#170 – L’Effet Barnum [biais cognitifs ép.9]

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet, coach certifiée et dans ce 170ème épisode nous allons parler de l’effet Barnum.

Nous sommes dans un épisode en multiple de 5 (je vous fais faire des maths que tout le monde peut faire, vous allez vous en sortir), on traite un nouveau biais cognitif, c’est l’un des éléments central de toute notre psychologie et de notre cognition. Vous savez que dans ce podcast on apprend à se sentir bien en apprenant à comprendre davantage notre cognition. Aujourd’hui nous allons parler de l’effet Barnum, je n’en ai pas encore parlé sur le podcast, il était temps de le faire car c’est un gros sujet.

Qu’est-ce que l’effet Barnum ?

C’est lorsque l’on se reconnaît dans une vague description de notre personnalité, de notre futur, de choses nous concernant et qui décrivent notre quotidien, nos affinités, ce que l’on est en train de vivre etc… Nous allons voir l’effet Barnum à l’œuvre lorsque l’on va faire des tests de personnalité du type : Ennéagramme, MBTI, et autres tests psycho dans les magazines féminins… On va retrouver cela dans tout ce qui touche à la numérologie, astrologie, graphologie… qui se base sur une description vague de qui vous êtes, de la part d’une entité qui fait office de figure d’autorité.

Vous le savez peut-être mais les biais cognitifs sont des choses tout à fait normales, on en peut pas s’en affranchir et il y en a forcément certains qui sont à l’oeuvre car nous sommes tous des êtres humains et que nous sommes tous dotés d’une cognition : à savoir, un ensemble de pensées, d’émotions qui nous amènent à mettre en place des actions. La définition du biais cognitif se retrouve dans le début du podcast. Tous ces biais cognitifs ont pour but de nous aider à trier l’information plus rapidement, rendre les choses plus claires, plus simples et plus digestes pour notre cerveau, et dans l’ensemble ce fonctionnement est plutôt efficace. Ce n’est pas une mauvaise chose, c’est que parfois cela peut vous induire en erreur. Dans le cas de l’effet Barnum, cela va nous amener à croire des choses à propos de nous qui ne sont pas forcément avérées, qui ne sont pas nécessairement justes, cela peut être intéressant de le savoir et de prendre de la hauteur.

Si l’on souhaite décrire l’effet Barnum et comment nous nous sommes aperçus de son existence, tout est parti d’une expérience en 1948, par le psychologue Bertram Forer qui a fait faire une expérience à un groupe d’élèves à l’Université. Il leur a demandé de passer un test de personnalité et à la fin il leur a remis un résultat du test qu’il venait tout juste de passer et il leur a demandé de dire sur une échelle de 0 à 5 à quel point il était juste. Sachant qu’il a remis exactement la même description à tous les élèves. En moyenne, les étudiants ont attribué une note au-delà de 4/5 quant à l’exactitude de la description de leur personnalité à l’issue du test. Les élèves se sont reconnus dans la description du test. Dans les années 80, il y a deux psychologues qui sont revenus sur ce travail là : Dickson et Kelly, qui se sont aperçu que, pour que cet effet Barnum fonctionne, il faudrait qu’il y ait trois conditions qui soient réunies :

la personne qui lit la description pense qu’elle lui est adressée personnellement

(par exemple, dans le cadre de l’horoscope, lorsque vous lisez l’horoscope des poissons, vous savez que vous êtes vous-même poisson et vous avez cet ancrage là, cette description s’adresse à vous personnellement. Il en va de même pour la numérologie, la voyance etc…)

il faut qu’il y ait un biais d’autorité qui soit à l’œuvre. Un biais d’autorité : lorsque vous représentez une figure d’autorité pour la personne en question; vous lui octroyez de l’autorité. (Pour l’horoscope, vous y croyez et vous pensez que c’est valide, vous donnez de l’autorité à cette méthode. Lorsqu’il s’agit du MBTI, vous vous dites que cela a été établi par des psychologues, lorsqu’il s’agit de votre magazine favori, vous croyez ce qui y est écrit… Idem pour votre voyante).

la description que vous lisez est positive dans sa globalité. Vous n’allez pas vivre d’effet Barnum si la description dépeint le portrait d’une personne très négative d’une personne. En revanche, si la description est majoritairement positive.

Cela signifie qu’il va falloir faire preuve de discernement et de prudence lorsque ces 3 conditions seront réunies. 

Est-ce que cela signifie qu’il ne faut pas du tout se pencher sur la numérologie, sur le MBTI, sur l’astrologie… Il s’agit de croyances personnelles, je n’ai pas à vous dire ce en quoi vous devez croire, ou que « l’astrologie c’est n’importe quoi », « la psychologie type MBTI c’est n’importe quoi »… l’effet Barnum y est bien présent et ce n’est pas quelque chose que l’on peut nier. Il faut juste garder à l’esprit que c’est une question de croyances, si vous y croyez c’est top et si vous n’y croyez pas, c’est top aussi. Il ne faut pas penser que ce sont des sciences. Là est tout l’enjeu, c’est la différence entre une science et une pseudo-science. Il y a une part de pseudo-science dans toutes les pratiques que j’ai cité précédemment. Dans le cadre du MBTI et d’autres tests de personnalités, je pense aussi à tout ce qui touche aux tests pour la surdouance par exemple, il y a une part d’effet Barnum, il y a aussi une part de vraie recherche scientifique, et c’est parfois difficile de le distinguer de l’effet Barnum, il va être important de se rappeler que cet effet existe pour essayer de s’en affranchir, même si on ne va pas pouvoir le faire totalement.

Ce qui est intéressant de regarder, nous allons voir que lorsque nous sommes sujet à l’effet Barnum, on va pouvoir constater que si les 3 conditions que j’ai cité précédemment sont réunies, on va davantage croire à cette description, et tout nos autres biais cognitifs vont essayer d’aller valider cette description. Si je lis l’horoscope ce matin, il se trouve que je suis scorpion et on me raconte que je vais me disputer avec mes frères et soeurs alors que je n’en ai pas, où que je vais me disputer avec mes enfants alors que je n’en ai pas, je vais avoir aucun mal à trier l’information, à me dire : « la partie sur le couple ou sur les enfants ça ne me concerne pas, c’est normal que mon horoscope en parle parce qu’il y a d’autres scorpions qui ont certainement des enfants et un mari ». En revanche, si je lis dans la description du lion : « tu vas t’embrouiller avec tes enfants ou ton mari », plus d’autres choses positives qui seront assez génériques, et dans lesquelles tout le monde pourrait se retrouver, moi je ne vais pas me reconnaître dedans. Je vais me dire que cela ne me décrit pas parce que je ne suis pas lion, c’est là qu’il est intéressant de s’observer, d’observer son cerveau en train de mettre à l’œuvre l’effet Barnum. Comme je sais que ça ne m’est pas adressé, il n’y a pas d’effet Barnum possible dans ce cas de figure. Je vais tenter de valider ce que je crois déjà et de trier l’information qui va à l’encontre de ce que je crois déjà. Je vais facilement trier les choses qui ne me correspondent pas dans le résultat MBTI ou dans mon horoscope, je ne vais même pas me rendre compte que ces choses existent, mon cerveau va lui même les trier, cela s’appelle « l’effet loupe », c’est un autre biais cognitif à l’oeuvre dont je ne vais pas parler aujourd’hui, je vais chercher dans le texte, les choses qui valident ce que je crois déjà, et je vais malgré moi, sans même m’en apercevoir, ne pas tenir compte de l’information qui ne valide pas ce que je crois déjà. C’est super intéressant de se rendre compte de cela, cela signifie que c’est à nous d’être vigilant, si pour nous la véracité scientifique des choses sur lesquelles on s’appuie est importante afin de mieux apprendre à se connaitre, tout ces outils : numérologie, astrologie, MBTI… sont des outils d’apprentissage de soi, si c’est important pour nous que ces outils soient scientifiquement le plus juste possible, il va être important de voir lorsque l’effet Barnum est à l’oeuvre. En sachant qu’il ne pourra pas être totalement supprimé de notre quotidien. En revanche, si on se fiche de l’aspect scientifique, j’ai envie de dire que, quand bien même il y aurait un ancrage préalable, comme tous les autres biais cognitifs, cela va vous donner une information à propos de ce que vous croyez à propos de vous. Quand je lis mon horoscope et que je vois quelque chose dans lequel je ne me reconnais pas du tout, c’est ce que l’on essaie de faire dans ce podcast et avec les outils que je vous propose ici : apprendre à se connaître davantage, et savoir ce que l’on croit à propos de nous, s’assurer que l’on croit des choses avec lesquelles nous sommes d’accord, que nous sommes en accord avec nos valeurs, et que l’on va dans la direction dans laquelle on a envie d’aller et que l’on vit une vie qui est intentionnelle. La véracité des choses n’est pas très importante dans ce cas de figure et la vérité n’a pas de sens (ça dérape sur de la philosophie et ce que je dis n’engage que moi), cela possède un sens lorsque l’on prend en compte la perception humaine, dans ce cas de figure ce n’est pas très important de savoir si le MBTI ou l’horoscope est vrai ou non, l’important est de savoir ce que vous vous en pensez, parce que votre réalité va se construire avec ce que vous croyez. Si vous pensez quelque chose et que vous le pensez vrai, cela va influer sur la manière dont vous allez vous sentir, cela va vous faire agir d’une certaine manière, et ce sera une façon de valider cette façon de penser. Si en lisant votre horoscope le matin, on vous valide la pensée qu’aujourd’hui va être une bonne journée, et que vous arrivez à trouver une confirmation de cela dans votre horoscope, tout cela va vous faire vous sentir bien, ce qui fait que vous allez agir avec confiance et certitude, le résultat que vous allez créer dans votre vie c’est que vous allez effectivement passer une bonne journée. En soi, vous allez juste valider la croyance que vous avez au départ, je ne vois pas de mal à cela. Cet effet Barnum, lorsque vous lisez ces descriptions de vous, cela vous dit juste ce que vous avez envie de croire à propos de vous. 

Par exemple, je crois au MBTI et lorsque je le lis, je suis censée être une ENFP : il me dit que je suis un esprit créatif, que je suis extravertie, que je suis enthousiaste, j’ai envie de croire à tout cela, quand je le lis je me dis que je suis quelqu’un de créatif, d’enthousiaste… Il dit aussi que je peux être quelqu’un de désorganisé, qui peut peut ne pas être fiable… Il y a une part de moi qui ne croit pas du tout à cela, ou qui n’a pas envie d’y croire, je me dis qu’avec le podcast je suis très fiable depuis 3 ans, je vais pouvoir passer outre la partie du MBTI qui ne me correspond pas, et cela me dit juste sur ce que j’ai envie de croire à propos de moi. En réalité, ni l’un ni l’autre n’est vrai, c’est juste que j’ai envie d’être quelqu’un de créatif et de joyeux, et je n’ai pas envie d’être quelqu’un qui n’est pas régulier et sur qui on ne peut pas compter. Cela dit des choses à propos de moi, cela dit des choses à propos de mes valeurs, cela dit des choses à propos de ce qui est important à propos de moi, et c’est utile que je le sache, cela permet de mieux me connaitre et vous connaissez l’intérêt de mieux se connaître, si on se connait mieux, on fait des choix plus en conscience pour sa vie et du coup on se sent mieux, parce que l’on se sent plus aligné avec soi-même.

C’est l’objectif de ce podcast : se sentir bien.

Je ne sais pas si je vous ai appris de nouvelles choses sur cet effet en particulier, c’est un effet qui est très connu, il y a énormément de ressources sur le sujet, n’hésitez pas à aller faire vos recherches.

Je vous rappelle que j’ai sorti de jolis carnets pour faire des flots de pensées (notamment), et des carnets qui vous permettent de faire un bullet journal, si vous avez envie d’aller y jeter un coup d’œil, vous pouvez ! C’est moi qui ai dessiné les illustrations, je suis très fière de ce projet, c’est quelque chose que j’avais envie de faire depuis longtemps, je suis très heureuse de vous le partager. L’idée que vous ayez un carnet Se sentir bien entre les mains m’emplit de joie.

N’hésitez pas à aller vous le procurer si vous recherchez un carnet, en plus c’est de l’excellente qualité, c’est fait à Paris sur du papier recyclé, le shop est disponible ici.

Ce sont des éditions limitées !

J’étais ravie de créer un produit physique que vous alliez avoir entre les mains, qui soit lié au podcast, je ne me voyais pas estampiller « Se sentir bien » sur un tee-shirt, autant faire quelque chose qui allie ma passion du dessin et ma passion du développement personnel et qui soit un objet cool que vous allez utiliser et qui va vous servir.

Je vous souhaite un excellent week-end, une excellente semaine, et je vous dis à vendredi prochain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *