#65 – Les affirmations positives

Retranscription écrite du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans Se Sentir Bien, le podcast qui est là pour vous aider à devenir votre propre coach, je suis Esther Taillifet et dans ce 65ème épisode nous allons parler des affirmations positives.

Parenthèse concernant les ateliers

Avant d’entrer directement dans le vif du sujet, je voulais prendre le temps de vous faire une introduction. Vous ne vous en rendez pas forcément compte sur le podcast mais j’enregistre les podcasts à la suite, je prends une demie journée et j’enregistre entre 3 et 4 podcasts à la suite, je n’enregistre pas toutes les semaines. Le moment où j’enregistre, je suis actuellement aux Etats-Unis, il s’est passé quelque chose qui représente un grand pas dans ma vie de professionnelle sur Internet, il y a une personne qui a rejoint mon équipe, j’ai engagé une assistante, dis de cette manière c’est très étrange parce que c’est avec tout un être humain extraordinaire qui m’aide énormément dans mon travail et c’est super et cela a changé pas mal de choses, cela m’a permis de me dégager du temps, de réfléchir à mon travail d’une autre manière. J’ai pu notamment repenser les programmes que je vous propose, repenser le coaching que je propose et j’ai décidé deux nouveaux ateliers parce qu’il se trouve que j’adore le présentiel. J’adore vous coacher directement en personne, je trouve que c’est très différent du coaching qui peut être fait par téléphone, généralement je préfère le coaching par Skype ou en vision, c’est ce que je fais essentiellement parce que c’est ce que je préfère. Je garde un excellent souvenir des ateliers menés l’année dernière, il y a eu une énergie très forte dégagée lors de cet atelier, je trouve cela génial pour les participants et pour moi en tant que coach. J’ai décidé d’en refaire, d’améliorer ce que je fais déjà et de réfléchir à ce que je voulais faire par la suite.

Il y a donc une autre série d’ateliers qui arrivent, beaucoup de personnes me demandent de venir dans de nombreuses villes différentes.

[ à l’heure actuelle, retrouvez l’intégralité des ateliers et des dates que je propose en cliquant ici ]

Ces ateliers seront sur la thématique du surpoids, je sais que beaucoup de personnes qui me suivent ne sont pas du tout concernés par cette thématique. A l’avenir je ferais d’autres ateliers orientés sur d’autres sujets : création d’entreprises, dans les métiers d’accompagnements… parce que c’est là que j’ai le plus de compétences à partager, mais aussi dans la création web. Cela fait déjà 6 ans que je créé du contenu sur Internet, je commence à avoir une petite expertise en plus du travail de coaching, cela m’intéresserait mais je suis encore au stade de réflexion sur ce que je pourrais vous proposer.

Pour l’instant l’atelier que je vous propose n’est pas que sur le surpoids, il est également sur les tampons émotionnels en général, l’objectif de cet atelier est de faire en présentiel ce que je ne peux pas faire dans le podcast, vous le savez : pour moi l’information doit être gratuite. Je sais que beaucoup de personnes ne seront pas d’accord avec cela mais c’est lié à mon histoire universitaire. Je continuerais de vous partager tous les outils et tout ce qu’il est possible de partager gratuitement sur le podcast, sur la chaine YouTube si le format s’y prête davantage, je vous partage les choses là où c’est le plus pratique, le plus logique et le plus adapté.

Ce que je vous propose en présentiel c’est ce que je ne peux vous proposer dans le podcast c’est à dire : vous coacher. L’objectif est d’aller chercher quelles sont les croyances que vous avez à propos de vous, de la nourriture, de votre alimentation, de votre rapport au cours qui fait qu’actuellement vous mangez contre votre plein gré et que vous utilisez des tampons émotionnels, même si vous avez écouté ce podcast, que vous savez désormais ce qu’est un tampon émotionnel, peut être que vous avez eu de nombreux déclics en écoutant les podcasts, parce que l’anecdote du cookie ou du macaron mentionnés dans les podcasts sur le sujet vous rappelle que vous aussi vous avez ce type d’habitudes, ce que j’ai fait en vous proposant ces informations dans le podcast c’est que je vous ai levé le plus de croyances limitantes concernant le poids, c’est  ce que je fais d’ailleurs dans tous les autres podcasts sur les autres thématiques si vous n’êtes pas concernés par le surpoids. Je vous donne le maximum de pensées et de nouvelles façons de voir les choses qui peuvent vous aider à vous sentir mieux, qui peuvent vous permettre de mieux comprendre ce qu’il se passe et d’avancer.

Ce qui est génial avec le format en présentiel c’est que je peux le faire en direct, nous allons être maximum une vingtaine de personnes, et je vais vous coacher en vous partageant des notions que je n’ai pas encore partagés dans le podcast parce que cela prend du temps, ce qui va vous permettre d’avoir accès à un condensé d’informations reformulé d’une autre manière de ce que j’ai pu faire dans les podcasts, parce que le format en présentiel permet un autre type d’interaction, vous pouvez m’interrompre si vous avez une question, nous allons pouvoir avoir une discussion en direct ce qui rend la chose complètement différente. Nous allons pouvoir aller plus loin dans le processus et voir ce qui ne va pas chez vous, qu’est-ce qui fait que vous manger contre votre plein gré ?

Nous allons provoquer ensemble ce déclic et une fois que ce sera fait, vous allez repartir avec une boite à outils que j’appelle le “ wordbook “, c’est un condensé d’un certains nombre d’outils dont j’ai parlé pour la plupart dans le podcast d’une manière ou d’une autre, avec un plan d’action. Maintenant que nous avons compris ensemble quel était votre problème, quel plan d’action mettre en oeuvre pour le résoudre ? Vous allez rentrez chez vous après 2 jours d’ateliers et vous allez mettre en place le plan d’action qui sera adapté à votre situation, nous ne sommes pas là pour faire un régime. C’est là aussi où je vous dis que ces ateliers sont aussi adaptés à toutes les personnes qui ont un problème de tampons émotionnels liés à la nourriture. Si vous arrêtez les tampons émotionnels et que vous êtes en surpoids, et que vous ne mangez plus qu’à votre faim et des aliments bons pour vous, il est évident que vous allez perdre votre surpoids. Ce n’est pas l’objectif premier, l’objectif premier est de faire en sorte que vous cessiez d’avoir ce brouhaha mental permanent dans votre tête qui fait que du matin au soir vous pensez à la nourriture, que le seul moment de votre journée où vous vous sentez bien c’est le moment où vous vous posez pour manger quelque chose alors que votre conjoint n’est pas encore rentré ou que vos collègues ne sont pas encore arrivés et que vous êtes seuls. Je n’ai plus envie que cela vous arrive, j’ai envie de vous aider à comprendre quel est ce problème, ce qu’il y a derrière dans votre cas précis, et de repartir avec les outils nécessaires et de les appliquer dans votre vie.

Vous allez également rejoindre un groupe Facebook, c’est la qu’est la grande nouveauté cette année, c’est un groupe Facebook d’entraide où vous allez pouvoir appliquer les outils et nous allons s’en parler pendant les jours et les semaines qui suivent l’atelier pour ne pas que vous soyez ” jeté dans le grand bain “ seul et que vous rentriez à la maison avec le déclic mais que vous ne sachiez pas quoi en faire. Vous n’allez pas être laissé seul. Je suis très heureuse de pouvoir vous proposer cela, j’espère que si vous êtes concernés par ce sujet, vous allez saisir cette opportunité. Je ne suis pas certaine de vous proposer à nouveaux une telle série d’ateliers, je ne peux pas vous le promettre parce que c’est extrêmement de travail et de fatigue physique également. Faire des dates demande beaucoup d’organisation, honnêtement, si je n’avais pas eu l’aide de la part de Claudia mon assistante, qui m’a rejoint en octobre, ça n’aurait pas été quelque chose de possible, je suis très heureuse de pouvoir le faire et j’adore faire ces ateliers, le plaisir sera partagé, je ne fais pas ça juste par pur altruisme.

Je voulais vous remercier parce que ce podcast est quelque chose d’incroyable pour moi, je l’ai presque lancé par hasard, j’étais youtubeuse à la base, je créais des vidéos, je l’ai fait parce que je ressentais une envie forte, mon intuition me communiquait que c’était la prochaine étape pour moi et qu’il fallait absolument que je le fasse, je m’éclate à le faire à un point où vous n’avez pas idée, je ne sais pas si vous pouvez l’entendre. Je suis vraiment ravie que vous soyez là et de l’impact que le podcast a dans vos vies. Je suis en train d’avoir vos retours, que c’est en train de changer votre vie, je suis tellement heureuse de l’impact que cela peut avoir, merci de prendre le temps de me l’écrire et de me le dire, cela me touche énormément, je vous l’ai déjà dit quelques fois sur le podcast mais je me répète ici, je suis désolée pour cette introduction assez longue pour les personnes qui ne sont pas concernées par les ateliers. Toutes mes excuses !

Qu’est-ce qu’une affirmation positive et quel intérêt dans une démarche de développement personnel ?

Une affirmation positive consiste à se dire des choses positives et de se le dire de manière répétée, de l’affirmer. Cela peut se faire sous la forme de proclamations à voix haute devant à miroir (ou pas d’ailleurs), et cela peut se faire à l’écrit, qui est ce que j’ai choisi de faire personnellement, et que je recommande aux personnes que je coach. Je trouve que c’est plus facile de mettre en application à l’écrit qu’à voix haute sous forme de proclamations en tout cas au départ.

Si vous êtes intéressés par le courant ” new age “ auquel je fais parfois référence dans ce podcast, vous savez que c’est une façon de reprogrammer l’inconscient/ le subconscient (en tout cas la partie auquel nous n’avons pas accès de manière consciente), qui pense de nombreuses choses négatives à propos de nous, et que c’est une façon de créer la vie que l’on rêve. En se disant par exemple, si tu souhaites devenir millionnaire, il va s’agir de se dire tous les jours : ” je suis millionnaire “ en se disant cela comme si tu l’étais déjà dès maintenant, ce qui va faire que l’on devient millionnaire.

Vous pensez bien que la scientifique de formation que je suis est allée chercher les fondements scientifiques de ce courant. La réalité, c’est que comme beaucoup de choses dans le domaine du développement personnel et en psychologie malheureusement, il n’y a pas beaucoup de faits scientifiques qui étayent ces propos. Il y a des études qui disent qu’avoir des pensées positives dans notre vie, cela a un impact positif. Il y a des études qui mettent en corrélation le bonheur et le succès, qui montrent que ce n’est pas le succès qui apporte le bonheur, mais c’est plutôt le fait d’être heureux dans sa vie, de penser des choses qui font ressentir des émotions positives permet d’avoir du succès.

Il y a aussi des études qui montrent que le fait de penser consciemment des choses positives à la place de choses négatives, diminue le niveau de stress et d’anxiété.

La notion de reprogrammation du cerveau en l’assaillant constamment de pensées positives, il n’y a pas vraiment d’études qui prouve cela. Il y a même des études qui ont prouvés que cela ne marchait pas vraiment. C’est plutôt une pseudo-science si vous voulez, de dire que l’on peut reprogrammer son cerveau.

Par contre, ce qui est de l’ordre empirique, de ce que l’on a pu tester, qui n’est pas vraiment explicable, c’est que malgré tout lorsque vous êtes autour de personnes positives, qui ont le sourire, qui ont des pensées très positives sur le monde, il est vrai que l’on se sent malgré tout beaucoup mieux. L’inverse est tout à fait vrai, si vous avez passé la journée à regarder BFMTV, à regarder toutes les mauvaises nouvelles du monde entier en continu, nous serons tous d’accord pour dire que nous n’aurons pas la même énergie. Lorsque l’on n’est pas très bien dans sa tête et que l’on a des pensées négatives dans sa tête, cela va être assez difficile de se motiver à travailler, et de faire cela avec enthousiasme. Par contre, lorsque l’on vient de passer un moment agréable avec les personnes que l’on aime qui ont une énergie positive et que l’on a une multitude de pensées positives dans notre tête, évidemment cela va être beaucoup plus facile de se lancer. Si vous avez écouté ce podcast à un moment où vous ne vous sentiez pas très bien, vous écoutez quelque chose de motivant dans un épisode, vous avez très envie de mettre cela en application et vous avez le sourire, cela va être beaucoup plus simple de mettre en pratique ce que vous vouliez faire.

Pourquoi ?

Parce qu’à ce moment là, vous avez des pensées qui vous disent que c’est tout à fait possible pour vous de le mettre en pratique. Si vous venez d’écouter un podcast sur la motivation, ou une personne qui vous a dit que votre projet est génial et qu’il faut que vous vous lanciez, vous allez être très motivés à le faire. Pourquoi ? Parce que vous avez de nouvelles pensées en tête qui créent chez vous de la motivation.

Nous en avons parlé dans l’épisode dédié à la motivation. Les pensées que l’on a ont un impact sur nos actions, c’est ce sont on parle depuis le début de ce podcast, si nous voulons avoir des résultats différents de ce que l’on a eu jusqu’à présent dans notre vie, qui vont être des actions qui vont davantage nous servir dans notre vie à nos yeux. Si on veut se mettre au sport, changer son comportement vis-à-vis des situations sociales dans lequel notre comportement ne correspond pas à nos valeurs, par exemple on agit d’une manière alors qu’on ne voudrait pas… une façon pour agir dans ce sens va être d’avoir les pensées qu’il faut, les pensées qui vont nous procurer l’émotion qui va faire que l’on va pouvoir mettre ses actions là en place. Si depuis le début de ce podcast vous avez pris le temps de faire des flots de pensées, que vous avez pris le temps de faire des modèles de Brooke Castillo sur certaines de vos pensées, vous avez pu observer que vous avez des pensées avec lesquelles vous n’êtes pas vraiment d’accord, des pensées qui créent des résultats dans votre vie que vous n’avez pas envie d’avoir. Cela va être comme dans l’exemple que je viens de vous donner par rapport à certaines situations, des mes d’actions qui ne vous correspondent pas, mais cela peut aussi être des pensées concernant vous-même, votre estime de vous, concernant ce que vous pouvez faire ou non, ou le regard des autres, la comparaison avec les autres, des pensées globalement négatives à propos de vous-même.

La seule façon de ne plus ressentir ces émotions désagréables et de créer le résultat que vous voulez dans votre vie, est de changer ces pensées. Nous en avons parler dans plusieurs épisodes. L’idée est de reconnaitre quelles sont les pensées qui vous desservent, de trouver l’émotion qui y est associée, de trouver quelles sont les pensées que vous pourriez croire à la place, et de vous mettre à croire ces nouvelles pensées, pour pouvoir changer vos actions.

Comment changer ses pensées en pratique ?

Il est vrai qu’il est facile de dire qu’il faille changer ses pensées mais c’est plus compliqué à mettre en pratique. Je vous disais précédemment, le but est de trouver une liste de pensées positives et de les penser le moment venu, c’est à dire que lorsque vous vous surprenez en train d’avoir une pensée qui ne vous convient pas, et qui ne correspond pas à ce que vous voulez pour vous, vous allez pouvoir vous proposer la pensée alternative. Je vais vous donner un exemple simple. Vous pensez que vous n’êtes absolument pas fait pour lire une carte, vous ne savez pas vous repérez sur une carte, vous n’avez pas le sens de l’orientation et c’est l’histoire que vous vous racontez, moi c’est ce que j’appelle le ” bullshit “ que vous vous racontez, c’est l’histoire que vous vous êtes construit à propos de vous même qui est : ” je ne suis pas quelqu’un qui ait le sens de l’orientation, je me perds tout le temps, je ne sais pas lire une carte et je panique dès que je dois m’orienter “. Si vous avez envie de changer cela dans votre vie parce que cela ne vous correspond pas, soit parce que cela vous fait vous sentir mal, je ne pense pas qu’il y ait de grosses émotions négatives associée à cela… et/ou que cela crée un résultat qui ne vous convient pas. Admettons que dans votre vie actuelle, vous en ayez assez de vous raconter cette histoire, parce que cela vous dessert et que si vous pouviez lire une carte, vous pourriez être plus libre et faire pleins de choses que vous vous interdisez de faire parce que vous vous dites que vous ne pouvez pas lire de carte (je dramatise volontairement l’exemple, mais vous imaginez bien que de ne pas savoir lire une carte n’a pas autant d’impact que ce que je l’évoque présentement).

Comprenez que si vous vous racontez cette histoire, vous allez rester dans cette situation,  je vous rappelle le modèle de Brooke Castillo, prophétie auto-réalisatrice, si vous vous dites que vous ne savez pas lire une carte, vous n’allez pas faire l’effort d’essayer d’en comprendre une, parce que vous allez ressentir du découragement, lorsque vous êtes découragé vous ne faites rien, et le résultat que vous produisez dans votre vie c’est que vous ne savez toujours pas lire de carte et cela valide votre pensée de départ qui est : ” je ne sais pas lire de carte “. Vous restez dans cette situation qui est que vous ne savez pas lire de carte. Si vous voulez changer cette situation pour vous-même, il va falloir changer quelque chose dans ce modèle, et ce quelque chose c’est votre pensée. Vous allez pouvoir vous proposer une pensée alternative et vous pouvez très bien vous reprendre et vous rappelez que ce n’est pas vrai que vous ne savez pas lire de carte et que vous vous proposiez une pensée alternative, qui sera : ” ce n’est pas que je ne sais pas lire une carte, c’est que je n’ai jamais pris le temps d’apprendre à lire une carte avant, il faut que je prenne le temps d’apprendre, que je sois patient, pour comprendre, c’est quelque chose que je peux tout à fait faire, c’est juste une question d’apprentissage “.

Nous pourrons discuter du fait que nous soyons intrinsèquement capables de faire certaines choses, c’est une remarque que j’ai régulièrement, des personnes qui me disent que l’on a tous des capacités différentes, nous avons tous des prédispositions pour certaines choses, et peut être qu’il y a des personnes qui ont davantage le sens d’orientation que d’autres. Ce que j’aimerais que vous remarquiez ici, c’est que la pensée : ” je n’ai vraiment pas le sens de l’orientation, je suis nul avec une carte “, c’est une pensée qui vous dessert quoi qu’il arrive, que vous ayez une prédisposition au sens de l’orientation ou non. Quoi qu’il arrive, cette pensée va vous maintenir dans une situation d’échec quoi qu’il arrive, vous n’avez aucune raison de rester avec cette pensée là.

Si vous vous racontez toute votre vie que vous êtes nul en maths, ou que vous n’êtes pas capable d’élever des enfants… que vous en soyez physiologiquement plus ou moins capable que moi ou que la voisine, cela ne change rien, le fait de se raconter cela vous met d’office en situation d’échec et vous vous empêchez de progresser.

Je vous propose de lâcher cela tout de suite, cela va vous épargner beaucoup de fatigue. Proposez-vous une nouvelle pensée que vous pouvez croire à la place et faites ce que je vous propose depuis le début de ce podcast et dans la situation concernée, lorsque vous surprenez votre cerveau lorsqu’il vous propose une pensée qui vous dessert, que vous êtes en train d’essayer de vous orienter et que vous vous entendez vous dire : ” non mais de toute façon tu es nul avec les cartes “, remplacez cette pensée par : ” je peux tout à fait me concentrer et repérer le nord et le sud “.

Vous pouvez procéder ainsi, mais vous l’avez surement déjà expérimenté, vous l’avez probablement déjà essayé dans votre vie, vous vous rendez peut-être compte qu’en pratique ce n’est pas ultra facile à faire, parce qu’il faut se proposer cette nouvelle pensée dans l’instant présent. Il faut remarquer dans l’instant présent que l’on est en train de se raconter l’histoire habituelle, l’interrompre et se proposer une nouvelle pensée. C’est une gymnastique qui s’apprend, qui s’exerce avec le temps. Le mieux serait de ne jamais avoir cette pensée habituelle, de ne jamais avoir dans notre journée cette pensée qui vient en tête.

Comment faire en sorte de ne jamais avoir ces pensées qui nous desservent ?

C’est la qu’interviennent les affirmations positives et qu’il peut y avoir un impact. Le principe d’une affirmation positive va être de vous proposer des pensées à propos de votre identité, que vous allez avoir envie de vous dire qui vont vous donner les résultats que vous voulez dans votre vie et que vous pouvez croire. Je vous le rappelle : les pensées que l’on se propose à la place, ce sont des pensées qui résonnent en nous, qui nous créent une émotion.

Par exemple, pour reprendre l’exemple cité plus haut qui consiste à se répéter en boucle : ” je suis millionnaire “, si vous ne le croyez pas une seule seconde mais que vous vous le répétez devant votre miroir de façon mécanique sans le ressentir, il est évident que vous ne verrez aucune différence dans notre vie. Il en va de même avec l’exemple sur les cartes, si vous vous le répétez sans y croire une seule seconde, cela ne va pas fonctionner. Par contre, si vous vous proposez une identité qui vous correspond davantage, que vous pouvez croire aussi, cela va fonctionner à ce moment là. Ce qui fait que vous mettez en place les bonnes actions, c’est l’émotion que vous ressentez, il faut que vous croyiez la pensée que vous vous proposez à vous-même. Si vous vous répétez une pensée que vous ne croyez pas cela ne sert strictement à rien. Vous allez juste être ridicule devant votre miroir, il faut croire réellement cette nouvelle pensée que vous vous proposez, cette affirmation que vous vous proposez.

Comment pouvez-vous faire cet exercice d’affirmations positives ?

Vous pouvez remarquer dans les grandes lignes, quels sont les schémas de pensées négatifs que vous avez dans votre vie, et dans votre tête, les pensées auxquels vous vous raccrochez mais que vous ne voulez plus avoir. Généralement cela va être des pensées identitaires, des pensées liées à votre ego, à votre estime de vous, à votre capacité ou non à faire certaines choses. Prenez-ces pensées là et proposez-vous d’autres pensées alternatives que vous pouvez penser/ croire aussi. Souvent, il s’agit de pensées que j’appelle ” des pensées empouvoirantes “, vous avez une certaine pensée auquel vous vous identifiez, qui est quelque chose de négatif, et la pensée inverse qui serait ” je suis le contraire “. Si vous vous dites que d’habitude vous n’avez pas le sens de l’orientation, et que vous choisissez son exact opposé, vous n’allez pas forcément la croire. Alors parfois vous allez vous apercevoir qu’il y a des pensées que vous gardez depuis très longtemps alors que vous n’y croyez pas, peut-être qu’à la suite de ce podcast je vous ai montré que ces pensées étaient fausses comme par exemple : ” le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée “, je vous ai montré que ce n’est pas le cas, ce qui facilite le passage à la pensée opposée. Mais parfois ce n’est pas facile de passer à la pensée opposée, dans ce cas je trouve que les pensées empouvoirantes c’est vraiment quelque de pas mal.

Une pensée empouvoirante est une pensée qui va vous mettre en action, une pensée qui va vous dire : ” je peux tout à fait apprendre l’orientation/ je suis même en train de me servir d’une carte “. Dans toutes les pensées que vous avez à propos de vous, vous allez pouvoir vous proposer des affirmations qui vont redéfinir votre identité, désormais vous n’êtes plus quelqu’un qui ne sait pas lire les cartes, vous êtes quelqu’un qui apprend, quelqu’un qui est en train d’apprendre à lire les cartes. Vous n’êtes pas quelqu’un de gros, vous êtes quelqu’un qui a un corps fonctionnel, vous êtes quelqu’un qui a un corps qui est en train d’évoluer, vous êtes quelqu’un qui est en train de perdre du poids…

Et pour opérer ce changement identitaire il faut que vous soyez prédisposé à cela.

Il faut que vous en ayez profondément envie, que vous ayez une raison de le faire, parce que on ne fait pas un effort dans sa vie sans rien à la clé, il faut qu’il y ait une raison à cela sinon c’est difficile à faire. Trouvez-vous cette raison de faire ce changement là et choisissez ces pensées que vous voulez avoir à propos de vous, qui vont vous apporter davantage de choses que vous souhaitez créer dans votre vie. Une fois que vous avez votre liste (je vais vous donner quelques exemples que j’ai actuellement), l’idée va être de l’ancrer dans votre esprit avant même que votre cerveau ait commencé son brouhaha de la journée. Si vous êtes un être humain normalement constitué, vous devez être un peu vaseux au réveil, vous avez l’esprit pas forcément très clair, vous êtes en train de vous réveiller doucement, avant que le brouhaha mental de votre journée vous tombe dessus, et que vous ayez une multitude de pensées négatives à propos de vous.

A ce moment là, vous êtes dans la frénésie de la journée, ce que je vous propose c’est d’utiliser les affirmations positives avant cela, parce que vous allez donner une direction à votre cerveau, c’est le même principe que la lettre d’intentions en quelque sortes. Il s’agit de dire à son cerveau : ” à partir de maintenant nous allons faire cela, toutes les pensées que tu pourrais avoir à ce propos, elles vont sonner faux “, parce que vous allez ancrer dès le matin les pensées positives à propos de vous-même.

Ce sont des pensées qui commence par ” je “ et que vous allez pouvoir ancrer dans votre esprit dès le matin.

Si par exemple, dans vos pensées positives vous avez envie d’ancrer : ” je suis une personne qui mange uniquement lorsqu’elle a faim/ je réponds toujours aux personnes avec bienveillance/ je ne prends jamais rien personnellement/ je suis quelqu’un qui est à l’écoute des autres/ je suis quelqu’un qui prend ses responsabilités…”, lorsque vous vous êtes raconté ça le matin, je peux vous dire que dans votre journée, lorsque votre collègue vient vous faire une réflexion désagréable, vous allez être moins susceptible de réagir à cela. Evidemment qu’à ce moment là vous allez pouvoir vous rappeler la pensée en question, comme je vous l’ai proposé depuis le début et c’est génial. Que vous remarquez que vous alliez mal répondre, et que vous vous dites que vous n’avez pas envie de réagir négativement, c’est très bien de le remarquer et d’agir dans la foulée. Malgré tout, il y a de nombreuses situations où cela va être difficile à interrompre, et c’est beaucoup mieux de prévenir ce type de pensées en ” imprimant “ votre cerveau de l’identité que vous voulez lui inculquer, c’est à dire les pensées positives que vous voulez avoir à propos de vous mêmes.

Comment formuler ces affirmations positives ?

Plutôt que de vous dire : ” je ne suis pas quelqu’un qui mange des biscuits “, dites vous ” je suis une personne qui mange toujours sainement “, proposez-vous une affirmation à la positive, parce que le peu d’études qu’il y a eu sur les affirmations positives ont montrés que notre cerveau s’imprègne davantage des tournures affirmatives, avoir la négative va réduire l’impact de ce que vous voulez mettre en place. Si vous vous dites : ” je ne suis pas grosse “ à la place de ” je suis grosse “, votre cerveau va malgré tout imprimer le mot ” grosse “. Formulez à la première personne du singulier, parce que c’est vous qui agissez et non le monde extérieur, c’est vous que vous voulez changer et proposez-vous des phrases au présent, c’est d’actualité et c’est maintenant que vous le pensez et que vous le croyez.

Ces phrases là, vous pouvez soit les écrire tous les jours, soit vous pouvez les écrire à la fin de votre routine d’auto coaching, vous en écrivez quelques unes, ou vous les lisez tous les jours, que vous les ayez dans votre téléphone, sur votre miroir ou dans vos toilettes, ça m’est égal. Vous vous écrivez vos affirmations quelques part et vous choisissez le moment où vous voulez le faire. Personnellement, j’aime les réécrire et les répéter quotidiennement, en pratique ce n’est pas exactement ce que je fais, même si je pense que c’est le plus efficace. Un jour sur deux je les écris et un jour sur deux je les relis, un jour sur deux je me fais plutôt une lettre d’intentions, à vous d’adapter selon ce qui vous convient le mieux. Si cela vous intéresse d’ailleurs j’ai fait une vidéo sur ma routine matinale que vous retrouverez sur ma chaine YouTube.

Voici quelques unes des affirmations positives me concernant, ce n’est bien évidemment par à reprendre tel quel mais c’est une façon de vous montrer comment il est possible de reprogrammer son identité. Pour vous parler du poids, à un moment donné j’ai choisis en conscience, que je n’étais plus une personne en surpoids. J’ai décidé consciemment que je n’étais pas une personne qui buvait du soda, qui boit de l’alcool… que ce n’est juste pas moi, j’ai décidé d’une nouvelle identité. De la même manière qu’avant je me disais que j’adorais le Coca-Cola, les burgers, je déteste le sport, je ne suis pas du matin, j’ai ancré consciemment pour moi-même des pensées qui me servent davantage. Encore une fois, ce que j’ai envie de vous rappeler, c’est que le but n’est pas qu’il y a une façon idéale d’être et que vous décidiez d’être parfaits à tout prix, je suis juste en train de vous dire que vous pouvez décider quelles pensées vous pouvez décider de changer, quelle identité vous voulez avoir et quelle pensée vous voulez avoir, quelle personne vous voulez être et cela et totalement dépendant de vous. C’est dépendant de vos valeurs, de ce que vous êtes et de ce qui est important pour vous. Si pour vous ce n’est pas important d’être millionnaire, alors n’allez pas faire des affirmations sur ce sujet, cela n’aurait pas de sens parce que ce n’est pas vous. D’ailleurs lorsque vous allez le répéter, cela ne va pas résonner en vous et dans vos émotions.

Par exemple dans mes affirmations j’ai :

” J’aide les autres à se comprendre et à être compris “

” Je bâtis quelque chose de plus grand que moi “

” Mes rêves sont tous accessibles “

” J’écoute sans jugement “

” Chaque jours je nourris mon esprit “

” Je pardonne ceux qui m’ont blessé, y compris moi-même “

” Je suis entourée d’amour “

” Je traite mon corps avec amour et bienveillance “

” Chaque jour je deviens une meilleure personne “

” J’agis et je pense toujours en accord avec mes valeurs “

” Je me considère avec amour, respect et bienveillance “

” Je me tiens éloignée des pensées jugeantes, défaitistes et victimaires “

Voilà c’est tout pour ce podcast, je vous souhaite un excellent week-end, une excellente semaine et je vous dis à vendredi prochain dans un prochain podcast !

Nouveau ! Atelier du déclic 2019 (inscriptions en cours)

Paris 12 & 13/01/2019
– Marseille 19 & 20/01/2019
– Nantes 30 & 31/03/2019
– Bruxelles 6 & 7/04/2019
– Paris 13 & 14/04/2019
– Genève 1 & 2/06/2019

Prix de lancement jusqu’au 30 novembre 2018.
Nombre de places limitées.

Références:

 

Photographie: B.Rep photography (Barbara Repnine)

3 commentaires

  1. Jessica

    Bonjour Esther !
    Déjà merci, je t’ai connue sur YouTube car je m’intéressais à la loi de l’attraction, je pratiquais et j’y trouvais des bénéfices tout en étant dérangée pas le côté mystique. En faisant des recherches là-dessus je suis tombée sur ta vidéo qui traitait du sujet et j’ai compris que ce qu’il me fallait était en fait des affirmations positives car mon “brouhaha” comme tu l’appelle, était très destructeur.
    Ayant fait le Yoyo toute ma vie avec différents régimes amaigrissant, j’ai aussi écouté tes vidéos sur le sujet. Et là un grand merci car grâce à toi j’ai pu tester une nouvelle approche que je n’avais jamais expérimentée qui est d’être à son écoute, de reconnaître ses propres sensations, et à force de m’y exercer j’y arrive de mieux en mieux et je m’alimente bien mieux. Je vais continuer du mieux que je peux sans me mettre la pression, c’est important ça aussi.
    Maintenant attention, racontage de vie (dsl) :
    Il y a 2 ans je me suis mise au fasting, dans le même temps aux soins naturels et j’ai commencé à perdre mes cheveux… J’ai donc abandonné les shampoings naturels à mon grand désespoir mais je continue à en perdre pas mal (quand même un peu moins), j’ai donc voulu arrêté le fasting mais j’ai dû me forcer à manger alors que j’en avais perdu l’habitude. J’ai noté une petite amélioration au début puis ils ont recommencé à tomber un petit peu alors j’ai repris le fasting car manger le matin me donne maintenant la nausée et la chute à repris bel et bien. J’ai vu une dermato, fait des prises de sang, à part un léger dérèglement hormonal pas assez important pour provoquer cette chute et une légère anémie que j’ai traitée et qui n’a rien changé au problème, RAS. Alors je sais que tu n’est pas médecin mais avec toutes tes recherches est-ce que tu as pu trouver quelque chose sur le fait de perdre ses cheveux en pratiquant le fasting ? Est-ce vraiment recommandable pour tout le monde ? Et là je m’adresse à ton esprit de synthèse scientifique, as-tu une piste à me conseiller ? Dsl de t’embêter avec ça, c’est que je me sens un peu démunie face à ce problème.
    En tous cas merci pour l’aide que tu m’as déjà apportée et je rêve d’avoir tes cheveux hahaha !
    PS : En rapport avec ce podcast, j’aimerai me mettre au sport, dois-je me dire que je suis une sportive, alors que ce n’est pas (mais alors pas du tout !) le cas ?
    A bientôt

  2. Sandrine

    Bonjour,

    Tout d’abord j’ai été hyper hyper hyper contente d’apprendre qu’un atelier est prévu sur Marseille vu que je l’avais réclamé limite en suppliant!
    En revanche on passe de 250 euros à 550…
    Alors oui j’ai très très très envie d’y participer mais…c’est un budget très conséquent et mon conjoint est effaré d’un tel prix. Je me donne encore le temps de la réflexion et le temps d’essayer de le convaincre (nous avons 2 enfants donc pour lui ça paraît exorbitant par rapport à nos revenus )…

    1. Esther

      Bonjour Sandrine. C’est normal. Je comprends qu’il soit effaré d’un tel prix car il n’a pas cette problématique et n’est pas concerner par ce problème de rapport à la nourriture. Un ami récemment à acheté un vélo à 2000 euros. J’étais totalement effarée par ce prix. Jamais je n’ai dépensé autant d’argent dans un vélo et pour moi un vélo ne doit pas couter plus de 300 ou 400 euros maximum. Sauf que je ne suis pas une passionnée de vélo et je ne comprends juste pas qu’on puisse vouloir investir autant dans un vélo. C’est une question de priorité. J’espère pouvoir te voir car je sais que cela serait “life changing” pour toi. Dans tous les cas, tu as tous les outils ici dans ce podcast. Je t’embrasse. Esther.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *