#46 – Les personnes/relations toxiques

Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet et dans ce 46ème épisode nous allons parler des relations et des personnes toxiques.

Vous l’avez remarqué depuis la semaine dernière nous abordons sur le podcast des sujets autour de la communication, des relations avec les autres, sachant que depuis le podcast il est vrai que nous nous sommes concentrés sur la relation et la connaissance de soi. Ce qui est pour moi essentiel si l’on veut avoir des relations avec les autres. Bien sûr que tout cela est lié, nous allons revenir sur ces sujets centrés sur soi mais j’avais envie durant quelques épisodes de me concentrer sur les relations et notamment sur les relations toxiques parce que c’est une thématique sur laquelle j’ai souvent des questions.

Qu’est-ce qu’une relation ou une personne toxique ?

C’est une relation ou une personne qui nous empêche d’être la personne que l’on souhaite être c’est à dire, nous-même. Cela va être des personnes qui vont être pessimistes, qui vont nous saboter voire nous harceler. Ces personnes, quelles soient bien attentionnées ou non, qui vous nous empêcher d’être nous-même par leurs actes, par leurs paroles, par la pression qu’elles vont mettre sur nous. Ce qui est intéressant et important de noter ici c’est que l’intention qu’il y a derrière n’est pas le problème, qu’elle soit volontairement mal intentionnée et qu’elle veuille volontairement nous porter préjudice selon ne change pas le fait que cette personne/cette relation est toxique pour nous.

Ce sera à nous d’identifier dans quel cas nous sommes face à une situation ou à une personne toxique et de savoir comment agir et se sortir de cette situation parce que ce n’est pas quelque chose qui va nous servir, parce que cela ne va pas nous permettre de nous exprimer en tant que nous-même et généralement cela entraine tout un tas d’émotions désagréables : de la frustration, de la colère, du doute et de la culpabilité. Ce que j’évoque là c’est dans le meilleur des cas parce que très souvent, cette relation ou cette personne va avoir pour conséquence que l’on va se sentir vraiment très mal, cela va peut-être baisser l’estime que l’on a de nous-même, baisser la confiance que l’on a en nous-même, tout ce qui fait que l’on peut s’exprimer en tant que nous-même. Cela va être intéressant de comprendre ce qu’il se cache derrière cette situation et cela va être important d’être volontaire et de changer les choses dans notre vie et de ne pas subir cette situation car cela ne va pas être constructif si nous avons en tête de s’exprimer en tant que nous-même, d’être nous-même et de réaliser et créer la vie qui nous ressemble.

En pratique comment se manifeste une relation ou une personne toxique dans nos vies ?

J’ai décidé de vous donner 3 exemples de situations pour vous illustrer cela, pour que vous puissiez voir que cela peut aller de la personne un peu pessimiste de notre quotidien à un réel harcèlement et une réelle volonté de nous nuire, c’est à dire que tout cela est toxique, ce n’est pas uniquement le cas extrême où nous sommes confrontés à un cas de harcèlement, cela comprend aussi les personnes qui ne nous veulent pas forcément de mal mais qui sont négatives pour nous malgré tout.

L’exemple de la pâtisserie végane 

Par exemple, j’ai décidé de vous parler d’une situation assez simple que j’ai déjà utilisé par le passé qui est celui de l’ouverture de la pâtisserie végane, je veux ouvrir ce genre de boutique parce que je trouve cela génial, je donne cet exemple parce qu’il me touche tout particulièrement étant moi-même végane et que je trouverais ça génial parce que je suis gourmande et que j’adorerais qu’il y ait une super pâtisserie végane dans la ville où j’habite. Vous avez envie de faire cela et vous rencontrez de multiples difficultés, notamment la peur, le regard des autres, le fait de ne pas avoir potentiellement les finances pour lancer votre projet, le fait que vous n’ayez pas une formation adéquate et qu’il va falloir réussir à demander des prêts, à ouvrir un crowdfunding pour pouvoir ouvrir votre boutique. Vous en parlez avec vos proches, notamment avec votre maman, et elle vous dit à un moment donné :  » ça va être trop difficile pour toi « , elle vous connait bien, elle sait que vous n’êtes pas trop du matin, que jusqu’à maintenant vous avez lancé des projets que vous n’avez pas forcément continué mais là la différence ici c’est qu’il ne s’agit pas d’un projet que vous faites pour le regard des autres, ce n’est pas un projet que vous faites pour votre égo mais que vous faites cela parce que vous savez que c’est profondément ce que vous voulez faire, que cette boutique c’est toute votre vie et que vous avez envie d’y mettre tout votre coeur et vous savez qu’elle a tort, mais cela ne change rien au fait que votre maman vous dise :  » ça va être trop difficile pour toi « .

Cette circonstance, c’est ce que vous dit votre maman. Pour rappel, les circonstances c’est ce qui est indépendant de notre volonté et qui est à l’extérieur de nous et complètement neutre, typiquement les actions et les paroles des personnes à l’extérieur de nous. La phrase que vous dit votre maman :  » ça va être trop difficile pour toi « , cette phrase va déclencher chez vous une pensée, cette pensée on va la croire parce qu’elle est générée par un parent et nous avons tendance à croire ce que nous disent nos parents, parce que c’est eux qui nous apprennent le monde lorsque l’on est petit, de comment faire ses lacets à comment manger, comment remplir sa première feuille d’impôts…

Nous avons pris l’habitude de prendre pour argent comptant ce que nos parents nous disent, ce qui est tout à fait normal, et le moment où l’on se rend compte que ce n’est pas tout à fait vrai, c’est à l’adolescence en général et c’est ce qui crée cette colère interne, que tout ce qu’ils ont pu nous inculquer n’est pas forcément vrai. Lorsque notre maman dit cette phrase, cela va générer cette pensée là chez nous :  » en effet, peut-être que cela va être trop difficile pour moi « , parce que l’on croit cette pensée dont notre maman nous fait part. L’émotion que l’on va ressentir c’est du découragement, qui est dans la liste que je vous ai présenté juste avant pour vous aider à reconnaitre les relations/situations qui peuvent être toxiques pour vous. Le risque souvent c’est de faire un reproche à sa maman en lui disant :  » ça me fait du mal ce que tu me dis là « , nous allons y venir juste après.

Si l’on ressent du découragement, le seul risque si je puis dire c’est que l’on agisse pas, qu’on ne mette pas d’action en place pour ouvrir cette boutique, et par extension ce qu’il se passe c’est que la boutique ne s’ouvre pas. L’action c’est de l’inaction et le résultat c’est que la boutique ne s’ouvre pas et il confirme notre pensée de départ qui était :  » c’est peut-être trop difficile pour moi « . Vous devez surement avoir compris mais je viens de faire un modèle de Brooke Castillo sur la situation.

Circonstance : ma mère me dit que ça va être trop difficile pour moi

Pensée : en effet, ça va peut-être être trop difficile pour moi

Emotion : Découragement

Action : Inaction

Résultat : nous n’ouvrons pas la boutique en question

Nous voyons bien qu’à la fin de ce modèle, nous n’avons pas pu nous exprimer en tant que nous-même, même si notre maman est très bien intentionnée et qu’elle souhaite juste nous mettre en garde, elle nous fait part de son propre système de croyance et elle n’a en aucun cas envie de nous porter préjudice mais ce qu’il se passe dans cette situation c’est bien que l’on ne peut pas s’exprimer en tant que nous-même.

Le deuxième modèle que je vous propose avec la même circonstance, parce que je vous le rappelle mais il est possible d’avoir de multiples pensées différentes pour la même circonstance. Je vous en donne une deuxième qui va générer une autre émotion. La circonstance reste la même :  » ça va être trop difficile pour toi « , cette phrase est neutre, c’est juste quelqu’un qui nous fait part d’une pensée. La pensée que cela peut générer chez nous, plutôt que de dire :  » en effet ce sera trop difficile pour moi « , on peut se dire :  » elle veut me saboter, elle ne veut pas que je le fasse « , si nous avons cette pensée là face à cette circonstance, l’émotion que l’on risque de ressentir c’est de la colère. A ce moment là, l’action que l’on va mettre en place sous le coup de la colère cela va être de lui répondre par une phrase négative qui ne nous ressemble pas et qui est là pour tenter de lui faire du mal. Le résultat de tout cela va probablement être une dispute, qui va confirmer notre point de vue de départ qui est qu’en faite elle veut me saboter, elle ne veut pas que je lance ce projet. Nous avons encore une fois un modèle qui se valide et qui ne nous permet pas de nous exprimer en tant que nous-même. Non seulement on ouvre pas la boutique mais en plus on se comporte d’une manière qui ne nous ressemble pas et que l’on a pas envie d’adopter envers notre maman, nous voisin alors que nous sommes face à une personne toxique de notre entourage sur ce point précis.

L’exemple du choix de l’option dans son cursus scolaire

Une deuxième situation : je suis à la rentrée scolaire, si vous êtes étudiant vous risquez de vous retrouver dans cet exemple et si vous n’êtes plus et l’avez été par le passé cela vous rappellera des souvenirs. La circonstance en question c’est qu’il y a une option disponible cette année qui a toujours été disponible mais qui est difficile à obtenir habituellement et depuis le début vous n’avez que le tronc commun mais à votre entrée en L3 vous y avez accès et vous aviez un peu idéalisé cette option auquel vous avez désormais accès.

Et à un moment donné votre collègue de classe vous dit :  » cette année il parait qu’ils ne prendront que 10 étudiants pour cette option « , alors que d’habitude le nombre de places est limité à 30. La pensée que vous allez peut-être avoir à ce moment là c’est :  » s’il n’en prenne que 10, cela ne vaut peut-être pas le coup que j’essaie « . L’émotion que vous allez pouvoir ressentir c’est du doute, l’action que vous mettez en place lorsque vous ressentez du doute c’est que vous procrastinez sur votre lettre de motivation pour pouvoir postuler à cette option, vous vous demandez si vous le faites ou si vous ne le faites pas et le résultat que vous obtenez c’est que la date de rendu est passée et que vous n’essayez même pas de rentrer dans l’option en question et cela valide votre pensée de départ qui était :  » cela ne valait pas le coup que j’essaie ? », vous avez ce modèle qui vous dessert dans cette situation et qui vous empêche d’être vous-même et s’il n’y avait pas eu cette personne de votre entourage qui vous avez fait avoir l’idée que cela ne valait pas la peine de se lancer, alors que vous vous vous seriez lancé sans trop vous poser la question, parce que la personne que vous êtes tente des choses et qui ne se laisse pas accaparer par le doute. Une autre pensée que vous auriez pu avoir face à la même circonstance : «  c’est injuste, j’ai jamais de chance « , l’émotion que vous risquez de ressentir c’est de la frustration par exemple, et l’action que vous mettez en place c’est que vous ruminez dans votre coin sans rien faire. Le résultat que vous obtenez c’est que vous n’essayez pas de vous inscrire, vous restez à ne rien faire, le résultat est le même que dans le cas de figure précédent, vous ruminez, vous pouvez même en venir à vous disputer avec les autres, vous continuez peut-être à véhiculer cette négativité et vous ne faites qu’aggraver votre pensée qui est que :  » c’est injuste, je n’ai jamais de chance « , ce qui fait que cela augmente votre frustration et encore une fois vous ne vous exprimez pas en tant que vous-même parce que vous n’avez pas envie d’être cette personne là qui rumine, alors que vous aimeriez être la personne qui tente d’avoir l’option dont elle rêve depuis 2 ans.

L’exemple des vacances entres amis sans son conjoint

Dernier exemple de situation toxique, il va s’agir de manipulation émotionnelle si je peux exprimer cela ainsi. Par exemple, votre conjoint vous dit :  » si tu pars sans moi, je vais être tout seul et je vais me sentir mal « , alors que vous êtes en train d’organiser un voyage sans lui entre copains/copines. Cette personne veut exprime sa pensée et pour vous c’est une circonstance neutre, elle vous dit juste :  » si tu pars sans moi je vais être seul « , à ce moment là votre pensée :  » il ou elle sera triste à cause de moi « , et l’émotion que vous risquez de ressentir en ayant cette pensée c’est surement de la culpabilité, et qu’est ce que je fais lorsque je me sens coupable ? Je ne pars pas, je reviens sur ma décision, et le résultat que vous obtenez et que la situation redevient rassurante pour l’autre personne et vous continuez de vous responsabiliser de l’émotion de l’autre, vous vous dites :  » j’ai cette responsabilité que l’autre se sente bien «  et ce résultat confirme ma pensée de départ qui était : « il/elle sera triste à cause de moi si je pars « . Dans ce cas de figure on se retrouve dans un modèle où l’on ne va pas être soi, pour que l’autre se sente bien, nous allons agir différemment que si nous avions agit si nous avions été à 100% nous-même, si nous avions été la personne que nous avions envie d’être dans ce monde.

Ce que je veux mettre en avant ici c’est que dans cette situation, vous n’avez pas vraiment quelqu’un qui fait volontairement de la manipulation émotionnelle, où qui vous manipule pour obtenir un résultat ou un bénéfice pour elle, il n’y a pas besoin d’en arriver là pour déterminer qu’une relation ou une personne est toxique pour nous. Bien sur, ces situations où l’on vous manipule et où vous avez quelqu’un qui pratique de la pression émotionnelle il s’agit bien entendu aussi dans ces cas de figure de relations toxiques, mais ce n’est pas le seul moment où c’est le cas.

Ce que j’ai envie de vous inviter à faire, c’est de vous demander si vous avez pu avoir un comportement qui est toxique pour les personnes autour de vous, est-ce que vous-même vous véhiculez de la négativité, est-ce que vous-même vous êtes dans le jugement et que vous empêchez les personnes autour de vous de s’exprimer pleinement comme elles sont ?

Posez-vous ces questions là, on constate très souvent lorsque les autres nous portent préjudices mais on se pose rarement la question de savoir si nous-même nous serions un peu pessimistes, où si on ne serait pas un peu réducteurs pour d’autres personnes, où si nous ne serions pas un peu trop dans le jugement a l’égard de la personne que nous aurions vraiment envie d’être.

Les croyances qui rendent possible les relations toxiques dans nos vies

Ce qui est intéressant ici c’est qu’il y a deux croyances qui permet l’existence de relation toxique dans notre vie. La première croyance c’est que les autres sont responsables de nos émotions, et qu’à l’inverse nous sommes responsables des émotions des autres. C’est le fait de croire que nos émotions sont liées aux circonstances et non à nos pensées. Si nous n’avions pas cette croyance là, l’exemple du conjoint qui vous dit :  » je vais me sentir mal si tu pars sans moi « , cette situation n’aurez pas lieu d’être, si la personne en face de croyez pas que ses propres émotions dépendaient de votre comportement, eh bien il/elle n’aurait jamais l’idée de vous dire cela.

La deuxième croyance limitante que l’on peut avoir c’est que l’on a pas le choix et que nous sommes obligés d’avoir l’entourage que l’on a, nous sommes obligés d’avoir autour de nous des personnes qui ne sont pas forcément positives, parce qu’ils font parti de notre famille, de nos amis, de nos collègues de bureau, parce que ce sont des personnes avec qui nous sommes obligés d’être et que par extension nous sommes obligés d’être influencé par elles et qu’on a cette volonté de se détacher de notre responsabilité et de se dire que c’est à cause de l’extérieur.

Ces deux croyances là sont problématique parce qu’elles vont nous maintenir dans des situations où l’on entretient des relations toxiques.

Ce que j’ai envie avec ce podcast c’est que vous ayez les clés pour vous défaire des relations qui vous empêchent d’être vous-même et qui sont toxiques pour vous dans votre vie. Vous le savez mais nous-sommes la moyenne des gens que le fréquente le plus. Nous ressemblons au personnes que l’on fréquente le plus, ce que j’aurais envie de vous dire c’est de vous entourer un maximum de personnes que vous trouvez bonnes, positives pour vous, et positives dans l’absolu, pas forcément pour tirer quelque chose d’eux. Je vous encourage vivement à vous entourer de personnes qui ressemblent à ce que vous vous voulez être dans ce monde, qui ressemblent à ce que vous avez envie d’accomplir. Là vous allez surement me dire que si la personne toxique en question c’est ma mère, vous allez me dire que cela va être difficile de l’enlever de votre vie, mais moi ce que j’ai envie de vous dire justement pourquoi pas ?

Posez-vous la question.

Je ne vous dis pas forcément que c’est la bonne chose à faire, je n’en sais rien à vrai dire, c’est à vous de le décider pour vous-même mais c’est intéressant de remarquer que cette question peut se poser, vous avez le droit de vous interroger et de vous demander si vous ne devriez pas éliminer certaines personnes de votre vie. Vous connaissez ce podcast et vous savez ce que je risque de vous répondre dans cette situation là, c’est à dire que le problème ce n’est pas la personne en face, le problème n’est jamais la circonstance, le problème vient toujours des pensées que l’on en a, des émotions qui en découlent et les actions que l’on met en place à la suite de ses pensées/émotions. On se laisse volontairement influencer par les circonstances, on se laisse volontairement influencer par les pensées de notre maman, par les pensées de nos amis, lorsque notre maman nous dit :  » ça va être trop difficile pour toi « , on la croit, on se laisse influencer par cela, on prend cette pensée qui n’est pas la nôtre, on se l’approprie en se disant que je suis d’accord de penser cela. C’est quelque chose que l’on fait naturellement en tant qu’être humain, c’est de se laisser influencer par les personnes autour de nous, on peut décider de ne pas se laisser influencer par les personnes autour de nous, cela va être un travail mental qui va être très différent que de se dire que l’on ne prendrait pas le risque de s’exposer à une personne qui ne m’apporte pas dans ma vie, et qui ne me permettrait pas de m’exprimer en tant que la personne que j’ai vraiment envie d’être.

Prendre conscience de l’influence des autres sur nous et prendre de la distance si nécessaire

Ce que je vous propose dans un premier temps, si vous avez des personnes toxiques autour de vous, que ce soit des personnes qui sont des amis ou des membres de votre famille, ou encore des collègues de travail, c’est d’essayer de distinguer cela et de vous rendre compte de l’influence que ces personnes peuvent avoir sur vous, et à quels moments vous pouvez bloquer ce processus. Et c’est bien évidemment au niveau des pensées que cela se joue. Comment pouvez-vous penser face à cette situation ? Par exemple dans l’exemple où votre maman vous dit que cela va être trop compliqué pour vous, vous pouvez vous dire qu’en effet il s’agit d’une pensée qui est le fruit de son propre système de croyances, elle me veut du bien, elle a peur pour moi, c’est normal qu’elle pense cela mais je ne suis pas d’accord avec elle, je sais que cette fois-ci c’est différent, vous allez pouvoir vous dire que vous savez que vous pouvez allez au bout de ce résultat.

Il en va de même lorsque mon ami me dit qu’ils ne prendront au final que 10 étudiants dans cette fameuse option, nous pouvons dans un premier temps aller vérifier l’information et se dire que ce n’est pas parce que mon ami dit cela que je n’ai pas mes chances, je sais très bien que si je ne fais rien je ne tenterais pas ma chance et que ressentir du doute/ de l’injustice/ de la frustration, cela ne va pas m’aider dans cet objectif d’avoir cette option et je mets toutes les actions en place qui vont me permettre d’avoir le maximum de chance d’obtenir l’option que je souhaite avoir, je me dis que j’ai travaillé dur deux ans auparavant, il n’y a pas de raison que cela ne marche pas. On ne se laisse pas influencer par la personne en face, et il en va de même pour notre conjoint qui nous dit :  » si tu pars sans moi, je vais être seul « , nous pouvons avoir une discussion avec lui à ce sujet. Dans ce type de situation cela peut être important de rappeler que les émotions de notre conjoint de dépendent pas de notre comportement. Et vous allez rétorquer que ce n’est pas forcément facile de parler de tout cela à quelqu’un de notre famille qui n’est pas forcément réceptif, et c’est là que vous allez devoir trouver comment communiquer avec la personne que vous aimez sur ces sujets là.

C’est un sujet important et vous n’avez pas envie de rester dans une situation toxique, ou alors vous changer de conjoint si c’est impossible pour vous de parler avec la personne, je vais vous donner mon avis personnel mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée de rester avec quelqu’un avec qui vous ne pouvez pas communiquer sur des sujets aussi importants que ceux ci, pour des choses aussi importantes pour vous sinon j’imagine que vous ne seriez pas en train d’écouter ce podcast.

Je pense qu’il est important de vous dire que vous avez envie d’avoir cette discussion avec cette personne, qu’elle comprenne que ses émotions ne dépendent pas de ce que je fais. Cela ne veut pas dire que je dois mal me comporter, nous savons pertinemment que la limite réside dans nos valeurs. Si vos valeurs sont de ne pas couper les ponts avec un proche parce que c’est inenvisageable pour des raisons qui vous sont propre, si vos valeurs sont celles-ci il faudra essayer de résoudre la situation par la communication.

Ce que j’ai envie de vous proposer, dans les cas ou cela est possible, si vous êtes dans une situation où la relation est toxique, et que pour l’instant vous n’êtes pas en mesure de ne pas vous laisser influencer par cette relation toxique parce que vous n’êtes pas assez fort émotionnellement, parce que vous venez tout juste de découvrir le schéma pensées/émotions/actions/résultats, parce que vous essayez seulement de l’appliquer depuis peu et que pour vous c’est encore un peu brouillon et que vous estimez être encore très influençable par les personnes que vous aimez. En effet j’ai donné des exemples avec des parents, des conjoints, ou encore des amis proches, ce sont donc typiquement des personnes qui vont beaucoup vous influencer. Ce que j’ai envie de vous proposer c’est de prendre de la distance, cela ne veut pas dire de couper les ponts définitivement mais juste de pouvoir prendre la distance nécessaire afin de pouvoir vous recentrer et savoir vers quoi vous voulez aller et comment vous voulez vous laisser influencer ou pas par ces personnes, et de savoir quelles personnes vous voulez garder ou non dans votre vie.

Vous pouvez tout à fait décider de garder dans votre vie un parent que vous considérez comme toxique à vos yeux mais d’avoir pris le temps nécessaire pour prendre du recul, pour prendre la distance nécessaire et vous vous construire pour revenir plus fort, pour ne pas vous laisser influencer négativement par cette personne et ne pas rentrer dans un cycle de relation toxique, de situation où vous vous disputez sans cesse et où vous êtes négatif pour la personne et où la personne est négative pour vous, dans laquelle vous ne pouvez pas vous exprimer en tant que vous-même.

La première chose que je vous conseillerai c’est de vous éloigner de ces personnes (si vous en ressentez le besoin) le temps de construire votre forteresse intérieure, de bien vous connaitre et de faire ce travail sur vous notamment par le biais des flots de pensées, de faire des modèles de Brooke Castillo quotidiens sur tout ce que vous avez dans vos flots de pensées, de comprendre quelles sont vos valeurs. Une fois que vous aurez mis la distance suffisante, de revenir tout doucement vers les personnes en question et prendre le temps de ne pas se laisser influencer et de faire pause lorsque l’on a une vague de négativité qui arrive, et de ne jamais répondre à la haine par de la haine, parce qu’encore une fois, la seule personne que vous punissez en ressentant de la haine, c’est nous-même, parce que l’on ne punit personne avec nos propres émotions parce que nous sommes les seuls à les ressentir. Si quelqu’un vous envoie de la haine, si vous décidez de ressentir de la haine c’est vous-même que vous mettez en difficulté et non la personne en face de vous. Ce sera à vous de ne pas vous laisser aller dans une spirale négative si ce n’est pas ce que vous voulez.

Le troisième conseil que je peux vous apporter c’est de pardonner et d’aimer, c’est quelque chose qui est extrêmement important de pardonner le passé, de pardonner les défauts des personnes autour de vous et de comprendre que vous avez les vôtres, que les personnes autour de vous ne vous veulent pas de mal mais qu’elles vous sont toxiques malgré tout, ce n’est pas parce que ce sont de mauvaises personnes. Il va s’agir de communiquer autant que possible sur toutes ces questions là et d’aimer.

Je pense que c’est une arme assez forte que d’aimer les autres quoi qu’il arrive, aimer les personnes pour ce qu’elles sont. C’est quelque chose qui porte toujours ses fruits et j’ai juste une seule envie c’est de vous encourager à le tester dans votre entourage. L’amour c’est quelque chose que l’on choisi comme toutes les émotions, vous pouvez décidez d’aimer. La raison pour laquelle vous aimez quelqu’un c’est parce que vous pensez certaines choses à son sujet, parce que vous pensez certaines choses à propos de ce qu’elle fait, ce que cette personne vous permet d’avoir dans votre vie. C’est ça qui vous donne ce sentiment d’amour et vous pouvez choisir d’aimer quelqu’un pour ses qualités, pour des choses que vous trouvez positives à propos d’elle. Cela ne veut pas dire que vous aimerez cette personne pour tout ce qu’elle fait, mais vous pouvez décider de vous nourrir d’amour et de donner de l’amour aux personnes autour de vous.

Un exemple de relation toxique… qui évolue avec le temps

J’ai envie de vous donner un exemple à ce sujet, si vous me suivez par ailleurs sur YouTube, j’ai vécu dans une famille monoparentale avec ma maman, et nous n’avons pas toujours été d’accord, je n’ai pas les mêmes croyances religieuses que ma mère puisque je ne crois pas en un dieu ni en la chrétienté, cela a crée des tensions à un moment donné, surtout si vous connaissez ce groupement religieux assez sectaire (les Témoins de Jéhovah) qui lorsque vous en sortez, les personnes encore membres ne peuvent plus vous parler. Lorsque j’en suis partie, ma mère, sans volonté de me faire du mal parce qu’elle m’aime plus que tout au monde, elle me disait :  » si tu pars, je ne pourrais plus t’adresser la parole « , c’est typiquement une relation qui est toxique et qui essaie de me faire avoir un comportement qui n’est pas celui qui est la meilleure manière de m’exprimer en tant que moi-même.

De manière général, c’est quelqu’un d’assez pessimiste et négatif dans la vie, qui se méfie de tout, ce qui est intéressant c’est qu’elle est en train de changer à l’heure actuelle grâce à la communication que l’on a aujourd’hui et en particulier grâce à l’existence de ce podcast, vous voyez comme quoi tout arrive. Tout cela pour vous dire qu’il y a une période de ma vie où en quittant les Témoins de Jéhovah je me suis beaucoup éloignée de ma mère, parce que j’avais besoin de reconstruire mon système de valeurs sans son influence parce que j’avais noté que son influence m’était négative et pour autant cela ne fait pas du tout partie de mes valeurs de couper les ponts avec un membre de ma famille, surtout lorsque l’on a qu’un seul de ses deux parents parce que mon papa est décédé. Je n’ai pas du tout envie de couper les ponts avec ma maman qui est mon seul lien familial.

Ce que j’ai envie de vous montrer par le biais de mon exemple c’est que c’est tout à fait possible de prendre cette distance le temps devenir fort mental et émotionnel et de revenir ensuite sans se faire imprégner de la négativité de la personne en face. Ce qui est génial lorsque l’on fait ce travail là et que l’on prend le temps d’expliquer à la personne pourquoi on s’était éloigné et qu’on a une communication qui est positive, remplie d’amour et de pardon, sans haine, vous allez être surpris de la réaction des personnes en face de vous et de la bienveillance qu’ils montreront à votre égard, lorsque vous prenez le temps de leur expliquer que vous savez qu’ils ne sont pas mal intentionnés mais dans cette situation j’avais besoin de faire mon chemin pour telle et telle raison.

Il est tout à fait possible de renouer des liens avec des personnes desquelles nous nous étions éloignés justement dans le but de se préserver. Je pense que c’est plutôt sain de noter que cela est nécessaire par moment. Maintenant vous allez me poser la question par rapport à la communication avec ma mère dans le cadre des Témoins de Jéhovah, il y a certaines situations où elle peut le faire malgré tout, c’est elle qui gère cela avec sa religion et sa foi.

Voilà ce que j’avais à vous dire à propos des relations toxiques, ce que j’ai à vous dire c’est de vous éloigner de la négativité le temps que vous puissiez vous-même vous en affranchir, et de revenir avec beaucoup d’amour, de pardon et de positivité.

C’est tout pour ce podcast, je m’arrête là, je vous embrasse et je vous dis à vendredi prochain !

Le programme tel qu’il était proposé lors de la sortie de cet épisode, n’est plus disponible. Il a été remplacé par un programme de coaching en ligne de groupe: Cliquez ici pour plus de détails.

10 commentaires

  1. popinthewd

    Merci beaucoup pour ce podcast (dont le thème m’intéresse énormément, et que j’attendais donc avec impatience), merci pour tous les outils et exemples que tu proposes qui sont toujours aussi pertinents. Très bonne continuation pour tes podcasts et tes vidéos qui sont (encore et toujours) très intéressants et de qualité !!!

  2. lili

    Ce serait intéressant d’approfondir le thème du pardon, surtout quand il y a eu beaucoup de souffrance. Je pense notamment au lien avec un parent toxique. Il me manque personnellement cette partie et ça me tient à coeur d’y arriver 😉 Merci

    1. Mikado

      La question du pardon est abordé dans « Parents toxiques, comment échapper à leur emprise » de Susan Forward, si ça peut aider…
      Sa réponse est libératrice et permet d’en finir avec la culpabilité.

  3. mosaicoole

    Merci pour ce podcast,
    Mais si on s’identifie comme une personne toxique, parce qu’on a tendance à être pessimiste, doit-on simplement accepter de s’éloigner de la personne « polluée » ?
    en écoutant le podcast « être une bonne personne », c’est ce que vous semblez dire, on doit rester soi meme

  4. Margaux

    Le problème est que, dans mon cas, je ne suis même plus sûre du fait que ma personne toxique soit bien intentionnée, je ne suis même plus sûre qu’elle m’aime, et moi je l’aime et c’est douloureux…

    1. Esther

      C’est normal que tu aies cette non certitude. Cela ne veux pas dire que ce n’est pas le cas. Je comprends. N’hésite pas à te faire aider par un psychologue pour faire le point sur la situation. Cela peut d´bloquer beaucoup de choses.

  5. Lucie

    Salut Esther, j’aime beaucoup ce que tu fais et tes réflexions!
    Mais je t’avoue que y a un truc que je comprends pas et que j’arrive pas à résoudre depuis pas mal de temps et tienne parles aussi!
    Tu donnes l’exemple de ta maman qui te dit que si tu quittes ta secte elle ne pourra plus te parler et que tu avais ressenti ça comme le fait de ne plus pouvoir être toi même.
    Dans ton autre podcast sur les relations (#84) tu dis qu’il faut parler de ses limites typiquement « si il y a de la drogue à la soirée, je serai pas énervée mais je partirai », est-ce que ta maman n’a au final pas seulement exprimé ses limites à elle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *