#147 – Les étapes de l’apprentissage

Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet, coach certifiée et dans ce 147ème épisode nous allons parler des étapes de l’apprentissage.

Vous êtes nombreux et nombreuses à écouter ce podcast et à me dire en commentaires : “Merci beaucoup pour ton podcast (merci à vous de prendre le temps de me remercier, ça me fait plaisir et ça me donne de l’élan pour la suite), j’ai compris tout ce que tu m’as dit, je trouve ça génial, j’ai trouvé pourquoi je procrastinais, j’ai compris que je tamponnais lorsque je procrastinais ou pour gérer mon stress/ma fatigue, je mange à des moments où je n’ai pas faim, ou je tamponne avec les écrans (scroller sur Instagram pendant des heures), j’ai compris intellectuellement ce qu’il se passait, tes podcasts ont mis en lumière ses comportements chez moi et pour autant je continue à le faire et je m’énerve pour cette raison, je me vois aller faire le tampon émotionnel en question”. Vous voyez que vous vous comportez de cette manière et vous vous auto-jugez, je dis vous et je m’inclue dedans. car ce sont des mécanismes qui sont normaux, qui sont liés au fonctionnement normal de notre cerveau et de la façon dont il apprend les choses, cela vous maintient dans une forme d’échec car vous attribuez ça comme étant quelque chose qui est propre à votre personnalité, comme étant quelque chose qui vous appartient, comme si vous étiez quelqu’un qui procrastine, qui ne passe pas à l’action, quelqu’un qui comprend les choses à un niveau intellectuel mais qui ne met pas en pratique ce qu’elle sait.

Vous êtes nombreux à avoir rejoint LA Communauté, c’est l’abonnement que je vous propose où l’on applique tous les outils que l’on apprend ici dans le podcast, je suis ravie de voir que le message que je transmets est bien reçu par vous. Si on reste à un niveau d’écoute passive, nous n’irons pas forcément au bout de la mise en pratique, au bout de l’apprentissage. Lire des livres, écouter des podcasts, regarder des vidéos sur YouTube, suivre des formations en ligne… C’est génial, ça nous apprend des choses, c’est une étape nécessaire pour passer à l’action et pour créer des changements dans sa vie, mais à un moment donné il est évident qu’il faut passer à l’action et si on ne parvient pas à le faire seul, cela peut être une bonne option que de le faire ensemble au sein de LA Communauté par exemple. C’est pour cette raison que j’ai créé cet abonnement à un prix que je trouve raisonnable : 34 euros par moi si vous désirez nous rejoindre.

Au sein de LA Communauté nous allons appliquer ce que j’évoque dans le podcast, nous allons passer de “je connais l’information” à “je la mets dans la matière”. Ce que je trouverais important et ce que j’ai envie de vous expliquer ici, c’est : quelles sont les différentes étapes qui permettent cela, et pourquoi vous êtes peut-être dans cette frustration et que vous vous dites “j’ai compris pleins de choses d’un point de vue intellectuel, et pourtant je ne parviens pas à le mettre en place dans ma vie”, j’ai envie que vous repartiez aujourd’hui avec cette certitude que ce n’est pas vous qui avez un problème. Ce n’est pas vous qui avez un problème, vous êtes juste à une étape de l’apprentissage

Les différentes étapes de l’apprentissage

En psychologie, on distingue 4 étapes de l’apprentissage.

1ère étape : être inconsciemment incompétent
2ème étape : être consciemment incompétent
3ème étape : être consciemment compétent
4ème étape : être inconsciemment compétent

[le podcast est terminé, je vous souhaite une excellente soirée et je vous dis à la semaine prochaine]

Je plaisante bien entendu, je vais vous détailler chacune de ces étapes pour que vous puissiez voir où est-ce que vous vous situez dans les différents domaines de votre vie et que vous puissiez comprendre ce qu’il se passe dans votre cerveau.

La première étape : inconsciemment incompétent, c’est l’étape c’est celle de “je ne sais pas que je ne sais pas”, avant de découvrir ce podcast vous ne saviez pas que vous ne saviez pas tout ce que j’évoque à propos des émotions par exemple. Vous ne saviez pas que vous aviez tendance à attribuer les émotions que vous ressentiez aux autres, vous n’en aviez pas conscience. Une analogie que font les psychologues et qui permet d’expliquer ce concept c’est celle de l’apprentissage de la conduite. Quand vous aviez 3 ans, vous n’aviez pas conscience que vous ne saviez pas conduire, vous étiez à la fois incompétent et inconsciemment incompétent, vous ne saviez pas que vous ne saviez pas conduire. Vous n’aviez pas conscience que vus ne saviez pas conduire. Il y a de nombreux domaines où l’on ne se rend même pas compte que l’on est incompétent, c’est le cas également si vous êtes sensibles à tout ce qui touche au véganisme, vous savez que tout ce qui touche au féminisme etc… La plupart d’entre nous avons grandi sans avoir conscience qu’il y avait des mécanismes sociaux en jeu. Cela va être intéressant et important de comprendre que cette étape d’apprentissage constitue notre point de départ et d’être empathie vis à vis de ce point de départ. Cela va nous empêcher de reprocher à un enfant de 3 ans de ne pas comprendre qu’il ne sait pas conduire, de la même manière cela va nous empêcher de reprocher à quelqu’un qui n’a jamais entendu parlé de féminisme, de lui reprocher son incompétence. Cela va nous permettre de cerner les domaines où nous sommes nous-mêmes inconsciemment incompétents. Lorsque l’on découvre un livre par exemple, et qu’on apprend des choses à travers lui, on peut avoir tendance à se culpabiliser et à se dire : “comment j’ai pu être aussi ignorant”. Il m’arrive d’avoir des clientes dans le programme lié à la perte de poids qui me disent : “je n’en reviens pas, je m’en veux d’avoir dis à mes enfants pendant des années de prendre impérativement un petit déjeuner, que c’était le repas le plus important de la journée alors que cela leur donnait envie de vomir de boire du lait et des céréales trop sucrées, maintenant que je le sais je m’en veux”. Il s’agit d’avoir de l’empathie envers cette première étape qui est celle d’être inconsciemment incompétent.

La deuxième étape c’est d’être consciemment incompétent. Si je reprends l’analogie de l’apprentissage de la conduite, lorsque vous avez 15 ans et que vous avez conscience que vous ne savez pas conduire. Vous savez que vous ne savez pas faire. Vous avez même envie d’apprendre cette compétence, vous voyez la portée de cette compétence, vous vous l’intérêt de cette compétence, de creuser d’apprendre à conduire mais vous ne savez pas encore le faire. Si je reprends l’analogie des luttes sociales, cela va correspondre au moment où vous avez compris qu’il se passe quelque chose, comme par exemple les différences de salaires entre les hommes et les femmes à compétences égales, mais vous ne connaissez pas encore les tenants et les aboutissants, vous n’avez pas encore lu de livre sur le sujet, vous n’avez pas encore approfondi le sujet, vous n’êtes pas encore en mesure d’avoir un déroulé logique dans votre discours si quelqu’un vous demande votre opinion sur le sujet. C’est le moment où vous êtes consciemment incompétent. Si on reprend le sujet du début, c’est à dire de vous rendre compte de vos émotions, de tout ce que je vous raconte au sein du podcast Se Sentir Bien, il va s’agir du moment où vous prenez conscience des tampons émotionnels, lorsque vous étiez inconsciemment incompétent, vous ne saviez pas que lorsque vous passiez à la boulangerie en rentrant du travail vers 17h prendre un pain au chocolat, ce n’était pas motivé par la faim mais par l’envie, c’était un moyen pour vous d’échapper à l’émotion de solitude générale que vous ressentiez, d’échapper à votre emploi qui vous ennuie au plus haut point. Désormais, lorsque vous écoutez ce podcast, vous êtes consciemment incompétent, vous avez conscience que vous recourez aux tampons émotionnels. Pour passer de l’étape 1 à l’étape 2 il y a une phase de prise de conscience, comme l’adolescent qui a pris conscience qu’il ne savait pas conduire. Mais vous n’avez aucune idée de comment faire par la suite, vous ne savez pas résoudre le problème.

Si vous êtes dans cette étape, ne vous culpabilisez pas de ne pas savoir résoudre le problème.

Un adolescent de 15 ans qui n’a jamais touché à un volant, c’est normal qu’il ne sache pas conduire. On attend pas de lui qu’il sache conduire, il a juste pris conscience qu’il ne savait pas conduire, ce n’est pas parce que l’on a pris conscience de quelque chose qu’on l’a résolu. Ce n’est pas parce qu’on a pris conscience que l’on avait un mécanisme de défense ou qu’on faisait les choses d’une certaine manière, ou qu’on était induit en erreur dans une domaine de notre vie, qu’on sait quelle est la chose juste à faire ou que l’on sait comment résoudre cette problématique. Ce n’est pas parce que vous avez compris les mécanismes à l’oeuvre chez vous, il ne faut pas vous attendre à ce que vous soyez à la dernière étape d’apprentissage.

L’étape numéro 3 est celle où vous allez devenir consciemment compétent. Cela va être le moment où vous vous êtes dit que vous aviez conscience de ce qu’il se passait, vous vous demandez comment faire passer de l’un à l’autre. Il va s’agir de passer par une étape d’apprentissage par la pratique, en général on apprend auprès de quelqu’un qui va nous montrer et qui va nous permettre de l’appliquer dans notre vie. Pour reprendre l’analogie de la conduite, cela va être de prendre ses leçons de conduite tout simplement. Comment vous savez que vous êtes consciemment compétent ? C’est typiquement le moment où vous allez avoir votre permis de conduire. Le consciemment compétent c’est le moment où vous savez faire, mais cela vous demande encore de l’effort, cela vous demande encore de la concentration, vous avez acquis l’ensemble des compétences qui vont ont permis d’obtenir votre permis, mais il n’en reste pas moins qu’il y a des moments où il y a certaines choses qui vont font encore peur : comme faire un créneau, rouler de nuit… Peut-être que vous avez besoin que personne ne vous parle au moment où vous vous insérez dans un rond point et qu’il faut que vous fassiez vos contrôles, que vous mettiez votre clignotant, que vous placiez correctement votre véhicule etc… Mais vous savez faire,  c’est juste que ce n’est pas encore fluide pour vous, ce n’est pas encore complètement naturel pour vous.

Le passage de “consciemment incompétent” à “consciemment compétent” c’est le passage de l’apprentissage par quelqu’un qui va vous montrer, donc les leçons de conduite dans cette analogie. Dans l’apprentissage des émotions, il va s’agir du coaching et de l’auto-coaching, il va s’agir d’utiliser les outils que je vous propose pour pouvoir apprendre sur vous même, apprendre à vivre vos émotions, apprendre à changer vos pensées lorsque vous le désirez, apprendre à vous construire une vie qui est en accord avec vos valeurs. Il y aura un moment donné où vous allez passer ce stade “consciemment compétent”. Peut-être que pour certains d’entre vous, vous en êtes là. Vous êtes peut-être actuellement en train de vous blâmer d’avoir compris que vous faisiez des tampons émotionnels mais de ne pas réussir à les enlever, soit vous êtes consciemment compétent, c’est à dire que vous avez commencez à appliquer les outils en  auto-coaching, vous faites vos flots de pensées, vous faites votre modèle de Brooke Castillo, peut-être que vous avez pris un coach, grâce à ce podcast vous vous êtes familiariser avec le coaching et vous voyez la valeur que cela peut apporter dans votre vie. Là vous avez acquis les outils et à ce stade vous arrivez à ne pas tamponner le soir, mais ce n’est pas encore naturel pour vous, si vous êtes un peu distrait, sans le vouloir vous vous retrouvez à acheter un pain au chocolat à la boulangerie. Je prends comme exemple la nourriture comme tampon émotionnel, mais n’importe quelle situation où vous échappez à vos émotions. Vous avez peut être cette frustration de vous dire que vous aviez tout fait ce qui était en votre pouvoir et pourtant vous avez l’impression de stagner, vous vous sentez coupable de cette situation. Très souvent, lorsque l’on est jeune conducteur et qu’on vient d’avoir son permis, on trouve que ce n’est pas normal, qu’on devrait y arriver, et qu’on s’énerve parce que l’on cale dans une côte… C’est une étape normale de l’apprentissage en réalité

C’est la troisième étape où vous êtes au courant que vous êtes consciemment compétent mais que cela vous demande encore de la concentration et de l’application.

Viens ensuite la dernière étape de l’apprentissage, celui où vous allez être inconsciemment compétent. C’est le moment dans la conduite où vous êtes là, vous mettez vos clignotants sans même y réfléchir, vous passez avec aisance d’une voie à l’autre, vous faites votre créneau en écoutant la radio et en rigolant avec les personnes qui vous accompagnent dans la voiture, je ne vous encourage pas à faire ça. Ce que j’essaie de vous dire par là c’est que la conduite est devenue très fluide pour vous, c’est possible de changer de vitesse, de tourner le volant et de mettre le clignotant en même temps et vous n’êtes pas dans un état de concentration extrême au moment où vous le faites. Vous êtes arrivez à cette étape où vous êtes inconsciemment compétent, vous n’êtes même plus conscient que vous avez la compétence et que vous le faites naturellement. Très souvent, ce sont des domaines dans votre vie où vous êtes devenus inconsciemment compétent sans même vous en rendre compte et aujourd’hui vous ne reconnaissez pas cette compétence. Lorsque Aujourd’hui on vous dit : “tu as une belle capacité à cerner les personnes rapidement”, vous vous dites que ce n’est pas une compétence en soi, vous êtes inconsciemment compétent, parce que vous avez pratiquez. C’est la pratique et la répétition qui vont vous faire passer d’une étape à la suivante. 

Qu’est-ce qui fait que vous passer de “j’ai peur de faire des créneaux, je viens juste d’avoir mon permis et je cale encore de temps en temps et je suis fébrile quand il y a de la pluie” à “je ne cale jamais, je fais mes créneaux sans aucun problèmes, je sais me garer dans un tout petit espace et qu’il pleuve, qu’il neige, je sais faire face à toutes ces situations sans peur, idem s’il fait nuit”, eh bien ce sont les années de pratique qui vont faire la différence, l’expérience et l’essai/erreur. J’insiste beaucoup dans le podcast sur l’essai/erreur et le fait de se laisser l’espace de le faire, le passage de “consciemment compétent” à “inconsciemment compétent”, c’est tout simplement la répétition, la pratique, et c’est par la pratique que l’on apprend et qu’on parfait l’apprentissage, qu’on arrive à cette dernière étape. ce que vous ne voyez pas, c’est que le domaine dans lequel vous ne reconnaissez pas vos compétences, c’est un domaine que vous avez en réalité beaucoup pratiqué. L’exemple que je donnais à l’instant c’est quelque chose qui revient très souvent parce que beaucoup d’entre vous, si vous écoutez ce podcast c’est que vous êtes surement quelqu’un de socialement sensible, j’essaie de ne pas faire trop de généralités, quelqu’un qui est intéressé par le développement personnel et qui a une certaine sensibilité sociale, pour beaucoup d’entre vous, vous êtes capable de cerner les gens qui vous entourent, vous ressentez très vite l’émotion globale qu’il peut y avoir dans une pièce par exemple… Pour vous c’est une compétence normale alors que ce n’est pas le cas, vous êtes devenus malgré vous, inconsciemment compétent. C’est un apprentissage que vous avez fait dans votre vie, on vous a peut-être montrer sans que vous ne vous en rendiez compte, et vous avez appris par vous-même, par la répétition. Cela va être important d’avoir conscience de toutes ces étapes pour pouvoir arriver à l’étape “inconsciemment compétent” et de vous dire que si vous appliquer tous les outils que avez dans le podcast, que ce soit en autonomie, au sein de LA Communauté avec nous, que ce soit à l’aide d’un coach qui vous aide à mettre en place les outils avec vous et qui vous coach, qui les applique avec vous lors d’une session… Quelle que soit la façon dont vous mettez tout cela en pratique, sachez que même une fois que vous avez acquis les outils, c’est de la répétition, c’est du temps, et moi je dis que c’est le temps que cela “descende dans la matière”, le temps que cela sorte du mental et que cela soit tellement imprégné dans votre esprit que cela ait rejoint vos émotions et vos actions, que cela soit devenu un automatisme, quelque chose de fluide pour vous, c’est une étape nécessaire et c’est une étape qui prend du temps. Ce n’est pas vous qui avez un problème, ce sont juste les étapes normales de l’apprentissage par lequel doit passer votre cerveau afin d’acquérir la maîtrise d’une quelconque compétence que ce soit, y compris la compétence de “j’apprends à vivre mes émotions”, “je reconnais ce qui est juste pour moi”, “je sais jauger quand c’est l’intuition qui me guide ou quand c’est l’émotionnel/réactionnel ou quand c’est le mental, et la raison”, et toutes ces choses sont des choses qui s’apprennent et tout ce qui s’apprend demande de passer par ces quatre étapes. C’est vraiment important de les comprendre, de savoir vous situer où est-ce que vous en êtes dans ce processus. C’est même ce que je vous encourage vivement à faire à l’issue de ce podcast, de vous poser la question : “où est-ce que j’en suis dans mes étapes d’apprentissage sur les domaines qui sont importants dans ma vie ?”, si vous écoutez ce podcast j’imagine que vous êtes présentement en train de faire un travail sur vous. 

Je vous encourage à faire preuve d’empathie vis-à-vis de vous même et de votre cerveau et de lui laisser le temps de passer par toutes ces étapes, en situant où vous en êtes, vous allez pouvoir flécher pour vous-même quelle est cette prochaine étape en ce qui vous concerne ? Qu’est-ce que vous allez pouvoir mettre en place pour passer à la suite ?  Est-ce qu’il vous faut de la patience ? Lire davantage ? Est-ce qu’il vous faut quelqu’un pour vous montrer et est-ce qu’il faut vous faire coacher, est-ce qu’il vous faut mettre en place une routine d’auto-coaching ?  Est-ce qu’il vous faut juste de la patience et de la répétition ? 

Cet exercice a pour but de cerner quel est votre prochaine étape pour que vous puissiez être dans la bienveillance vis-à-vis de vous même, la quête de vous faire du bien, et de vous vouloir le meilleur, de ne plus vous taper dessus, vous culpabiliser de tout un tas de choses quand bien même que vous êtes très créatif-ve dans l’auto-culpabilisation (merci la société, merci l’inconscient collectif et les stéréotypes de genre). 

Je m’arrête là pour aujourd’hui, je vous souhaite un excellent vendredi, une excellente semaine et je vous dis à vendredi prochain !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *