans le cas où l’on se retrouve effectivement dans ce cas où l’on répond à une volonté émotionnelle, mais que l’on a fait ce choix pour nous-même et de faire ce choix au moins 24h à l’avance. C’est quelque chose qui va vraiment beaucoup vous aider et va vous permettre de gérer les situations sociales facilement et juste de vous dire que vendredi vous pouvez manger du popcorn au cinéma, je pourrais me préparer à l’éventuel contre-coup qui sera que j’aurais peut-être faim le matin alors que d’habitude ce n’est pas le cas mais je vais l’anticiper, il ne faudra pas que je m’inquiète à ce sujet et le lendemain je reprendrais mon plan alimentaire et vaquer à mes occupations de façon tout à fait classique. C’est comme cela que l’on gère les exceptions et les choses qui sont en dehors de notre plan alimentaire, simplement en le choisissant à l’avance. Cela vous dire que par exemple si au travail on vous propose des cookies, eh bien vous pourrez dire non sans vous posez de questions parce que vous êtes sur votre plan alimentaire du quotidien et dans votre plan alimentaire quotidien il n’y a pas de cookie alors il n’y a pas à se poser la question, la réponse est facile.

Par contre si vous remarquez qu’en voyant les cookies vous vous dites : ” ah c’est dommage j’en aurais bien eu envie “, notez cette envie, soyez au courant que vous en aviez envie et dites vous : ” je peux choisir de manger un cookie dans 24h “ vous pouvez même le noter et le planifier lors de votre prochaine exception (pas tous les jours), une fois par semaine ou par mois selon ce que vous souhaitez. Cela va vous libérer, vous n’êtes pas dans la privation, vous n’êtes pas en train de résister, c’est juste de choisir le moment où vous allez le consommer.

Il est question de se rappeler que vous n’êtes pas à la merci de la nourriture et qu’elle ne vous contrôle pas.

C’est moi qui décide ce que je mets ou non dans mon corps.

Voilà comment nous pouvons gérer les exceptions.

Le cas des tampons émotionnels liés à l’alimentation

Abordons maintenant le cas où nous faisons appel aux tampons émotionnels, et c’est le cas pour beaucoup d’entre nous et c’est souvent ce qui nous fait défaut et qui ne nous permet pas de tenir un régime, au delà du fait que les régimes dérèglent notre corps sur le point de vue hormonal et rendent les choses plus compliquées et ne conviennent pas à notre physiologie. Le problème émotionnel demeure un problème majeur.

Il va s’agir d’écouter ce qu’il se passe dans notre tête et de comprendre pourquoi on mange à des moments où nous n’avons pas faim et qu’il n’y a pas non plus de raisons sociales de manger. Nous le savons les résultats que l’on obtient dans notre vie provient des actions que l’on met en place. Très souvent ce qu’il se passe, lorsque l’on veut changer un résultat que l’on veut changer dans notre vie, on veut travailler sur l’action directement. On se dit : ” si je veux perdre du poids il faut que j’arrête de manger “, ce qui fait que l’on va faire que l’on va être dans la résistance puisque nous allons nous forcer à modifier cette ligne de l’action. Une fois que l’on a compris tout les outils que je vous enseigne ici, on sait que cette action est mise en place à cause d’une émotion qui elle-même découle d’une pensée. Nos circonstances sont tout à fait neutres, qui va générer chez nous une pensée, et c’est cette pensée qui va générer chez nous une émotion et c’est cette émotion qui va être l’impulsion pour agir et c’est cette action qui va créer notre résultat.

Si par exemple on se pèse le matin et on constate que l’on fait 98 kilos, ça c’est une circonstance qui est tout à fait neutre que l’on peut prouver dans une cours de justice, c’est quelque chose qui n’est pas le fruit d’une opinion. Moi ce que je peux décider de penser inconsciemment sans même m’en rendre compte c’est : ” je suis grosse “, l’émotion que va me procurer la pensée ” je suis grosse “ va être de la honte, cette émotion ” honte “ va me faire agir/réagir/non-agir d’une certaine manière, et cela va être une émotion qui va me faire réagir de multiples manières comme par exemple : manger du chocolat pour combler cette honte et pour me cacher et alimenter cette honte, je peux également ne pas m’inscrire à la salle de sport parce que j’ai honte du fait d’être grosse. Le résultat que je crée pour moi-même c’est que je ne vais pas perdre de poids et que je vais peut-être même en prendre et cela confirme ma pensée de départ : ” je suis grosse “.

Ce que je viens de vous décrire là vous l’avez surement reconnu, il s’agit du modèle de Brooke Castillo sur une situation précise qui est celle d’une pesée. La plupart d’entre nous, lorsque l’on s’aperçoit que l’on ne se sent pas bien, ce que l’on va vouloir faire, nous avons conscience que nos actions génèrent nos résultats, que si l’on veut maigrir il va falloir arrêter de manger du chocolat en plein milieu de l’après-midi lorsque l’on n’a pas faim, mais le truc c’est que l’on essaie d’agir directement sur cette action, mais on ne se rend pas forcément compte que cette action procède d’un mode de pensées en amont et que si on tente directement d’agir sur l’action, c’est à ce moment précis que l’on va être dans la résistance. C’est là que l’on va être dans le : ” je résiste au macaron, au chocolat…” et on sait que cela ne marche pas sur le long terme.

C’est comme cela que fonctionne les régimes en réalité, ils changent la ligne ” Action “ dans le modèle de Brooke Castillo, ils changent la ligne de l’Action et font appel à votre volonté sans changer tout le reste du modèle, ils ne changent pas le fait que vous pouvez ressentir une émotion désagréable ou que vous puissiez avoir une mauvaise estime de vous-même, ce qui change c’est juste le ” je mange le chocolat “. Et cela ne fonctionne pas sur la plupart d’entre nous, on ne peut pas fonctionner sur le mode ” résistance “ sur le long terme. En effet il y en a sur qui cela fonctionne, vous avez du connaître des personnes qui ont perdu beaucoup de poids et qui ont dû vous dire : ” c’est une question de volonté “, pourquoi cela marche pur ces personnes là ? Peut-être que la pensée qui était à l’origine du fait qu’ils mangeaient plus ou trop, étaient une question d’estime d’eux ou à ce qu’ils réussissaient à faire, et en perdant du poids en faisant appel à leur volonté ils ont changé leur pensés. En perdant des kilos, ils ont arrêté de penser : ” je suis gros “ et du coup ils ont arrêté de manger du chocolat parce qu’ils avaient honte d’être gros. Ils ont changé leur modèle en changeant la ligne des ” actions “ et c’est quelque chose que l’on fait très souvent de vouloir changer l’action, les résultats et changer les circonstances, c’est à dire que l’on se dit : ” je serais capable de m’aimer lorsque j’aurais perdu du poids “, mais c’est penser le problème à l’envers.

En effet cela peut fonctionner mais cela nous force à être dans la résistance, cela va faire que l’on va se détester, nous allons travailler contre nous-même, peut-être que l’on va y arriver mais cela va se faire dans une souffrance physique et émotionnelle qui est parfois très difficile à gérer. Cela peut fonctionner mais ce n’est pas la méthode la plus simple et la plus efficace. La plus simple et la plus efficace va être de comprendre ce qui se passe et de se dire : ” tiens, là raison pour laquelle je mange c’est parce que j’ai un problème d’estime de moi, parce que je ressens de la honte vis à vis de moi-même et suis-je obligé de penser cela ? “. Le problème c’est que le fait de penser un certain poids à un instant T est à distinguer de la pensée : ” je suis gros “, ces deux choses ne sont pas synonymes, il y a une des deux choses qui est complètement neutre et que l’autre est un choix de pensées que je choisis d’avoir, et que je peux choisir de penser autrement. Ce que l’on va faire c’est que l’on va faire c’est que l’on va prendre conscience des pensées qui sont à l’origine des raisons pour lesquelles on mange, alors peut-être que c’est parce que vous pensez que c’est parce que vous vous trouvez gros, d’aller vous peser et d’être déçu et d’aller manger.

Ce que l’on veut c’est justement remarquer les pensées qui fait que l’on mange lorsque l’on n’a pas faim. Que se passe t-il à ce moment là ? Est-ce que l’on se dit des choses comme par exemple :

J’en ai trop envie tanpis/ il faut se faire plaisir de temps en temps/ je vais faire une exception aujourd’hui/ si je ne le prends pas maintenant le le prendrais plus tard de toute façon/ si je ne mange pas maintenant j’aurais faim plus tard/ je ne suis pas capable de me retenir de toute façon je n’ai aucune volonté/ de toute façon si je mange ce petit truc ça ne changera rien.

Il s’agit de trouver quelles sont les pensées que l’on a au moment où l’on s’apprête à manger alors que l’on n’a pas faim ?

Reconnaitre et être observateur de ce moment là, ce moment peut-être où l’on rentre chez nous, où on va se coucher, où on vient d’être contrarié et ce moment où l’on va se voir aller chercher un aliment. Que se passe t-il ce moment où nous sommes capables d’aller marcher un kilomètre le dimanche pour aller trouver une épicerie ouverte pour s’acheter un paquet de gâteaux, tellement nous pouvons être mal sur le point de vue émotionnel. Que se passe-t-il dans notre tête à ce moment précis ? Quelles pensées avons-nous en tête à ce moment là ? Parce que ce sont justement ces pensées qui vont être à l’origine de l’émotion que l’on est en train de ressentir et c’est cette émotion qui est en train de nous faire agir de cette façon là.

Nous ce que nous voulons c’est être conscient de cela, de s’approprier cela, vivre l’émotion et comprendre ce qu’il est en train de se passer pour pouvoir le changer et le remplacer dans le temps.

Ce sur quoi nous allons travailler c’est la pensée. Nous allons prendre les choses dans le bon sens, nous allons pas attendre de perdre du poids pour avoir une bonne estime de nous-même et nous allons apprendre à nous aimer et à avoir une bonne estime de nous-même, d’avoir des pensées positives à propos de nous-même pour pouvoir se sentir bien, et c’est en se sentant bien qu’on aura un comportement qui sera bienveillant vis à vis de nous-même et que c’est seulement lorsque l’on s’aimera que l’on pourra adopter ce comportement où l’on mange lorsque l’on a faim et de juste manger des choses bonnes pour nous et sens oublier la notion de plaisir. Nous ne ressentirons même plus le besoin de manger des choses qui ne sont pas bonnes pour nous, l’envie sera passée.

Il est vrai qu’au début où il va falloir mener à bien ce travail qui consiste à voir ce qu’il se passe en nous, cela va nous demander un certain effort, comme toute prise de nouvelles habitudes. L’objectif c’est qu’à terme on perde l’habitude de manger à ce moment là, et de se servir de la nourriture comme un tampon émotionnel à ce moment précis. Il va d’abord falloir identifier ces moments là. Evidemment il va falloir que l’on travaille sur notre volonté à un moment donné, peut-être qu’on le reconnaitre une fois qu’il sera passé dans une premier temps et ce n’est pas grave, on fera alors notre travaille d’auto coaching dans un second temps, une fois que l’on aura mangé alors que nous n’avions pas faim, on pourra alors prendre un papier et uns stylo pour essayer de comprendre ce qu’il s’est passé dans notre tête et décrire ce que l’on a ressenti et faire notre modèle de Brooke Castillo sur ce qu’il vient de se passer.

Avec le temps, lorsque l’on reconnaitre les cycles qui se reproduisent, nous allons pouvoir s’en rendre compte au moment où cela se produit et nous allons même pouvoir l’interrompre, pas forcément pour s’en empêcher et faire appel à notre volonté, mais juste pouvoir faire pause pour pouvoir mieux comprendre ce qui est en train de se produire. Ce qu’il va se passer vous allez vous rendre compte de certaines de vos habitudes comme par exemple : ” lorsque je rentre à ce moment là, je mange précisément tel aliment “, remarquez lorsque le schéma se reproduit, s’arrêter et se dire : ” tiens, il est en train de se produire une habitude qui me dessert, cette habitude est mise en place parce que cet aliment produit beaucoup de dopamine dans mon cerveau “ (ce qui est un processus normal, c’est physiologique et ce n’est pas moi qui suis une mauvaise personne honteuse), je reconnais cela et j’attends 5 minutes avant de manger l’aliment en question. Et je m’observe pendant 5 minutes ce qu’il se passe, et vous allez voir que c’est un exercice assez difficile (tout du moins au début) de se regarder et de s’obérer.

C’est difficile parce qu’à ce moment là nous sommes dans la réaction face à l’émotion, nous ne sommes pas en contrôle. Souvent nous avons juste l’impression de perdre le contrôle, vous savez probablement de quoi je parle si vous avez déjà vécu cela dans votre vie, et là ce que nous sommes en train de faire c’est d’essayer de faire pause pendant 5 minutes et de voir ce qu’il se passe, de se laisser 5 minutes avant de consommer l’aliment en question. Vous allez voir que dans beaucoup de cas, l’émotion que vous essayez de fuir, l’émotion pour laquelle vous aviez besoin d’un tampon émotionnel, elle passera en l’espace de 5 minutes. Parfois ce ne sera pas le cas, et dans ce cas là vous mangerez l’aliment, mais vous le ferez avec beaucoup plus de conscience de ce qu’il se passe dans votre tête et vous allez pouvoir ressentir l’émotion et voir ce qu’il se passe dans votre cerveau et entendre toutes ces phrases qui vous desservent et auxquels vous ne prêtez peut-être pas attention. Ce sont justes des choses que vous avez l’habitude de penser et qui vous poussent à avoir cette action qui vous dessert. Progressivement vous parviendrez à changer vos pensées grâce aux outils que je vous propose dans ce podcast.

La première étape va être de reconnaitre ce qu’il se passe, la deuxième étape de vivre les émotions qui sont à l’origine de ce qui est en train de se produire, accepter de vivre la frustration/le stress/ la peur, toutes les émotions qui vous donne cette envie de ” tamponner “ l’émotion et de les vivre et que les vivre est beaucoup moins difficile que d’être confronté à la résistance à ces mêmes émotions et tout ce qu’elle engage avec elle comme par exemple la culpabilité que vous ressentez après avoir mangé et que vous êtes peut-être en train de cultiver en continuant de procéder de cette façon. Ensuite vous allez pouvoir vous proposer des alternatives de pensées, travailler sur l’estime que vous avez de vous-même et vous dire que vous n’avez pas besoin de cela, et vous dire : ” je n’ai pas besoin de cela “.

Lorsque vous rentrez chez vous et que vous mangez, comme l’exemple de la télévision qui reste allumée dont je vous parlais lors de l’épisode sur les tampons émotionnels, vous avez peut-être pris l’habitude de faire cela parce que vous vous sentiez seul-e mais désormais ce n’est plus le cas, eh bien vous allez pouvoir le remarquer et le remplacer et penser autrement, parce que ça ce n’est plus vrai pour moi. Vous pouvez alors vous dire que manger ne résoudra pas la problématique auquel vous êtes confronté, si vous ressentez du stress, la nourriture ne va pas régler ce problème. Cela me renvoie à une phrase qu’a dit Brooke Castillo dans l’un de ses podcasts qui m’avait fait un déclic qui est :

If hunger isn’t the problem, food isn’t the solution.

Cette phrase veut littéralement dire : ” si le problème que tu rencontres n’est pas la faim physique, alors la nourriture n’est pas la solution “. La seule solution qu’apporte la nourriture à un problème qui est très connu, c’est la faim. Tous les autres problèmes que tu peux rencontrer qui sont la peur, le stress, l’ennui, la tristesse… Il est sur et certain que ces problèmes ne seront pas résolus par l’alimentation. Tout ce que cela va permettre de faire c’est de faire l’autruche le temps que l’émotion s’en aille. Si l’on prend juste 5 minutes pour laisser le temps à l’émotion de partir, tu verras qu’elle s’en ira, et si ce n’est pas le cas cela t’auras permis d’apprendre sur toi-même sur le chemin.

Voilà pour les outils que vous pouvez mettre en place, c’est quelque chose qu’il faut faire de manière progressive, choisir d’avoir de nouvelles pensées n’est pas quelque chose qui va se faire automatiquement, cela ne va pas perte immédiat mais c’est quelque chose qui est faisable et comprenez bien que vous êtes en contrôle et que c’est vous qui façonnez votre réalité et que vous avez le droit d’appuyer sur le bouton ” stop “, ce n’est pas parce que votre cerveau vous dis une multitude de choses comme : ” tu ne sais de toute façon que tu n’es pas capable de te retenir “, rappelez-vous bien que vos pensées ne sont pas la réalité, la réalité est ce que vous décidez quelle soit, vous pouvez tout à fait vous dire : ” non mais aujourd’hui je ne vais pas manger parce que cela ne va pas résoudre mon problème “. Vous pouvez observer quelle est la problématique en faisant justement un flot de pensées, en faisant un modèle de Brooke Castillo et d’observer la vraie raison qui vous pousse à avoir ce comportement et résoudre la raison pour laquelle vous avez envie de manger. Si vous avez envie de manger parce que vous vous apercevez que vous êtes stressés par rapport à votre examen le lendemain, vous vous rendez bien compte que manger ne résoudra pas le stress causé par l’examen. Le stress de l’examen est peut-être dû au fait que vous n’avez pas révisé tel ou tel chapitre, plutôt que de manger la barre de chocolat, quelque chose qui vous dessert d’un point de vue physiologique, tout en ayant pas assez révisé le chapitre dont vous aurez besoin pour l’examen du lendemain, vous pouvez juste le réviser parce que c’est justement le problème que vous rencontrez ici.

Vous allez pouvoir être en contrôle, vous allez prendre la décision en amont de manger juste ce qui est dans votre plan alimentaire et de faire ce travail là lorsque là situation va se présenter, vous allez voir que cela va être de plus en plus facile avec le temps, parce que vous allez apprendre à votre cerveau à réagir de cette manière face à cette situation.

Je vais m’arrêter là pour cet épisode, si vous avez la moindre question vous pouvez me la poser en commentaires, ce sera sur sesentirbien.coach/podcast/33. N’hésitez pas à noter sur le podcast dédié au surpoids en cliquant ici. Je vous ai réalisé un document gratuit qui résume tout ce que j’ai pu dire dans ces deux épisodes et qui va vraiment pouvoir vous aider et vous donner quelques outils supplémentaires pour pouvoir les utiliser dès à présent. En téléchargeant ce document cela va vous mettre d’office dans une liste d’email que j’alimenterais en informations sur ce sujet là.

Je vous embrasse et je vous souhaite un excellent week-end et une excellente semaine et je vous dis à vendredi prochain !

Episodes reférencés / Ressources

40 commentaires

  1. Bravo à toi pour ce changement que tu as opéré dans ta vie et ce travail sur toi-même que tu as effectué. J’espère que tu es fière de toi 💜 Moi je le suis en tout cas.

    Et puis merci de partager ces outils avec nous. Pour ma part je suis fière aussi de mes progrès parce que je suis passée de manger tout et n’importe quoi à n’importe quelle heure à ne plus manger d’aliments contenant des sucres industriels et à arrêter complètement le grignotage.

    Ceci dit, tu vas assez loin avec les astuces que tu proposes et c’est super chouette : le fait de s’interroger, de s’écouter, de prendre des notes sur ses sensations c’est quelque chose qui me paraît difficile mais qui pourrait sûrement m’aider.

  2. Sakina

    Bonjour
    Vidéo plus qu’ intéressante, je me suis retrouvé en tes mots merci beaucoup vraiment j’espère que cette fois ci sera la bonne mais j’ai confiance car pour une fois je ne serais pas contre mon corps mais avec lui
    J’aurais une question un peu bête mais qui mérite d’être posé
    Quand s’arrêter de manger?
    Tu me diras quand on a plus faim, mais pour moi il est difficile de s’arrêter je n’arrive pas pas à mettre de stop lol

    1. Esther

      Bonjour Sakina,

      Il faut effectivement s’arrêter lorsque tu n’as plus faim. Si c’est quelque chose que tu n’as jamais fait et que tu as l’habitude de manger plus que ta faim avoir tu vas avoir besoin de faire appel à ta volonté au debut jusqu’à ce qu’une nouvelle habitude soit mise en place.

      Essaie de comprendre pourquoi tu manges plus que ta faim. A quoi penses-tu lorsque tu manges alors que tu n’as pas faim ? Que se passerait-il si tu t’arrêtais ? Comment te sentirais-tu ?

      Si tu t’apperçois que tu mange plus que ta faim surtout lorsqu’il s’agit d’aliments transformés: chips, plats cuisinés, biscuits, sucreries, pain etc ou si tu as perdu tes sensations de faim et ne sais pas quand tu as faim et quand tu n’as pas faim, je te dirais d’éliminer tous ces produits de ton alimentation au profit d’une alimentation qui contient des aliments entiers, simples et non transformés pendant une semaine pour voir ce qu’il se passe. Tu vas surement avoir envie de manger les anciennes choses. Pourquoi ?

      N’hésites pas à lire le document que j’ai fait au sujet de ces deux podcasts, il devrait t’apporter des éléments supplémentaires.

      Esther

  3. Looftmensch

    Bonjour Esther et merci pour ce contenu. J’ai une question. Tu parles de suivre un programme fixé à l’avance, à deux trois repas par jour, ce qui est une bonne idée. Mais quid des moments où l’on aura vraiment faim en dehors de ces moments là?
    Dans la même lignée, moi qui fait pas mal de sport, je me retrouve régulièrement à manger un petit peu avant d’y aller afin d’éviter une hypoglycémie éventuelle pendant l’effort. Que faire dans ce genre de situation ?

    Merci,

    Ps: une partie du contenu du podcast rappelle le travail du Dr Zermati (co-fondateur du GROS)

    1. Esther

      Bonjour,

      Question pertinente, merci de l’avoir poser. On a peur d’avoir faim alors que la faim est quelque chose de tout à faim normal. Tu ne va pas entrer en hypoglycémie comme ça. Si tu n’as aucun problème hormonal alors tu aura une faim désagréable mais non douloureuse qui va passer très vite car ton corps va aller puiser dans ses reserves de glycogène dans ton foie pour apporter le glucose dont tu as besoin dans ton sang. Pareil pour le sport. C’est quelque chose connu des marathoniens. Tu as une très grande autonomie avan d’avoir épuiser tes stocks de glycogène. Non seulement tu peux ne pas manger entre deux repas, mais le corps est fait pour ça et fonctionne mieux si tu laisse ton insuline redescendre. On n’est pas sensés manger à longueur de temps.

  4. Manon

    Merci je viens de prendre conscience de tellement de choses! Cela fait bien 10 ou 15 ans que j’ai des soucis avec la nourriture comme tu le dis manger sans avoir faim, manger quand je suis contrarié, stressé etc.. mais en fait manger ne m’aidera pas sur le long terme ! Ça ne va pas résoudre mon soucis peut être pendant quelques temps mais il reviendra le jour d’après etc … c’est peut être stupide mais je viens de comprendre ça que maintenant. Pour les aliments transformés je suis entrain de les diminuer, j’ai déjà su arrêter les sodas depuis 4 ans (plus de coca etc…) juste car j’ai pris conscience que ça ne m’aidait en rien, juste être addict, et que c’était clairement mauvais pour moi (mal de ventre etc ). Et il y a 4 ans du coca dans un verre j’aurais craqué mais maintenant je n’ai même plus envie d’en boire, ça ne me tente même jamais. J’espère pouvoir d’ici quelques temps dire de même avec les biscuits ou je viens de prendre conscience que ça ne m’aidait en rien dans ma vie en fait que je peux aisément trouver du plaisir ailleurs et que ce n’est pas bon pour moi aussi, puis j’ai encore faim après donc totalement inutile. Bref merci beaucoup t’es podcast m’aident vachement 🙂

    1. Esther

      Tellement heureuse que tu sois tombée sur ces informations… Je comprends et non ce n’est pas stupide de ne pas l’avoir compris avant. Ce n’est pas comme ça que les choses sont présentées habituellement concernant l’alimentation.

  5. Daphné

    un épisode excellent ! Hyper complet, des informations utiles, un retour d’expériences personnelles qui rend concret et peut être plus facile la mise en place d’une bonne alimentation. Un grand bravo !
    Je suis tombée sur le podcast par hasard en faisant une recherche sur audible la semaine dernière et j’ai écouté l’épisode 1 sur le surpoids. J’ai été bluffée par la pertinence des propos. Je crois que ces deux épisodes sont les choses les plus intelligentes, utiles que j’ai entendues de ma vie sur le poids, l’alimentation. Toute personne qui souhaite perdre du poids devrait l’écouter !!! Un immense merci. Je vais le fowarder à tous mes amis.

    1. Esther

      Merci beaucoup Daphné. Je suis ravie que tu trouves de la valeur dans ces épisodes. Merci pour le partage et merci d’avoir pris le temps de commenter ici. Ça me touche beaucoup.
      N’hésites pas à télécharger le document pour avoir un support visuel.

  6. Mademoiselle B.

    Bonjour Esther,

    Ton podcast m’a fait penser à un pan de la littérature féministe qui s’intéresse aux problèmes d’obésité et de troubles du comportement alimentaire déclenchés par les structures sociales du genre. Du coup, peut-être que tu connais déjà, mais le cas échéant je me permets de te recommander Susie Orbach, Fat is a Feminist Issue, qui est une édifiante lecture sur le sujet.
    Sinon je suis plus familière de ta chaîne YouTube que de ton programme de coaching, mais j’apprécie l’énergie que tu dévoues à tes idées et projets 🙂
    A bientôt,

  7. Pierre

    Bonjour Esther,
    J’ai beaucoup apprécié les épisodes sur le surpoids (et tous les autres aussi d’ailleurs !).
    J’aime beaucoup t’écouter dans les transports en commun, pour joindre l’utile à l’agréable, et je trouve que le format audio convient parfaitement pour le contenu que tu proposes !

    J’aimerais télécharger le fichier de notes mais je n’y parviens pas (j’arrive sur une page d’erreur).

    Peut-on accéder aux notes d’une autre façon ?

    Merci encore pour ton travail qui me sert beaucoup dans la vie de tous les jours.

  8. Zoe

    Bonjour Esther,
    Merci pour ton podcast. J’arrive assez facilement à me dire de ne pas manger quand j’ai faim. Par contre j’ai du mal avec l’idée de bannir certains aliments ou de me dire que je mangerai un cookie dans 3jours. De prendre la décision qu’à partir de maintenant je ne mange plus de produits industriels ou de chips cela me semble difficile. Et pareil pour me dire de ne manger que ce qui me nourrit (le coca zero c’est si agréable!).
    Bref j’ai encore un peu de chemin.. Je me suis dit que j’allais essayer une semaine, mais j’ai peur qu’un échec me démoralise.

  9. Virginie

    Bonjour Esther et encore grandement merci pour tes contenus ! Tu me rends accro aux podcasts 😄
    Dans cet épisode, que j’ai adoré, il y a un élément dont je ne suis pas sure avoir entendu parler. Ou bien c’est mon « noeud » et il faut que je le décortique moi même. Il s’agit du plaisir. J’y pense depuis l’anecdote des macarons. Si on enlève le stress, l’ennui, le besoin de réconfort, etc, il reste encore ce plaisir immédiat que peut nous procurer ce que l’on mange. C’est une façon de se faire plaisir comme aller au cinéma, faire une balade, ou jouer avec des amis. Il m’arrive souvent de me surprendre à penser « tiens, j’ai envie de me faire plaisir, je vais me faire des cookies ». Et bien sûr j’en mange plusieurs parce que c’est trop bon. Et rien que d’en parler je salive. Hahaha
    S’agit-il uniquement de trouver (et d’avoir un minimum de volonté) pour s’orienter vers d’autres plaisirs ?
    J’espère être aussi claire que toi afin de me faire comprendre, et l’air de rien j’ai l’impression d’avoir répondu à ma remarque 😉
    A très bientôt 💜

    1. Martine

      Bonjour Virginie!
      C’est aussi le propre de l’homme que de vouloir se faire un petit plaisir avec des cookies.
      Nous ne sommes pas des animaux qui s’arrêtent dès qu’ ils n’ont plus faim.
      Avec l’abondance de nourriture non physiologique pour l’être humain que l’on trouve partout, il devient de plus en plus difficile de se nourrir pour nourrir notre corps.
      L’exemple des petits cookies de Virginie, je pense qu’il est parfaitement normal de se faire de petits plaisirs avec la nourriture si celle-ci est saine et non industrielle.
      L’important est de bannir tout ce qui est industriel et de manger des aliments de base que se soit salé, gras ou sucré. Là, il sera plus facile d’écouter sa satiété.
      Bonne journée à tous.tes!
      Martine

  10. Pingback: #35 – Burn-out et Bore-out – Se Sentir Bien

  11. Julie

    Merci beaucoup pour ce podcast. Tu retournes à mon intuition que le cerveau est un muscle, qu’il faut entraîner. Ton propos est alors de dire qu’il faut rompre des automatismes mentaux type émotion négative -> formulation d’un besoin de réconfort -> manger. L’idée, si je te suis, est de décomposer ce mécanisme afin de revenir à une fonction plus classique de l’aspect de manger, et, au passage, se recentrer sur ses émotions, afin de les « gérer » en tant que telle au lieu d’à travers un exutoire (en l’espèce : la nourriture).
    Après, de ce que tu dis, je distingue deux mécanismes : celui que j’ai cité du dessus, qui serait de l’ordre de la « réponse immédiate » mais également, si je te suis, tu évoques qui tient plus de l’habitude. Du genre « j’ai pris cette habitude de manger à ce moment T, ou demander telle chose à un moment de ma vie où ça répondait à telle émotion ; cette émotion appartient à mon passé mais l’habitude perdure (c’est l’exemple du « je mange quand je rentre chez moi »).
    De mon point de vue, tu n’abordes pas (ce n’est pas le propos de ce podcast du tout, j’en ai conscience) l’aspect social. De mon expérience, et j’ai vu que quelqu’un l’avait également soulevé en commentaire, en tant que femme le rapport à la nourriture est plus souvent biaisé. Cela explique, à mon avis, que le rapport « émotionnel » à la nourriture dépasse le cercle des personnes en surpoids (comme semble le confirmer les commentaires de ta vidéo Youtube). Souligner l’aspect social et genré du « problème » n’apporte pas une solution en tant que telle mais, je pense, peut aider dans la démarche que tu proposes, à savoir de mieux « conscientiser » le rapport à la nourriture pour en détacher ce qui n’est pas « sain » et relève plutôt de l’émotion.
    En tout cas, tout cela m’a bien inspiré, merci !

  12. Caroline

    Merci pour cet épisode hyper instructif et ça aide beaucoup à prendre conscience que l’on mange alors qu’on a pas faim. Dans mon cas c’est surtout des tampons émotionnel dont j’aimerai me débarrasser.
    Tu as parlé que tu penses que les produits laitiers ne sont pas bon pour notre corps, as-tu fais une vidéo dessus? Car j’aimerai m’informer mais je trouve tout et son contraire!

    1. Esther

      Non, je n’ai pas fait de vidéo dessus. Si tu veux de l’information sur le sujet, je te recommande ce site: veganhealth.org Il s’agit de chercheurs qui donnent des réponses construites à toutes ces questions autour du veganisme de la façon la moins biaisée possible. Il y a notament une section sur le lait et le calcium que je te recommande du coup.

  13. Marie Gerges

    Bonjour Esther ! Mais quel bonheur de te lire! J ai l impression que tu résumes toute ma vie sur ces deux podcasts… je suis une victime des régimes. Après plusieurs années de yoyo j ai perdus 17 kilo puis j ai stabilisé mais en enlevant des aliments. Je ne me rendais pas compte que ce n était pas saint. Je stablisais pendant 4 ans je crois mais j ai eu peur d avoir des carences .alors je suis allé voir un diététicien pour réintégré tous les aliments j ai repris 3 4 kilo mais ça allait… Après j ai commencé à prendre et surtout j ai recommencé mes crises de boulimie( je n ai jamais vomi c est juste que stresse je mange tout et n importe quoi pour me remplir et ne plus rien sentir je pense ) alors je me suis renseignée sur l association gros… acheté des livres etc.. je suis allée voir une nutritionniste qui était basée sur le concept du g.r.o.s… j ai pris 10 kilo en 7 mois… j ai essayé d accepter de m aimer quand même… Mais difficile. J ai arrêté et j ai essayé d appliquer la méthode seule. J ai reperdu un peu mais aujourd hui je suis enceinte! J aurais voulu perde le poids avant… Mais bon. Aujourd hui j ai pris 13 kilo pour la grossesse et je n ai pas fini mon 6 ème mois!Je sais bien qu’ il ne faut pas stresser et que c est normal mais il faut pouvoir l accepter. Bref je suis tombée sur tes vidéos! Et alors un grand merci… tout se que tu dis est tellement claire… ça me parle tellement ! Tu es géniale et tu me rassures ! Je sais que c est la meilleure méthode et de voir qu’ elle a marché c est super ! J ai oublié de dire que la nutritionniste m a laissé du jour au lendemain manger ce que je voulais… sans cadre et donc sans plan alimentaire…je pense que là était peut etre l erreur. Elle me disait que ce n était pas grave si je prenais du poids et c était principalement que de l eau! J avoue que ca m a beaucoup déçu… choquée… aujourd hui avec la grossesse je suis presque à 30 kilo au dessus de mon poids minimum quand j étais stable ! J ài l impression d être dans un cauchemar ! Je vais donc écouter tes autres vidéos et appliquer tout ce que tu dis … j ai déjà commencer et je mange moins depuis 2 jours. J écoute mes émotions et je les regarde. Désolée pour ce long message … je te souhaite une belle journée et merci encore:)

  14. ML

    Bonjour Esther,
    Par contre le document n’est plus disponible ? Lorsque je clique sur le lien j’ai le message suivant qui apparaît : “Sorry we couldn’t find that page”
    Podcast extrêmement intéressant.
    Merci pour le partage ! ^^

  15. MP

    Waouh.. merci pour ce podcast et la vidéo qui m’a amenée ici, c’est fou comme on apprend des choses tous les jours!
    J’ai passé mon temps a me culpabiliser de ne pas avoir la “volonté” je m’en veux et me déteste terriblement depuis des années pour ça, et c’est bête je ne me suis jamais posé la question du POURQUOI !
    Combien de fois je me retrouve devant le placard a fouiller a la recherche d’un gâteau ou chocolat sans même m’en rendre compte! Et ça peut paraitre fou mais il m’arrive souvent de me retrouver en train de manger de manière automatique sans vraiment m’en apercevoir…
    J’ai passé mon temps a envier mes amies pour qui la bouffe n’est pas une drogue une obsession… Moi je ne pense qu’a ça , a mon poids qui grimpe et a la honte que j’éprouve.
    Bref ce podcast m’a mis une bonne grosse gifle dans le bon sens du terme car j’ai compris pourquoi, et surtout je pense avoir les clés pour commencer a maitriser ce problème .
    Merci beaucoup tu es une personne très intéressante et inspirante j’aime ta façon d’être curieuse de tout et de traiter les différents sujets…

  16. Charlène

    Bonsoir Esther 🙂
    J’ai beaucoup apprécié ce podcast, mais je me suis retrouvée à faire un blocage sur le principe du plan alimentaire. En pratique j’ai du mal à saisir le principe d’un plan alimentaire… S’agit il de faire la liste des aliments qu’on souhaite bannir ou intégrer à notre alimentation de manière general? De planifier et préparer en avances les repas de la semaine ? Moi j’avoue que j’en suis au stade où c’est typiquement le genre de chose qui me rend ” malade” au sens où ça me prend des heures et des heures de préparation. Les courses nen parlons même pas lol.
    En fait c’est ce rapport permanent à la nourriture, même quand je ne mange pas qui me prend littéralement la tête et toute mon énergie…
    Est ce que dans ce cas, il est préférable de rentrer en contact avec un nutritionniste ?

  17. Hélène

    Merci Esther, aujourd’hui j’ai fait (comme souvent) le trajet qui me mène de mon domicile à mon lieu de travail en déplacement (une semaine par mois). J’ai 3h de route et chaque fois, dans ce cocon qu’est ma voiture et durant ce trajet qui me paraît si long… j’ingurgite tout et n’importe quoi. Je m’ennui je me sens seule et je déteste le dimanche soir. Aujourd’hui j’ai emmené tes 2 podcasts sur le surpoids avec moi et je les ai écouté attentivement. Je me reconnais tellement dans ce que tu racontes. J’ai eu plusieurs fois l’envie d’attraper un des multiples paquets de biscuits bonbons etc qui se trouvent dans ma voiture-cachette. Et bien je n’ai touché à rien. Je n’avais pas faim. Et j’ai réussi. Je ne pensais pas en être capable. Non maintenant je suis dans une petite chambre d’hôtel et je m’ennui toujours… ça va être dur mais je vais essayer de tenir jusqu’à ressentir la faim. Merci encore

  18. Laura D

    Bonjour! Merci pour des podcasts, ils sont très clairs et très informatifs. Moi qui connais beaucoup de choses sur la nutrition et la santé, je pense que tu viens d’apporter la pièce du puzzle qui manquait dans mon cheminement vers le bien-être!
    En faisant l’exercice sur les émotions et les pensées que tu proposes, je me rends compte que parfois je mange parce que je sais que je ne vais pas pouvoir manger pendant x heures après à cause de mon emploi du temps ou du plan alimentaire que je me fais (je pratique le jeûne intermittent sur un modèle 16h/8h) et que je préviens une faim éventuelle qui n’est pas encore arrivée. Est ce que cela vient d’une peur ? Dans ce cas là, vaut il mieux attendre d’avoir faim avant de manger, quitte à décaler la prochaine prise alimentaire prévue par mon jeûne ?

  19. Lucie

    Je t’ai découverte avec la vidéo sur ce sujet. J’ai enchaîné avec les deux podcasts et je vais continuer à rattraper mon retard.

    Merci, merci, merci beaucoup.
    Juste merci.

    “Manger quand on a faim”, “Le rôle de la nourriture c’est de nourrir”, “Si le problème n’est pas la faim, la nourriture n’est pas la solution”…
    Une fois que c’est dit ça parait tellement bête… Mais il fallait le dire…
    Merci de l’avoir fait.

    Ps : j’ai envie de manger parce qu’en t’écoutant je n’ai pas bossé, mais… je résiste. Alors je vais regarder d’autres vidéos pour faire tampons émotionnels…
    Oh et puis non. Si je commençais à appliquer tes conseils ?

    Merci encore.

  20. CHARLOTTE PABIOU

    Bonjour Esther, merci pour ton contenu, j’ai du retard dans les potcast caret j’ai tardé à me lancer dans l’aventure, et je souhaite les écouter dans l’ordre… mais Ce thème est vraiment l’origine pour quoi je me suis orienté dans le développement personnel, je suis ravis de te voir l’aborder mais du coup je regrette de ne pas être à jour… je voulais savoir s’il y a un programme d’auto coching sur le sujet du surpoids? Si oui je souhaiterais profondément y participer… merci je t’embrasse

    1. Esther

      Bonjour Charlotte. Merci beaucoup et bienvenue ici. Pour l’instant il n’y a pas de programme d’auto-coaching sur le surpoids mais je suis en train d’en préparer un. Vous serez les premiers au courant sur ce podcast lorsqu’il sera disponible.
      Passe une belle journée.

  21. Anelor

    Bonsoir Esther,
    Je réécoute avec grand intérêt cet épisode et, après avoir lu les 2 versions du libre de Brooke “if i’m si smart why can’t i loose Wright?” Je le pose la question suivante : elle insiste grandement dans la 2eme version sur l’arrêt total des farines et du sucre. Dans la mesure où tu as de nombreuses sources et recherches à ton actif, pourquoi n’as-tu pas repris cette recommandation ? En effet, si beaucoup des concepts qu’elle évoque me parle, je bloque intellectuellement sur celle-là…je suis vegane et ne consomme pas de gluten, et j’avoue qu’arriver complètement le sucre me semble faisable mais ce n’est pas le cas pour les farines. Il me semble utile de préciser que je parle ici de produits fais maison genre cake ou tarte, pas de produits industriels que j’ai de toute façon arrêté de consommer depuis longtemps.
    Merci pour ce travail de réflexion et l’approche complémentaire et enrichie( par rapport à Brooke) que tu m’apportes dans cette démarche challangeante et passionnante qu’est la perte de poids dans la dimension de développement personnel . que tu propose. Et d’avance merci pour ta réponse !

    1. Esther

      Bonjour Anelor,

      J’en parle en atelier et dans mes coaching individuels. Je ne fais pas cette recommandation ici car je ne veux pas donner de recommandations sans expliquer leur origine. J’ai donc fait le choix de ne pas encore parler de ça car c’est quelque chose sur lequel beaucoup de gens se seraient arrêter en pesant qu’il s’agit de se restreindre alors que non. C’est probablement ce qui te manque dans le travail de Brooke. Elle n’explique pas trop d’où vient cette recommandation. J’en parlerai longuement dans une série de vidéos sur la chaine cet été. Je prend 1 journée en atelier pour l’expliquer donc c’est pas immédiat et ça demande de comprendre un peu la science derrière ça. Je crois que c’est qqc qui interesse peu Brooke, c’est pour cela qu’elle n’en parle pas plus que ça et dit juste ‘pas de farine ni de sucre’.

  22. Laura T

    Bonjour Esther !

    J’écoute toujours tes podcasts religieusement mais je reviens poster un petit commentaire ici qui sera plus à propos.
    Depuis ton premier podcast sur le surpoids je me suis vraiment concentrée sur mes émotions, j’ai tenter de travailler dessus etc… honnêtement ça a pris du temps, je dirais que j’ai commencé a vraiment me comprendre et a comprendre mes émotions courant mai. J’ai aussi lu le livre de Brooke Castillo que tu conseilles et il a réellement changé toute ma façon de voir les choses. Résultat, j’ai perdu 4 kilos depuis la mi-mai. J’ai du mal à y croire (nos fameuses pensées limitantes hein) que ça arrive enfin, à moi qui me disais que jamais dans ma vie je n’arriverai à maigrir.
    Tout ça pour te dire un gros merci Esther !
    Passe une bonne journée

  23. Servane

    Bonjour Esther et merci pour ton partage. Je me suis retrouvée à 100% dans ce que tu décris.
    Je suis très emballée par ta façon de voir les choses et par les solutions que tu proposes. Du coup j’ai pleins de questions ^^, pas de soucis si tu n’as pas le temps d’y répondre, mais je me permets quand même de les poser ici:

    Ne penses tu pas que le fait de différer des envies (attendre 24h et ne pas prendre sur le moment le cookie qu’une amie nous propose) ne risque pas de créer de la frustration et donc des craquages? Chez moi j’ai vraiment l’impression que plus je me met des règles, plus je “décompense” par la suite

    Quand il s’agit d’un weekend entier chez la famille ou de vacances, on fait comment, on planifie un weekend entier de craquage? ou on essai de faire attention malgré le fait qu’on sait qu’on ne pourra pas vraiment suivre notre plan alimentaire? Encore une fois est ce que la “rigidité” due au fait de vouloir garder un plan alimentaire fixé à l’avance ne risque pas de créer des angoisses dès que des éléments extérieurs nous empêchent de tenir ce plan?

    Quand tu dis que c’est à nous de choisir notre plan alimentaire, cela signifie qu’on peut décider au quotidien d’être plus ou moins “clean”? Par exemple pour moi manger des tomates mozza le soir, ou un carré de chocolat le midi, ce n’est pas un craquage et je ne penses pas pouvoir/vouloir tenir une alimentation 100% non transformée et saine au quotidien.
    Pour moi la partie “plaisir” de l’alimentation est quand même importante au quotidien. Ce qui est dur c’est d’avoir cette partie plaisir sans la partie craquage qui en découle…

    Merci pour tout 🙂

  24. Virginie

    Coucou Esther,

    J’essaie de te contacter sans succès depuis plusieurs semaines.
    J’aimerais énormément participer à ton programme de coaching personnalisé sur le thème du surpoids.

    Ton approche résonne beaucoup en moi !

    J’espère que tu liras ce message.

    Des bisous et merci pour ton travail.

    Virginie

  25. Bazinga-

    Et si on a pas envie d’enlever le sucre raffiné de son alimentation ?
    Par exemple, s’autoriser un dessert (donc en ayant faim) une ou 2 fois par jour, avec du sucre raffiné, sans que ce soit non plus une bombe calorique.
    Enfin je comprends l’histoire de dopamine, mais bon.

    1. Esther

      Tu fais ce que tu veux bien-sur. La question est: est-ce que garder le sucre raffiné dans ton alimentation t’as permit d’avoir les résultats que tu souhaites jusqu’à maintenant ?

      Plus interessant encore: Pourquoi veux-tu garder le sucre raffiné absolument ? Pourquoi y es tu attachée émotionnellement ? Si je te disais, les brocolis ou les choux bruxelles ne sont pas bon pour ta santé, suprimes les de ton alimentation pour te nourrir et garde les de façon exceptionnel (càd une fois par semaine au plus), est-ce que tu aurais ce même attachement émotionnel ?

      Le sucre raffiné n’a aucun intérêt nutritionnel et à partir du moment ou tu comprends le fonctionnement de l’addiction avec la dopamine, tu comprends que garder du sucre raffiné à la place d’aliments qui nourriraient ton corps, c’est te rendre la tâche difficile et te créer des appels au sucre à longueur de journée inutilement. Oui bien sur que tu peux manger du sucre raffiné de temps en temps pour le plaisir mais dans ce cas, on s’en fiche d’avoir faim car à ce moment là on ne le fait pas pour se nourrir mais pour se faire plaisir. Si tu as faim en plus, c’est super car tu prendras d’autant plus de plaisir mais attention de ne pas se raconter une fausse histoire. Le sucre raffiné n’a aucun interet nuritionnel même lorsqu’on a faim. Je suis la première que ça n’arrange pas non plus, crois moi. 😉

  26. Sonia

    Bonjour
    J ai écouté avec attention le podcast 32 et 33 et ça a fait écho. En effet j’ai été intéressée par la théorie du GROS et j ai contacté une nutritionniste en décembre, j’ai appris beaucoup de choses que j’ai appliqué. Manger quand on a faim, ma satiété etc. Mais ce qui s est passé c est que j ai pris des kgs, on ne comprenait rien du tout puisque je faisais des progrès. Ensuite je me suis inscrite au programme linecoaching en parallèle de la nutritionniste et toujours rien. Bilan depuis décembre j ai pris 4 kgs dont j ai perdu 1 ce mois ci.
    Je me dit cette méthode est celle qui me convient le mieux puisque je ne peux plus faire de régime mais d un autre côté je suis perdue car je me dit pourquoi ça ne marche pas sur moi.
    Voilà mon cas, je voulais en parler.
    Merci pour votre travail.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *