#36 – La santé mentale



S’inscrire à mon programme de coaching en ligne “Connaissance de soi”:


Photographie: B.Rep photography (Barbara Repnine)

4 commentaires

  1. Charlotte

    Coucou Esther, je te suis depuis l’époque de tes grands cheveux blonds 😊 j’ai 22 ans, et je m’intéresse au développement personnel depuis un bon moment, j’ai appris tant de choses, et notamment grâce à toi. Merci du fond du coeur, Esther.
    Tu m’as fait avoir de prises de conscience, qui m’ont changée la Vie.
    De gros bisous, et trois milliards de pensés positives, pluie de remerciements et les violons qui vont avec, je te suis vraiment reconnaissante.

  2. Merci pour ce podcast qui met en lumière l’importance de la santé mentale malheureusement bien trop négligée… J’ai l’impression également qu’il est fondamental de dire aux personnes qui vont bien d’arrêter de proposer aux personnes qui vont mal (je pense surtout aux cas de dépression) des solutions qui n’en sont pas (devenir vegan, méditer, être plus positif…). Bien qu’elles puissent avoir un certain intérêt les techniques utilisées dans le développement personnel, voire même l’idée de “développement personnel” sont juste hors de portée dans le cas d’une dépression et cela n’aide personne de se les entendre offrir comme des solutions miracles à un problème qui ne serait que de l’ordre de la volonté (spoiler alert : c’est plus compliqué que ça).
    Je n’ai pu commencer à m’intéresser au développement personnel qu’à partir du moment où mon cerveau n’a plus eu à focaliser toute son attention sur comment me maintenir en vie. Petit à petit je me construis surtout un cadre, ce que j’aime appeler mon “hygiène mentale”, ce sont des choses que j’essaye de faire quotidiennement et qui m’aident à me sentir bien (faire du sport, me nourrir convenablement, dormir, limiter les situations stressantes, ne pas laisser le désordre s’installer dans ma chambre…). Ces petites mesures, qui peuvent parfois donner l’impression que je mène une vie de sainte, me permettent réellement de maintenir un équilibre, me protègent au quotidien. La prochaine étape sera d’introduire de la méditation ou des flots de pensée mais me voilà à procrastiner, attendre le bon moment, trouver la bonne méthode pour le faire. Je pense qu’une partie de moi a peur que le processus soit douloureux, qu’il soit trop coûteux, une autre a peur que cela fonctionne et que je ressente un véritable bien-être, je suis une complexée du bonheur, je ressens une sorte de culpabilité qui m’interdit d’être pleinement heureuse et que je dois je crois forcer un peu.

    Disons que je me laisse procrastiner jusqu’à cet été, si au cours de l’été je n’arrive pas à commencer à mettre en place quelques exercices quotidiens choisis parmi les outils que tu nous suggères dans tes podcasts, il faudra que j’accepte de passer à l’artillerie lourde : ton coaching 😉

    Gros bisous, bon dimanche 🙂

  3. LAYAL

    je viens de découvrir vos pancast, c nouveau pour moi et c très intéressant a suivre et a crée si vous voulais nous dire comment en faire et comment les publié? concernant la santé mentale, tout a changer lorsque j ai perdu mes enfants…. c une longue histoire…..
    le médecin s appel un traumatologue

Leave a Reply to Sabine Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *