#128 – La neutralité des circonstances


Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet, coach certifiée et dans ce 128ème épisode nous allons parler de la neutralité des circonstances

Alors cela vous parait peut être être un sujet qui a été largement été abordé depuis le début du podcast, un sujet qui vous paraît peut-être clair dans votre vie mais j’ai vraiment envie de vous encourager à écouter cet épisode jusqu’au bout parce qu’il m’a été inspiré d’un voyage dont je reviens, où j’ai passé une semaine en Toscane avec des clientes, nous avons travaillé en immersion totale, et j’ai adoré cette expérience, c’était la première fois que je le faisais en tant que coach/entrepreneur, mais je l’avais déjà expérimenté en tant que cliente, j’ai adoré le faire. Je sais que j’en ferais à l’avenir. Il faut savoir que c’était une immersion business, nous avons passé 6 jours sur place dans une maison en Toscane où nous avons travaillé toutes ensembles, tous les jours, sur l’entrepreneuriat, sur l’entreprise des femmes qui étaient venues, c’était un concours de circonstances qu’il ne s’agissent que de femmes d’ailleurs, il y aurait pu avoir des hommes mais il se trouve qu’au sein de l’audience il y ait beaucoup de femmes, beaucoup de badass Women et ce n’est pas pour me déplaire, j’adore l’idée d’avoir ce type d’audience. Nous avons parlé d’entrepreneuriat, nous avons fait du travail sur la thématique des valeurs, sur le produit qu’elles proposaient, à qui elles allaient le vendre ? A quel prix, de quelle manière, comment faire le marketing en fonction du produit proposé ? Comment créer le produit en lui-même, bien que mes clientes proposaient dans la majorité des cas des services, il y avait des artistes qui proposaient d’avantages des produits physiques à la vente. C’était absolument passionnant, j’ai adoré faire ça. 

A la fin de la semaine j’étais épuisée physiquement mais énergisée émotionnellement tellement cela me nourrit de faire ça, c’est vraiment ce format qui est chouette d’être ensemble, parce que mêmes les “temps morts”, qui ne sont pas des temps de travail à proprement parlé, sont aussi des temps utiles, notamment les moments où l’on dîne ensemble, les moments où l’on prend le petit-déjeuner, les moments où l’on se détend, où on va au spa, où on va faire des balades, l’endroit où nous étions était absolument magnifique, la maison où nous étions était absolument extraordinaire. Ça aurait été encore plus beau si nous avions pu faire cette immersion à l’été, mais c’était malgré tout très agréable. L’une des choses sur lesquelles nous avons coaché et qui était particulièrement intéressante, c’était la neutralité des circonstances. 

Nous avons pas mal abordé la thématique de l’argent, notamment dans l’entrepreneuriat, on utilise ce sujet en guise de point d’entrée, vous le savez mais toutes les problématiques que vous rencontrez dans votre quotidien : l’argent, le couple, le travail, le poids, la relation à la nourriture, la cigarette… C’est juste un point d’entrée vers votre développement personnel, c’est juste une façon d’adresser un problème, de se dire : “j’ai ce problème là, je vais aller me le poser, je vais aller le décortiquer”, et en faisant ce travail, si je ne suis pas en train de faire semblant, comme par exemple faire un régime au lieu de me poser les vraies questions, si je ne suis pas en train de changer de travail et en chercher un autre sans vraiment me demander ce dont j’ai besoin, et que je ne suis pas en train de sauter de relations en relations ou de travail en travail ou de régimes en régimes… Que je suis vraiment en train de faire le travail sur moi, je m’aperçois tout le temps que ces problématiques sont juste un point d’entrée dans le fait de mieux se connaître.

L’un des point d’entrée que je préfère c’est l’entreprenariat et l’argent parce que ce sont des sujets qui vont chercher loin et ce sont des sujets très émotionnels. L’argent et la nourriture sont très émotionnels, nous sommes en général très accrochés à nos croyances à ce sujet. Pendant l’immersion, nous avons fait un travail sur l’argent qui nous a pris toute une journée… je pourrais peut-être vous faire un podcast sur l’argent, j’ai déjà parlé d’argent mais c’est un sujet qui est fascinant et peut-être que je vous en reparlerais à l’avenir, mais dans cet exercice, il y a une des coachés qui était là, qui nous a amené une croyance limitante qui était quelque chose comme : “si je voyage pour mon entreprise, c’est mal parce que ça pollue la planète”. Cette croyance limitante nous a permis de faire un travail sur la neutralité des circonstances que j’ai trouvé absolument génial, et que j’avais envie de vous partager ici.

Ce qui est important de comprendre c’est que cette situation : “je vais à l’étranger, je prends l’avion et je pollue”, il faut savoir qu’un voyage transatlantique consomme autant de ressources qu’un français sur une année s’il reste en France et qu’il consomme de l’eau, du chauffage, qu’il mange de la viande etc… C’est vrai que cela force à réfléchir, lorsque l’on est nous-même sensible à la condition humaine et animale et sensible à l’état de notre planète. C’est une question que ma cliente se posait et c’est une question que j’ai été amenée à me poser également dans la mesure où je voyage beaucoup de part mon métier, je suis constamment en déplacement, notamment au moment où j’enregistre ce podcast je pars à New-York et au moment où vous l’écoutez j’y suis. Ce sont des questions légitimes que l’on est amenés à se poser lorsque l’on fait ce genre de métier.

Dans la mesure où les circonstances sont neutres, je vais vous dire quelque chose qui va peut être vous titiller, et c’est normal… Attention, c’est le moment où je vous secoue un peu et où ça fait mal : aller de l’autre côté de la planète et polluer à mort au passage, eh bien c’est neutre. 

Faire un voyage transatlantique c’est neutre, alors que “polluer à mort” n’est pas neutre, il y a des mots qui font que cela ressemble davantage à un jugement qu’à une circonstance, nous sommes en réalité sur une pensée et non une circonstance. La circonstance c’est : “je prends l’avion pour aller d’un point A à un point”, c’est neutre. On a tendance à l’oublier mais c’est bel et bien le cas, même si on a écouté le podcast, même si l’on est au fait avec tout ce que je vous ai raconté et que vous êtes d’accord, vous avez compris pourquoi ça fonctionne ce que je vous explique, que c’est le fonctionnement de la cognition etc… Mais il y a des moments où l’on oublie et on se dit : “partir de l’autre côté de la planète ça ne peut pas être neutre”, mais puisque ça l’est, et que là on se dit qu’on va tuer 3 ours polaires en y allant et que ce n’est pas bien, cela signifie qu’il existe un autre système de pensées qui est totalement opposé et qui neutralise cette circonstance, la circonstance est neutre, cela signifie qu’il existe des centaines d’autres façons de voir les choses qui sont opposées, qui sont différentes et qui font que le tout est neutre, il y a des façons positives de voir les choses, des façons négatives de les voir etc… Il existe différentes possibilités ici, et ça c’est vrai pour toutes les circonstances, il y a des choses négatives et positives à voir dans cette circonstance et c’est pour cette raison que très souvent vous allez voir votre coach et moi la première lorsque je m’occupe de vous, vous m’amenez une circonstance très grave et horrible pour vous, comme par exemple : “mon père est mort” et que vous êtes en train de ressasser le passé autour de cette circonstance et j’aurais tendance à vous poser la question : “quel est le cadeau ici, quelle est la chose positive, qu’est-ce que cela t’as permis de faire, quelle est la raison pour laquelle c’est génial que ce soit arrivé”. Evidemment, lorsque je vous pose la question, vous êtes prêt psychologiquement à l’entendre, vous êtes “coachable” sur la thématique en question, je le dis pour les psys qui écoutent cet épisode et qui se disent : “oh la la”, on parle à des personnes qui ont fait leur deuil et qui ont fini de travailler sur la mort de leur père s’ils souhaitent se faire coacher. Lorsque l’on essaie d’amener cette personne vers la gratitude, nous sommes en train de lui proposer d’autres façons de voir les choses, là tu décides de croire que ton père est mort et c’est quelque chose d’horrible, ça t’as enlevé pleins de choses dans ta vie, tu ne vois pas le positif dans cette situation, quand je te demande “qu’est-ce qu’il y a de bien dans cette situation ?”, tu vas surement me dire “il n’y a rien de bien”, il y a forcément des choses bien pour venir contrebalancer ça puisque c’est neutre, même si nous n’avons pas envie de l’entendre, nous sommes attachés à nos proches en tant qu’êtres humains et c’est tout à fait normal, c’est notre ego d’être humain, la partie de nous qui cherche à nous protéger et nous maintenir en vie. Si ça l’est. A l’échelle de l’univers, ça nous est égal que mon père soit mort, je ne sais pas si mon père est mort mais c’est très probablement le cas, je ne l’ai pas connu, mais cette circonstance est neutre. En soi, à l’échelle de l’univers on s’en fiche si ton père est mort ou vivant, cela n’apporte rien, ça n’enlève rien. Ça n’est pas neutre à partir du moment où cela passe par le biais de ton cerveau parce que nous sommes des êtres humains et qu’en tant qu’être humain, ce qui nous définit c’est cette capacité à discerner le bien du mal, cette capacité à avoir des valeurs morales, c’est tout à fait moral que de dire : “ce n’est pas bien que mon père soit mort”, et de la même manière pour en revenir à notre exemple de la planète, elle aussi n’en à rien à faire de savoir si oui ou non nous sommes en train de la détruire ou non, je suis en train de me rendre compte que je vous ai peut-être déjà parlé de cet exemple lorsque je vous ai parlé de culpabilité, notamment dans l’épisode 126, puisque j’étais en pleine immersion au moment où je l’ai enregistré, et justement nous venions d’avoir cette situation que venez tout juste d’être remontée. 

Si la circonstance est neutre, c’est qu’il existe forcément un pendant positif lorsque je vois les choses négativement. L’inverse est vrai aussi : il y a forcément un pendant négatif lorsque je vois les choses positivement. 

Dans mon exemple, je peux me poser la question de : “quelle personne je serais si mon père n’était pas mort ? Qu’est-ce que je suis devenue grâce à la mort de mon père ? Qu’est ce que cela m’a apporté ? Qu’est ce que cela m’a permis de comprendre ? Sur quels aspects de mon développement personnel je suis allée plus vite, sur quels aspects suis-je devenue plus empathique, comment cela a changé mes comportements avec les autres, comment cela a changé ma tranquillité d’esprit avec mes proches ? Comment cela a changé mes comportements dans mon travail ? Peut-être que cela a été un électrochoc pour moi, et depuis vous ne voyez plus le travail de la même manière, vous vous dites que votre père s’est tué à la tâche et que vous ne voulez pas reproduire le même schéma, ce qui fait que vous vous interrogez plus sur vos vrais besoins…”

C’est ce que j’appelle : neutraliser l’émotion désagréable, parce que lorsque l’on a une émotion désagréable, nous avons l’impression qu’il y a une non-neutralité des circonstances, alors que ce n’est pas le cas. 

De la même manière, dans l’exemple du voyage, je pouvais demander à ma cliente : “tiens, si tu fais ce voyage, tu risques de tuer 3 ours polaires, une façon imagée pour dire que tu vas beaucoup polluer sur ton passage, en quoi ça c’est neutre, qu’est-ce qu’il y a d’autres qui contrebalance ça qui est neutre ? Quel bénéfice il y a à partir ? Pourquoi si tu pars c’est une bonne chose ? Qu’est-ce que cela apporte ? Cela va faire en sorte que dans ton business tu vas faire un bond, tu vas contribuer davantage, tu vas grandir en tant que personne, tu vas revenir avec une expérience. Que tu vas rencontrer des personnes dans ton business qui vont finalement être importantes et ce qui va te mener à des collaborations qui vont impacter beaucoup de personnes, il y a de nombreuses choses positives qui peuvent découler de ce voyage. Peut-être que ce voyage va te permettre de te détendre, plus reposée, tu vas avoir l’impression d’être accomplie, que cela va nourrir une autre de tes valeurs, peut-être que toi tu as un besoin de découverte qui est extrêmement important, et si tu es plus alignée, tu es plus présente pour tes proches, tu es plus empathique, tu es plus présente dans ton travail, il y a aussi d’autres désavantages à voyager : tu vas être fatiguée, ça va être du temps que tu ne vas pas passer avec ta famille, de l’argent qui va être dépensé…” Ce sera intéressant de tout balancer et de se dire : “ah ok : c’est neutre”. Et si je ne le vois pas, c’est vraiment un exercice que je vous encourage à faire dans votre quotidien si il y a des choses qui sont une charge émotionnelle pour vous, d’aller regarder en quoi c’est neutre ? Si vous n’y arrivez pas, il manque forcément quelque chose, la circonstance est neutre par définition, ce qui signifie que si je ne le vois pas comme neutre c’est qu’il y a un biais qui est à l’oeuvre dans mon cerveau, c’est qu’il a décidé de ne voir que le négatif, mais il y a forcément un pendant positif. Si je vois un pendant positif c’est qu’il y a forcément un pendant négatif, il s’agit d’aller neutraliser ça. 

Cela signifie que toutes les circonstances sont neutres.

Et vous allez me dire, et vous auriez raison, que cela signifie que l’on peut justifier tous les comportements, donc tout peut être neutre, on peut justifier les meurtres, l’holocauste, les grosses entreprises qui déversent énormément de déchets dans la nature, l’argent qui est extrait de l’économie mondiale qui est placé dans des actions ce qui appauvrit l’ensemble du système… Oui tout est neutre, on peut justifier tout ça. Tout est neutre, mais vous êtes bien d’accord, que dans votre quotidien, quand vous allez faire des choix, quand vous allez vous orienter vers quelque chose d’autre dans votre vie, vos choix vont être biaisés, vous allez le faire en ayant une conscience et des valeurs qui vont vous influencer, ce n’est pas parce que la circonstance est neutre que vous êtes obligés de vous dire que ce n’est pas grave et que c’est ok, c’est vous qui décidez à la fin, ce qui demeure factuel c’est que c’est neutre. Vous décidez de penser que vous n’êtes pas en accord avec tel désagrément, parce que cela enfreint certaines de mes valeurs, ce qui fait que vous allez opter pour un choix plutôt que pour un autre, celui-ci est OK avec mes valeurs, il n’enfreint pas certains des choses qui sont tellement importantes pour moi ce qui fait que cela est un “no-go”, mais par contre cela nourrit certaines de mes autres valeurs, il y aura des fois où vous allez devoir faire des choix, c’était le cas de ma cliente dans la situation où elle était en train de se demander si elle devait partir en voyage business, il y a certaines valeurs qui sont enfreintes par le fait d’envisager ce voyage, notamment des valeurs liées à l’écologie, il y a certaines valeurs, à contrario, qui sont nourries par ça, notamment des valeurs de croissance et de contribution. 

La question va être : dans ce contexte précis, quelle valeur prévaut sur quelle autre ?

On ne peut pas toujours nourrir toutes nos valeurs dans l’ensemble des actions que l’on entreprend. 

Il y a forcément des sacrifices à faire par moment qui sont fait, il y a des actions qui nourrissent toutes nos valeurs mais on risque surtout de se brider en agissant ainsi. La question à se poser va être : qu’est-ce que cela nourrit davantage ? Quel est le bénéfice ? Il va s’agir de choisir davantage dans nos valeurs les plus hautes, si ce qui prime dans ma vie c’est le fait de contribuer, peut-être que ce choix là va être de voyager malgré tout parce que c’est plus important pour moi de contribuer et d’avoir un impact massif et que si je ne le fais pas, le bénéfice que je vais avoir de ne pas avoir voyagé et par extension d’avoir nourri cette valeur écologie, ne compensera pas le manque que j’aurais à ne pas avoir nourri ma valeur contribution. Ce sera vraiment à moi de me poser la question. Il n’y a pas de réponse juste, c’est à chacun d’entre nous de le savoir, il n’y a que vous qui savez quelles sont vos valeurs. C’est pour cette raison que je vous renvoie à l’épisode de la semaine dernière où l’on parle de cela, d’exercices pour reconnaître ses besoins et ses valeurs non-remplis.

Cela va être très important pour nous de comprendre la neutralité des circonstances et de l’appliquer dans notre vie pour ensuite décider, en ayant complètement conscience du choix que je fais, ce n’est pas bien en soi, le bien et le mal en soit n’existe pas, ce n’est pas bien en soi, mais j’ai décidé dans mon propre système de valeurs que je juge cela bien, parce que ce sont mes valeurs que je trouve belles, le voisin ne fait peut-être pas le même choix et ça ne veut pas dire que c’est une mauvaise personne, c’est juste une personne qui est potentiellement alignée avec ses valeurs à elle qui sont différentes de moi. C’est quelque chose de difficile à comprendre pour beaucoup d’entre nous, nous avons du mal avec ce concept. On se dit qu’il existe des bonnes personnes et des mauvaises personnes, toutes les personnes sont bonnes… dans leur système de valeurs. Je ne pense pas qu’il existe quelqu’un dans ce monde qui se dit : “je vais faire ça parce que ça va faire le mal”, il se dit que cela va combler un besoin, ou cela me parait juste pour moi. 

Une fois que l’on a compris cela, on comprend que tout est neutre, cela nous permet dans un premier temps de lâcher du lest, de lever la culpabilité (que nous avions abordé dans l’épisode #126), cela permet d’arrêter de se culpabiliser pour tout et de comprendre que les choses sont neutres, cela ne nous empêche pas d’avoir des choix qui sont orientés, de toute façon ils le sont dans notre quotidien, qu’on le veuille ou non, notre vie n’est pas neutre, nous sommes des êtres humaines, nous sommes biaisés, nous avons de multiples valeurs morales c’est ce qui est beau chez lui, c’est sa capacité à distinguer le bien du mal mais c’est tout à fait subjectif, une fois que l’on a compris cela, on va pouvoir lever la culpabilité, et puis on va pouvoir être en mesure de faire des choix éclairés, on va pouvoir être meilleur à tolérer les autres et accepter les autres, à comprendre leurs choix, et à accepter que nous sommes tous différents, que l’on ne fait pas la même chose dans nos vies et que c’est OK. Tout l’intérêt de comprendre vraiment profondément ce que cela signifie que les circonstances sont neutres. Cela nous permet d’équilibrer nos émotions au quotidien, de se ramener à cette neutralité aussi souvent possible et c’est quelque chose dont on a parlé aussi lorsque l’on a évoqué le fait de passer par des modèles “ponts”. Lorsque l’on parlait de comment changer son système de pensées lorsque l’on ne se sent pas bien, d’aller vers un système de pensées où l’on se sent mieux, je vous proposais de passer par la neutralité, cela peut être une première étape dans beaucoup de cas de figures, de se rendre compte que les circonstances sont neutres et que la situation est neutre, on peut voir ce qui est bien et mal dans cette situation en particulier et choisir de penser la circonstance de manière intentionnelle pour être neutre face à la situation. Il y a de nombreuses situations dans mon quotidien où je choisis d’être neutre comme je sais que de toute façon c’est neutre, et très souvent il y a des personnes qui vont vous juger car elles ne voient pas ça, elles ne voient que le positif ou le négatif d’une situation en question et elles ne comprennent pas pourquoi vous ne choisissiez pas d’être neutre et ramenez vous à ce que vous pensez de cette situation, rappelez vous que c’est neutre et que c’est ok pour la personne en face de vous d’être en colère, de ressentir toutes ces choses là et que c’est en rapport avec ses besoins et ses valeurs à elle, et ce n’est pas factuel car les circonstances sont toujours neutres quoi qu’il arrive.

Je m’arrête là pour aujourd’hui, j’espère que l’épisode d’aujourd’hui vous aura éclairé sur cette question de la neutralité des circonstances et vous aura proposé aussi une nouvelle façon de voir les choses et cet outil qui est de neutraliser ça au quotidien, n’hésitez pas à l’appliquer dans votre propre quotidien et à le faire dès que vous êtes polarisé sur quelque chose et je vous souhaite un excellent week-end, une excellente semaine et je vous dis à vendredi prochain !

2 commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *