#38 – Être une bonne personne


Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet et dans ce 38ème épisode je vais vous parler du fait d’être quelqu’un de bien.

Je vous parle de cela maintenant, et c’est une peur qui revient assez régulièrement que de n’être pas quelqu’un de bien, de ne pas être assez bien, de ne pas être assez tout court. Je peux comprendre cette inquiétude parce que lorsque l’on découvre le monde du développement personnel, lorsque l’on découvre ce podcast et que l’on se met à écouter tout les épisodes à la suite (ce que beaucoup d’entre vous faites), cela pose des questionnements. Je me rappelle très bien que lorsque j’ai découvert l’ensemble de ces informations, j’ai passé une période où je lisais beaucoup, j’écoutais énormément de podcasts, je regardais beaucoup de vidéos YouTube sur le sujet, quand on a toutes ces informations entre les mains, que l’on est face à des personnes qui nous disent comment améliorer sa vie, on se retrouve à se dire : ” je ne me lève pas à 5h du matin, je ne fais ni méditation ni course à pieds, je ne prépare pas de plats faits maison pour mes enfants, peut-être que ça fait de moi une mauvaise mère, je ne fais pas mes flots de pensées ni de modèle de Brooke Castillo dès que je rencontre une émotion désagréable, je ne fais pas non plus attention à ne pas utiliser de tampons émotionnels, je remarque grâce aux outils que je suis en train de faire appel à un tampon émotionnel mais je le fais malgré tout…”.

Tout cela mis bout à bout, que l’on n’y arrivera jamais, que l’on ne fait pas assez et que l’on est pas assez. Même si on ne connait pas le monde du développement personnel en général, et qu’on ne connait pas ce que j’explique ici, c’est un sentiment qu’on peut tous ressentir à un moment donné, cette sensation que l’on devrait faire plus pour être quelqu’un de bien.

Ce que j’ai envie de faire passé comme message dans ce podcast, vous pourrez même vous arrêtez d’écouté après que je vous ai délivré ce message fort :

Vous êtes assez, où que vous en soyez maintenant, quoi que vous soyez en train de faire dans votre vie, quoi que vous fassiez ou pas dans votre vie, vous êtes assez et vous êtes quelqu’un de bien.

Intrinsèquement vous êtes déjà quelqu’un de bien quoi qu’il arrive parce que nous sommes tous identiques dans notre valeur d’être humain. C’est quelque chose avec lequel nous nous sommes mis d’accord en tant que société, que la vie humaine à une certaine valeur qu’on lui accorde, il est interdit de tuer car moralement c’est grave parce que justement on attribue une valeur à la vie humaine. Cela veut dire que ma valeur équivaut à la vôtre, que celle de la personne à côté de vous, que de celle de votre enfant, que de n’importe quelle autre personne qui aurait vécu sur cette terre et qui est un être humain. Je dirais même que la valeur quelle soit humaine ou animale est la même, c’est propre à mes valeurs. Je pense que c’est en faite la valeur d’une vie, c’est un choix que l’on a fait tous ensemble, en tant que société, d’un point de vue moral, c’est un choix qu’il sera plus facile de comprendre pour les personnes qui sont croyantes parce que c’est un choix qui est fait d’un point de vue religieux que de dire qu’aux yeux de votre dieu (si votre religion en a un), la vie a une valeur au même titre que la vie humaine quoi que vous en fassiez.

Pourquoi je vous dis cela ? Je vous dis cela pour vous permettre de vous rendre compte que quoi qu’il arrive et que quoi que vous fassiez, votre vie a de la valeur.

Nous sommes tous intrinsèquement quelqu’un de bien et la valeur que l’on a en tant qu’individu est indépendante de ce que l’on fait, ce que l’on est et ce que l’on vaut est à distinguer des actions que l’on fait. Lorsque je vous dis que nous sommes tous de bonnes personnes, vous allez surement réagir en me disant : ” non mais attend Esther, le serial killer qui a tué tout une école, ce n’est pas quelqu’un de bien “, c’est quelque chose que l’on a l’habitude d’entendre et d’appréhender parce que l’on émet un jugement sur la valeur de cette personne, même si elle a tué d’autres personnes, et elle n’est pas définit par ce qu’elle fait. Nous pouvons très bien faire des actions répréhensibles selon notre système de valeurs sans pour autant être une personne qui n’a pas de valeurs. Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui vous ne referiez pas quelque chose que vous regretté avoir fait par le passé, parce que cela ne correspond plus à votre système de valeur actuel, cela ne fait pas de vous une mauvaise personne. Vous ne pouvez pas être une mauvaise personne. J’insiste là dessus parce que je l’ai constaté en coaching, je vous ai beaucoup entendu dire que ce n’est pas parce que votre valeur intrinsèque ne change pas que je n’ai pas envie de faire de bonnes actions et par extension d’être perçue comme quelqu’un qui fait de bonnes actions, même si ma valeur perçue n’est pas ma vraie valeur intrinsèque, qui elle ne peut pas changer.

Lorsque l’on parle d’être une bonne personne à travers ses actions on parle de notre ego, l’égo nous en avons parlé la semaine dernière, on parle de l’image que l’on a de nous-même. Nous n’avons pas forcément envie d’être une bonne personne parce qu’on l’est déjà, ce que l’on a envie c’est d’être une bonne personne aux yeux des personnes autour de nous, ou être une bonne personne à nos yeux. Lorsque c’est le cas de figure où l’on veut être une bonne personne aux yeux du groupe, cela exprime un besoin d’acceptation des autres, d’être aimé et d’être reconnu pour nos talents, d’être intégré socialement, et lorsqu’il s’agit d’être une bonne personne à nos yeux, c’est une question d’estime de soi, de vouloir avoir de la valeur à nos yeux, ce qui est totalement biaisé qui est totalement dépendant de nos valeurs. C’est à dire que l’on a envie d’être la personne qui correspond à nos valeurs et qui suit les choses importantes pour nous et qui sont essentielles/ Nous avons tous un jeu de valeurs, il y a certaines valeurs que nous avons tous en commun notamment celle de la vie, le fait de ne pas tuer (c’est un exemple que je donne tout le temps parce qu’il est simple et que nous sommes tous à peu près d’accord là dessus). Nous avons un ensemble de valeurs selon lesquels nous avons envie d’agir pour avoir une perception de nous-même qui est meilleure. Ce qui est important de comprendre, quoi que vous fassiez, cela reste la perception que vous avez de vous-même, intrinsèquement : vous restez une bonne personne.

Vouloir faire un chemin en terme de développement personnel c’est louable et bien que que j’ai envie de vous encourager dans cette direction et je vais vous expliquer pourquoi par la suite, ce n’est pas nécessaire pour que vous ayez une valeur intrinsèque et c’est quelque chose qui prend du temps. Il n’y a pas d’urgence, il n’y a pas de comparaison à avoir, il n’y a pas de culpabilité à avoir nous plus, parce que je vous en ai parlé lors d’un précédent épisode et je vous évoquais le fait d’avoir de la bienveillance envers soi-même, cela est important de comprendre que nous avons tous notre passé, nous avons tous notre passé et que l’on s’approprie tout cela à notre rythme. Nous ne sommes pas obligés de tout prendre, c’est un peu à la carte, je vous dirais même de laisser certaines choses, de garder ce qui vous parle et de laisser ce qui au contraire ne résonne pas en vous et de faire la même chose avec l’ensemble des contenus que vous consultez et de réussir à créer les notions qui vont vous aider et vous nourrir.

En aucun cas il est question de vouloir tout appliquer d’un coup, de vouloir tout comprendre et de vouloir tout faire tout le temps. Il faut accepter le fait que l’on soit des êtres humains, que l’on a un système de pensées qui est installé depuis des années, que nous avons un système de croyance ancré et que l’on a reçu avec nos parents, la société etc… Evidemment, cela demande un peu de temps et un peu d’efforts que de s’en défaire et que cela ne va pas se faire en un jour. On a le droit de prendre son temps pour faire ce genre de choses et en aucun cas, cela dévalorise qui vous êtes intrinsèquement, et même su vous décidiez aujourd’hui que vous n’êtes pas intéressés par le développement personnel cela ne fait pas de vous une mauvaise personne loin de là.

Je pense malgré tout que c’est important pour vous d’agir selon vos valeurs de faire des choses que vous jugez bonnes, justes et belles. C’est super et ça viendra tout doucement, c’est extrêmement important de comprendre que vous êtes assez tel que vous êtes maintenant, il n’y a pas des choses à réparer, vous n’êtes pas cassé, vous n’avez pas besoin de quelqu’un extérieur (un coach, un conjoint potentiel, un parent…) pour vous réparer, vous êtes assez tel que vous êtes. Vous n’avez rien à ajouter, vous êtes parfait tel que vous êtes, voilà c’est ce que je voulais vous dire. Je trouve important de vouloir s’intéresser au développement personnel et de s’intéresser par le fait de gagner en estime de soi, d’être une meilleure personne dans son propre système de valeurs. En faisant cela, on s’approche de la personne que l’on est vraiment.

Tendre vers son soi véritable

Le but de tout ce que j’enseigne ici, ce n’est pas d’être une meilleure personne, c’est quelque chose que je vous ai souvent dit, je n’aime pas l’expression souvent utilisée en développement personnel qui est : ” être la meilleure version de soi-même “. Vous êtes déjà très bien comme vous êtes, cette expression est un non-sens à mes yeux, l’objectif est d’être plus vous-même, et le problème c’est que vous n’êtes peut-être pas vous-même et c’est pour cette raison que vous ne vous sentez pas bien, si c’est le cas parce que vous devez vous rendre compte au fur et à mesure de l’écoute du podcast, les situations dans lesquelles vous vous sentez très bien, parce que cela correspond à qui vous êtes, à vos valeurs et à ce que vous avez envie de créer et il y a des situations ou ce n’est pas le cas du tout. L’objectif du développement personnel est d’être plus soi-même et de prendre conscience de ce qu’il se passe dans notre esprit, de nos émotions et de l’impact que ça a sur nos actions, que nous sommes tous à la fois différents et identiques dans nos fonctionnements et que nous avons un système de valeurs qui nous est propre et que cela va être important pour nous de vivre selon ce système de valeurs sinon l’on s’expose à un inconfort émotionnel et cette petite voix qui nous dit : ” il y a quelque chose qui ne va pas, il me manque quelque chose : je sens que ce n’est pas le bon mariage, pas le bon travail…”.

C’est quelque chose qui s’explique par le fait que l’on est pas soi et que l’on ne vit pas selon nos valeurs, et là où c’est important de se libérer selon ses peurs de ne pas être quelqu’un de bien, c’est que cette peur peut nous amener à vouloir l’approbation des personnes autour de nous, dans la quête de cette approbation ce que l’on risque de faire c’est de mettre en place des actions qui ne sont pas en accord avec nos valeurs. Dans l’épisode sur La fausse générosité je vous parlais d’exemples typiques du quotidien où ce principe là est impliqué à la générosité et au fait de faire des choses pour les autres. Le problème c’est lorsque que cela atteint également nos choix personnels et nos choix de vie, et qu’on se retrouve à faire des choix qui ne sont pas en accord avec qui l’on est pour faire en sorte de faire plaisir aux autres et pour faire en sorte que les autres se sentent bien.

Faire des choix pour les autres : une mauvaise stratégie à adopter sur le long terme

Le cas classique que l’on a tous plus ou moins vécu c’est celui où dans nos d’études, un choix qui va apporter de la tranquillité d’esprit à nos parents. Nos parents nous aiment, ils sont inquiets pour nous et ils veulent le meilleur pour nous et ils veulent surtout la sécurité, c’est leur mission en tant que parents de nous garder en sécurité. Nous allons alors faire un choix qui va leur permettre d’avoir cette paix d’esprit, dans le but de les faire se sentir bien et d’être une bonne personne à nos yeux et à leurs yeux également parce que pour eux on fait le bon choix. Ce qui est important de voir à ce moment c’est est-ce que nous sommes en train de faire le meilleur choix pour nous à ce moment là, sommes-nous réellement en accord avec notre moi profond ? Très souvent, il y a une dissonance interne parce que notre moi profond est quelqu’un qui aime ses parents mais c’est aussi quelqu’un qui des aspirations complètement différentes. Le choix que l’on fera ne pourra pas satisfaire les deux. Dans ce cas là, ce que je vous conseille c’est de suivre votre petite voix intérieure et vote instinct, il ne s’agit pas de suivre ses émotions, alors que nos émotions sont davantage représentatives de quelque chose d’impulsif chez nous et des pensées que l’on a actuellement dans notre esprit. Souvent on dit qu’il faut choisir entre le rationnel et le corps, le rationnel sera de choisir la sécurité et le coeur de choisir ce qui nous fait vibrer. Si on procède de cette manière, le coeur on risque de la confondre avec le fait de satisfaire nos émotions c’est à dire que l’on a peur, on a peut-être envie de quelque chose sur le moment. Vous voyez ce type de situations où l’on risque juste d’agir émotionnellement et cela sera plus impulsif et ce ne sera pas forcément en phase avec qui l’on est vraiment, et suivre réellement notre coeur, notre instinct et notre vraie passion.

Ce que je vous encourage à faire quoi qu’il arrive : il n’est pas question de chercher à être quelqu’un de bien quoi qu’il arrive mais plutôt de chercher à être ” plus vous “, parce que vous êtes déjà quelqu’un de bien. Chaque décision que vous prenez, est-ce que vous allez être plus vous à la fin ?

C’est ça l’objectif du développement personnel, ce n’est pas d’être une meilleure version de soi, il n’est pas question de dire que l’on est une moins bonne personne si l’on ne fait pas de méditation le matin, l’objectif est vraiment d’aller vers un ” soi “ plus entier. Que se passe t-il si on ne le fait pas ? Si on se dit : ” je vais faire de mon mieux pour être apprécié d’un maximum de personnes/ Je vais faire en sorte que les personnes ne souffrent pas de mon comportement “.

Lorsque l’on fait ça, on s’accorde une responsabilité qui est celle de l’émotion des autres, mais nous l’avons vu depuis le début de ce podcast, nous ne sommes pas responsables des émotions des autres, on peut essayer de les manipuler mais les émotions des autres sont des à leurs pensées. Nous n’aurons jamais le contrôle sur ce que les gens pensent, on peut essayer de manipuler les pensées des autres de part nos actions, c’est ce que l’on fait en permanence sans même en avoir conscience, mais en soit nous n’avons pas la responsabilité de leurs émotions, nous avons la responsabilité de nos propres émotions et de nos actions.

Si on cherche constamment à obtenir l’approbation des autres et essayer de faire en sorte que les autres se sentent bien, effectivement à terme ils vont peut-être se sentir bien, même s’il pourra y avoir des ratés mais surtout ils vont peut-être nous apprécier mais ils vont au final apprécier quelqu’un qui ne ne sommes pas vraiment, parce que nous allons agir dans le but d’être parfait à leurs yeux :

Est-ce que c’est vraiment intéressant à terme d’être aimé pour ce que l’on n’est pas vraiment ?

Est-ce que cela ne va pas être au final plus désagréable qu’autre chose et est-ce que cela ne va pas au final nous faire nous sentir pas à notre place ou pas aimé pour ce que l’on est vraiment. La réalité c’est qu’à terme, ce type de comportement nous fait baisser l’estime de nous-même parce que chacun d’entre nous avons besoin de cette honnêteté vis-à-vis de nous-même. Nous avons tout à perdre de vouloir à tout prix être une bonne personne aux yeux des autres, parce que si l’on fait ça on va passer à côté de qui l’on est vraiment et de ce qu’on a de plus beau à vivre et à offrir.

Bien sur, tout ces outils et tout ce que je vous propose n’est pas quelque chose qui se met en place en un jour, ce sont des pistes que vous pouvez utiliser pour aller dans cette direction. C’est une certaine façon de présenter les choses parce que malgré tout je suis un être humain avec mon propre système de pensées, mon propre système de valeurs et j’enseigne les choses d’une façon qui m’est propre, c’est à vous de vous approprier ces outils, d’être patient et de prendre le temps qu’il faut.

Je vois tellement de personnes qui se culpabilise de ne pas faire assez et de penser que vous n’êtes pas assez, et si vous êtes là c’est que vous êtes dans une démarche d’être davantage vous-même et c’est génial, vous n’allez pouvoir en sortir que grandi, il n’y a besoin de rien de plus. Alors je suis parfois rentre dedans mais c’est mon travail en tant que coach d’adopter cette posture là, c’est le travail que je me suis attribué : de pointer du doigt les choses qui ne vont pas dans les podcasts, je soulève des objections, je vous fais réfléchir pour vous faire avancer parce que c’est quelque chose qui me passionne. Ce qu’il faut voir c’est que tout cela est une réflexion en cours chez chacun d’entre nous et qu’il n’y a pas d’urgence et que vous avez de nombreuses années devant vous pour réfléchir à tout cela et pour vraiment l’intégrer, l’intérêt des podcasts c’est que vous pouvez les réécouter autant de fois que nécessaire. Chacun son rythme, n’oubliez pas que vous êtes quelqu’un de bien, que vous êtes assez, il ne vous manque rien et tout ce que vous pouvez faire c’est de ” déborder “ en quelque sorte et de vous apporter encore plus que ce que vous avez déjà.

Je vais m’arrêter là pour ce podcast, et je vais surtout vous envoyer beaucoup d’amour à travers cet épisode, cet épisode s’y prête, ce n’est pas forcément quelque chose que je fais très souvent, je suis dans cet état d’esprit dans l’épisode du jour, dans la volonté de vous envoyer beaucoup d’amour, pour vous rappeler que nous sommes tous ensemble dans cette barque, nous sommes une communauté et je vous emmène avec moi dans cette aventure. J’en profite également pour vous dire avant de clôturer l’épisode du jour que nous avons passer le cap des 100 000 abonnés sur la chaine YouTube et que cela me remplie de joie de voir grandir cette communauté tant sur la chaine que sur le podcast, nous sommes tous ensemble, nous ne sommes pas des cas isolés, nous sommes tous en train de vivre les mêmes choses, nous sommes tous dans les mêmes questionnements et la même réalité.

Ce podcast est un peu décousu mais il était surtout là pour vous envoyer beaucoup d’amour et vous délivrer le message suivant que j’ai répété tout au long du podcast : ” vous êtes assez “.

Je vous souhaite un excellent week-end, je vous embrasse et je vous dis à vendredi prochain !

Épisodes cités

Le programme tel qu’il était proposé lors de la sortie de cet épisode, n’est plus disponible. Il a été remplacé par un programme de coaching en ligne de groupe: Cliquez ici pour plus de détails.


Photographie: B.Rep photography (Barbara Repnine)

2 commentaires

  1. Mylène

    Bonjour Esther,

    J’ai découvert les podcast avec des contenus sur le surpoids, qui m’ont énormément aidé, et qui tombent à pic dans ma vie puisque je suis en rééquilibrage alimentaire avec une diététicienne.
    J’en apprends tous les jours avec les autres contenus, merci !!! 🙂

    Je reçois les newsletter, donc la dernière où tu nous demande quelles thématiques nous aimerions aborder. Je souhaite y répondre mais comment ? (réponse au mail ?)

    Merci d’avance, bonne journée Mylène

    1. Esther

      Bonjour Mylène,

      Merci pour ton retour. Oui tu peux répondre à l’email. =)
      Je donne un atelier le 23 et 24 juin à Paris sur la thématique du surpoids et de la gestion des émotions. J’ai ouvert les inscriptions ce week-end. Il n’y a que 15 places donc il faut faire vite si cela t’intéresse. Le programme et les inscriptions sont ➜ici.

      Belle journée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *