#43 – Petits plaisirs vs grandes satisfactions

Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet et dans ce 43ème épisode je vais vous parler de petits plaisirs et de grandes satisfactions.

Je pense que vous voyez où je veux en venir si vous avez écouté les 42 épisodes précédents, parce que nous avons déjà abordé la notion de tampons émotionnels, et du fait que nous avons cette tendance naturelle et humaine qui est de se tourner vers des choses qui vont nous donner du plaisir à court terme plutôt que de vivre des émotions qui peuvent être désagréables à court terme, c’est quelque chose de tout à fait naturel. Nous avons déjà parler de comment faire pour aller au-delà de ces émotions désagréables, de les accepter et de les vivre pleinement, pour pouvoir passer à autre chose dans notre vie et d’avancer. Nous sommes des êtres humains et nous avons envie d’évoluer, en tout cas la partie de notre cerveau la plus évolué, c’est à dire notre cortex préfrontal qui est responsable de notre cognition qui pense et réfléchit en conscience, a envie que l’on évolue. C’est lui qui nous dit que ce serait super d’être heureux, de créer de nouveaux projets… Mais nous avons aussi une autre partie de nous qui n’a de cesse de nous dire de ne pas sortir de notre zone de confort, de rester dans notre cocon confortable, cette partie là de notre cerveau qui est plus primitive veut nous maintenir en vie. Cela veut dire en pratique que l’on doit fuir les émotions désagréables pour poursuivre des émotions agréables à court terme, parce que c’est justement ça qui nous a maintenu en vie. Les individus qui ont eu tendance à suivre les plaisirs à court terme c’est à dire : la reproduction, le sommeil, la nourriture avaient plus de chance de se reproduire et de perpétuer leurs gènes plutôt que ceux qui n’avaient pas peur d’affronter le danger et de souffrir, de risquer de mourir et donc de ne pas se reproduire.

Aujourd’hui évidemment nous ne sommes plus dans le même cas de figure que par le passé comme ont pu le faire nos ancêtres, nous avons toujours ces mécanismes en action à la différence que les dangers que l’on rencontre, les peurs que l’on a et les émotions désagréables auxquels nous faisons face ne sont pas en train de nous dire que l’on va mourir. Nous pouvons rationaliser tout cela avec notre cortex préfrontal mais ce n’est pas évident à faire et c’est pour cela qu’au quotidien nous avons tendance à procrastiner, à se servir des tampons émotionnels.

Faire la distinction entre petits plaisirs et grandes satisfactions

J’aimerais aujourd’hui dans cet épisode aller plus loin, nous avons introduit de nouveaux outils depuis et j’aimerais que l’on discute ensemble de cette différence entre ces petits plaisirs à court terme et ce que l’on souhaite dans notre vie sur le plus long terme. Ce que j’entends par petits plaisirs à court terme c’est ce qui va nous donner du plaisir immédiatement et qui ne nous sert pas forcément, qui n’a pas réellement de fonction à long terme et qui peut même à l’inverse nous freiner dans nos objectifs à longs termes et qui peuvent nous nuire. Par exemple manger quelque chose alors que l’on n’a pas faim, ce qui va servir en guise de tampon émotionnel, regarder la télé, Netflix, acheter des choses sur Internet/ en magasin, les réseaux sociaux… toutes ces choses qui nous donnent du plaisir immédiat, ce sont des choses qui vont créer dans notre cerveau de la dopamine qui est une hormone de plaisir, c’est pour cela que l’on trouve cela très plaisant. C’est pour cela que c’est agréable de recevoir des messages sur Facebook, de recevoir des sms, c’est d’ailleurs pour cela que l’on recherche la connexion. Derrière le réseau social se cache le besoin de connecter avec les autres, et cela fait partie des choses qui ont un sens dans l’évolution. C’est à dire que connecter avec d’autres êtres humains nous aidait à nous maintenir en vie. Toutes ces choses qui ne sont pas de vrais plaisirs dans le sens qu’elles n’apportent pas de grandes satisfactions à long terme mais qui donnent du plaisir à court terme.

Ce que j’appelle les grands plaisirs, ce sont des choses qui vont aller dans le sens de notre évolution, en tant qu’être humain, parce que notre cortex préfrontal qui est la partie de notre cerveau la plus évoluée veut évoluer. Ce que j’entends par grands plaisirs va être davantage de l’ordre de l’ordre de la satisfaction et de l’accomplissement de soi, cela va être le fait de grandir/d’apprendre de nouvelles choses, de compléter/finir un cycle scolaire, achever un projet, écrire un livre, fonder une famille, passer du temps avec ses proches, prendre le temps de créer des liens profonds avec ses proches, toutes les choses propres à vous qui vous rendent profondément heureux et qui ont un sens pour vous. Ce n’est pas quelque chose qui vous donne du plaisir à court terme mais plutôt qui ont un sens pour vous, qui pourtant vu de l’extérieur ne sont pas forcément agréables : s’impliquer dans une association, aller manifester, faire du bénévolat… il est possible que sur le moment la tâche soit difficile ou qu’elle ne soit pas agréable, peut-être que cela va être long et fatiguant, que cela va vous vider de votre énergie surtout si vous êtes introvertis, mais vous allez rentrer chez vous avec le sentiment d’avoir accompli quelque chose, qui vous fait aller dans le sens de qui vous êtes vraiment, qui vous a fait grandir.

Les grands plaisirs s’identifient dans ces moments où l’on va se coucher et on se dit que l’on a accompli quelque chose qui a du sens pour nous, que c’était une belle journée. Ce qui vous fait vous sentir bien et aligné avec qui vous êtes vraiment.

La question que j’ai envie que vous vous posiez pour vous-même c’est : ” quels sont les petits plaisirs de votre quotidien qui ne vous apporte pas quelque chose qui va dans le sens de ces grandes satisfactions et des choses qui sont importantes pour vous ? “.

Très souvent, lorsque j’évoque ces petits plaisirs, beaucoup de personnes me rétorquent à raison : ” non mais moi je n’ai pas du tout envie d’arrêter de regarder ma série préférée sur Netflix, ça n’a pas de sens, j’aime ça et ça me fait du bien “, en soi regarder Netflix, faire du shopping, regarder les réseaux sociaux n’est pas un problème, cela en devient un lorsque cela se met en travers du chemin de qui nous sommes vraiment et de ce vers quoi nous voulons aller et de ce que nous avons envie d’accomplir. Il est question de se demander si l’on sent que l’on est dans une relation saine avec ces activités là ? Ces activités là représentent-elles des tampons émotionnels pour moi ? Ne prennent-elles pas le pas sur des activités qui me servira davantage et que je ne fais pas parce que je n’ai pas le temps, parce que je regarde des séries jusqu’à tard le soir, ce qui fait que le matin je suis fatigué, ce qui fait que je ne vais pas au sport. Il n’est pas question de se culpabiliser parce que l’on passe beaucoup de temps à des choses qui ne nous servent pas forcément. La question est davantage de s’en rendre compte et de faire la lumière là-dessus.

Réaliser une liste de priorités

Ce que je vous propose de faire comme exercice, pour vous rendre compte de cela, est de faire une liste des priorités dans votre vie. De vous demander quelles sont les choses qui ont vraiment du sens pour vous et qui sont importantes pour vous. Il y a certainement des choses sur le long terme que vous n’avez pas encore entamé ou qui sont dans un coin de votre tête et pour lesquels vous ne menez pas encore d’actions dans ce sens, pour de multiples raisons qui vous sont propres. Concernant tout ce qui est en cours, tout ce qui fait partie de ma vie en ce moment, est-ce que ces choses prennent la place que j’aurais envie de leur donner dans ma vie aujourd’hui.

Dans ma liste il y aura peut-être l’association caritative que j’aide tout les week-ends, ma grand-mère que j’essaie de voir autant que possible, appeler mes parents, passer du temps avec mon conjoints et mes enfants, mon travail qui me passionne qui est une priorité puisque je dois payer mon loyer, le sport, la santé… tout mettre sur papier et comparer le temps que vous passez dans une journée à faire différentes choses : travailler, passer du temps avec vos proches, à regarder la télé, à vous déplacer d’un point A à un point B, le temps que vous passez à cuisiner, à faire le ménage… et se demander si le temps que vous avez de libre, vous le passez à faire des choses qui sont vraiment importantes pour vous à long terme.

Je pense qu’il est important de se poser cette question là même si elle peut être douloureuse parce qu’en faisant cela, l’idée est de mettre en lumière ce qui ne va pas dans le sens que l’on voudrait, forcément ce n’est pas agréable de se rendre compte que l’on passe beaucoup trop de temps devant la télé alors que l’on aurait dû aller au sport, on pensait vraiment qu’on n’avait pas le temps pour y aller alors que c’est plutôt qu’on ne prend pas le temps et qu’on le passe à faire autre chose. Surtout en faisant cela, on se rend compte que si nous n’allons pas au sport, c’est que l’on préfère faire appel à un tampon émotionnel, il y a une émotion qui est là, sur laquelle nous n’avons pas encore mis le doigt et que nous n’avons pas encore accueillie et accepter dans notre vie. Je vous renvoie à l’épisode qui parle de comment vivre les émotions.

C’est un exercice qui permet de remettre les choses en perspective et d’aller un peu plus loin que juste se dire : ” j’aime cette activité, je n’ai pas envie de l’éliminer de ma vie, même si elle pourrait être un tampon émotionnel je n’ai pas envie de m’en débarrasser “ et la question à se poser : ” est-ce que je lui consacre le temps que j’estime juste dans ma vie ? Est-ce que j’accore une importance suffisante en rapport à mon propre système de valeurs ? “. Encore une fois, je ne suis pas du tout en train de vous dire qu’il faut éliminer tout les petits plaisirs de la vie, qu’il faut arrêter les choses inutiles, c’est ce qui fait aussi en partie la beauté de la vie que d’être dans le moment présent, l’enjeu est juste de le faire en conscience et de ne pas subir les choses, de se rendre compte du temps qui passe et de ce qu’on décide d’en faire.

Consacrer davantage de temps aux grandes satisfactions

J’avais envie de vous lancer un défi, de vous encourager à faire chaque jour quelque chose en lien avec votre liste de priorité, puisque maintenant vous avez une liste de priorité qui répertorie les choses importantes pour vous selon votre système de valeurs. Il s’agit de faire quelque chose que vous n’auriez pas fait habituellement, par exemple vous avez pu noter que vous souhaiteriez passer davantage de temps avec votre famille, choisissez quelqu’un à qui vous consacrez déjà du temps parce que c’est une priorité pour vous, mais demandez vous ce que vous pourriez faire qui pourrait vous rapprocher de cette grande satisfaction, de ce grand plaisir qui est : passer du temps avec les gens que vous aimez. S’il s’agit de passer du temps avec vos enfants et que d’habitude vous passez une demie heure à jouer avec eux le soir venu, peut-être que cette semaine vous leur consacrerez une heure pour regarder un film avec eux, à vous de juger ce que vous considérez bon de faire avec vos enfants. Vous pouvez les emmener au parc ou encore cuisiner ensemble… je vous propose de procéder de cette manière chaque jour de votre semaine, de vous le planifier et que ce soit quelque chose de différent qui aille dans le sens de ce que vous aimeriez faire à long terme et que vous n’auriez pas forcément fait si vous ne vous auriez pas posé cette question au préalable, si vous n’aviez pas mis les choses en perspective.

Pourquoi ne pas remplacer vos petits plaisirs habituels par ces choses qui vous procureront à coup sur une plus grande satisfaction sur le long terme ?

Je vous encourage à vous prêter à cet exercice et de comparer comment vous sentez-vous cette semaine comparé à la précédente. N’hésitez pas à me faire un retour en commentaire, cela peut prendre la forme de choses très simples comme passer des coups de téléphone à des personnes que l’on aime. Personnellement, j’ai déjà fait cet exercice il y a quelques temps et je me souviens avoir juste dit à l’épicière qui habitait en bas de chez moi et qui tenait une boutique ouverte 24h/24 toute l’année, je me rappelle juste lui avoir dit : ” merci d’être ouverte “, cela fait partie des choses importantes pour moi, que de témoigner ma gratitude envers cette personne, que je reconnais son travail. C’est quelque chose que j’apprécie, le fait de reconnaitre la valeur du travail ainsi que le temps et l’implication des personnes dans leur travail quotidien. Cela se voit qu’ils mettaient beaucoup d’implication dans leur boutique, j’ai vu dans ses yeux le plaisir qu’elle a pu ressentir en lui témoignant juste ma gratitude de façon sincère et spontanée.

Faites-vous ce grand plaisir que de passer plus de temps sur ces grands plaisirs, et l’idée n’est pas de faire quelque chose pour flatter son ego, le but est de faire ces choses pour justement se sentir ” plus soi “ à la fin et aller dans la direction de la personne que nous avons vraiment envie d’être.

Je m’arrête là pour cet épisode, je vous souhaite un excellent week-end, je vous embrasse et je vous dis à la semaine prochaine !

Ressources / Sources / Aller plus loin


Photographie: B.Rep photography (Barbara Repnine)

3 commentaires

  1. Mylène

    Bonsoir Esther,
    Je te suis sur Youtube depuis le début et c’est seulement il y a quelques semaines que j’ai découvert les podcasts ! Quelle belle découverte… mon travail m’impose de longs déplacements en voiture et j’écoute les contenus pendant ce temps là.
    Tes podcasts ont changé ma relation à la nourriture, et à mes émotions ! Un grand merci pour ces contenus gratuits.

    Au delà des sujets déjà évoqués ici, aurais-tu prévu de parler de dépendance affective ? ou de polyamour, couple libre, jalousie etc ?
    C’est une thématique que je trouve intéressante, on commence à en parler mais difficile à appréhender.

    En tout cas, merci d’avance 🙂
    Bonne soirée,
    Mylène

    1. Esther

      Bonsoir Mylène,

      Je prévois de parler de la dépendance affective oui. Je n’ai pas prévu pour l’instant de parler spécifiquement du polyamour mais c’est quelque chose qui pourrait être fait dans le futur.

      Merci pour ton retour. Je suis heureuse de te lire.

      Passe une belle journée !

      Esther

  2. Karine

    Merci pour ce podcast. Il est tellement pertinent par rapport à mon besoin du moment. J’ai besoin de me recentrer et d’apprendre à prioriser car je ne sais plus par où commencer pour avancer.
    Merci Esther ! 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *